Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Alejo Carpentier [Cuba]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Nov 2011 - 19:12

J'ai vraiment la sensation quand je te lis que c'est tout à fait le genre de livres qui admet une multitude d'interprétations, en fonction du lecteur et de sa vision du monde. Ma lecture à moi était infiniment moins optimiste, je n'ai vraiment la sensation que le personnage principal ait suffisamment de force pour pouvoir changer de vie, ni que le sort du prêtre ne soit autre chose qu'un terrible avertissement.

Il nous faut une troisième lecture. Kena ? innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 8:38

Arabella a écrit:
Il nous faut une troisième lecture. Kena ? innocent
rire j'ai eu bien envie apèrs le commentaire de Shanidar.. bon, bon.. je vais voir de faire de mon mieux Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 11:24

un extrait de la page 350 en poche, extrait particulièrement élégiaque qui ne rend pas totalement les honneurs à la langue de canne à sucre de Carpentier mais qui laisse deviner ce que je voulais dire par cette victoire sur le destin à partir du moment où l'homme se réalise :

Je pense que les assassins ont dû déshabiller fray Pedro, après l'avoir percé de flèches, et déchirant ses côtes maigres avec un silex, lui arracher le coeur en souvenir d'une très ancienne pratique rituelle. Peut-être l'ont-ils châtré, écorché, équarri, dépecé en menus morceaux tel un boeuf. Je puis imaginer les possibilités les plus cruelles, les ablations les plus sanglantes, les pires mutilations, infligées à son vieux corps. Mais je ne trouve pas dans sa mort terrible l'horreur que me causèrent d'autres morts d'hommes qui ne savaient pas pourquoi ils mouraient, tandis qu'ils invoquaient leur mère ou essayaient d'arrêter de leurs mains la défiguration d'un visage qui n'avait plus ni nez ni joues. Fray Pedro de Henestrosa avait connu la grâce suprême que l'homme puisse s'accorder à lui-même : celle d'aller au devant de sa propre mort, de la défier, et de tomber percé de part en part dans une lutte couronnée pour le vaincu par une victoire comparable à celle de Saint Sébastien criblé de flèches -c'est-à-dire par la mise en déroute finale de la mort.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 20:59

Je trouve ce passage effroyable, comme si la seule façon de se trouver soi-même passait par ce genre d'expérience masochiste et auto-destructrice. Mais cela semble susciter l'effet inverse chez toi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 22:31

je crois que Frère Pedro cherchait, pour se réaliser, à devenir un martyr, qu'il envisageait la foi comme un don total qui passe par cet autodafé (acte de foi), en revanche cette extrémité n'est pas forcément le but de chacun, et surtout pas celui du narrateur, plutôt bon vivant, peu scrupuleux et jouisseur ; néanmoins il n'hésite pas à subir les affres de la misère pour pouvoir revenir vers la jungle, vers ce monde qui lui a offert une voie (et une voix), en cela je crois qu'il obtient une certaine forme de rédemption ; elle ne passe pas par la mort, même si son rejet de la Ville, du monde occidental, du capitalisme, de la frivolité, du faux intellectualisme, est une forme de renoncement, il accède, par ses actes, à quelque chose de plus grand, de plus constructif, de plus créateur. C'est en cela que son parcours de vie devient non pas un sacerdoce, mais une épreuve à laquelle chacun est soumis pour se connaitre.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 22:41

Je comprends ton point de vue, mais je serais plus convaincue, si j'avais vu le narrateur de retour à "la civilisation" se réaliser d'avantage, et peut être arriver même à composer, comme il le faisait dans la jungle. Mais je pense que la richesse de ce livre fait que l'on peut y voir des choses différentes, en fonction de ce que l'on est.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 22:46

absolument d'accord avec toi, d'ailleurs je trouve Carpentier extrêmement moderne dans sa manière d'appréhender le monde (le livre est publié en 56 je crois), on trouve presque le discours actuel des décroissants, du retour à l'état de nature (sans rien d'angélique) et une charge puissante contre le capitalisme (ce qui ne fait pas de mal).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Nov 2011 - 22:51

Et dire que Kenavo ne l'a toujours pas lu innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeMar 15 Nov 2011 - 8:41

Arabella a écrit:
Et dire que Kenavo ne l'a toujours pas lu innocent
jypeurien et oui.. tant de livres à lire.. si peu de temps Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeSam 26 Nov 2011 - 16:55

Concert baroque

est pour l'instant (à l'inverse de bix) le livre de Carpentier qui m'aura le moins séduite. Comme à son habitude, Carpentier se sert de ses références musicales pour inventer une histoire qui transporte le lecteur de La Havane du XVIIIème siècle à la Venise de Vivaldi en passant par l'Espagne des ancêtres. Toujours penché sur le monde et son histoire, l'auteur entre-mêle en une narration totalement débridée, les époques, les points de vue et les ambiances. Le libertinage se livre à toutes les excentricités d'un monde où l'on avance masqué, l'exil est un questionnement de tous les instants et comme souvent c'est dans la distance que l'on retrouve le mieux ce que l'on aime chez soi. Le narrateur qui se prend au fil du texte pour Monctezuma, (roi du Mexique, destitué par Cortès) découvre qu'il n'est pas l'homme épris de l'Europe qu'il croyait être, il s'ennuie en Espagne (pays qu'il trouve bien plus attardé que son île de Cuba par les moeurs et la culture, par le savoir-vivre et l'élégance), il finit par s'ennuyer à Venise, car son essence, son existence est de retourner chez lui. Ce dont nous parle Carpentier (né d'un père breton et d'une mère russe), c'est de l'assimilation, lorsque soudain le créole sent au plus profond de lui-même qu'il appartient au Nouveau-Monde, que rien ne l'attache vraiment à l'Europe et que sa vie, ses envies, son avenir se trouve dans un retour à la source cubaine.

De la même manière, Filomeno, l'esclave noir, joueur de trompette, trouve dans le jazz (cette musique de noirs) son chez-lui, sa mesure, son hâvre et il ira à Paris, non pour les femmes, ni pour la tour Eiffel mais parce que à Paris on m'appellera Monsieur Philomène, avec Ph. et un bel accent grave sur le e. A La Havane je ne serai que le négro Filomeno. (On aimerait que cette phrase puisse encore être dite toujours aujourd'hui en Europe...).

Cependant, j'ai trouvé ce court roman bien rapide par rapport à ce que peut faire Carpentier, j'ai eu parfois l'impression qu'à travers ce livre , il cherchait à résumer tout son travail d'écrivain (sa reflexion sur la musique, le mélange des genres, les conflagrations possibles entre des univers différents, sa reflexion politique sur les révolutions, leur nécessité, leur rudesse, leur résultat, une reflexion sur l'homme et son rappport à l'autre, à la nature, à la mort) mais que ce résumé ne rendait pas hommage au talent de l'auteur. Il s'agit d'une sorte de longue nouvelle testamentaire mais qui du même coup, par sa briéveté, fait l'impasse sur deux choses essentielles chez Carpentier : la nuance et le style. Après vérification, le traducteur L.F. Durand est également celui qui a traduit La danse sacrale et Le Partage des eaux, or ici la phrase manque de l'ampleur alambiquée, frisottante, espiègle des autres romans, on a l'impression d'assister à un catalogue des grands auteurs (Shakespeare, Dante, Cervantès...), des musiciens (Vivaldi, Scarlatti, Händel, Stravinski, Wagner...), sans y trouver la finesse de la reflexion qui fait tout le charme de l'auteur.

Enfin pour reprendre les mots de Carpentier jugeant l'opéra de Vivaldi sur l'histoire de la conquête du Mexique : Montezuma, il écrit : et le créole déconcerté (...) commence à se perdre dans le labyrinthe d'une action dont les fils s'embrouillent et se dénouent au milieu d'intrigues sans fin, résumant ainsi le sentiment que j'éprouve moi-même après avoir refermé le livre. Même s'il en reste des choses, des images, des impressions très fortes, j'ai la sensation que le tout est un peu confus, à force d'avoir voulu trop en dire en trop peu de mots...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeDim 27 Nov 2011 - 9:01

Merci pour ton commentaire
shanidar a écrit:
Cependant, j'ai trouvé ce court roman bien rapide par rapport à ce que peut faire Carpentier, j'ai eu parfois l'impression qu'à travers ce livre , il cherchait à résumer tout son travail d'écrivain (sa reflexion sur la musique, le mélange des genres, les conflagrations possibles entre des univers différents, sa reflexion politique sur les révolutions, leur nécessité, leur rudesse, leur résultat, une reflexion sur l'homme et son rappport à l'autre, à la nature, à la mort) mais que ce résumé ne rendait pas hommage au talent de l'auteur
tout à fait d'accord
j'ai utilisé ce roman pour ouvrir le fil de cet auteur parce que ma lecture de mon coup de coeur de lui Sacre du printemps était trop lointain pour en parler encore assez, mais Carpentier est un auteur pour les 'longues distances' et ce court roman peut se lire quand on connaît déjà l'auteur, mais n'est pas faite pour faire connaissance, on passe à côté de tout ce qu'il peut faire...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Déc 2011 - 21:11

La danse sacrale

kenavo a eu bien raison d'insister sur ce roman de Carpentier.

Un homme, une femme. Il est cubain, elle est russe, nous sommes à Valencia en pleine guerre civile espagnole. Ils se rencontrent. Il se bat avec les Brigades Internationnales, elle fuit par tous les moyens le mot même de Révolution, parce qu'à chaque fois que ce mot a résonné dans sa vie, il lui a fait perdre tous ses rêves, tous ses espoirs... Ils se retrouvent à Paris. Ils s'aiment à Cuba... et toujours, à jamais, leur époque, ce vingtième siècle de sang et de larmes, de révolutions et d'horreur les rattrapera, les bousculera, les transformera.

La danse sacrale est l'épopée d'un siècle qui de déflagrations en terreur conduit les hommes au bout de leurs idéaux. La danse sacrale est l'oeuvre frénétique, immense, incendiée d'un homme qui tel un chef d'orchestre est capable de lire toutes les lignes instrumentales d'une partition intense. La danse sacrale est une oeuvre totale, hymne à la joie et requiem pour tous les morts de cette époque barbare où certains prirent les armes au nom d'une liberté dont on cherche encore la saveur au fond d'un verre de vieux rhum, dans le rythme syncopé d'une danse cubaine, dans l'acreté livide d'une zubrowska glacée. Carpentier est un maître capable de lire l'Histoire à travers les histoires de personnages uniques, mémorables, vivants, un maître capable de réunir en un seul texte les mots les plus orduriers du langage militaire aux pointes des danseuses des ballets en passant par les cadavres exquis des surréalistes jusqu'au folklore oublié d'une Havane déchirée par la Révolution.

Ce n'est pas un hasard si, Véra l'héroïne russe de ce roman, désire à tout prix monter le ballet d'Igor Stravinsky : Le sacre du printemps, car je crois que dans cette création datant de 1913, Carpentier trouve ce qu'il cherche à faire en littérature : s'appuyer sur le folklore russe (hérité de sa mère) et le propulser dans l'univers du rythme (cubain). Stravinsky est connu pour être celui qui révolutionna le rythme de la musique classique, connu pour sa capacité à violenter les sons, les heurter, les mélanger pour en extraire la quintessence, le tempo, le métronome fou. Il est connu aussi pour avoir conserver les mélodies de son enfance russe et les retravailler afin d'en faire quelque chose de neuf. La démarche littéraire de Carpentier semble être de la même veine, avec la même volonté de heurter les opposés pour découvrir l'équilibre, la nouveauté, une sorte de déflagration : ici Vera l'anti-révolutionnaire, la danseuse classique, attirée malgré elle par des hommes qui sont dans le camp opposé : communiste, anarchiste, révolutionnaire. De ce heurt va naitre la volonté de créer un ballet (Le Sacre du printemps) où se mêleront les peaux, les peaux noires de Cuba et les peaux blanches des créoles, les peaux noires des esclaves, les peaux blanches des propriétaires, les peaux noires des damnés, des opprimés et les peaux blanches des oppresseurs et des rentiers. Tout s'oppose à la réalisation de cette utopie... tout...

et la guerre arriva (comme chante Brel) et nous voilà ce soir ! et me voilà à tenter de vous donner envie d'ouvrir ce monument, de vous y glisser, de vous laisser emporter par cette histoire superbe, d'un homme et d'une femme que tout oppose et tout rassemble, donner envie de savoir si Vera pourra monter ce fabuleux ballet, donner envie de plongée dans cette histoire syncopée, racontée à deux voix (celle de Vera, celle d'Enrique), à deux temps (celui d'avant leur rencontre et celui du pendant, du maintenant), lire cette histoire avec toujours chez Carpentier la brûlure des corps, la vie qui déferle, qui gagne, qui geint, qui malmène et qui mène, avec toujours cette incroyable force d'aller vers l'avant. Toujours.

Superbe !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Déc 2011 - 9:05

merci pour ce sublime commentaire
shanidar a écrit:
et me voilà à tenter de vous donner envie d'ouvrir ce monument, de vous y glisser, de vous laisser emporter par cette histoire superbe
je ne vois pas comment on pourrait résister à ton invitation Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 26 Déc 2011 - 21:08

Je suis désolée, mais je ne partage pas l'enthousiasme de Kenavo et de Shanidar pour La danse sacrale, j'ai même eu du mal à finir ce livre. Je l'ai déjà trouvé terriblement datée, parce que célébrer la Révolution cubaine et la glorifier ainsi que ses dirigeants dans le contexte d'aujourd'hui cela a quand même quelque chose d'étrange. Ensuite les rapports d'Enrique vis à vis de Vera m'ont paru d'un machisme effarant. Enfin, je n'ai pas du tout retrouvé la subtilité, la complexité et l'ambiguité du Partage des eaux. Ici tout est démonstratif et au premier degré, et cherche à appuyer une thèse.
Je suis peut être trop sévère, mais j'attendais tellement de ce roman, que ma réaction à la mesure de ce que j'attendais et que je n'ai pas trouvé.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitimeLun 26 Déc 2011 - 21:52

Arabella a écrit:
Je suis peut être trop sévère, mais j'attendais tellement de ce roman, que ma réaction à la mesure de ce que j'attendais et que je n'ai pas trouvé.
oui, quand même un peu sévère Wink
mais je peux comprendre.. si tu t'attendais à "plus" ou autre chose.. c'est désolant..
en tout cas dommage.. heureusement que tu as fait d'autres lectures de lui qui vont te rester en bonne mémoire Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Alejo Carpentier [Cuba]   Alejo Carpentier [Cuba] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Alejo Carpentier [Cuba]
Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Valérie Carpentier - On la compare déjà à Adèle
» Yvetot Monnier Piednoel Tesniere
» Quizz indo: trois officiers.
» Marins + sur les bateaux de la Cie des Indes orig. FECAMP
» vw à Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: