Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Dim 12 Oct 2008 - 19:51

L'industrie cinématographique a toujours eu pour habitude d' attirer à
elle comme un phare trompeur les hommes, les femmes et de les recracher
après usage. Ou meme avant...
La fabrique des stars a surtout produit des monstres, des poupées, des névrosés et des désaxés, des mégalos, des ambitieux, des objets sexuels.
Beaucoup de ratés, de désillusionnés qui ne s'en sont jamais remis.
Au mieux, des images. Et pour notre plus grand plaisir, c'est vrai...
Greta Garbo, Louise Brooks, Gene Tierney, Rita Hayworth, Sterling Hayden, Marylin,
Marlon Brando, Montgomery Clift, James Dean et les autres...

Louise Brooks était belle, séduisante, intelligente. Louise Brooks était fascinante, sublime. Unique...
Mais sa vie fut malheureuse et perturbée.
Elle fut très jeune victime d'abus sexuels et elle affirmera plus tard qu'elle
était incapable d'aimer.
Sa carrière cinématographique fut brève et ce n'est qu'après qu'elle y eut
renoncé que la fascination qu'elle exerca sur de nombreuses générations
fut grande et durable.
Il y eut aussi sa célèbre coiffure qui déclancha une mode imitée par toutes
les jeunes femmes qui se voulaient à la mode, et qu'on baptisa flappers.
De tous les acteurs d'Hollywood, Louise Brooks fut sans doute la seule
qui se soit résolument insurgée contre l'idolatrie qui tendait à réduire
une femme -ou un homme- à une image et uniquement cela.
Le personnage de Loulou, mis à l'écran par Pabst et qu'elle incarna magnifiquement est
une tentative pour échapper à ce carcan.
Une tentative seulement.
Un instant fascinée par Hollywood et le cinéma, Louise Brooks ne tarda pas à dénoncer le piège et l'imposture de l'industrie cinématographique.
Trop intelligente. Trop lucide.
Elle y perdit en prestige immédiat, elle y gagna en indépendance.
Retirée à Rochester, la ville de son enfance, elle répondit à un journaliste qui la pressait de questions : Avez vous été heureuse ?
Elle répondit :

"Jeune, j'ai été malheureuse la plupart du temps. Ce que recherchaient
mes amis -gloire, argent, pouvoir- n'étaient pas faits pour me rendre
heureuse...
C'est seulement lorque je me suis établie à Rochester que j'ai trouvé un peu de bonheur.
Loin de tous ceux qui voudraient s'occuper de moi, je peux vivre comme je l'entends et fermer chaque soir ma porte en disant : Dieu merci, je suis
seule."

On pourra regretter qu'elle n'ait pas davantage écrit -sur Hollywood notamment- parcequ'elle possédait un talent d'écriture et un regard sur le monde tout à fait originaux.

Mais Louise Brooks avait une beauté inoubliable et tous les talents sauf
celui d'etre heureuse...

Source bibliographique : Louise Brooks, portrait d'une anti-star.
Sous la direction de Roland Jaccard. Phébus, 1981.

Cet ouvrage a l'avantage d'avoir été réalisé du vivant de Louise Brooks
qui fournit une partie de l' iconographie superbe, ainsi que des textes
écrits par elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Dim 12 Oct 2008 - 21:01

Une photo, j'aime beaucoup Louise Brooks!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Dim 12 Oct 2008 - 22:41

Une bonne idée que ce fil Bix

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Mar 14 Oct 2008 - 9:13

Sans doute que Guillaume Depardieu a sa place dans ce fil..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Mar 14 Oct 2008 - 9:51

Marie a écrit:
Sans doute que Guillaume Depardieu a sa place dans ce fil..



dans Versailles

Guillaume Depardieu est né le 7 avril 1971 .

Enfant, son père l'emmène avec lui quelquefois sur des plateaux de tournage et le fait figurer dans quelques-uns de ses films : Pas si méchant que ça de Claude Goretta en 1974, Jean de Florette de Claude Berri en 1986 et Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau en 1990.

En 1991, âgé de 20 ans, il joue son premier grand rôle dans le film Tous les matins du monde d'Alain Corneau où il incarne le joueur de viole de gambe Marin Marais jeune.

En 1995, une valise tombée d'un véhicule sous le tunnel de Saint-Cloud le fait chuter de moto. Il est hospitalisé à l'Hôpital Raymond-Poincaré de Garches pour une grave blessure au genou. L'opération tourne mal. Il contracte deux staphylocoques dorés dans l'os du genou à l'hôpital .

En 1995, il est à l'affiche du film Les Apprentis de Pierre Salvadori, pour lequel il obtient le César du meilleur espoir masculin en 1996.

En 2001, Guillaume incarne un fils rejeté qui kidnappe son père, écrivain célèbre, dans Aime ton père de Jacob Berger.

En 2003, âgé de 32 ans, après 8 ans de souffrance intolérable que les antibiotiques et la morphine ne soulagent plus, il décide de se faire amputer la jambe droite pour ne plus souffrir et de se faire poser une prothèse performante pour pouvoir marcher de nouveau.

Durant son hospitalisation, il est influencé par sa sœur Julie passionnée de musique classique. Il écrit un opéra. Il a écrit également des dizaines de chansons comme « A force de » pour Barbara.

En 2006, il était à l'affiche du film Célibataires de Jean-Michel Verner.

Il décède le lundi 13 octobre 2008 d'une pneumonie communautaire foudroyante à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches à l'âge de 37 ans[11]. Alors qu'il tournait en Roumanie depuis plusieurs semaines L'Enfance d'Icare d'Alex Iordachescu.


Filmographie (sélective)

1991 : Tous les matins du monde d'Alain Corneau
1992 : Les Paroles invisibles d'Étienne Faure (court-métrage)
1993 : Cible émouvante de Pierre Salvadori
1994 : L'histoire du garçon qui voulait qu'on l'embrasse de Philippe Harel
1995 : Les Apprentis de Pierre Salvadori
1996 : Ricky de Philippe Setbon
1996 : L'@mour est à réinventer (segment : Dans la décapotable) de Merzak Allouache
1997 : Le Constat d'Olivier Bardy (court-métrage)
1997 : Sans titre de Leos Carax (court-métrage)
1997 : Marthe ou la promesse du jour de Jean-Loup Hubert
1997 : Alliance cherche doigt de Jean-Pierre Mocky
1998 : Comme elle respire de Pierre Salvadori
1998 : Le Comte de Monte-Cristo de Josée Dayan (TV)
1999 : Pola X de Leos Carax
2000 : Elle et lui au 14e étage de Sophie Blondy
2000 : Le Détour de Pierre Salvadori (TV)
2000 : Les Marchands de sable de Pierre Salvadori
2000 : Aime ton père de Jacob Berger
2000 : Les Misérables de Josée Dayan (TV)
2001 : Zaïde, un petit air de vengeance de Josée Dayan (TV)
2001 : Amour, prozac et autres curiosités (Amor, curiosidad, prozak y dudas) de Miguel Santesmases
2001 : L'Aquarium de Mathieu Baillargeon (court-métrage)
2001 : Comme un avion de Marie-France Pisier
2002 : Peau d'ange de Vincent Perez
2002 : Napoléon d'Yves Simoneau (TV)
2002 : Le Pharmacien de garde de Jean Veber
2003 : Process de C.S. Leigh
2004 : Milady de Josée Dayan (TV)
2005 : Les Rois maudits (TV) de Josée Dayan
2006 : Célibataires de Jean-Michel Verner
2006 : Peur(s) du noir de Blutch, Charles Burns, Marie Caillou, Pierre Di Sciullo, Lorenzo Mattotti et Richard McGuire (animation, voix de Carl)
2007 : Ne touchez pas la hache de Jacques Rivette
2007 : La France de Serge Bozon
2007 : Les Yeux bandés de Thomas Lilti
2008 : Versailles de Pierre Schoeller
2008 : Stella de Sylvie Verheyde
2008 : De la guerre de Bertrand Bonello
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Etoiles filantes   Mar 14 Oct 2008 - 23:53

Quoi qu'on pense de Gérard Depardieu, je crois qu'il n'était pas facile
d'etre son fils.
A tous points de vue.

Guillaume Depardieu semblait bruler d'un feu intérieur qui le dévorait.
C'est l'impression que j'avais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Mer 15 Oct 2008 - 11:22

bix229 a écrit:

Guillaume Depardieu semblait bruler d'un feu intérieur qui le dévorait.
C'est l'impression que j'avais...

L'hommage de Télérama:
ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Etoiles filantes et trous noirs   Ven 19 Déc 2008 - 23:48



Dans le ciel d'Hollywood, une étoile distante a un temps brillé d'un
éclat mystérieux.
Un scintillement intermittent, vacillant mais rare.
Ceux qui découvrirent cette étoile, l'observèrent souvent.
Mais un jour, elle disparut.

Ceux qui l'avaient observée avec passion s'en souviennent encore.

Et dans les salles obscures du monde entier, la poussière d'étoile des
projecteurs la font revivre à jamais.

Gene Tierney, c'est le nom de cinéma de l'étoile, n'eut jamais l'image d'une femme fatale ni d'une vamp, comme Marlène Dietrich, Rita Hayworth ou Ava Gardner, ses contemporaines.
Elle était pourtant d'une grande beauté, mais une beauté fragile. Plus
suggestive qu' ostensible. Et pour cela, troublante.

Un visage délicat aux pommettes hautes, encadré de longs cheveux noirs.
Avec un regard comme embrumé, parfois reveur, enfantin, souvent mélancolique.

Sa vie fut plutot désastreuse, et Hollywood ne fit qu'empirer les choses.
Un mariage manqué, une fille à demi aveugle et mentalement retardée à la naissance. Des échecs amoureux nombreux.
Gene Tierney fut une étoile malheureuse.

Sa carrière cinématographique fut inégale, mais avec quand meme des noms qui comptent, comme Sternberg et Lubitsch.
J'ai personnellement retenu Les aventures de Mme Muir qu'elle tourna
avec Joseph Mankiewicz et surtout Laura avec Otto Preminger.
Le scenario du film est plutot invraisemblable et Otto Preminger n'a pas toujours été inspiré.
A l'arrivée pourtant, un conte sublime et envoutant...
Grace à Gene Tierney inoubliable, et à un acteur au jeu sobre et intériorisé
dont je pense beaucoup de bien : Dana Andrews.

Si vous voulez consoler une étoile, bienvenue au club... ange


Dernière édition par bix229 le Dim 21 Déc 2008 - 1:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 1:13

Katrin Cartlidge



http://fr.youtube.com/watch?v=W-pwtPgSju8


River Phoenix


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 9:33

Marko a écrit:
Katrin Cartlidge


Oh! je ne savais pas que cette actrice était décédée...Crying or Very sad
(Je viens de voir : pneumonie suivie d'une septicémie)

Je l'avais vue la première fois dans Muriel où elle jouait le rôle d'une fille paralysée et qui meurt à la fin. Je l'avais remarquée ...une fille à plusieurs facettes, parfois très provoc d'autres fois très touchante.

(D'ailleurs envie de me repasser cette très bonne comédie de PJ Hogan et Toni Colette dans le rôle principal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 11:16

aériale a écrit:
Marko a écrit:
Katrin Cartlidge


Oh! je ne savais pas que cette actrice était décédée...Crying or Very sad
(Je viens de voir : pneumonie suivie d'une septicémie)


Je ne savais pas non plus... On s'attriste toujours lorsqu'une étoile s'éteint...même si elle brillait très loin de nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 16:32

coline a écrit:
aériale a écrit:
Marko a écrit:
Katrin Cartlidge


Oh! je ne savais pas que cette actrice était décédée...Crying or Very sad
(Je viens de voir : pneumonie suivie d'une septicémie)


Je ne savais pas non plus... On s'attriste toujours lorsqu'une étoile s'éteint...même si elle brillait très loin de nous...

Moi, ce que je ne savais pas, c'est qu'elle avait tourné dans Muriel... même imdb n'est pas au courant.
Y aurait-il confusion avec une autre actrice, par exemple Rachel Griffiths ?


Rachel Griffiths a beau avoir tourné dans 6 Feet Under, elle est encore parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 17:18

Je me souviens aussi de Dominique Laffin, actrice très sensible, bouffée littéralemen par sa passion pour le cinéma et foudroyée à 35 ans par une crise cardiaque.

... Et de La femme qui pleure, l'un des premiers films de Jacques Doillon.

Appris que c'était la mère de Clémentine Autin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 18:40

eXPie a écrit:
Moi, ce que je ne savais pas, c'est qu'elle avait tourné dans Muriel... même imdb n'est pas au courant.
Y aurait-il confusion avec une autre actrice, par exemple Rachel Griffiths ?


Rachel Griffiths a beau avoir tourné dans 6 Feet Under, elle est encore parmi nous.
Tu dois avoir raison Expie...innocent
J'ai souvent confondu ces deux actrices. Je trouve qu'elles se ressemblent fort!

Mais alors dans quel film l'ais-je vu jouer mis à part Breaking the waves? jemetate
Son visage est très marquant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   Sam 20 Déc 2008 - 18:54



Christine Pascal
Elle a débuté dans un film de Tavernier, L'horloger de Saint-Paul.
Réalisatrice , son premier film, Félicité, parlait déjà de suicide.
Un lien ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etoiles filantes et trous noirs : Louise Brooks, Marylin ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 14Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les trous noirs (+documentaire)
» ASTRONOMIE - Chandra débusque 35 trous noirs stellaire dans Andromède
» L'auteur d'une des plus belles chansons (Louise), vient de disparaître!
» quelque photos d'un paras qui est a bord du louise marie
» "Sangs" de Louise Hervieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio-
Sauter vers: