Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Fernando Pessoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 5 Juil 2014 - 21:01

Oui, voilà pourquoi je ne posterai pas sur Pessoa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 5 Juil 2014 - 21:10

tina a écrit:
Oui, voilà pourquoi je ne posterai pas sur Pessoa.

Et donc pour résumer : rien  sur personne !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 2 Aoû 2014 - 16:52

Parfois la nuit je ferme les yeux et je vois apparaitre une suite de petits tableaux, très fugaces, mais très nets (aussi nets que le monde extérieur) : il y a là des personnages étranges, des

dessins et des signes symboliques, des nombres, etc.
Et parfois - sensation très curieuse - j' ai tout à coup l' impression d' appartenir à autre chose.

Fernando Pessoa : Fragments d' un voyage immobile

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Lun 12 Jan 2015 - 21:16

Lisbonne (1925)




Austère et noble, Fernando Pessoa sans pseudonyme se promène dans les rues de Lisbonne. Vous croyez ouvrir un guide touristique ? on ne connaîtra même pas les noms des bons endroits pour aller casser la croûte. Fernando Pessoa fait mine de se préoccuper de son hôte mais il nous livre un guide sans foi ni loi, qui nous fait courir d’un bout à l’autre de la ville comme si les routes étaient praticables aujourd’hui comme au siècle dernier. On s’arrête sur une place, devant une statue ou un bâtiment, on apprend une foule de choses inutiles ou illustres :


« Le musée d’Ethnologie, qui occupe la dernière aile de l’édifice, est ouvert au public tous les jours ouvrables, sauf le lundi, de onze à dix-sept heures ; il a été fondé en 1893 et transféré en ces lieux en 1903. Il contient des collections archéologiques, anthropologiques et ethnologiques de grande valeur. »


Hormis ces quelques indications périmées, Fernando Pessoa se montre guide contemplatif : il nous prend par la main, nous transporte ici ou là, parfois devant l’anodin, et nous impose de réfléchir à la quantité d’êtres humains impliqués dans l’élaboration d’une statue, d’une place ou d’un bâtiment. Tout l’insignifiant se trouve à nouveau convoqué dans la contemplation muette et humiliée du symbole. La démonstration se fait dans la suggestion, pour ne pas dire, parfois, dans l’ennui le plus hostile.


Les documents annexes sont plus savoureux car ils flattent la curiosité gravitant autour de la vie menée par Fernando Pessoa. Le témoignage de sa demi-sœur Henriqueta Madalena prolonge le rêve d’un homme solitaire avec qui on aurait aimé découvrir Lisbonne, certainement sous d’autres aspects que ceux présentés dans ce livre :


« Il passait son temps à écrire. Et à faire des horoscopes. Parfois, il venait dans la cuisine et nous disait : « Voulez-vous que je vous lise ce que j’ai écrit ? » Ma mère disait toujours oui… Il avait une vie assez peu réglée. Il allait au bureau le jour, sortait le soir, traversait la ville à pied, rentrait et se mettait à écrire. Il buvait et fumait beaucoup. Et prenait des bains froids. Sa santé était fragile et il se plaignait fréquemment. Très souvent, il ne se couchait pas et déambulait toute la nuit dans l’appartement. »


Mais notre compagnie aurait peut-être entravé cet homme qui semblait ne pas pouvoir se contenter de simples promenades digestives… Même lorsqu’il écrit sans masque, Fernando Pessoa ne peut s’empêcher de révéler plus qu’il ne veut bien l’écrire et on finit par imaginer un homme qui parcourait les rues de Lisbonne comme Henry David Thoreau gravissait une montagne : avec l’acharnement illuminé de l’homme qui n’est jamais assouvi.



Sintra, faubourg de Lisbonne

Citation :
« Les faubourgs valent également la peine d’être vus. Eux aussi regorgent de beautés, non seulement naturelles, car le paysage est réellement admirable tout autour de Lisbonne, mais aussi historiques, car un grand nombre des bâtiments que l’on peut voir un peu partout nous remettent à tout moment en présence du passé. »


Citation :
« [Le jardin de la Praça Rio de Janeiro] contient quelques superbes essences d’arbres, la plus remarquable étant un cèdre dont les branches immenses reposent sur des supports en fer forgé et couvrent une superficie assez grande pour abriter plusieurs centaines de personnes. Une autre bibliothèque publique se trouve nichée à l’ombre de ce géant ; c’est l’une des six bibliothèques que le conseil municipal a installées dans les différents jardins publics de la capitale, conformément à l’excellente idée d’un de ses membres, Alexandre Ferreira. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Lun 12 Jan 2015 - 21:20

Intéressant... si l'on replace l'écriture de ce guide dans le contexte de Lisbonne en 1925... c'était à la limite de la dictature, non ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Ven 23 Jan 2015 - 21:31

Un podcast pas mal sur Pessoa :

Entretien avec Bernard Chouvier

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 24 Jan 2015 - 11:06

Merci Colimasson.
Ce sont 4 podcasts, proposés par France-culture, au sein de " Un autre jour est possible".
4 voyages en compagnie de PESSOA ( du 20/01 au 23/01 2015).
Ils ne durent que 18 mn chacun. Mieux vaut écouter en podcast, car l´emission en direct est de 6h a 6:30 tous les matins!

http://www.franceculture.fr/podcast/4897728.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hésykhios
Espoir postal
avatar

Messages : 20
Inscription le : 16/12/2014
Age : 25
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Lun 26 Jan 2015 - 11:33

colimasson a écrit:
Intéressant... si l'on replace l'écriture de ce guide dans le contexte de Lisbonne en 1925... c'était à la limite de la dictature, non ?

Le début de siècle pour le Portugal est compliqué entre luttes anarchistes et républicaines, attentats, assassinats...Sidonio Pais est élu président en 1918 mais transforme le régime en une "République" dictatoriale. Son assassinat la même année mettra encore plus le feu aux poudres !
Du coup en 1925 le Portugal est en période de grande instabilité avec de multiples changements de présidents/régimes (entre trois ans et 5 mois de longévité pour un président portugais à l'époque...Pas énorme Wink )

Cette instabilité mènera à l'émergence d'une personnalité, un dénommé Salazar...Mais c'est une autre histoire comme on dit :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://alexandresantostheatre.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Mar 27 Jan 2015 - 20:50

Merci Hésykhios pour ces précisions. Je me demande du coup si l'aspect froid et figé du Lisbonne décrit par Pessoa découle logiquement de cette crispation dictatoriale et de cette instabilité politique en général...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Hésykhios
Espoir postal
avatar

Messages : 20
Inscription le : 16/12/2014
Age : 25
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Mer 28 Jan 2015 - 11:40

Historiquement ça colle, après le problème avec Pessoa...C'est que de base il est assez axé sur l'immobile, la contemplation, l'auto-analyse froide, l'incapacité ou l'échec à sentir la vie...A ce titre "Le livre de l'Intranquilité" est symptomatique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://alexandresantostheatre.wordpress.com/
plouf
Espoir postal
avatar

Messages : 29
Inscription le : 17/02/2015

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Dim 1 Mar 2015 - 18:23

Pessoa
alala
Le premier poète qui m'ait marqué au fer rouge sur les os. La lecture du livre de l'intranquilité a bouleversé ma vision des choses, cette articulation autour de l'identité tout à fait incroyable. Je l'ai pris longtemps comme maitre spirituel
Après j'ai lu poèmes anglais, j'étais remonté. J'ai trouvé ça bof, un peu trop de pons pons et ça transperçait rarement. Mais il parait que la traduction est très mauvaise

Du coup je n'ai jamais eu le courage de lire autre chose, tant j'ai peur d'enlever des pierres à ce monument et d'être déçu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://empreinte1.wordpress.com
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Lun 2 Mar 2015 - 5:51

Plouf, je t'encourage à parcourir le fil de Pessoa pour soupeser ce qui ferait davantage ton goût. Pour ma part, je considère que Le gardeur des troupeaux est un autre point de vue à partir duquel appréhender l'oeuvre de Pessoa.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 9 Mai 2015 - 20:59

Petite pensée pour Jack-Hubert Bukowski, parce que Pessoa me s'imprègne de plus en plus moi.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 31
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 14 Mai 2016 - 19:58

Je commence Le livre de l'intranquillité, (édition intégrale Christian Bourgois),

et ça commence fort !
Je crois que je vais prendre mon temps pour lire ces joyaux d'écriture à méditer.

Pessoa a écrit:
A nous (mes rares semblables et moi) qui vivons sans savoir vivre, que reste-t-il sinon le renoncement comme mode de vie, et pour destin la contemplation ?

Pessoa a écrit:
Je considère la vie comme une auberge où je dois séjourner, jusqu'à l'arrivée de la diligence de l'abîme. Je ne sais où elle me conduira, car je ne sais rien. Je pourrais considérer cette auberge comme une prison, du fait que je suis contraint d'attendre entre ses murs; je pourrais la considérer comme un lieu de bonne compagnie, car j'y rencontre des gens divers. Je ne suis cependant ni impatient ni de goûts vulgaires. Je laisse à ce qu'ils sont ceux qui s'enferment dans leur chambre, amorphes, étendus sur un lit où ils attendent sans pouvoir dormir; je laisse à ce qu'ils font ceux qui bavardent dans les salons d'où les voix et les musiques me parviennent et me frappent agréablement. Je m'assieds à la porte et j'enivre mes yeux et mes oreilles des couleurs et des sons du paysage, et je chante à mi-voix, pour moi seul, de vagues chants que je compose tout en attendant. La nuit descendra et la diligence arrivera pour nous tous. Je goûte la brise que l'on me donne, et l'âme qu'on m'a donnée pour la goûter, et je n'interroge ni ne cherche davantage. Si ce que je laisse écrit sur le livre des voyageurs peut, relu quelque jour par d'autres que moi, les distraire eux aussi durant leur séjour, ce sera bien. S'ils ne le lisent pas, ou n'y trouvent aucun plaisir, ce sera bien également.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   Sam 14 Mai 2016 - 20:11

ArturoBandini a écrit:
Je commence Le livre de l'intranquillité, (édition intégrale Christian Bourgois),

Un livre de chevet ! drunken

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fernando Pessoa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fernando Pessoa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Happy B'Day Bishop Fernando Kutino.
» Jeux interdits
» Casting complet...
» Le pasteur Kutino vient de faire une crise d'AVC qui aurait provoqué une paralysie partielle!
» Ma Premiére vraie escale (ile de Fernando Poo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: