Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Izumi Kyôka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Izumi Kyôka   Dim 2 Nov 2008 - 19:12

IZUMI Kyôka
(pseudonyme de Izumi Kyotaro)
(04/11/1873 - 07/09/1939)

Auteur de nouvelles, romans, pièces de théâtre et essais, Izumi Kyôka est né à Kanazawa dans un milieu artistique : son père était orfèvre et sa mère appartenait à une famille de musiciens et d'interprètes du théâtre Nô.
Sa mère mourut alors qu'il avait neuf ans, en 1882. C'est elle qui l'avait initié à la littérature grâce à des illustrés. Sans doute en partie à cause de ce traumatisme, les femmes seront très présentes dans son oeuvre.
Admirateur de l'écrivain Ozaki Kôyô, Izumi Kyôka part à Tôkyô en 1890 pour devenir son disciple, un an plus tard.
Il commence à publier des récits "à idées", présentant de grands problèmes (qui ne font pas toujours des grandes oeuvres), comme Loyauté et bravoure (1894), La ronde de l'agent de police (1895), La Salle d'opération (1895) ; puis, il s'oriente vers une création plus imaginaire et poétique, plein de romantisme et de surnaturel.
En 1900, il publie Le Saint du mont Kôya, qui est considéré comme son oeuvre majeure. Il se met en ménage avec une geisha et écrit de nombreuses oeuvres situées dans les quartier des plaisirs.
Izumi Kyôka a passé une grande partie de sa vie dans des conditions matérielles précaires ; il a souffert de graves problèmes de santé (béribéri, pneumonie, cancer du poumon qui finit par l'emporter).
Admiré d'auteurs considérables tels que Tanizaki ou Akutagawa, et plus tard Mishima, son oeuvre a connu un purgatoire qui a pris fin dans les années 1970, éclipse due à la guerre et au style de l'auteur, qui tient plus du XIX° siècle que d'un XX° américanisé, du fait notamment de l'emploi de kanji qui ne sont plus guère utilisés.


Dernière édition par eXPie le Jeu 18 Aoû 2011 - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Izumi Kyôka   Dim 2 Nov 2008 - 19:13

Une Femme Fidèle (124 pages, Picquier poche, contient deux nouvelles traduites par Elisabeth Suetsugu : Une Femme Fidèle, et L'Histoire de Biwa).

1/ Une Femme Fidèle (Bake ichô, 1896) est une nouvelle qui tient presque de la pièce de théâtre. Le décor est d'abord planté, la maison décrite, pour ne plus avoir à revenir dessus.
Puis vient la discussion entre Tei, la femme du titre, et un jeune homme, Yoshi. Cette discussion tient parfois du monologue au cours duquel Tei exprime ses frustrations. Elle est un peu hystérique.
"J'en suis venue à haïr mon mari, sans trop savoir pourquoi" (page 47).

Elle raconte notamment qu'il lui arrive de se mettre en colère contre sa fille, de la repousser brutalement. Pourquoi ? Elle n'en sait rien. Tout ça, comme dans une chanson de Renaud, c'est la faute de la société, qui la juge avec des critères différents des siens, purs et innocents : "Ce n'est pas la faute de mon mari, ce n'est pas non plus notre faute, ni la tienne ni la mienne, non, la responsabilité en incombe à la société" (page 56). Elle se rêve sans son mari, mais ne parvient pas à intégrer que c'est lui qui rapporte l'argent. Elle a perdu le sens des réalités. La discussion permet de faire un résumé de la situation (comme dans une série américaine "previously in Une Femme fidèle"), et le lecteur ainsi mis au parfum peut assister à la fin de l'histoire.
A noter, page 83, une phrase bien curieuse : "Tei était une femme, et son système nerveux devenait par moments défaillant." Faut-il y voir une constatation de portée générale que n'aurait pas désavouée Dostoïevski ? Je m'en garderai bien !


2/ La deuxième nouvelle, L'Histoire de Biwa (Biwa den, 1896) a des points communs avec la première dans le fond (le mariage malheureux d'une jeune femme, Tsû) et la forme, avec un style parfois proche du théâtre (certaines descriptions d'entrée en scène, comme par exemple : "Une forme s'avance jusqu'au milieu de la pièce et la parcourt du regard sans s'asseoir, enfonce le menton dans le col. C'est Tsû, le regard éteint, le visage émacié, qui n'est plus que l'ombre d'elle-même", page 116).

Tsû, donc, est mariée à un homme jaloux, officier. Il a de quoi, car elle est amoureuse de Aimoto Kenzaburô, un jeune homme qui est mobilisé pour la guerre sino-japonaise. Parviendra-t-il à la revoir avant de partir ? Cette nouvelle est nettement plus intéressante que celle qui donne son titre au recueil : moins manichéenne, des personnages qui ont de vraies motivations (et pas une absence totale de raisons dans leurs actes, justifiée par la pression de la société), un perroquet qui crie le nom de la bien-aimée, une "lune bleutée [qui] avait fait son apparition au-dessus des montagnes d'ébène". Au final, une histoire rondement menée, poétique, qui n'affiche pas des prétentions sociales trop explicites mais qui, au bout du compte (du conte ?), en dit beaucoup plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Izumi Kyôka   Dim 2 Nov 2008 - 19:13

La Femme Ailée (130 pages, Picquier poche, contient deux récits traduits par Dominique Danesin-Komiyama : La Femme Ailée, et Le Camphrier).

1/ La Femme ailée (Kechô, 1897) est l'histoire, racontée à la premère personne, d'un enfant qui vit seul avec sa mère. Ils vivent dans "une guérite minuscule, guère plus grosse qu'une boîte" (page 31).

Là, loin de la ville, ils subsistent grâce au droit de passage d'un pont rudimentaire.
De retour de l'école, il se précipite pour jouer dehors "et, à mon retour, je prenais mon repas puis, allongé à mon aise, je parlais sans fin en contemplant le visage de ma mère - son beau visage distingué, si rassurant et paisible, quelque peu effilé, aussi, avec ses cheveux noués et son air gracieux... Je croyais avoir les yeux grand ouverts mais, à un moment ou à un autre, je devais glisser dans le sommeil et, au réveil, il fallait à nouveau se préparer en vitesse pour partir à l'école".

C'est un récit entre rêve et réalité. Il parle à sa mère de l'école, de ce qu'il a entendu. Animaux, nature, atmosphère ouatée, et une mystérieuse femme "splendide, elle a de grandes ailes, de cinq couleurs, et elle vit dans le ciel" (page 72).
Très beau récit.


2/ Dans Le Camphrier (Sanjakkaku, 1897), un jeune homme, Yokichi, scieur de bois de son état, part travailler le matin. Il quitte le bateau qui sert d'habitation à lui et à son père mourant. Ce dernier se refuse à manger du poisson, même s'il s'affaiblit.

"Si papa se demande comment on peut poser ses baguettes sur le cadavre qui repose là, dans l'assiette, s'il en a des frissons, il n'a peut-être pas tout à fait tort... Les feuilles du saule aussi souffrent, quand on les arrache avec les dents...".

Comme dans La Femme Ailée, la frontière entre l'homme et les animaux ou les arbres s'estompe.
C'est un récit poétique, très bien écrit.


Un très bon recueil, nettement plus intéressant que Une Femme fidèle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Izumi Kyôka   Lun 29 Oct 2012 - 19:34

LA FEMME AILEE LE CAMPHRIER. - Picquier Poche

L' enfance est naturellment imaginative et elle l' est davantage encore quand elle est alimentée par une mère qui l' est tout autant. Telle est l' histoire de Ren dans La Femme ailée. On peut penser que cette mère-là a été frappée par la rudesse de la vie et qu' elle a essayé de s' en protéger en imaginant un monde plus sécurisant. Elle croit bien faire aussi en le faisant partager à son fils. Mais la vérité cruelle de la vie se heurte à celle de l' imaginaire. L' école est là pour le faire douter.

Qui l' a sauvé in extremis de la noyade ? La femme ailée évoquée par sa mère ou sa mère elle-meme ?

Pourtant, j' ai beau la regarder, ma mère ne semble pas porter de magnifiques ailes de cinq couleurs... Peut etre que ce n' est pas elle - ce n' est pas très clair, et je continue à douter.

La pluie a cessé, le terrain de pierre doit etre glissant maintenant... Ma mère me dit ceci et puis cela, mais... Et si je faisais exprès ... de tomber à nouveau dans la rivière ? Comme ça, elle viendrait à nouveau me tirer de là... Comme j' aimerais la voir ! La jeune femme splendide qui a des ailes... Enfin, ça ira ! Puique ma mère est là, puisque ma mère était là...

La Femme ailée, p. 81

Dans Le Camphrier, une jeune fille très malade revient à la vie grace à un arbre abattu majestueux, un camphrier, qui reverdit mystérieusment par une sorte de miracle.

Le camphrier

Le miracle, il est surtout dans la force d' évocation d' Izumi Kyoka sur le plan narratif, la description des personnages, leurs interrogations, les multiples signes d' une vie présente mais aussi cachée, les détails d' un paysage disposés par un véritable peintre... Et puis tout ce qui est au delà des mots...

Coup de chapeau au passage à ExPie et Nezumi imprégnés de culture japonaise au point d' en saisir la subtilité et la finesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Izumi Kyôka   

Revenir en haut Aller en bas
 
Izumi Kyôka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bob Izumi, une vie hors du commun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: