Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]

Aller en bas 
AuteurMessage
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty
MessageSujet: Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]   Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] EmptyVen 7 Nov 2008 - 12:04

Pour les cent ans de la publication du Manifeste du Futurisme du poète italien Filippo Tommaso Marinetti, le centre Pompidou a accueilli une exposition autour du futurisme, de ses influences (cubisme) à son évolution (orphisme).

Le futurisme est un mouvement artistique qui avait pour désir de coller au monde moderne, d'inscrire l'homme au milieu des machines, des rouages, du mouvement, de la vitesse.

L'expo est donc divisé en dix salles qui présentent les différents mouvements issus du Futurisme.

Une première salle où on découvre les œuvres cubistes de Picasso (Superbe : Femme Assise dans un fauteuil) Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] 291210
et Braque. Des peintures qui influenceront Marinetti.

Puis, une deuxième salle où on nous présente le Manifeste écrit par Marinetti (je trouve peu d'intérêt à lire ou voir de vieux livres sous verre... enfin... c'est dans la logique de l'expo assez chronologique finalement).

Je passe sur la salle où on nous présente un œuvre de Jeff Mills, compositeur électro, qui n'aurait pas été dénuée d'intérêt si elle ne s'était retrouvée si seule et à part de tout le reste (par le support, par l'époque, et par sa situation géographique dans l'expo).

Puis ensuite, on a la salle des italiens (reconstitution de la première expo des peintres futuristes, à la galerie Bernheim-Jeune & Cie, à Paris, en 1912. Avec des tableaux de Boccioni, un de mes coups de cœur,
Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Boccio10
Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Futuri10

Carrà, Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] 219_ca10
Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] E06da710

Russolo et Severini), celle du Français Félix Del Marle.

Salle 6 et 7 : quand le futurisme et le cubisme s'intermélange. Les cubistes, avant très monochromes dans leurs toiles, délaissent parfois un peu le gris, le terreux pour mettre un peu plus de clarté (Delaunay : Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Delaun10 Tour Eiffel)
(Marcel Duchamp, Nu descendant l'escalier)Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Ducham10

alors que les futuristes oublient un peu leurs chatoyantes couleurs pour tendre vers plus d'obscur (Boccioni, Severini).

Salle 8 : Un petit tour du côté de la russie et de leur cubofuturisme. Une peinture beaucoup plus "rigide" moins dans le mouvement, moins dans le relief.
Très géométrique et complètement déstructuré à la fois.

Salle 9 : Les anglais... qui ne m'a absolument pas convaincue. Sauf les sculptures vraiment mêlant primitif et modernité. Jacob Epstein, Torso in metal Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] 05110. Henri Gaudier-Brzeska, Red Stone Dancer.

Salle 10 : ou vers où tendait le futurisme. Une peinture très spontanée, très proche des sens, qui s'éloigne de la machine, qui garde des couleurs des lumières, une symétrie, mais qui s'écarte de la représentation de l'homme dans la ville, avec la machine...



Ce n'est pas vraiment une exposition qui m'a bouleversée, mais peut-être parce qu'elle ne joue pas sur les sentiments des gens, sur l'affect. Inscrire l'homme dans un certain espace, l'écarteler, le montrer à la fois objet et sujet de la mécanique.
Il y a vraiment des œuvres impressionnantes, d'autres qui m'ont complètement laissée indifférente.

J'aimais bien le foisonnement, l'impression d'énergie, de relief, de truc palpable qui surgit, bondit.
Et de temps en temps, des œuvres plus intimes, plus sombres.
ça m'épate toujours de voir que ces peintures de près ressemblent à quelque chose d'incroyablement fouilli, avec plein de couleurs et de lumières, et qu'en reculant on voit alors des formes bien concrètes apparaitre.
Et tout un sens qui apparait dans la globalité des multiples petits éléments.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Simone de beauvoir
Espoir postal
Simone de beauvoir

Messages : 23
Inscription le : 29/12/2008

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty
MessageSujet: Re: Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]   Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] EmptyVen 9 Jan 2009 - 13:35

Aah... Carlo Carrà... Larionov et Gontcharova... et Umberto Boccioni (le célèbre Homme qui marche, c'est lui ! )

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Boccioniformeunicheca6.th

Courrez-y vite, l'expo se termine bientôt. J'étais un peu déçue qu'elle soit si courte, mais ça vaut quand même le coup. Il est intéressant qu'elle ne soit pas concentrée sur le futurisme stricto sensu, mais également ouverte sur les courants qu'il a engendré ou influencé, comme le vorticisme ou l'orphisme.

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire lire le magnifique Manifeste (ce qui ne signifie pas que j'adhère avec toutes leurs idées, bien sûr... Sachant que la plupart d'entre eux ont viré fascistes par la suite Rolling Eyes )

Marinetti a écrit:
1. Nous voulons chanter l'amour du danger, l'habitude de l'énergie et de la témérité.
2. Le courage, l'audace et la révolte seront les éléments essentiels de notre poésie.
3. La littérature ayant jusqu'ici magnifié l'immobilité pensive, l'extase et le sommeil, nous voulons exalter le mouvement agressif, l'insomnie fiévreuse, le pas de course, le saut mortel, la gifle et le coup de poing.
4. Nous affirmons que la splendeur du monde s'est enrichie d'une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l'haleine explosive ... une automobile rugissante qui semble courir sur la mitraille est plus belle que la Victoire de Samothrace.
5. Nous voulons célébrer l'homme qui tient le volant dont la tige idéale traverse la Terre, lancée elle-même sur le circuit de son orbite.
6. Il faut que le poète se prodigue avec ardeur, faste et splendeur pour augmenter la ferveur enthousiaste des éléments primordiaux.
7. Il n'y a plus de beauté que dans la lutte. Aucune œuvre d'art sans caractère agressif ne peut être considérée comme un chef-d'œuvre. La poésie doit être conçue comme un assaut violent contre les forces inconnues pour les réduire à se prosterner devant l'homme.
8. Nous sommes sur le promontoire extrême des siècles! ... Pourquoi devrions-nous nous protéger si nous voulons enfoncer les portes mystérieuses de l'Impossible ? Le Temps et l'Espace mourront demain. Nous vivons déjà dans l'absolu puisque nous avons déjà créé l'éternelle vitesse omniprésente.
9. Nous voulons glorifier la guerre - seule hygiène du monde -, le militarisme, le patriotisme, le geste destructeur des anarchistes, les belles idées pour lesquelles on meurt et le mépris de la femme.
10. Nous voulons détruire les musées, les bibliothèques, les académies de toute sorte et combattre le moralisme, le féminisme et toutes les autres lâchetés opportunistes et utilitaires.
11. Nous chanterons les foules agitées par le travail, par le plaisir ou par l'émeute : nous chanterons les marées multicolores et polyphoniques des révolutions dans les capitales modernes ; nous chanterons la ferveur nocturne vibrante des arsenaux et des chantiers incendiés par de violentes lunes électriques, les gares goulues dévorant des serpents qui fument, les usines suspendues aux nuages par des fils tordus de fumée, les ponts pareils à des gymnastes qui enjambent les fleuves étincelant au soleil comme des couteaux scintillants, les paquebots aventureux qui flairent l'horizon, les locomotives à la poitrine large qui piaffent sur les rails comme d'énormes chevaux d'acier bridés de tubes et le vol glissant des avions dont l'hélice claque au vent comme un drapeau et semble applaudir comme une foule enthousiaste.

C'est en Italie que nous lançons ce manifeste de violence culbutante et incendiaire, par lequel nous fondons aujourd'hui le Futurisme parce que nous voulons délivrer l'Italie de sa gangrène d'archéologues, de cicérones et d'antiquaires ...


C'que c'est beau...

On pourrait croire à tort que ce mouvement ne regroupait que des hommes. Ce serait compter sans Valentine de Saint-Point, auteur du Manifeste Futuriste de la Luxure, du Théâtre de la Femme et du Manifeste de la femme futuriste, dans lequel elle n'oppose plus, comme Marinetti, l'homme et la femme, mais la féminité et la virilité.

Valentine de Saint-Point a écrit:
Moi, femme que vous dépréciez tant, je suis d'accord avec vous Futuristes, sur bien des points. Je suis aussi pour la guerre et les idées fortes qui tuent, je hais la morale et le féminisme socialisants. [...] le problème, Marinetti, c'est que la société contraint les femmes à se transformer d'êtres supérieurs en personnages languissants et sentimentaux que je déteste autant que vous, tout comme je déteste ces rôles d'ouvrières anonymes que les féministes tiennent tant à promouvoir
Revenir en haut Aller en bas
Matthieu
Main aguerrie


Messages : 304
Inscription le : 27/12/2008
Age : 32
Localisation : Lille

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty
MessageSujet: Re: Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]   Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] EmptyDim 11 Jan 2009 - 17:58

Je suis allé la voir hier.

Bon j'ai pas trop lu les différentes explications, j'étais trop crevé...

Mais j'ai bien aimé cet art, moins chez les russes mais la plupart des tableaux et les sculptures qu'a mis Queenie m'ont plut.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.goodreads.com/user/show/1121160
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty
MessageSujet: Re: Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]   Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] EmptyLun 31 Oct 2011 - 22:02

Sans rapport avec l'expo, mais en rapport avec le futurisme, quelques images...

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] La_riv10
Luigi Russolo (1885-1947) : La rivolta, 1911

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Dynami10
Giacomo Balla, Dynamisme d’un chien en laisse, 1912

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Fillet10
Giacomo Balla, Fillette courant sur un balcon, 1912

Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] La_cha10
Umberto Boccioni, La charge des lanciers

Et merci pour la trace du Manifeste de Marinetti. Si je n'approuve pas la totalité du fond, je reste toutefois sous le charme de la forme bonjour

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty
MessageSujet: Re: Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]   Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Futurisme à Paris [Centre Pompidou]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Centre Pompidou METZ 2013
» MAKE UP PARIS?
» région géniale à visiter au centre de nulle part
» Centre de beauté Valmy
» 1894 - Tramways électriques, Course auto Paris-Rouen, Carmel ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Peinture, photographie… :: Expositions-
Sauter vers: