Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Dashiell Hammett

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 13:15

Dashiell Hammett Hamm11

Né dans une famille pauvre du Maryland, Samuel Dashiel Hammett, maître du polar noir américain, a passé sa jeunesse à Philadelphie. Après plusieurs petits boulots, il est engagé comme détective privé, et cette expérience deviendra une grande source d'inspiration pour ses livres. Ses premières nouvelles paraissent en 1922 et ses romans, comme 'La Moisson Rouge', 'Le Faucon Maltais' ou 'La Clé de verre' connaîtront des adaptations cinématographiques à succès. Sa carrière littéraire, aussi intense que brève, s'achèvera en 1934, date à partir de laquelle il n'écrira plus aucun roman. Il meurt rongé par l'alcool et la tuberculose.
(Référence Evene)
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 13:18

Grand oublié de notre forum j'ai l'intention de revenir sur Hammett et vous propose déjà une petite note sur l'une de ses adapations ciné.

De mèche avec Hammett

Dashiell Hammett Sjff_010

J'ai souvent parlé de Hammett,Chandler et autres et toujours de façon admirative.Et le cinéma ne s'y est pas trompé avec nombre d'adaptations dont certaines plus que mythiques(voir la photo de l'accueil).La réalisation de Stuart Heisler,en 42,avec une écriture de Jonathan Latimer,de La clé de verre,roman publié en 31 mérite qu'on s'y attarde.Ce film noir que présente très bien Philippe Labro qui s'y connaît,tourné en un noir et blanc studio Universal typique,nous offre un trio d'acteurs convaincant. La blonde fatale a les traits et la mèche très suggestive de Veronica Lake,dangereuse comme savaient l'être les femmes dans ces histoires de magouilles politico-gangstero-policières.Encadrée d'Alan Ladd et Brian Donlevy dont l'amitié sera mise à rude épreuve elle est assez inoubliable.Ladd est très bon,à mon avis meilleur que dans ses westerns où je l'ai toujours trouvé un peu terne. Donlevy est un acteur méconnu qui donne beaucoup d'étoffe à son personnage ambigu de faiseur de rois,ou plutôt de gouverneurs.

On sait que Dashiell Hammett avait une écriture comportementale qui laissait peu de place à la psychologie et au bla-bla-bla.Le script de Latimer,un spécialiste,et la mise en scène de Heisler sont au diapason d'un film bref et musclé que Bertrand Tavernier déteste dans son ouvrage de référence sur le cinéma américain.J'aime bien le grand Bertrand qui a fait beaucoup pour sortir de l'ombre de nombreux films mais là je ne suis pas de son avis.Je ne me lasserai pas de ces voitures qui sillonnent la ville américaine sous la pluie,se garent sans problèmes et laissent sortir un politicard,deux sbires et une vamp prompte à prendre le bras du plus fort tour en lançant une oeillade au plus beau.

Dashiell Hammett Cl210

Et La clé de verre recèle des dialogues pointus souvent très drôles dont j'ai retenu cette phrase qui suffit à mon bonheur:"Ma première femme était deuxième en cuisine dans un restau minable de la Quatrième Rue".Ou encore un tueur genre pithécanthrope,ceci dit sans vouloir blesser les pithécanthropes, déclarant, affamè:"Quand je mange un steak j'aime sentir qu'il me mord."
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Invité
Invité



Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 13:43

Bellonzo a écrit:

Et La clé de verre recèle des dialogues pointus souvent très drôles dont j'ai retenu cette phrase qui suffit à mon bonheur:"Ma première femme était deuxième en cuisine dans un restau minable de la Quatrième Rue".Ou encore un tueur genre pithécanthrope,ceci dit sans vouloir blesser les pithécanthropes, déclarant, affamè:"Quand je mange un steak j'aime sentir qu'il me mord."

J'adore ce "hard-boiled humour" (= humour de dur à cuire) qu'on trouve dans les romans noirs américains. Chez Raymond Chandler aussi on se régale avec les répliques de Philip Marlowe. Plus récemment, Mike Mignola l'a repris avec bonheur dans sa série BD Hellboy, le détective de l'occulte.
Merci pour l'ouverture de ce fil Bellonzo!

A propos du Faucon Maltais (Maltese falcon), j'ai lu quelque part un truc curieux. Ce serait une allusion à la nouvelle "Mateo Falcone", de Mérimée.
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 16:04

Nezumi J'ai lu Le faucon et vu plusieurs fois le film du patron.Je ne suis pas au courant pour l'anecdote Matteo Falcone de Prosper Mérimée.
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Invité
Invité



Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 16:22

J'étais tombée sur cette explication un peu surprenante pendant mes études (the hard-boiled fiction était par chance au programme).

Je l'ai retrouvée sur le net ici
Citation :
Quant au Faucon maltais (1930) de Dashiell Hammett, il n'est pas sans rappeler le Mateo Falcone (1829) de Prospère Mérimée, que Hammett appréciait tant.

Et
Citation :
Hemingway passe (avec Dashiell Hammett) pour l’inventeur du roman comportementaliste, dit aussi béhavouriste. Cette technique littéraire que tout le monde connaît aujourd’hui, que beaucoup de romanciers ont tenté d’imiter, que fort peu ont réussi et qui consiste à ne plus faire penser un personnage mais à le faire agir. Autrement dit à le faire passer d’acté-actant à actant tout court. A ceci près (comme cela a déjà été écrit dans l’ouverture de Les Maîtres du roman policier, éd. Bordas, 1991) que la méthode avait déjà été expérimentée par un certain Prosper Mérimée, dans sa nouvelle Mateo Falcone, publiée en 1829, soit un siècle avant Les Tueurs d’Hemingway (où ce style apparaît le plus nettement) et Le Faucon maltais de Hammett (dont le titre est, à lui seul, un hommage à la nouvelle de…Mérimée).
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 16:44

Merci Nezumi de ces précisions que j'ignorais.Parfum de Livres c'est vraiment génial pour ça.C'est encore une fois dans la littérature que ce forum prend tout son sens,enfin dans tout ce qui touche aux arts.
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 16 Nov 2008 - 17:07

Ce n'est pas parce qu'on écrit des histoires de détective que l'o n'a pas droit de cité dans l'histoire des lettres américaines.
Ainsi Aragon:
Citation :
Il ne suffit pas de lui reconnaître la paternité du roman policier,mais admettre qu'il domine ce siècle,plus haut que Faulkner ou Hemingway,sans mésestimer l'oeuvre de ceux-ci.

Deux très bons 10/18:Histoires de détective(vol. 1 et 2),d'excellentes nouvelles dont quelques-unes n'ont rien à voir avec l'univers du polar.
Revenir en haut Aller en bas
http://eeguab.canalblog.com
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptySam 27 Avr 2013 - 9:44

Dashiell Hammett Robert10
Robert Frank, Butte Montana, 1956


Moisson rouge (1929)

Pas évident de parler de ce bouquin. On rentre très vite dans le vif du sujet par l'intermédiaire d'un détective employé par une grande agence (la Continental Op) qui débarque à Personville ou plutôt Poisonville comme les gens l'appellent, une cité minière du Montana. Il ne rencontrera jamais son client qui se fait assassiner.

En un peu moins de 300 pages et dans enchainement, enchevêtrement, de coups tordus notre détective va ingurgiter beaucoup d'alcool et plus si affinités et semer une sanglante pagaille dans cette ville corrompue jusqu'à la moelle. Entre le vieux bonhomme qui détient la ville, le chef de la police et les quelques principaux truands, en tournant autour de l'esquintée et pourrie jusqu'à l'os femme fatale de service et de ses prétendants éconduits, le détective navigue, asticotant celui-là, donnant un coup de main malgré lui à celui-ci, manquant de se faire truffer de plombs entre les deux... sans jamais se départir de son opiniâtreté ou d'un bon sens de la répartie.

Notre super héros aussi sympathique que s'il faisait peur avec son mètre 60 et ses 86 kilos ne se prive évidemment pas pour mettre la pression de façon musclée à ses interlocuteurs.

Une bizarre vision hallucinée, de cauchemar, de violence incessante qui se lit néanmoins avec un plaisir certain pour le charme du croqué des attitudes et toute la désillusion qui se sauve dans un humour noir et grinçant.

Il y aurait moyen de causer du drôle d'effet de cette narration sauvage qui fonctionne à la pensée et au dialogue, distille des retournements de situation mais surtout s'abrègent régulièrement pour passer à la suite. Le détective nous coupe la page ou le dialogue sous le pied pour aller plus vite vers l'inévitable bain de sang (espéré salvateur pour la communauté).

Je m'y suis trouvé un peu moins à l'aise que dans mes nouvelles de Chandler, d'une certaine façon ce Hammett m'a fait l'effet d'être moins pop, c'est grandiloquent mais avec une solide dose de méchanceté !

Je compte cependant bien y revenir. Et puis c'est dépaysant pour le décor comme pour la forme, et ce dépaysement me plait bien lui aussi.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptySam 27 Avr 2013 - 11:42

j'ai Hammett dans ma pile à lire, il y a 3 titres, je note ton titre pour plus tard si j'accroche.

merci pour ton commentaire ( le terme dépaysant a tout pour me plaire)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyMer 29 Mai 2013 - 7:18

En train d'avaler les nouvelles du "little fat detective whose name I don't know", je refaisais un crochet par sa biographie et relève qu'il aurait arrêté de travailler comme détective après que son agence se retrouve employée à briser des grèves puis plus tard qu'il a été engagé politiquement et victime de la chasse au sorcière et qu'il s'était fait réengagé dans l'armée pendant la deuxième guerre, côté presse après les ambulances de la première.

Ce n'est pas que j'ai lu des passages qui auraient particulièrement piqué ma curiosité sur ce point, je me demandais surtout combien de temps il avait fait ce boulot de détective (6-7 ans donc), néanmoins ça alimente la réflexion de la vision très frontale des nouvelles et de leur atmosphère.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyMer 29 Mai 2013 - 15:50

Animal, Nezumi, il vous faut lire, si ce n' est déjà fait, ce qu' a écrit Lilian Hellman, qui fut la compagne de Dash. LH était elle-meme écrivain et journaliste et ce qu' elle dit sur Hammett est émouvant mais aussi bien écrit et bien pensé.

"Ce ne fut pas toujours facile, il y eut meme des moments très pénibles, mais j' éprouvais un plaisir indicible à me remémorer les années qui s' étaient écoulées depuis notre première rencontre et à me dire qu' après avoir abimé tant de choses et en avoir réparé si peu, nous avions finalement tenu bon."

Lilian Hellman. Postface à : Le sac de Couffignal. - Carré noir/Gallimard

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyDim 2 Juin 2013 - 13:42

The Continental Op

On prend le même et on recommence, sur des formats plus courts, il s'agit d'une série de nouvelles. Notre indéboulonnable détective poursuit son chemin aux fils d'enquêtes qui entremêle les mauvaises fréquentations des bas-fonds et des milieux plus aisés. Filatures, coups de force, jeux de séduction c'est la totale de l'ambiance noir.

Cependant ce n'est pas vraiment l'élucidation d'un mystère policier qui motive l'action, la conclusion peut d'ailleurs avoir plusieurs apparences, c'est plus "qu'est-ce qui se passe quand on secoue tout ça" comment les pièces s'emboitent et les gens se dévoilent, changent parfois l'histoire.

Et moins énorme que la Moisson rouge ce n'en est pas moins "presque méchant". Même notre détective à recours à des procédés qui s'ils apparaissent naturels sont volontiers tordus et forcés.

Les couples de gentils vieillards boivent le thé et sortent des flingues et les gros durs sont faibles devant les femmes fatales qui sont d'ailleurs toujours d'autant plus fatales qu'elles sont décrites en différences d'une femme parfaite. Et c'est difficile aussi pour l'anonyme détective de ne pas succomber. Et pas de rédemption. Pas de happy end.

Les choses se passent ou passent sur les protagonistes de manière implacable. Tous presque pourris et fatigués à l'heure de l'arrivée. Pendant le voyage les choses ont changé plusieurs fois d'apparences.

ça un côté bizarre tout de même, un peu malsain, pourtant très attachant. Et redoutablement efficace. ça se dévore.

Un journaliste, je crois, sur la quatrième de couverture parle de train express, je pense plutôt à un train de fret très gros format sur sa lancée.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyLun 29 Juil 2013 - 23:44

J'ai terminé le livre de D. Hammett, qui comporte 3 récits : le célèbre Faucon Maltais, Sang maudit et le  grand braquage. Avant ce dernier récit il y a une préface de Lillian Hellman son amie durant de nombreuses années.

Extrait : "J'en sais toujours aussi peu sur la nature de l'amour romantique que lorsque j'avais 18 ans, mais je connais bien ce plaisir profond né de l'intérêt qui ne se dément pas, l'excitation qu'engendre le désir de savoir ce que l'autre pense, fera, ne fera pas, les tours joués et déjoués, le lien ténu qui se mue en cordage avec les années et qui, dans mon cas, reste là, suspendu dans le vide, longtemps après la mort."

L'écriture est précise, efficace. Que ce soit dans l'un ou l'autre de ces récits le détective est un homme "régulier" un homme  d'honneur, même si parfois l'auteur nous fait douter.

Dans le Faucon maltais, il s'agit de la recherche d'un objet convoité pour sa rareté et de toutes les complications, surprises qu'entraine cette recherche.

Sang maudit, il est question de manipulations sur des personnages fragiles, sous couvert de religion.

Bien que ces récits soient très intérêssants, personnellement j'ai préféré le Grand braquage : deux grandes banques braquées en plein jour et en même temps par de très nombreux truands dont la plupart s'élimineront mutuellement.
Un récit accrocheur, c'est le lecteur qui est braqué, impossible d' en lâcher la lecture. Avec quel brio l'auteur déroule la trame.

Quelqu'un m'a dit : tu sais Dashiel Hammett, ça date

Mais, les truands, les policiers, les belles filles, les trahisons, les armes, les meurtres sont toujours d'actualité et quand c'est servi par une écriture comme celle de D. Hammett le lecteur apprécie et en redemande.

ma médiathèque possédant Moisson rouge et la clé de verre, je retrouverai donc D. Hammett

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyMar 30 Juil 2013 - 14:21

Commentaire alléchant, Bédoulène. Depuis longtemps animal agite le drapeau rouge de Chandler (en le lisant régulièrement) et je m'étais dit : tiens tout de même il faudra que je tente. Et puis, j'ai récemment entendu François Guérif (directeur de la collection Rivages/noir chez Payot) et il disait en substance : pendant des années j'ai mis Chandler au-dessus de tous mais aujourd'hui je révise un peu mon jugement et je crois que Hammett est meilleur, grâce à son style... Cela a attiré ma curiosité et voilà que tu viens de renforcer mon attention... A suivre, donc.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett EmptyMar 30 Juil 2013 - 16:05

shanidar a écrit:
Commentaire alléchant, Bédoulène. Depuis longtemps animal agite le drapeau rouge de Chandler (en le lisant régulièrement) et je m'étais dit : tiens tout de même il faudra que je tente. Et puis, j'ai récemment entendu François Guérif (directeur de la collection Rivages/noir chez Payot) et il disait en substance : pendant des années j'ai mis Chandler au-dessus de tous mais aujourd'hui je révise un peu mon jugement et je crois que Hammett est meilleur, grâce à son style... Cela a attiré ma curiosité et voilà que tu viens de renforcer mon attention... A suivre, donc.

 Oui, ils méritent le détour. Ce sont des écrivains à plein temps et ils ont presque les seuls, en tout cas à l' époque, à avoir épinglé une Amérique corrompue, raciste, inégalitaire. Grace à leurs détective "privés".
Il y en a d' autres qu' Animal a cité ou non, comme Burnett, Jim Thompson, Chester Himes, Horace Mc Coy, David Goodis, Ed Mc Bain, Charles Williams, James Cain, Don Tracy, John McPartland... parmi les plus anciens.
Mais l' esprit de ces auteurs "noirs" s' est perpétué et adapté aux époques suivantes.
Notamment à travers des auteurs plus récents comme James Crumley, Pete Dexter, Robin Cook, John Ross McDonald, Bill Pronzini, John Lutz, Richard Harper, Christopher Moore, James Sallis, etc.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dashiell Hammett Empty
MessageSujet: Re: Dashiell Hammett   Dashiell Hammett Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dashiell Hammett
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: