Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Variations sur une oeuvre littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Variations sur une oeuvre littéraire   Jeu 11 Sep 2008 - 20:29

Je reprends une idée du Magazine littéraire , retrouver des images ( peintures, photos, films, etc) en rapport direct, ou même qui vous évoquent, une oeuvre littéraire.
Ce mois-ci, c'était Macbeth de William Shakespeare



Macbeth John Martin XIXème siècle National Gallery of Scotland Edimbourg



les Trois Sorcières de Macbeth Johann Heinrich Füssli 1783 huile sur toile, collection The Royal Shakespeare Company



Dame Ellen Terry en Lady Macbeth
,Eves Reginald Grenville d'après une peinture de John Sargent 1896, huile sur toile. Herbert Art Gallery Coventry Grande Bretagne




Sarah Bernhardt photographiée en Lady Macbeth par Félix Nadar ( l'adaptation était de Jean Richepin)

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Jeu 11 Sep 2008 - 21:03

ah ! quelle bonne idée singe

je reprends celles qui m'étaient venues :

sur le fil Buzzati, en cours de lecture des Nuits difficiles...

c'est un peu la même impression que de Chirico, je lisais hier et quelque part je voyais...




et puis ailleurs il y a Le rivage des Syrtes de Julien Gracq et... plusieurs en fait (dans le désordre !) :


Moonlit Night on the Dnieper, Arkhip Kuindzhi, 1880



Santa Maria della Salute, Venice, by Moonlight, Edward John Poynter, 1863

et (et les autres) :



L'île des morts de Arnold Böcklin (1886)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Jeu 11 Sep 2008 - 22:29

Puisque j'en parlais tout à l'heure, Les nouvelles romaines de Moravia m'ont évoqué des "comédies à l'italienne" comme Le pigeon (I soliti ignoti) de Mario Monicelli, 1958.





Une vie difficile (Una vita difficile) de Dino Risi, 1961.
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Ven 12 Sep 2008 - 20:40

Macbeth au cinéma


Orson Welles


John Finch dans le Macbeth de Roman Polanski


Le Château de l'araignée Akira Kurosawa

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Dim 18 Jan 2009 - 9:29

oeuvre littéraire... faut voir, mais ça s'impose. Elie Faure et le Douanier Rousseau :

extrait* pioché de l'introduction de l'histoire de l'art :

L’art, qui exprime la vie, est mystérieux comme elle. Il échappe, comme elle, à toute formule. Mais le besoin de le définir nous poursuit, parce qu’il se mêle à toutes les heures de notre existence habituelle pour en magnifier les aspects par ses formes les plus élevées ou les déshonorer par ses formes les plus déchues. Quelle que soit notre répugnance à faire l’effort d’écouter et de regarder, il nous est impossible de ne pas entendre et de ne pas voir, il nous est impossible de renoncer tout à fait à nous faire une opinion quelconque sur le monde des apparences dont l’art a précisément la mission de nous révéler le sens. Les historiens, les moralistes, les biologistes, les métaphysiciens, tous ceux qui demandent à la vie le secret de ses origines et de ses fins sont conduits tôt ou tard à rechercher pourquoi nous nous retrouvons dans les œuvres qui la manifestent. Mais ils nous obligent tous à rétrécir notre vision, quand nous entrons dans l’immensité mouvante du poème que l’homme chante, oublie, recommence à chanter et à oublier depuis qu’il est homme, à la mesure des cadres trop étroits de la biologie, de la métaphysique, de la morale, de l’histoire. Or, le sentiment de la beauté est solidaire de toutes ces choses à la fois, et sans doute aussi il les domine et les entraîne vers l’unité possible et désirée de toute notre action humaine, qu’il est seul à réaliser.


et Rousseau :


Moi-meme, portrait-paysage, 1890



* : pas facile de trouver de l'extrait révélateur (parce que c'est un peu le bazar Elie Faure), pourtant pour la tendance à expliquer spontanément un monde selon son image et ses convictions il est assez doué !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Dim 18 Jan 2009 - 18:29

Marie a écrit:
Macbeth au cinéma

Lady Macbeth de Mzensk
de Shostakovich actuellement à l'opéra de Paris (et en DVD car c'est la reprise de la production d'Amsterdam). Une mise en scène géniale pour cet opéra surpuissant, jugé obscène et interdit par Staline, qualifié de "pornophonie" par un journaliste américain de l'époque. J'en dirai plus sur un fil spécifique.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Jeu 22 Jan 2009 - 20:11

Citation :
Lady Macbeth de Mzensk de Shostakovich actuellement à l'opéra de Paris (et en DVD car c'est la reprise de la production d'Amsterdam). Une mise en scène géniale pour cet opéra surpuissant, jugé obscène et interdit par Staline, qualifié de "pornophonie" par un journaliste américain de l'époque. J'en dirai plus sur un fil spécifique

Dans l'attente:



Et sur le site de l'opéra de Paris
ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Lun 28 Mar 2011 - 16:10

L'île des morts d’Arnold Böcklin (1886, voir ci-dessus) joue un rôle important dans un roman de Matthias Politycki que plusieurs Parfumés ont lu ce mois-ci, Roman de l’au-delà (TO, Jenseitsnovelle).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Lun 28 Mar 2011 - 21:24

C'est très intéressant tout ça... Very Happy

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Mar 29 Mar 2011 - 8:18


Homer Winslow, La mer

dans Ragtime de E.L. Doctorow

tout au début du livre: "dans ce temps, Homer Winslow venait pour peindre"


je ne lis pas ce livre en français et ne peut donc pas citer toute la phrase.. mais cela faisait plaisir de le croiser.. on a tout de suite des images en tête Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Mar 29 Mar 2011 - 10:50



Falaises de craie sur l'île de Rügen (1818)



Jérôme de Jean-Pierre Martinet (Ed. finitude)

Citation :

Vous aimez Friedrich, Jérôme ? [...] Il y a peu de peintres qui m'émeuvent autant que cet Allemand. Ce sentiment de solitude. L'effroi. Une joie mytérieuse rôde, malgré tout.
J'ai parfois retrouvé, rarement. On s'y perd. C'est sur la mort. Vers la fin de sa vie, Dreyer aussi. Le tableau s'appelle "Les Blanches Falaises de Rügen". Les personnages de Friedrich sont toujours vus de dos ou de trois quarts. Absorbés dans une contemplation silencieuse. Le secret est leur royaume. Ils pensent à autre chose. Ils sont ailleurs.
On ne peut assurer qu'ils soient vivants. Enfin moi, je ne l'affirmerais pas. Vous savez, monsieur. C'est sur la mort, Jérôme, c'est sur la mort, rappelez-vous [...] Mais il y a quelque chose dans ce paysage qui m'attire mystérieusement. [...] Non, je voulais dire, excusez-moi, en même temps il m'angoisse. Comme s'il contenait une menace imprécise. C'est peut-être cet homme au tricorne, vu de dos, qui me trouble. Que peut-il bien regarder ?
Son compagnon (mais est-ce vraiment son compagnon ? ) prosterné dans l'herbe, semble ramper vers la jeune femme au bras levé. Pour l'étrangler, pour la violenter ? Comment savoir ? Et elle, que désigne-t-elle de son index, quelle réalité terrifiante dérobée à notre regard ? Et pourquoi donc, monsieur, les rochers ont-ils l'air de poignards prêts à s'enfoncer dans la gorge de celui qui regarde le tableau ? Si un jour, ces trois fantômes (car ce sont des créatures d'un autre monde, j'en suis à peu près persuadé) se retournaient brusquement vers nous, que feriez-vous ? Vous ne devriez pas garder chez vous cette reproduction. Croyez-moi, déchirez-la, et vite. Sortons. p. 247
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Mer 30 Mar 2011 - 22:44



Charles-François Daubigny (toile datant de 1871)



"Un été dans la combe" de Jean-Pierre Pirotte. (Ed La petite vermillon)

Citation :
J'ai ouvert le paquet, qui contenait en effet une peinture à l'huile. un paysage avec des arbres tourmentés, un ciel bourru, des verts puissants et profonds. Je n'y connaissais rien en peinture, j'ai cependant trouvé celle-ci fort belle [...] J'ai passé ma soirée assis à côté du feu maigre, à contempler le tableau.
Dans ma combe, les verts de Daubigny se sont mis à vibrer sous le ciel changeant.(p.115)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Ven 22 Avr 2011 - 12:06






Qui me dira jamais d'où venait le "Jockey perdu"
que Magritte peignit sur un échiquier de feuillage ?
De quelle futaie dormante, de quel hippodrome clandestin
dont les pistes bifurquaient inexplicablement ?



André Hardellet


(Campagnes, extrait de Sommeils, in La Cité Montgol / Ed.Seghers)

Toile "Le jockey perdu" (1942), de René Magritte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Dim 10 Mar 2013 - 11:47

Constance a écrit:


Charles-François Daubigny (toile datant de 1871)



"Un été dans la combe" de Jean-Pierre Pirotte. (Ed La petite vermillon)

Citation :
J'ai ouvert le paquet, qui contenait en effet une peinture à l'huile. un paysage avec des arbres tourmentés, un ciel bourru, des verts puissants et profonds. Je n'y connaissais rien en peinture, j'ai cependant trouvé celle-ci fort belle [...] J'ai passé ma soirée assis à côté du feu maigre, à contempler le tableau.
Dans ma combe, les verts de Daubigny se sont mis à vibrer sous le ciel changeant.(p.115)

Ma vision personnelle (et que je ne sais m'expliquer ...) d'Un été dans la combe de Pirotte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   Lun 29 Avr 2013 - 14:46



La plage de Scheveningen de Jacob van Ruysdaël (vers 1670)




"La plage de Scheveningen" de Paul Gadenne (Imaginaire Gallimard)


Citation :
Sans doute, en peignant cette Plage de Scheveningen, Ruysdaël n'avait-il pas songé à renouveler l'art de peindre; mais ils avaient trouvé là, à un moment de leur vie - comme ils étaient jeunes ! - une nourriture à leur imagination. Ils s'étaient donné ensuite un mal fou, se trouvant pour trois jours en Hollande, pour chercher ce tableau qui finalement, à leur retour en France, s'était révélé être à Londres et qui, par son obstination à leur échapper sous toutes ses formes, leur était devenu une énigme. Ils avaient aimé chez ce peintre son goût des arbres, ses façons de marier les rythmes de la terre et ceux du ciel, en un temps où, heureux d'eux-mêmes, ils ne demandaient autre chose à la peinture que d'exalter, où même de maintenir sous leurs yeux, certains aspects privilégiés du monde. ( p.72)



Citation :
Arnoult pensa aux petits personnages que Ruysdaël avait représentés sur "La plage de scheveningen". Leur mort ne paraissait pas du tout pouvoir faire l'objet d'un problème.
Les années, les siècles passent, le même rayon de soleil transperce éternellement les nues, la plage répond au même assaut des vagues, les mêmes petits personnages sont toujours là, noyés dans l'immensité, le poudroiement du sable, et personne ne se demande leur nom. (p.172)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Variations sur une oeuvre littéraire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Variations sur une oeuvre littéraire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiches pratiques sur la propriété littéraire et artistique
» Guernesey... un succès littéraire.
» Le prix littéraire du Cotentin.
» Création littéraire et poétique
» Exploratology - box littéraire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Peinture, photographie…-
Sauter vers: