Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forums littéraires : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion
Partagez | 
 

 J.M.G. Le Clezio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 17:16



son fil se trouve ICI

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Livres pour la jeunesse

1978 Voyage au pays des arbres, dessiné par Henri Galeron, Gallimard, Page 1
1980 Lullaby, Gallimard, Page 1
1982 Celui qui n'avait jamais vu la mer, suivi de La Montagne ou le dieu vivant, Paris, Gallimard,
1985 Villa Aurore, suivi de Orlamonde, Paris, Gallimard, Page 1
1985 Balaabilou, Paris, Gallimard, Page 1
1990 La Grande Vie, suivi de Peuple du ciel, Paris, Gallimard,
1992 Pawana, Page 2

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Mer 2 Jan 2013 - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 17:17


Balaabilou

Citation :
Présentation de l’éditeur
«Est-ce que je t'ai déjà parlé de Balaabilou?» demande Naman le pêcheur à Lalla. Dans une ville d'Orient vivait autrefois un puissant émir qui avait une fille très belle, du nom de Leila. Une terrible sécheresse s'abattit un jour sur le royaume. Pour faire cesser la malédiction, l'émir dut abandonner sa fille unique dans la forêt. C'est alors que, la nuit venue, le chant d'un oiseau s'éleva…
Chaque jour, Lalla rejoint sur la plage Naman qui, auprès d'un feu et de sa marmite de poix pour calfater sa barque, sait enchanter les enfants de ses contes merveilleux. Comme celui de l’oiseau Balaabilou qui sauva la belle princesse Leila d’une mort affreuse, et son royaume de la sécheresse. Si grande était la puissance de son amour…

Un récit merveilleux et poétique de J.M.G. Le Clézio pour une histoire aux allures de conte des "Mille et Une Nuits", superbement illustrée par Georges Lemoine.


Il y a des années que j’ai lu Mondo et autres histoires et au moment que J.M.G. Le Clézio a reçu le Nobel, je me trouvais en librairie devant ses ouvrages – et entre autre devant tous ses livres dans la collection Jeunesse – et je me suis laissé tenter par ces belles éditions avec illustrations.

Mon premier choix était ce livre qui fait une escale dans un univers similaire aux Mille et une nuits. Et comme on le sait bien, dans les contes de ces nuits là, c’est souvent tragique, peu joyeux et il n’y a jamais un meilleur compromis – que des situations extrêmes.
Son écriture porte l’histoire et l’histoire est très jolie.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 17:18


Villa Auroe / Orlamonde

Citation :
Présentation de l’éditeur
Une maison perdue dans la verdure, offerte aux rêves d'aventure des enfants. Les années passent. Les promoteurs ont détruit le domaine. Colère et amertume chez les amoureux de la Villa Aurore… Entre ciel et mer, la Villa Orlamonde accueille Annah qui rêve, nichée dans l'embrasure d'une fenêtre à ogive. Mais déjà résonnent les premiers coups de pioche des démolisseurs.



J’aime bien le petit qualificatif sur la page internet de Gallimard Jeunesse pour ce livre :
Dossier thématique : murs et jardins de l'enfance
C’est tout à fait cela, surtout dans la première, plus longue histoire, Villa Aurore, on est en pleine nostalgie des souvenirs d’enfance et même si cela sonne par moment très mélancolique, l’écriture de J.M.G. Le Clézio fonctionne comme contrepoids avec une poésie qui fait que du bien.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 17:19


Lullaby

Citation :
Présentation de l’éditeur
Un matin du mois d'octobre, Lullaby décide de ne plus aller à l'école. Elle écrit à son père, glisse dans un sac quelques objets et, empruntant le chemin des contrebandiers, part en direction de la plage. Elle part à la découverte de ses émotions, de sa sensibilité. Un petit garçon qui revient de la pêche, une jolie maison grecque, mais surtout le soleil et la mer remplissent ses journées d'ivresse et de liberté. Un jour, pourtant, il faut revenir à l'école. Qui donc voudra croire à son étrange voyage?

Une longue nouvelle, extraite de "Mondo et autres histoires"


Et voici le livre qui m’a le plus enchanté de ceux que je viens de présenter.
Peut être à cause des phrases variées sur la mer et son amour pour la mer. On sent qu’il est né près de la mer, tellement il lui rend hommage dans ce livre. Voir la mer est comme respirer. Et c’est ce que sa jeune héroïne Lullaby veut aussi – respirer. Parce qu’à l’école où elle se sent enfermée et comme en prison, elle n’arrive plus à trouver le sens pour s’y rendre. Donc elle n’y va plus. Elle va vers la mer. Elle passe ses journées sur la plage, à nager, regarder le ciel et la mer… vivre d’une façon comme elle a l’impression que c’est ainsi qu’il faut le faire.
Un récit d’une beauté et poésie qui a tout pour donner envie aux jeunes lecteurs de prendre un bol d’air et aux plus âgés de se rappeler un peu du temps perdu..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 17:20

Extraits de Lullaby


Lullaby ne pensait même plus à l’école. La mer est comme cela : elle efface ces choses de la terre parce qu’elle est ce qu’il y a de plus important au monde. Le bleu, la lumière étaient immenses, le vent, les bruits violents et doux des vagues, et la mer ressemblait à un grand animal en train de remuer sa tête et de fouetter l’air avec sa queue.


Lullaby était pareille à un nuage, à un gaz, elle se mélangeait à ce qui l’entourait. Elle était pareille à l’odeur de l’herbe qui sent le miel. Elle était l’embrun des vagues où brille l’arc-en-ciel rapide. Elle était le vent, le souffle froid qui vient de la mer, le souffle chaud comme une haleine qui vient de la terre fermentée au pied des buissons. Elle était le sel, le sel qui brille comme le givre sur les vieux rochers, ou bien le sel de la mer, le sel lourd et âcre des ravins sous-marins. Il n’y avait plus une seule Lullaby assise sur la véranda d’une vieille maison pseudo-grecque en ruine. Elles étaient aussi nombreuses que les étincelles de lumière sur les vagues.


Lullaby aimait bien ce vent-là. Elle voulait donner des choses, parce que le vent a besoin de manger souvent, des feuilles, des poussières, les chapeaux, des messieurs ou bien les petites gouttes qu’il arrache à la mer et aux nuages.
[…]
Lullaby jetait les feuilles de papier dans le vent. Elles paraient vite avec un bruit de déchirure, elles volaient un instant au-dessus de la mer, en titubant comme des papillons dans la bourrasque. C’étaient des feuilles de papier-avion un peu bleues, puis elles disparaissaient d’un seuil coup dans la mer. C’était bien de lancer ces feuilles de papier dans le vent, d’éparpiller ces mots, et Lullaby regardait le vent les manger avec joie.


La mer était si belle qu’il lui semblait qu’elle traversait sa tête et son corps à toute vitesse, qu’elle bousculait des milliers de pensées à la fois.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
nezumi
Chouette médusée


Messages: 17807
Inscription le: 07/02/2007
Age: 44

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Dim 16 Nov 2008 - 18:09

Les livres jeunesse de JMG Le Clézio, comme ceux de Michel Tournier, Claude Roy, André Dhôtel, Henri Bosco... m'ont offert quand j'étais enfant et jeune ado des heures de lectures pleines de rêve, d'évasion et de poésie.
Ils sont d'ailleurs inséparables pour moi des illustrations du dessinateur Georges Lemoine.
C'est avec grand plaisir que j'ai découvert, grâce à Marko qui me l'a conseillé, un récit qui m'avait échappé à l'époque.

Villa Aurore

Le narrateur se souvient de la Villa Aurore, "un grand palais blanc couleur de nuage qui tremblait au milieu des ombres des feuillages" qui l'attirait tant quand il était enfant. Un domaine à moitié abandonné, au jardin exubérant et sauvage peuplé de centaines de chats, d’oiseaux et d’insectes, dont la propriétaire/reine, la "dame de la villa Aurore", demeurait toujours invisible. Que d’après-midi d'été passées à rêver dans cette jungle, devant l’inscription mystérieuse au fronton d’un petit temple grec... Bien des années plus tard, le narrateur y revient, mais l’urbanisation et son cortège de laideur et de mort sont passés par là …

Nostalgie poignante de l’enfance, mystères du jardin secret, écriture d'une poésie délicate et solaire, ambiance impressionniste et onirique, tout contribue à faire de ces pages un régal et une des plus belles évocations de maisons que j'aie jamais lues.
Tout comme dans la deuxième nouvelle du recueil, "Orlamonde", la vieille demeure saccagée représente le monde de l'enfance irrémédiablement perdu, mais dont la beauté et la magie exercent à jamais leur fascination:

Citation :
Encore aujourd’hui je la perçois, l’odeur âcre des lauriers, des écorces, des branches cassées qui cuisaient à la chaleur du soleil, l’odeur de la terre rouge. Elle a plus de force que le réel, et cette lumière que j’ai amassée à cet instant, dans le jardin, brille encore à l’intérieur de mon corps, plus belle et plus intense que celle du jour. Les choses ne devraient jamais changer.

_________________
La PAL, c'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Lun 17 Nov 2008 - 10:40

Nezumi a écrit:
Nostalgie poignante de l’enfance, mystères du jardin secret, écriture d'une poésie délicate et solaire, ambiance impressionniste et onirique, tout contribue à faire de ces pages un régal et une des plus belles évocations de maisons que j'aie jamais lues.
j'aime tes mots que tu as trouvé pour décrire un sentiment de lecture qui s'approche du mien.. Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
nezumi
Chouette médusée


Messages: 17807
Inscription le: 07/02/2007
Age: 44

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Lun 17 Nov 2008 - 12:50

kenavo a écrit:
Nezumi a écrit:
Nostalgie poignante de l’enfance, mystères du jardin secret, écriture d'une poésie délicate et solaire, ambiance impressionniste et onirique, tout contribue à faire de ces pages un régal et une des plus belles évocations de maisons que j'aie jamais lues.
j'aime tes mots que tu as trouvé pour décrire un sentiment de lecture qui s'approche du mien.. Very Happy

J'aime beaucoup les tiens à propos de Lullaby! Je vais donc me replonger dans Mondo (près de 25 ans après... Punaise, ils sont très beaux ces récits, mais ça ne rajeunit pas tout ça ).

_________________
La PAL, c'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Lun 17 Nov 2008 - 12:54

Nezumi a écrit:
(près de 25 ans après... Punaise, ils sont très beaux ces récits, mais ça ne rajeunit pas tout ça ).
innocent

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages: 16313
Inscription le: 23/08/2008
Age: 46
Localisation: Lille

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Mar 27 Jan 2009 - 17:19

Nezumi a écrit:

Villa Aurore

Nostalgie poignante de l’enfance, mystères du jardin secret, écriture d'une poésie délicate et solaire, ambiance impressionniste et onirique, tout contribue à faire de ces pages un régal et une des plus belles évocations de maisons que j'aie jamais lues.
Tout comme dans la deuxième nouvelle du recueil, "Orlamonde", la vieille demeure saccagée représente le monde de l'enfance irrémédiablement perdu, mais dont la beauté et la magie exercent à jamais leur fascination:

Belle perception de ces 2 superbes nouvelles qui font partie du recueil La ronde et autres faits divers. Le point commun de ces 2 histoires est la menace de la destruction d'une bâtisse qui dans Villa Aurore est aussi la disparition nostalgique de l'enfance du narrateur et dans Orlamonde la prise de conscience de la mort prochaine d'une mère hospitalisée par cette petite fille qui se réfugie de manière obsessionnelle dans les ruines d'un théâtre pour regarder la mer à travers une fenêtre en hauteur. C'est vraiment émouvant et avec une écriture magique faite d'évocations de lumières, de changements ténus d'atmosphères, de menaces sourdes. On est au-delà de la littérature enfantine.

_________________
Qui sait si cette autre moitié de la vie où nous pensons veiller n'est pas un autre sommeil un peu différent du premier, dont nous nous éveillons quand nous pensons dormir (Pascal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages: 29215
Inscription le: 01/02/2007
Localisation: Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Mar 27 Jan 2009 - 17:56

Nezumi a écrit:
J'aime beaucoup les tiens à propos de Lullaby! Je vais donc me replonger dans Mondo (près de 25 ans après... Punaise, ils sont très beaux ces récits, mais ça ne rajeunit pas tout ça ).

Eh oui!....Tu as dû les étudier au collège...Je les faisais lire à mes élèves quand j'étais prof... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nezumi
Chouette médusée


Messages: 17807
Inscription le: 07/02/2007
Age: 44

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Mar 27 Jan 2009 - 18:46

Merci encore à toi, Marko de m'avoir conseillé la Villa Aurore. Wink

coline a écrit:

Eh oui!....Tu as dû les étudier au collège...Je les faisais lire à mes élèves quand j'étais prof... content

C'est vrai qu'il est très lu au collège mais je crois que j'ai découvert Le Clézio autrement (cadeau ou CDI).

_________________
La PAL, c'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nezumi
Chouette médusée


Messages: 17807
Inscription le: 07/02/2007
Age: 44

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Mar 27 Jan 2009 - 18:51

Marko a écrit:
On est au-delà de la littérature enfantine.

Oui, et en même temps l'écriture de Le Clézio retranscrit très bien le ressenti des enfants, leur sensibilité aux atmosphères, leur inquiétude devant le changement des choses.
Un lecteur enfant comme un adulte peuvent se projeter dans ses récits, c'est là son génie.

_________________
La PAL, c'est le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Mer 28 Jan 2009 - 10:17

Nezumi a écrit:
Un lecteur enfant comme un adulte peuvent se projeter dans ses récits, c'est là son génie.
c'est bien de reparler sur ce fil.. j'en ai mis Mondo à portée de main pour lire de temps en temps une des ces histoires..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages: 55964
Inscription le: 08/11/2007
Age: 48
Localisation: Luxembourg

MessageSujet: Re: J.M.G. Le Clezio   Sam 4 Juil 2009 - 23:26


Voyage au pays des arbres
Citation :
Présentation de l'éditeur
Un petit garçon qui s'ennuie et qui rêve de voyager s'enfonce dans la forêt, à la rencontre des arbres. Il prend le temps de les apprivoiser, surtout le vieux chêne qui a un regard si profond. Il peut même les entendre parler. Et quand les jeunes arbres l'invitent à leur fête, le petit garçon sait qu'il ne sera plus jamais seul.
Un voyage magique et poétique au pays des arbres raconté par un grand auteur contemporain.

Il y avait une fois un petit garçon qui s’ennuyait. Il avait bien envie de voyager, de partir vers le ciel, ou bien dans la mer, ou encore de l’autre côté de l’horizon. Mais pour voyager, il faut avoir les moyens. Ce petit garçon n’avait pas de bateau, ni d’auto, ni de train, ni rien de ce genre. Alors il était obligé de rester sur place et il s’ennuyait un petit peu. Mais un jour, il s’est dit que ce n’était peut-être pas nécessaire d’avoir des ailes ou des nageoires pour voyager.
C’est comme ça qu’il a eu l’idée d’aller au pays des arbres
.


Et c’est ainsi que commence cette histoire. On ‘voyage’ avec le petit garçon grâce aux mots de J.M.G. Le Clézio et les images de Henri Galeron pendant un court moment au pays des arbres.


Le petit garçon n’était pas pressé de partir, alors il s’est amusé d’abord à apprivoiser les arbres. Pour cela, il marchait doucement à l’intérieur de la forêt en faisant attention à ne pas faire trop de bruit. Puis il s’asseyait par terre, au centre d’une clairière, et il attendait. Quelquefois il sifflait doucement, parce que les arbres aiment bien la musique qu’on fait en sifflant. Ils n’ont jamais peur des oiseaux ni des cigales, ils aiment bien le bruit des sifflements doux. Quand il avait sifflé comme cela un bon moment, le petit garçon voyait les arbres desserrer progressivement leur étreinte.

:heart:

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loschtopbiller.blogspot.com/
 

J.M.G. Le Clezio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» J.M.G. Le Clezio
» PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2008 - LE CLEZIO
» LE CLEZIO, Jean-Marie Gustave
» LE CLEZIO J.M.G.
» [Le Clezio, Jean Marie Gustave] Lullaby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs ::  :: -