Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Robert Louis Stevenson

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeMer 30 Juil 2014 - 21:52

Les porteurs de lanternes
(titre original: The Lantern-Bearers, publié pour la première fois dans Scribner’s Magazine en février 1888)
Robert Louis Stevenson - Page 5 History_postcard
Nouvelle, une quarantaine de pages, que vous trouverez ici en version française.

Ces souvenirs d'enfance, d'été et de bord de mer (ou présentés comme tels) sont somme toute particulièrement de circonstances à la date de ce message, si vous cherchez une lecture de plage...

Les lieux évoqués existent réellement:
Robert Louis Stevenson - Page 5 Bassrock
Bass Rock

Robert Louis Stevenson - Page 5 History_03
Canty Bay

Robert Louis Stevenson - Page 5 Alexander_Nasmyth_-_A_View_of_Tantallon_Castle_-_WGA16442
Tantallon Castle

Robert Louis Stevenson - Page 5 Tantallon-Castle-2196
Tantallon Castle avec Bass Rock en arrière-plan

Impossible de ne pas songer à Orthodoxie, de Chesterton au fil de cette lecture; on sait la haute opinion qu'avait Chesterton de l'écrivain écossais, mais je ne soupçonnais pas une telle convergence (et donc une telle influence). Si cela n'a pas été fait, et j'en serais surpris tellement ça saute aux yeux, un travail de longue haleine, de type universitaire, de mise en parallèle de ces deux textes serait de mise.

A travers ces jeux d'enfants, qu'on peut présumer plus ados qu'enfants, et en particulier l'indicible et ineffable sentiment qu'a pu procurer le jeu de la lanterne, Stevenson dérive doucettement (en parfait navigateur !) sur le réalisme en littérature (quelques piques abruptes envoyées avec hardiesse) et sur la condition du littérateur pour arriver à dépouiller le tout et finir sur la condition humaine.
Citation :
Cet étrange discours sur l’ennui de vivre et la petitesse de la nature humaine est un aveu flagrant d’incompétence ; on peut l’entendre de deux façons : c’est le cri de l’aveugle, JE NE VOIS PAS, ou la plainte de celui qui ne peut pas parler, JE NE SAIS RIEN EXPRIMER.

Décrire une vie sans joie, c’est prouver que l’on n’a pas compris ce que c’est que vivre. Faire le portrait d’un homme dénué de toute poésie – voilà qui rejoint ce que je dis, car cela montre que c’est l’écrivain lui-même qui en manque, peut-être.


Stevenson sans effet de thrill ni de suspense, pour une nouvelle à situer davantage dans le positionnement artistique, par conséquent une nouvelle à la limite de l'essai, même si cela ne répond pas à une grande nécessité: Qui ne sait pas situer Stevenson par rapport aux réalistes, d'emblée ou presque ?

Reste que les premières et délicieuses pages sont l'embarcadère habituel du fabuleux conteur, cette fois-ci aux couleurs des vacances d'enfance et aussi aux couleurs d'un thème récurrent Stevensonien...la côte, le bord de mer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeMer 30 Juil 2014 - 22:51

Ils ont un choix intéressant Sillages, je ne sais pas si leurs traductions sont les mêmes et les textes extraits de recueils que d'autres éditions ? ou des variantes maisons.

(ça donne envie de lire).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeMer 24 Sep 2014 - 22:50

Robert Louis Stevenson - Page 5 Steven10
Couverture : Liverpool, 1908. Photo de J. Dudley Johnston. Bath, Royal Photographic Society.
- Le Club du suicide (The Suicide Club, 1878). Traduit de l'anglais par Louis Despreaux. Bibliothèque Ombres. 114 pages.
Les trois nouvelles de ce recueil font partie du recueil Les Nouvelles Mille et une nuits (1882). Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ces nouvelles se déroulent en Angleterre au XIX° siècle.
La première nouvelle, Histoire du jeune homme aux puits d'amour (également traduite sous un autre nom : "Histoire du jeune homme aux tartelettes à la crème", ce qui peut paraître logique puisque le titre original est : "Story of the Young Man with the Cream Tarts"), commence ainsi :
Citation :
"Pendant son séjour à Londres, le prince Florizel de Bohême, s'attira l'affection de tous par le charme de ses manières et par sa délicate prodigalité. C'était un homme remarquable à en juger par tout ce qu'on savait de lui, et encore ne connaissait-on pas tout. Bien que de caractère paisible à l'ordinaire, et habitué à prendre les choses avec autant de philosophie qu'un simple laboureur, le prince de Bohême avait un goût prononcé pour une vie plus aventureuse et excentrique que celle à laquelle le contraignait son illustre naissance. De temps à autre, lorsqu'il sombrait dans la mélancolie, qu'il n'y avait aucune pièce divertissante à aller voir dans tous les théâtres de Londres, et que la saison ne se prêtait pas à ces sports de plein air où il était sans égal, il convoquait son confident et grand écuyer, le colonel Géraldine, et lui ordonnait de prendre ses dispositions pour une sortie nocturne." (page 1)
Les voilà qui se déguisent pour passer incognito. Ils mangent dans un bar à huîtres. Ils y font la connaissance d'un jeune homme désespéré, qui va les conduire dans un club mystérieux, le Club du Suicide. Le Prince et le colonel Géraldine vont y jouer à un jeu dangereux, qui va avoir des répercussions dans les deux nouvelles suivantes, "Histoire du médecin et de la malle de Saratoga", et "L'Aventure des fiacres".

Il s'agit d'histoires policières mystérieuses, souvent extravagantes, situées à Londres. Il y a un méchant, une organisation, des assassinats, des criminels, des innocents pris dans des complots... et le prince Florizel de Bohême, épris de justice, qui a la volonté de faire le Bien et le portefeuille bien garni qui aide.
C'est un monde où le sens de l'honneur n'est pas un vain mot.

On n'est pas dans le néo-réalisme, plutôt dans le divertissement. C'est très plaisant.
Henry James en a dit du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeDim 18 Oct 2015 - 9:42

shanidar:
 


Queenie:
 


Robert Louis Stevenson - Page 5 Pictur10

L'Île au trésor

Avec une moins belle couverture pour le Folio. Ce n'est pas ce que j'ai préféré dans mes lectures de Stevenson. Ça va sans doute trop vite, ça galope même et la quantité de surprises reste modérée. Ceci dit le plaisir pris à la lecture est indéniable et on pourrait parler dans ce cas précis de malin plaisir.

Ce brave petit gars de Jim Hawkins et l'auberge familiale qui voient débarquer un inquiétant pirate déjà ça marche. L'effet de cette pièce rapportée forte de dangers et de promesses (de récits d')aventures à de quoi vous accrocher. On ne va pas trop s’appesantir sur l'aventure elle même, juste apprécier (surprise ?) au passage que l'île représente un milieu hostile qui n'a rien d'un paradis tropical. Nous sommes plus au Nord et l'atmosphère va avec.

"Mais ce qu'il a d'unique, conçut pour fasciner l'esprit blasé des hommes d'expérience, c'est que nous n'y voyons pas seulement une histoire idéale, mais le jeune lecteur en personne et en état d'esprit, comme faisant pour ainsi dire partie intégrante de cette histoire ; nous avons l'impression de la lire par-dessus son épaule (...)" pour reprendre quelques mots d'un critique rapportés dans les notes qui accompagnent le texte. Ça et puis le personnage de Silver, jovial handicapé, cuisinier du bateau, rusé, manipulateur et violent voire volontiers cruel. Le pirate de la légende mais en pire si vous voulez, parce qu'en plus il en deviendrait sympathique et que plus que tout ce qui l'intéresse c'est de rester en vie pour gagner plus tard.

Une figure très particulière qui ne s'épuise pas et semble vivre dans plusieurs monde, ça serait Jim s'il tournait très très mal (il y a une très petite ombre de tentation là-dedans) mais surtout il incarne une concrétisation de l'esprit et là où Jim s'en sort par chance lui à tout l'air de mener sa barque. On ne peut pas à proprement parler de roman d'apprentissage de ce côté mais le lascar qui occupe les esprits c'est Silver.

On ne verse cependant pas dans le mauvais esprit gratuit, d'ailleurs ça a d'ailleurs été vendu en feuilletons pour gamins cette histoire, mais il y a ce petit plus, ce trouble plus profond qu'une légère touche d'incorrection.

Belle galerie de personnages au final et un bon moment qui sait piquer la curiosité et réveiller le besoin de tourner les pages pour savoir la suite ! (est-ce que ça ne serait pas par là que ça commence ?)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
Ariane SHOYUSKI

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeDim 18 Oct 2015 - 14:01

Merci Animal pour le commentaire.
J'ai un très bon souvenir de cette lecture.
Je devrai le relire un jour.
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeJeu 22 Oct 2015 - 22:14

Le début, pour prolonger un peu le plaisir :

Citation :
C'est à la demande du seigneur Trelawney, du docteur Livezey et des autres messieurs, que je prends la plume en l'an de grâce 17..... Ils m'ont prié de coucher par écrit tous les détails relatifs à l'île au trésor, du début à la fin, sans rien omettre à l'exception de la position de l'île, pour la seule raison qu'une partie du trésor s'y trouve encore. je me reporte donc à l'époque où mon père tenait l'auberge de L'Amiral Benbow, en ce jour où le vieux marin basané, au visage entaillé d'une balafre, prit ses quartiers sous notre toit.
Je le revois comme si c'était hier, arrivant d'un pas lourd à la porte de l'auberge, suivi par une brouette qui portait son coffre de marin. L'homme était grand, vigoureux et corpulent. Il avait le teint bistre, les cheveux noués en une queue poisseuse qui retombait sur le col d'un habit bleu couvert de taches, des mains rugueuses et couturées, des ongles noirs et cassés et, en travers de la joue, la marque laissée par un sabre, d'un blanc sale et livide. Je le revois parcourir des yeux la crique tout en sifflotant, puis de cette voix aiguë et chevrotante qu'il semblait avoir accordée puis brisée en virant au cabestan, il entonna la vieille chanson de marin qu'il devait reprendre si souvent par la suite :

Z'étions quinz'homm'su'l'coff' du mort
Hisse et oh! - et une bouteille d'rhum !

Ensuite à l'aide d'un bâton qu'il tenait à la main, en forme d'anspect, il frappa à la porte et, à l'arrivée de mon père, réclama avec rudesse un verre de rhum. Dès qu'il fut servi, l'étranger le but lentement, le dégustant en connaisseur, sans cesser pour autant d'observer les falaises et l'enseigne de l'auberge.
"Épatante, cette crique, finit-il par dire. Joliment située aussi ç'tte réserve de rhum. Beaucoup d'passage, camarade ?"

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeDim 28 Fév 2016 - 15:16

Si vous aimez les romans d' aventures de grand style, ceux d' Alexandre Dumas par exemple, alors précipitez-vous sur Les Aventures

de David Balfour de Stevenson. Ce livre est grand, meme le sévère et raffiné Henry James le pensait.

Mais quel dommage que Stevenson ait du lutter contre la maladie et le temps, qu' il ait été forcé d' écrire des feuilletons alimentaires et

qu' il soit mort si jeune.

David Balfour, je suis en cours de lecture, j' y reviendrai.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Mar 2016 - 20:26

Robert Louis Stevenson - Page 5 Steven10
Robert Louis Stevenson : Les Aventures de David Balfour. Enlevé. - Le Serpent à plumes

Pendant les années 1700-1720, l' Ecosse est déchirée entre les partisans du roi George et  ceux de jacques III exilé en France.
Stevenson est en passe d' écrire un roman historique à la Walter Scott sur le sujet : conjurations, coups d' épées, enlèvements, etc.
Heureusement pour lui et pour nous, il rencontre mentalement les deux personnages qui vont animer le roman.
Il écrit dans une lettre :

"J' avais commencé Enlevé à moitié pour le plaisir, à moitié pour faire bouillir la marmite. Et soudainment tout bascula. David et Alan
 s' échappèrent du canevas et je m' aperçus que j' étais dans un autre monde." 

A dix huit ans, David Balfour devenu orphelin part de chez lui pour gagner sa vie. Il se rend chez un oncle, le frère de son père.
Mais il est tellement bien accueilli qu' il manque de peu etre assassiné. On apprendra rapidement que l' oncle en question craint
que son neveu fasse valoir ses droits.
  David est un solide gaillard et il a oublié d' etre sot. Mais l' oncle réussira quand meme à l' assommer et à le faire embarquer contre
son gré sur un bateau pirate en route vers l' Amérique.

La suite est délectable, vous pourrez vous en assurer vous meme. Stevenson a le talent de conteur d' Alexandre Dumas et quelques autres dons en plus.
Sachez seulement que le sort de David va etre rapidement lié à celui d' Alan Breck, partisan de George, le roi en exil. Sa tete est mise
à prix et il a l' armée de Jacques III à ses trousses.
Les voilà donc en fuite, aux prises avec la faim, la fatigue, le froid. Et forcés inlassablement de marcher, courir, se cacher à travers
landes et fougères. Au risque d' etre dénoncés.

Heureusement David et Alan sont jeunes et courageux. Leurs rapports certes sont  par moments orageux.
Stevenson ne cache jamais leurs faiblesses. Trop pauvres pour ne pas etre fiers, un brin vaniteux et bravaches, ils se disputent souvent.
Alan, l' ainé, est  téméraire et semble inflexible, mais David, tire parti au mieux de sa jeunesse et de ses caprices pour faire tourner
Alan en bourrique. 
Et tel est le sel de cette aventure et des rapports entre les deux amis. Qui, quand ils ne se chamaillent pas sont les meilleurs amis du
monde. Amitié amoureuse ? On peut se le damander tant l' attraction des ces deux-là est forte.
Et puis, Stevanson est très à l' aise quand il s' agit de traiter de  l' ambivalence des sentiments. Ceux qui ont lu Le Maitre de Balantrae
ne me contrediront pas.

C' est peut etre aussi la raison pour laquelle, Henry James aima tellement le roman.

"Personne d' autre que Stevenson , écrit James, n' aurait pu, je pense, camper un tel mélange d' observation sympathique et ironique...
La plus nette supériorité du livre réside dans le fait qu' il campe deux personnages d' aplomb, d' une manière admirable."
Dans le portrait d' Alan Breck, James voit un chef-d'oeuvre et la "querelle entre les deux hommes un coup de génie."

Sachez encore que Enlevé, n' est que la première partie de David Balfour et que la suite, Catriona, sera publiée quatre années plus
tard. Peu avant la mort de Stevenson.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Mar 2016 - 22:55

moi, tant qu'il me reste du Stevenson à lire ça me va.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Mar 2016 - 23:01

animal a écrit:
moi, tant qu'il me reste du Stevenson à lire ça me va.
Oui, mais tout n' est pas égal dans on œuvre. Il a visiblement trop écrit. Pour "faire bouillir la marmite" entre autres raisons,et sa vie fut bien trop courte...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Robert Louis Stevenson - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Robert Louis Stevenson - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Louis Stevenson
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Zabeth, André Louis
» 1848 - Fuite Louis-Philippe
» Louis Prima - Just a gigolo
» 1786 - Visite Louis XVI, Bassin Commerce
» Le centre de loisirs de l'école Robert Doisneau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: