Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Arno Geiger [Autriche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Arno Geiger [Autriche]   Dim 14 Sep 2008 - 19:25



Arno Geiger, né en 1968 à Bregenz, vit à Vienne. Tout va bien, son quatrième roman, a reçu le Deutsche Buchpreis en Allemagne et s'est vendu à plus de deux cent mille exemplaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Dim 14 Sep 2008 - 19:51

Arno Geiger fait partie de la jeune vague des auteurs autrichiens,né en 68.Tout va bien est un tour de force littéraire dans lequel je suis entré à pas comptés.J'ai d'ailleurs mis pas mal de temps pour le lire.C'est que la famille Erlach,au long de 70 ans d'Histoire de l'Autriche ne laisse pas si facilement apprivoiser son intimité.Sur un tempo d'allées et venues entre 1938 et 2001 nous assstons à la vie d'une famille qui aura tout connu de l'histoire,Anschluss,compromissions,Guerre Froide, désarmement,chute du Mur,dans ce curieux pays mort au moins deux fois en moins de quarante ans.Rien dans ce pays n'est tout à fait comme autre part.Il règne comme dans Le troisième homme une sorte d'arrangement" permanent et d'amnésie compréhensible,d'où probablement des gens comme Michael Haneke ou Thomas Bernhard.

Mais Tout va bien évoque aussi les petits tracas,le manque de carburant,la maison familiale à liquider,les souvenirs de la Vienne impériale,et mille petite misères de quatre générations.Ce livre a eu un succès prodigieux en Germanophonie.Relativement déconcertant car on ne sait guère où il veut en venir,c'est une belle aventure de lecture dont les mots sont parfois assez près d'une désespérance belle à se damner.

Minuscule extrait sur le vieillissement:
Citation :
Son ventre s'arrondit misérablement,des bourrelets gélatineux entourés de plis profonds et pas le moindre soupçon de bronzage bien que l'été vienne à peine de finir.Pas de muscles non plus,de la graisse,rien que de la graisse,des bouffissures,tout le gras des sept années grasses.Là-dessus des poils sombres et gris rassemblés autour d'un nombril blanchâtre,comme s'il en émanait un attrait magique...

Pas de doute,les Autrichiens de talent sont revenus sur les bords du Danube.Il a fallu bien des décennies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Dim 14 Déc 2008 - 2:25

Je ne suis pas certaine que tout aille bien, Bellonzo, mais tout arrive, j’ai fini ma lecture de Tout va bien de l’autrichien Arno Geiger ( traduit de l'allemand par Olivier Le Lay Editions Gallimard).

Je dois dire que j’ai eu un peu de mal. Pour deux raisons, d’abord mon mode de lecture , qui consiste à toujours lire plusieurs livres à la fois , et ensuite -et surtout-la manière dont cet écrivain a raconté l’histoire de cette famille, tu parles d’allers et retours, j’y ai plutôt vu un morcellement d’histoires individuelles, toutes racontées au présent,qui concernent pourtant bien l’histoire de personnages très proches puisque sur trois générations ( grands parents-parents- enfants) qui se sont bien connus, mais qui donnent l’impression, à la lecture, de n’avoir que peu de liens entre eux. Ou plutôt de les rejeter.De ne surtout rien vouloir savoir.

Philipp , qui hérite, bien malgré lui, de la maison de ses grands parents, ne connaît rien, par exemple de l’histoire du boulet de canon sur la rampe d’escalier, qui a pourtant toujours été là. Seul le présent l’intéresse ,  Avec le temps tout est décrépit, bousillé, superflu, inutile , et les affaires de la grand-mère vont finir à la poubelle.

C’est un roman que j’ai trouvé très dense et complexe, parce que tout est raconté de façon fragmentée, et qu’en fait ce n’est qu’à la fin que commencent à se rassembler les morceaux épars de cette famille. Enfin, ceux qui restent et racontés par ceux qui veulent le faire.

C’est-à-dire une seule personne, Alma, la grand-mère . Qui aimerait bien parler avec son mari de choses qu’il a tenues secrètes toutes ces années.  Des secrets qu’il a bien gardés. Et pour qui? Pour qui? Pour personne. Pour ne même plus pouvoir se les avouer à lui-même un jour ou l’autre. Des trésors, mais il ne sait plus où il les a enterrés. Des arbres comme points de repère. Les rivières, je crois, Richard, se sont creusées un nouveau lit. Des fleuves. Débordés. Des lacs. Asséchés. Ce qui était un fleuve est un lac. Comme des excréments de poisson les évènements partent par le fond, le fond, c’est-à-dire la mer. Mais laissons cela 

Elle ne peut guère faire autrement que de laisser couler, Alma , son mari est atteint de la maladie d’Alzheimer, son fils est mort à la guerre et sa fille s’est noyée, et personne n'en a reparlé, de ces deux enfants morts..

Quant aux petits enfants, l’aînée est partie très tôt aux Etats-Unis sans donner de nouvelles, et le garçon , ce Philipp donc , pense , après qu’ une phrase importante ait été prononcée ( par quelqu'un d'étranger à la famille, bien sûr..) :   Tout être raisonnable regarde droit devant, et pour pouvoir regarder devant soi, il faut savoir ce qu’on a derrière soi. Tu ne peux pas te raconter des histoires et prétendre le contraire.  qu’il n’a  pas beaucoup d’histoire à se raconter que ça tiendrait sur un timbre poste..même la mort de sa mère.

Un roman, oui, qui parle d’amnésie, volontaire ou non. Il faut sans doute plus que j’ai pu le faire, savoir mettre en relation cette volonté de non- mémoire avec l’histoire de l’Autriche , un pays où toujours selon Alma sitôt entré, on doit ou l'on peut déposer le passé, selon la situation dans laquelle on se trouve .

Il me semble que c’est un roman qui doit rentrer en résonance avec culture et histoire autrichiennes, et c’est sans doute pour cela que je suis de ton avis quand tu écris
Citation :
Relativement déconcertant car on ne sait guère où il veut en venir,

Une autre critique ici, car je ne pense pas que mon commentaire confus puisse encourager à lire ce roman, et pourtant...

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Dim 14 Déc 2008 - 7:26

Rien de confus,Marie,dans ton commentaire sur ce livre qui ne se donne pas comme ça.En plus mon mode de lecture ressemble au tien,au moins deux voire trois livres en même temps.Merci de tes impressions sur un auteur peu en vogue chez les Parfumés.A propos moi non plus je ne suis pas certain que tout aille bien,y compris sur Parfum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Dim 25 Nov 2012 - 17:38

Le vieux roi en son exil

Il s’agit du récit d’Arno Geiger sur la maladie d’Alzheimer de son père. L’écrivain raconte avec une grande délicatesse le vécu de son père malade et les réactions de ses proches. Il y a une grande tendresse pour le père, un grand respect aussi qui se dégage de ses lignes « malgré » la maladie et les changements qu’elle provoque dans les rapports aux autres et dans le quotidien.
Bien sûr, ce livre, comme témoignage, peut être intéressant pour tous ceux qui sont confrontés à cette maladie mais c’est aussi un bel exemple d’amour filial et une réflexion sur la vieillesse et la perte des capacités physiques ou psychiques.

Le sujet paraît terrible mais le livre ne l’est pas, parce qu’il y a beaucoup d’amour dedans. Arno Geiger nous livre de nombreuses phrases à méditer, parmi lesquels j’aimerais citer :
-
Citation :
Parfois, nous apprenons plus en un instant qu’en une année d’école.
- Mon père me plaisait alors en entier, la personne entière.
- Pour mon père, cette maladie n’est certainement pas un gain mais pour nous ses enfants et petits-enfants il y a de quoi apprendre. Le devoir des parents n’est-il pas d’enseigner quelque chose de la vie aux enfants ? (Traduit librement de l’allemand)

Je ne peux que conseiller ce livre très émouvant et de le lire en allemand pour les germanophones, le style plein de délicatesse de l’écrivain en vaut la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Dim 25 Nov 2012 - 22:55

Il y avait un extrait dans le dernier Lire... le texte semblait très intelligent. Je serais presque tentée de le lire...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Lun 26 Nov 2012 - 14:26

Il y a aussi un article dans la Quinzaine littéraire, et je vais en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Lun 26 Nov 2012 - 14:30

colimasson a écrit:
Il y avait un extrait dans le dernier Lire... le texte semblait très intelligent. Je serais presque tentée de le lire...

bix229 a écrit:
Il y a aussi un article dans la Quinzaine littéraire, et je vais en parler.


Il vient juste d'être traduit alors??!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Lun 26 Nov 2012 - 14:33

Cachemire a écrit:
colimasson a écrit:
Il y avait un extrait dans le dernier Lire... le texte semblait très intelligent. Je serais presque tentée de le lire...

bix229 a écrit:
Il y a aussi un article dans la Quinzaine littéraire, et je vais en parler.


Il vient juste d'être traduit alors??!

Oui, en effet. Au fait, Est-ce que tu connais Genazino, et si oui, qu' est-ce que tu en penses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Lun 26 Nov 2012 - 17:52

bix229 a écrit:


Oui, en effet. Au fait, Est-ce que tu connais Genazino, et si oui, qu' est-ce que tu en penses ?

Oui, je le connais, j'ai commencé à lire Abschaffel il y a deux ans quand il a été le livre "Francfort lit un livre" (cela se passe dans notre ville) mais le personnage m'a horripilée et je n'ai pas terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Mar 25 Déc 2012 - 21:33

Le vieux roi en son exil

Cachemire avait déjà fort bien parlé de ce livre. Je suis plutôt d'accord sur pas mal de points, l'auteur parle d'une façon pudique et sensible de la maladie de son père, des réactions qu'elle suscite à l'intérieur de la famille, de ce qu'elle lui révèle sur les sentiments qu'il éprouve vis à vis de son père. Avec justesse et sans emphase.

Mais voilà, pour moi ce livre relève d'avantage de témoignage que de la littérature, Arno Geiger nous livre son expérience telle qu'elle, entre le vécu quotidien et les souvenirs, l'histoire de son père qu'il reconstitue avec le plus de fidélité possible. Et j'attendais sans doute quelque chose d'autre, de plus écrit, de moins descriptif.

Alors une petite déception pour moi, mais un livre très respectable, qui pourra intéresser qui recherchent des ouvrages traitant de la question. Il me reste à découvrir Arno Geiger dans des livres de fiction.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Mer 26 Déc 2012 - 16:23

Arabella a écrit:
Il me reste à découvrir Arno Geiger dans des livres de fiction.
Je te recommende vivement Tout va bien dont Marie et Bellonzo parlent plus haut. Le titre est à prendre avec une certaine ironie. C'est un roman de trois générations de la bourgeoisie autrichienne entre les années 1930 et la date charnière de 1989, le tout enveloppé dans le démenagement d'une vieille maison juste après l'an 2000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Mer 26 Déc 2012 - 16:25

J'avais noté ce titre, à l'occasion je m'y pencherai.

Et j'aime bien ton nouvel avatar, Maline. Wink

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Sam 2 Fév 2013 - 13:21

Le vieux roi en son exil

Ca n’est pas très nouveau pour moi, la maladie d'Alzheimer. Chaque fois que je lis un témoignage de quelqu'un qui a affronté cette épreuve dans sa famille, je me dis que je vais toujours retrouver les mêmes choses ressassées, mais j'ai quand même besoin d'y jeter un oeil… Et chaque fois je me rends compte que j'apprends quand même encore quelque chose. On dit et répète que la maladie est chaque fois différente, que chaque malade est unique, mais ce qu'on ne dit pas assez c'est que chaque famille, chaque individu confronté est unique aussi. Et il y a toujours quelque chose à prendre dans ces textes, pour affronter les maladies, mais aussi pour affronter la vie, la comprendre et l’aimer quand même.

Le livre d’Arno Geiger nous parle de ce père, homme tout à fait ordinaire, casanier, besogneux, guère heureux en ménage, taciturne. Sans se voiler aucunement la face sur les désastres de la maladie, Arno Geiger hausse son père malade et vieillissant au titre de vieux roi en exil, à travers une certaine sérénité sans complaisance qu’il apporta par ce biais à sa famille, une douceur dans les rapports à son fils qui n’avait jamais existé jusque là.
Je n’ai pas bien envie de me transformer en voyeuse et de dire « bien vu », je dirais plutôt bien vécu, l’apaisement cheminant main dans la main avec la douleur tout au fil du livre. Tout est dit dans le titre, à la fois le roi et l’exil.


Citation :
L'impression torturante de n'être pas à la maison fait partie de la maladie. Je me figure qu'une personne atteinte de démence a perdu, en raison de son délabrement intérieur, le sentiment d'être en sécurité, et qu'il éprouve la nostalgie d'un endroit celle-ci serait rendue. Mais comme cette sensation de confusion ne s'estompe pas, même dans les lieux les plus familiers, vous n’êtes plus chez vous même dans votre propre vie. (...). En pareil cas changer de lieu n'apporte aucune amélioration, une distraction tout au plus, et que nous offrirait aussi bien, sinon mieux, la chanson. Il est plus amusant de chanter, les personnes démentes chantent volontiers. La chanson est une émotion, un chez-soi au-delà du monde tangible.


Citation :
Je vis dans le journal que des blattes ont survécu aux essais atomiques sur l'atoll de Bikini, et qu'au bout du compte elles survivront aussi à l'humanité. Encore quelque chose qui me survivra. Je m'étais déjà accommodée du fait que le vin et les jeunes filles me survivront. Et que des blattes jouissent encore de la vie quand j'aurai déjà quitté la scène, c'est un peu douloureux.

Citation :
Si les hommes étaient immortels, ils réfléchiraient moins. Et si les hommes réfléchissaient moins, la vie serait moins belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   Mar 5 Fév 2013 - 21:36

Décidément, j'ai de plus en plus envie de lire ce livre...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arno Geiger [Autriche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arno Geiger [Autriche]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: