Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Leonardo Padura [Cuba]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:08

Leonardo Padura [Cuba] P20pad10


Citation :
Leonardo Padura est né à La Havane en 1955. Diplômé de littérature hispano-américaine, il est romancier, essayiste, journaliste et auteur de scénari pour le cinéma.
Il a obtenu le Prix Café Gijón en 1997, le Prix Hammett en1998 et 1999 ainsi que le Prix des Amériques Insulaires en 2002.
Il est l’auteur entre autres d’une tétralogie intitulée Les Quatre Saisons qui est publiée à Cuba, au Mexique, en Espagne, Allemagne, Italie, Portugal, Brésil, Royaume-Uni, Etats-Unis, Pays-Bas, Corée, et Danemark
Passé parfait a reçu le Prix des Amériques Insulaires 2002.
Electre à La Havane a reçu les Prix Café Gijón 1997 et Prix Hammett 1998.
L’Automne à Cuba a reçu le Prix Hammett 1999
Les Brumes du passé a reçu le Prix Brigada 21 du meilleur roman noir 2006

Source



Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

1998 Electre à La Havane,  Pages 1, 4, 6,
2000 L’Automne à Cuba, Page 1
2001 Passé parfait, Pages 1, 3, 4
2001 Mort d'un chinois à la Havane,  Page 1, 7,
2003 Le Palmier et l'étoile,  Page 1
2004 Vents de carême Pages 1, 4
2005 Adios Hemingway,  Page 1, 7,
2006 Les Brumes du passé,  Pages 1, 2, 3, 5
2011 L'homme qui aimait les chiens, Page 4, 8,
2014 Hérétiques, Page 6, 7, 8,

Nous avons fait une Lecture Commune de L'homme qui aimait les chiens, à retrouver : ici

Citation :
mise à jour 22/04/16, page 8

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Mer 27 Aoû 2014 - 9:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:09

Tout d’abord il y a les Quatre Saisons – livres qui introduisent son ‘héros’ principal – Mario Conde.

Electre à La Havane / L’Automne à Cuba / Passé parfait / Vents de carême

Leonardo Padura [Cuba] Couver36 Leonardo Padura [Cuba] Couver37 Leonardo Padura [Cuba] Couver38 Leonardo Padura [Cuba] Couver39

Tout comme dans les livres de Qiu Xiaolong, l’important ne se porte pas sur le meurtre, ni sur l’enquête du Commissaire et de son équipe – c’est le fond de l’histoire qu’il faut surveiller. Et chez Leonardo Padura c’est Cuba, plus spécialement la Havane avec le quotidien des gens autour du commissaire, notamment son meilleur ami qui est revenu de la guerre en Angola en fauteuil roulant, ce sont les problèmes de la vie avec l’embargo et comment il font pour vivre et survivre.
Et puisque Leonardo Padura n’a pas choisi l’exil pour lui, on sait qu’on doit creuser un peu plus entre les lignes pour voir la critique – et elle y est – subtile mais bonne.. mais surtout on peut ressentir l’amour de cet auteur pour son ile, pour sa ville..

Si on aime les polars classique – ne pas toucher.. si on veut se laisser emporter sur cette île et faire connaissance de la vie des petits gens à la Havane – bienvenue dans le monde de Mario Conde :heart:

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:09

Il y a encore un autre livre avec Mario Conde Mort d'un chinois à la Havane que je ne peux pas situer, pas trop bon.. pas trop ‘typique’.. je ne sais pas s’il a voulu écrire pour écrire, s’il avait envie de gagner un peu d’argent.. si les gens lui réclamait une histoire avec son Commissaire.. en tout cas seulement à recommander si on est adepte à 150%

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:10

Et puis il y a un livre tout à part

Leonardo Padura [Cuba] Couver42
Le Palmier et l’Etoile
Citation :
Fernando revient passer un mois à La Havane, après 18 ans d'exil, pour enfin trouver le mystérieux manuscrit autobiographique du grand poète José Maria Heredia, auquel il a consacré sa thèse. Il souhaite aussi tirer au clair les circonstances qui l'ont contraint à l'exil. Qui l'a trahi ?
A la mélancolie du retour de l'exilé et au suspens de sa recherche, se superpose le journal de Heredia, alors que Cuba luttait pour son indépendance, ainsi que les réflexions du fils du poète, franc-maçon, vers 1920.
Peu à peu émergent des parallélismes surprenants dans la vie des trois hommes, comme si, à travers les siècles, l'histoire de Cuba marquait d'un sceau fatal les destins individuels. Dénonciations, exil, intrigues politiques, trahisons semblent inévitables à tout créateur talentueux, quel que soit le moment historique qu'il lui est donné de vivre.
Leonardo Padura confirme ici, au-delà du roman noir, son talent d'écrivain. Il nous emmène à la fois dans un voyage aux origines de la conscience nationale cubaine à travers la vie de son premier grand poète romantique, et au cœur des questions que la situation actuelle impose à tous les habitants de l'île.
Moi j’ai adoré – mais une voix tout à fait différent de l’auteur ‘polar’

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:10

Leonardo Padura [Cuba] Couver40
Adios Hemingway
Citation :
Mario Conde a quitté la police cubaine pour se consacrer à l'écriture et au commerce des livres anciens, secteur très florissant dans La Havane dont la décadence se poursuit inexorablement. Au cours de travaux dans le jardin de la maison-musée d'Ernest Hemingway, un cadavre a été déterré. On fait appel au Conde. Dans l'ancien enclos des combats de coqs, le cadavre portait un insigne du FBI, dans la boîte sur la dernière étagère du placard des traces du passage d'Ava Gardner, dans la mémoire des vieux une mitraillette Thompson...
Ce n'est pas facile d'enquêter sur un romancier de la taille de Papa quand on entretient avec son image et ses œuvres des rapports ambigus d'admiration-haine, mais Mario va retrouver des amis de son grand-père qui lui raconteront ce monstre sacré, malade, généreux, odieux, paranoïaque, inoubliable. Il ira jusqu'au bout de l'enquête, au risque de mettre à mal les idées reçues.

Après les quatre saisons, Mario Conde reprend la vie – avec une histoire extraordinaire – Ernest Hemingway entre en scène. Personnage autant associé à cette île – il ne pouvait pas échapper à Leonardo Padura. Et ce qu’il a inventé ici est pour moi un des meilleurs de la série autour du Commissaire.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 0:10

Leonardo Padura [Cuba] Couver41
Les Brumes du passé
Citation :
Mario Conde a quitté la police. Il gagne sa vie en achetant et en vendant des livres anciens, puisque beaucoup de Cubains sont contraints de vendre leurs bibliothèques pour pouvoir manger. Le Conde a toujours suivi ses intuitions et, ce jour d'été 2003, en entrant dans cette extraordinaire bibliothèque oubliée depuis quarante ans, ce ne sont pas des trésors de bibliophilie ou des perspectives financières alléchantes pour lui et ses amis de toujours qu'il va découvrir mais une mystérieuse voix de femme qui l'envoûtera par-delà les années et l'amènera à découvrir les bas-fonds actuels de La Havane ainsi que le passé cruel que cachent les livres. Leonardo Padura nous parle ici de ce qu'est devenue Cuba, des désillusions des gens de sa génération, "des Martiens" pour les plus jeunes mieux adaptés à l'envahissement du marché en dollars, aux combines et à la débrouille. Au-delà du roman noir et de l'enquête de Morio Conde, Leonardo Padura écrit un beau roman mélancolique sur la perte des illusions, l'amour des livres, de la culture, et de la poésie si populaire des boléros. On reste longtemps marqué par l'atmosphère de ces brumes cubaines.

Et le dernier’ œuvre’ (pour l’instant – j’espère que je vais retrouver Mario Conde bientôt)
Mario Conde a quitté la police – mais pas le monde des énigmes, des meurtres, des cas à résoudre.. et il le fait avec brio.. pour moi le grand coup de cœur pour cet auteur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lafreizh
Envolée postale
Lafreizh

Messages : 110
Inscription le : 26/08/2008
Localisation : Bretagne

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 9 Sep 2008 - 22:11

kenavo a écrit:

on peut ressentir l’amour de cet auteur pour son ile, pour sa ville..
Si on aime les polars classique – ne pas toucher.. si on veut se laisser emporter sur cette île et faire connaissance de la vie des petits gens à la Havane – bienvenue dans le monde de Mario Conde :heart:

C'est exactement cela, le vrai sujet des polars de Padura, c'est l'île de Cuba et surtout, la Havane : si les problèmes ne sont pas occultés (pauvreté, corruption, émigration clandestine...), les charmes de la ville sont bien présents (solidarité, chaleur, mer, arôme du café, saveurs de la cuisine...).
Le héros récurrent , Mario Conde, semble en être l'émanation, à la fois lucide et romantique : tourmenté par ses souvenirs et par l'idée d'avoir trahi ses rêves de jeunesse, vite émerveillé par une odeur maritime, un paysage, une femme...
Grand admirateur d'Hemingway et de Salinger, il rêve d'écrire et ne trouve l'élan pour le faire que lorsqu'il est amoureux !

Voici le début de Vents de Carême, que je viens d'emprunter:
"C'était le mercredi des Cendres et, avec la ponctualité de l'éternel, un vent aride et suffocant, comme envoyé directement du désert pour remémorer le sacrifice nécessaire du Messie, s'engouffra dans le quartier, soulevant les détritus et les angoisses. (...)Debout sous le porche de sa maison, Mario Conde observait les effets de cet ouragan apocalyptiques : rues désertes, portes fermées, arbres abattus, le quartier paraissait dévasté par une guerre efficace et cruelle. Alors il sentit croître en lui, avivée par les bourrasques, une vague prévisible de soif et de mélancolie (...) Il percevait l'absence de toute perspective pour la nuit qui approchait et l'aridité de sa gorge comme l'oeuvre d'un pouvoir supérieur capable de modeler son destin entre une soif infinie et une solitude invincible."

Un des remèdes possibles : discussion avec son meilleur ami, arrosée de quelques verres de rhum ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMer 10 Sep 2008 - 18:19

Lafreizh a écrit:
Un des remèdes possibles : discussion avec son meilleur ami, arrosée de quelques verres de rhum ! drunken
Cela me rappelle une manifestation lors du festival à Saint Malo - c'était le dernier jour du festival et pendant la nuit on a eu une tempête incroyable, du vent - la tente du Magic Mirror était déchirée en partie....

La première phrase que Leonardo Padura a dit lors de cette rencontre: je ne crois à peine mes yeux - en dehors le monde est en train de sombrer - mais les gens sont ici pour discuter de littérature.. si on serait à la Havane, on serait installé autour d'une bouteille de rhum... et je ne crois pas qu'on aurait la littérature comme sujet Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lafreizh
Envolée postale
Lafreizh

Messages : 110
Inscription le : 26/08/2008
Localisation : Bretagne

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMer 10 Sep 2008 - 22:07

kenavo a écrit:

La première phrase que Leonardo Padura a dit lors de cette rencontre: je ne crois à peine mes yeux - en dehors le monde est en train de sombrer - mais les gens sont ici pour discuter de littérature.. si on serait à la Havane, on serait installé autour d'une bouteille de rhum... et je ne crois pas qu'on aurait la littérature comme sujet Very Happy

Very Happy
Quelques sujets au hasard : les femmes, la politique, le dernier match de base-ball...la vitesse à laquelle une bouteille se vide !

D'après ton anecdote Kenavo, on peut déduire que Leonardo Padura a mis beaucoup de lui-même dans le personnage du Conde.

Belle rencontre en tout cas ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMer 10 Sep 2008 - 23:12

Lafreizh a écrit:
Quelques sujets au hasard : les femmes, la politique, le dernier match de base-ball...la vitesse à laquelle une bouteille se vide !

D'après ton anecdote Kenavo, on peut déduire que Leonardo Padura a mis beaucoup de lui-même dans le personnage du Conde.
oui je pense aussi qu'il y a beaucoup de Leonardo Padura dans ce personnage (déjà leur tranche d'âge correpsond - au moment des différents livres, Mario Conde a toujours le même âge que Leonardo Padura)... ah oui... c'était vraiment une très belle rencontre drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMer 29 Oct 2008 - 23:15

Leonardo Padura [Cuba] Couver59

Dans le dossier Littérature et gastronomie (Magazine Littéraire novembre) il y a entre autre la question à quelques auteurs “Quels mots ou quels mets vous font-ils saliver?"

Et la réponse de Leonardo Padura :

Plusieurs mots interpellent ma mémoire gustative. Avant tout morue : à chaque fois que je me rends au Portugal, j’en mange, le plus possible. Je la mange sous toutes ses formes, plus particulièrement mayonnaise (je suis accro à la bonne mayonnaise) et quimbombó (du nom d’une plante d’origine africaine – l’un des plats cubains par excellence, pour lequel on cuit la morue avec de la viande et des bananes mûres). La chose se complique en ce qui concerne les mets. En vérité, en tant que Cubain n’ayant mangé pendant tant d’années que ce qu’il a pu trouver, sans poser trop de conditions gastronomiques, je suis très éclectique : les pâtes italiennes me plaisent presque toutes, surtout sans tomate ; les escargots que l’on cuisine en Catalogne ou dans le sud de la France, pour leurs sauces ; la viande de porc cubaine, qui a une saveur particulière, surtout quand il s’agit d’un cochon élevé à la campagne et que l’on a utilisé du charbon végétal pour le rôtir ; tous les riz et les plateaux de fromages français. Il est facile de comprendre que je ne suis pas un amateur de desserts, même si un tiramisu ne me laisse jamais indifférent…

Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeLun 23 Mar 2009 - 17:44

Après avoir beaucoup aimé il y a quelques année Electre à La Havane, Passé parfait et L'automne à Cuba, je viens de finir Vents de Carême.

Pour ceux qui ne connaissent pas Leonardo Padura, il faut présenter son personnage récurrent, Mario Conde, qui s’est rêvé écrivain mais a fini par entrer dans la police, situation dont il est déjà fatigué à 35 ans. Il cultive ses amitiés adolescentes en partageant des repas pantagruéliques et bien arrosés avec, entre autres, El Flaco dont la mère est une cuisinière hors pair… Hmmm, les délicieuses recettes évoquées dans chacun de ces ouvrages ! Du côté des amours, c’est un incorrigible romantique qui tombe amoureux plus vite et plus souvent qu’il ne sort son arme de service.
C’est dire que nous ne sommes pas dans un thriller plein de rebondissements et de d'action. L’enquête, ici sur la mort d’une jeune prof très appréciée dans son lycée, se déroule assez tranquillement, d’interrogatoires en visites plus ou moins fructueuses, ponctués de bons repas, de conversations tranquilles ou de rêveries amoureuses.
L’intérêt de cette série de romans est surtout de lever le voile sur le mode de vie des cubains, des habitants de La Havane en particulier, de la météo (les vents de carême du titre) à l’architecture, la topographie des quartiers ou l’ambiance musicale des cafés. La musique est d’ailleurs très présente dans le livre, du bon rock à la musique cubaine, sans parler du saxophone de la nouvelle conquête de Mario Conde.
Une très agréable promenade à La Havane, à savourer sans perdre de vue l’enquête qui n’est pas inintéressante pour autant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeLun 23 Mar 2009 - 17:55

kathel a écrit:
sans parler du saxophone de la nouvelle conquête de Mario Conde.
Wink

kathel a écrit:
Une très agréable promenade à La Havane, à savourer sans perdre de vue l’enquête qui n’est pas inintéressante pour autant !
contente que Mario Conde te plait aussi.. Very Happy

Je suis impatiente de voir si Leonardo Padura va poursuivre avec son héros.. je l'espère en tout cas Basketball

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: a havane   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 21 Avr 2009 - 19:12

VENTS DE CAREME

En ce printemps 1989, Mario Conde est policier à La Havane.
Mario Conde est un etre complexe et partagé.
Entre les souvenirs d' enfance et de jeunesse... Les projets d' avenir d' alors, les reves, les désirs, l' amitié...
Et la réalité du présent. Le temps qui passe et qui blesse : ses amis, ses reves - l' amour, l' écriture -

Son métier de policier le plonge au coeur de la misère humaine.
Ses enquetes se passent dans univers violent où la cruauté et la douleur
se melent à l' arrivisme et à l' innocence bafouée.
Et il arpente les rues de La Havane, un paradis perdu mais tellement indissociable de lui-meme.

Et ses amours sont rares et se révèlent rapidement trompeuses et illusoires.
Mario est un homme furieux, impatient, exaspéré, frustré et qui se pose bien trop de questions pour espérer etre tranquille un jour.
Et puis il cherche l' impossible... Il le sait, il dit à Karina la femme qu' il
rencontre :

Je crois que le destin de l' homme s' accomplit dans la recherche, non la découverte, bien que toutes les découvertes paraissent le couronnement d' un effort : la Toison d' Or, l' Amérique, la théorie de la relativité... l' amour.
Je préfère etre un chercheur de l' éternel... Plutot un chercheur de l' Eldorado, de l' impossible.
Pourvu que je ne te découvre jamais sur un arbre, ni meme protégée par un dragon, comme la vieille Toison.
Ne me laisse pas t' attraper, Karina.


Alors Mario chérit le reve et berce sa douleur et sa mélancolie.
Il fait partie de ces reveurs de l' impossible, qui savent rapidement que les dés sont pipés et que le reve est la seule façon de continuer...
Et la nostalgie la seule consolation avec l' amitié.


Et c'est pour ça qu' il me va droit au coeur Mario Conde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitimeMar 21 Avr 2009 - 19:19

Alors là, je note tout de suite! L'extrait que tu as choisi me parle! Et la personnalité du personnage a l'air intéressante... Enfin bon, je note, je note!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




Leonardo Padura [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Leonardo Padura [Cuba]   Leonardo Padura [Cuba] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Leonardo Padura [Cuba]
Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» 2 janvier 2016 (w/ Paul)
» vw à Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: