Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Henri Bosco

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 19  Suivant
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 30 Déc 2011 - 15:50

Merci Marko pour toutes ces infos.

J'avoue que je me sens incapable de "résumer" l'antiquaire.

Si c'est pour mutiler le livre, je préfère m'abstenir en évoquant simplement une initiation dans les règles de l'art qui ne manque ni de références érudites (comme Melchisédech), ésotériques (incluant notre subjectivité aux frontières ténues entre rêves/réalités/hallucinations, oui, oui, mettons un "s" partout)), religieuses (avec "l'ivresse dyonisiaque", qui n'est pas celle qu'on croit), symboliques (les anneaux et autres talismans), géographiques (bien sûr, le désert est omniprésent ou les lieux fermés et sombres), etc...

Les rencontres.
Incontournables car l'initié "passe le relais" à celui qui sommeille encore.

Et enfin, les états de conscience altérés la plupart du temps.

La grande originalité de Bosco selon moi : le chemin n'est pas béatement mystique. Schématiquement lumineux. Il est bien noir, fangeux, marécageux et très dangereux.

En cela, son livre prend un peu le contrepied des postures habituellement adoptées pour traiter ce sujet. Ces postures finissent toujours sur une ouverture solaire, éthérée, cosmique, etc...à grand renfort de "transfigurations", "révélations", "ravissements" ou "transports" divers.

Bosco choisit de travailler en amont sur la matière humaine "brute", inférieure, celle qui doit être dégrossie, polie, affinée... Il déroule le processus avant de suggérer l'éclat final, diamantin, quand le héros a trouvé la voie (mais on n'y assiste pas).

Et j'ai trouvé ce regard original très riche d'enseignement et très élevé. Pas facile à traiter en littérature.

N'importe qui peut verser dans un mysticisme un peu facile (il y a des poncifs), mais peu d'écrivains sont capables de sonder les aspérités d'une âme en devenir.

Bosco me manque et il me faut vite la suite.
honte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 30 Déc 2011 - 19:00

tina a écrit:
Avant de revenir, plus tard, sur l'Antiquaire, une phrase qui me fascine, car je m'y reconnais :


« J’ai tant d’amour pour ce qui se voit, pour ce qui s’entend, pour ce qui se respire et ce
qui se touche, que je me sauve de ma contemplation, exclusive des autres, par de vifs
regards jetés autour de moi, justement sur les autres. »

(Un Oubli moins profond, p.67) coeur


Je suis en train de lire Un oubli moins profond et j'ai du mal à m'arrêter dans ma lecture...
Je me dis que c'est peut-être un ouvrage pour aborder Henri Bosco.
C'est le tome consacré à ses souvenirs d'enfance...
On a la joie d'y trouver l'enfant solitaire et imaginatif dont les rencontres et les expériences (sans doute assez banales mais que lui rend extraordinaires et mystérieuses) sont à la source de ce qu'il écrira plus tard... Simple, passionnant, parfois fascinant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: p   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeLun 2 Jan 2012 - 21:32

coline a écrit:

Je suis en train de lire Un oubli moins profond et j'ai du mal à m'arrêter dans ma lecture...
Je me dis que c'est peut-être un ouvrage pour aborder Henri Bosco.
C'est le tome consacré à ses souvenirs d'enfance...
On a la joie d'y trouver l'enfant solitaire et imaginatif dont les rencontres et les expériences (sans doute assez banales mais que lui rend extraordinaires et mystérieuses) sont à la source de ce qu'il écrira plus tard... Simple, passionnant, parfois fascinant...

Et finalement sa propre vie devient à travers sa plume aussi magique que celle de ses alter ego de fiction. Mais la plupart de ses romans comprennent déjà souvent beaucoup d'autobiographie.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeSam 7 Jan 2012 - 21:38

Un oubli moins profond

C’est en 1961 qu’Henri Bosco fait paraître Un oubli moins profond, le premier titre d'une trilogie de Souvenirs d'enfance qui comprend également Le chemin de Monclar (1962) et Le Jardin des Trinitaires (1966).

Ce livre fait revivre des personnages et des événements qui s’inscrivent dans l’enfance de l’écrivain, une période qui correspond à ses « lointains », à son « ultime horizon […] encore visible », les années entre 1894 et 1898, il a alors entre 6 et 10 ans.
Le récit ne respecte pas la chronologie des événements, aucun des événements n’est daté, l’auteur s’installe entre souvenir et fiction, on ne peut pas à proprement parler d’autobiographie.

« Voici des souvenirs. écrit-il.
Tels qu’ils sont revenus à moi du fond de ma mémoire, je les ai notés et je les présente »
Ou encore :
«Je ne sais plus si j'ai ou non inventé cette scène et si ce personnage attentif aux oiseaux de nuit est une fiction ou moi-même en songe. Car le souvenir n'est qu'un songe où l'on est un peu ce qu'on fut et beaucoup plus ce que l'esprit en imagine »

Dans le récit de ses souvenirs, Henri Bosco cherche à se mieux connaître :
« […] me découvrir tel que je suis, puisque je l’étais bien plus clairement à cet âge tendre, où ce qui sera aspire de toutes ses forces à le devenir ».

Huit chapitres composent cet ouvrage , une vingtaine de courts récits entre lesquels voyage sa mémoire de façon sinueuse. Faisant renaître, pour le lecteur qui se passionne, des personnages que l’on retrouve parfois dans son oeuvre, des expériences, des découvertes et les émotions de l’enfant qu’il fut.

L’évocation de ses parents est emplie de tendresse et d’admiration.
La mère, rêveuse et « éprise de nuages », qui « a le don de voir ce qu’on ne voit pas ».
Le père, bricoleur perfectionniste qui lui fabrique des jouets trop parfaits et fragiles dont il ne faut pas se servir … « Ce petit homme sec, basané, l’air maussade » enchante l’enfant, chaque soir, par son art de conter.
Tous deux lui enseignent les « premiers rudiments de l’écriture, du calcul, du solfège, de l’Histoire sainte ».

On croise encore Julie, la nourrice…
Ou la fameuse Tante Martine qui traversera ses romans : « ce qu'on aime, on l'aime tant qu'on le romance, et ainsi j'ai un peu romancé Tante Martine . »
Et puis une foule de personnages comme un marchand des quatre-saisons, un couple d’épiciers, le cordonnier Simon, le vieux pâtre Béranger et le braconnier Bargabot. A propos de ces derniers, Bosco écrit : « Lorsque je prononce [leurs deux noms] ces âmes sortent de l’oubli et je les vois encore dans la forme de ces figures qui vivaient et erraient au bord de la rivière, au temps où j’y errais moi-même, enfant solitaire que hantaient les eaux ».

Disséminés dans le paysage, il y a encore plusieurs artistes, de pauvres gens, des « gens de la balle » parmi lesquels le bouleversant clown pathétique Babinello, dénommé « Tête de mort ».

L’enfant solitaire se promène assez librement, parfois dans des « lieux sauvages », il observe et ressent…il sent, dit-il, comme « sentent, pensent les choses […] l’arbre et la pierre ».

« il faut avoir les arbres de son sang, de sa race. Moi, j’ai les secs, les coriaces, ceux qui restent indéracinables, tant sur leur sol que dans mon cœur.[…] j’ai le même sang que mes arbres. Je vis de leur vie, et je souffre avec eux, en eux, du froid, du gel, des chaleurs excessives. Cela, c’est être, c’est aimer ».

L’enfant aime la nuit et ses mystères. Il aime le secret.
Il remarque tous les bruits, toutes les odeurs…Il sait percevoir dans le silence la terre et le cosmos …

Il évoque aussi la rédaction d’un conte, à l’âge de sept ans, une « aventure d’enfance sortie des eaux, vécue sur les eaux ] », écrit-il. L’ébauche de L’Enfant et la rivière.

Reprendre contact avec l’œuvre d’Henri Bosco par la lecture d’Un oubli moins profond me semble judicieux. On trouve en germe dans les souvenirs de sa petite enfance les éléments de son caractère, et dans son mode de vie et d’appréhension du monde, la source de son œuvre d’écrivain de génie.

« Je découvre des quantités d’événements, de personnages, de sentiments, de joies, de peines que j’avais oubliés et qui me reviennent par enchantement. Je ne les évoque pas par nostalgie, mon enfance n’ayant pas toujours été un jardin de délices. Je n’ai pas le regret de mon passé. J’y cherche l’avenir qu’il présupposait - et qui fut, et qui même est encore ma vie. Et puis, c’est un enrichissement. On est riche de ce qu’on fut quand on en retrouve la jouissance dans ce qu’on est ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeSam 7 Jan 2012 - 23:40

coline a écrit:

«Je ne sais plus si j'ai ou non inventé cette scène et si ce personnage attentif aux oiseaux de nuit est une fiction ou moi-même en songe. Car le souvenir n'est qu'un songe où l'on est un peu ce qu'on fut et beaucoup plus ce que l'esprit en imagine »

Proust serait bien d'accord avec ça! Très chouette ton commentaire.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeDim 8 Jan 2012 - 13:56

Merci! content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeDim 8 Jan 2012 - 17:37

C'est la phrase que cite Marko qui me marque également. coeur
Une éternelle question pour un être humain, perdu dans le marécage de ses sensations : est-il rêve, fiction, cauchemar, ou (belle idée) songe de Dieu ?

Pour ma part, j'ai commencé Le sanglier hier.
Puis, j'ai pu me procurer l'antiquaire, d'occaz, un peu cher, mais bon, ce livre est rare.

J'ai parcouru aussi le livre autobiographique de Jean Clair, hier : Journal atrabilaire.
C'est là qu'on se rend compte à quel point cet exercice est périlleux. Tout est jeté en vrac, mêlé de quelques réflexions pertinentes, mais qui ne masquent pas la banalité de l'ensemble et la platitude du propos. (je ne recommande pas)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeDim 8 Jan 2012 - 22:32

tina a écrit:

J'ai parcouru aussi le livre autobiographique de Jean Clair, hier : Journal atrabilaire.
C'est là qu'on se rend compte à quel point cet exercice est périlleux. Tout est jeté en vrac, mêlé de quelques réflexions pertinentes, mais qui ne masquent pas la banalité de l'ensemble et la platitude du propos. (je ne recommande pas)


au moins tu ne serais pas déçue avec les souvenirs d'Henri Bosco... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 13:12

Le sanglier
Et le charme a encore agi !
Fini hier soir et je nage toujours dans cette atmospère envoûtante, pleine de pièges et de peurs, qui attirent pourtant comme un gouffre enchanteur.
On sent que c'est un début d'oeuvre et que l'écrivain creusera chaque sillon.
En lisant l'antiquaire et ensuite le sanglier, j'ai fait le chemin à l'envers mais cela permet d'assister à l'évolution de la technique littéraire qui s'affine.
Il est difficile de résumer ce livre car le sanglier est un vaste symbole tellurique, chtonien, de forces souterraines, vitales, dramatiquement puissantes et carnivores, mais qui sont le socle de la vie aussi.
Le héros, encore une fois, n'hésite pas à affronter ce qui le dépasse, le subjugue et le terrasse un peu. Il en ressort indemne mais re né. Ca tombe bien, c'est son prénom, RENE.
Pas un hasard.
Il y a peu de personnages, qui se renvoient le mystère comme une balle de ping pong et incarnent des symboles. On ne les aborde pas avec de la psychologie ordinaire. Les personnages d'HB sont tous reliés par un fil invisible, symbiotique et violent.
Même thématique que l'autre livre : affronter les ténèbres, quitte à y laisser sa peau. Tout s'explique et rien ne s'explique à la fois, HB prenant soin de nous ouvrir tous les horizons et de nous laisser cheminer.

Commencer l'année 2012 avec lui est s'offrir un grand voyage (peut-être le seul valable), surtout que j'attends ma commande du reste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 18:11

tina a écrit:

Le héros, encore une fois, n'hésite pas à affronter ce qui le dépasse, le subjugue et le terrasse un peu. Il en ressort indemne mais re né. Ca tombe bien, c'est son prénom, RENE.
Pas un hasard.

Henri Bosco - Page 10 Folio510

La barque à bout d'élan finit par s'arrêter ente l'île et le rivage. On mouilla au point mort. Le site et le silence nous intimidaient. Nous étions tellement émus que, pendant tout notre repas, nous n'osâmes pas dire une parole.
Je dormis mal. Car la nuit fut hantée. Sous le silence de ces lieux étranges, à force de se taire, on finissait par percevoir comme la vibration sourde d'une vie indéfinissable: des bruits vagues ou des soupirs, plus loin, un murmure, peut-être un pas hésitant sur la grève, le souffle d'un être invisible et, sous le miroir des eaux calmes, le mouvement mystérieux des eaux secrètes...


Aucun nom de personnages n'est choisi au hasard. Même le petit Pascalet de "L'enfant et la rivière" vient de la Pâques et évoque lui-aussi la résurrection ou la renaissance qui traduit son passage de l'enfance à l'adolescence. Ce roman souvent associé à la littérature enfantine est pourtant un roman écrit tardivement et qui illustre de manière très modeste et limpide le thème de l'initiation et du passage. La rivière mène de la maison familiale de l'enfance protectrice vers l'île des gitans où il va devoir affronter un certain nombre d'épreuves. L'île qu'on retrouve sous cet angle dans le film de Zviaguintsev Le Retour par exemple et qui dans la tradition antique est un lieu d'accès à la maturité et aussi à une forme de spiritualité.

Henri Bosco - Page 10 Lereto10

Sur son chemin il rencontre un certain nombre d'animaux et d'objets qui ont aussi un sens ésotérique ou mystique. Un Ours, une loutre, un âne, un coq qui font référence à la résurrection, au renouveau, au changement des saisons, au monde profane et aussi aux traditions sacrées de l'Antiquité. Il y a une conque, un arc, un four, une rose des vents... qui traduisent aussi la métamorphose et le passage du monde des ténèbres à la lumière comme dans Orphée et Eurydice (dont il reprendra le mythe dans « Une Ombre » son dernier roman inachevé). Symboles chrétiens ou profanes, roman d'apprentissage autant qu'initiatique.

Tous les personnages chez Bosco sont des projections de lui-même, souvent inspirés de sa propre vie, et qui accomplissent le même cheminement qui prend une dimension de quête mystique. Il était très croyant et pensait, en digne héritier d'une certaine tradition romantique (Novalis, Kleist, Bentano) et mystique (Dante, Virgile, Guénon) qu'il revendique, aux relations intimes de l'homme avec la nature et à la magie de la poésie comme moyen d'atteindre à l'essentiel de l'être humain, à ce qu'il considérait comme étant "l'âme", ce lieu des profondeurs où on accède parfois par les rêves (ses personnages rêvent souvent). Le plus étonnant étant qu'on peut parfaitement admirer son univers et son style sans être forcément croyant soi-même. Que le chemin conduise vers Dieu ou n'importe quelle forme de transcendance, il reste toujours cette puissance du verbe qu'il maîtrise d'une façon complètement envoûtante sous l'apparence de la plus pure simplicité et d'une vision presque naturaliste où la pensée magique ferait quelques intrusions comme dans les contes ou la mythologie au cœur d’un roman d’aventure.

Seule la descente aux enfers qu'est la connaissance de soi ouvre la voie à l'apothéose (Kant, Métaphysique des moeurs)

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Ven 13 Jan 2012 - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 18:37

J'ai toujours pensé que les poètes étaient des mystiques. Dit autrement, la poésie est une voie.

J'ai passé aujourd'hui un long moment à regarder des photos du Lubéron sur internet car je ne connais pas. (J'ai appris au passage que Camus y avait eu une maison).

Toutes les petites constructions en pierre sont bien propices à la méditation.

Pour le sanglier, tout de même, l'inspiration semble bien venir des Celtes. Même si j'ai vu que dans la mythologie grecque, le sanglier est paré de la même symbolique.

J'ai reçu mon paquet et commence ce soir Le mas théotime. aime

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 18:42

tina a écrit:
J'ai reçu mon paquet et commence ce soir Le mas théotime. aime

Tu as vu qu'on en a fait une lecture commune sur parfum? A bientôt pour ton commentaire alors!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 18:47

Non, faute de temps, je participe peu et ne lis que quelques rares fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeVen 13 Jan 2012 - 18:55

tina a écrit:
Non, faute de temps, je participe peu et ne lis que quelques rares fils.

Si tu as envie d'y jeter un oeil après ta lecture... C'est: Ici

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitimeSam 14 Jan 2012 - 0:20

tina a écrit:


J'ai passé aujourd'hui un long moment à regarder des photos du Lubéron sur internet car je ne connais pas. (J'ai appris au passage que Camus y avait eu une maison).


Camus et Bosco sont enterrés tous deux dans le cimetière de Lourmarin...

Henri Bosco - Page 10 Snb11510 Henri Bosco - Page 10 Snb11511
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Henri Bosco - Page 10 Empty
MessageSujet: Re: Henri Bosco   Henri Bosco - Page 10 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Bosco
Revenir en haut 
Page 10 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» décès d'HENRI TROYAT
» Recherche un T-shirt de la ZM-FN
» F912 - Malaga en 1997 (photos de Bosco)
» Je m' présente, je m'appelle Henry
» Transformer son eau du robinet en "Eau Diamant".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: