Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Patrick Grainville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 16:58



Nous sommes tous porteurs d’images mythiques, mais pour ma part, mon but n’est pas de les illustrer mais de les faire travailler dans le présent, qui peut ainsi faire jonction entre le passé et le futur. Chez moi, le mythe travaille dans l’actualité du langage, s’ouvre à de nouvelles significations et devient par là même quelque chose de complètement polysémique, polymorphique, régénérable. Je choisi des mythes qui puissent cristalliser ma libido, mes fixations, mes obsessions, mon affectivité. Or Isis et Osiris me fascinent, dans le détail même de leur relation : la peur, le voyage, le couple. Évidemment, dans Le Paradis des orages, cela passe par une espèce d’épopée de femmes, de fesses et de croupes majestueuses. Patrick Grainville

Depuis quelques années, [mes phrases] sont plus courtes, nominales, et éclatent comme des déferlantes, dans un ressassement infini, comme une espèce de réserve qui roule sur elle-même, qui se plie, se déplie et se replie sans cesse. . P. Grainville

Patrick Grainville est un romancier français né le 1er juin 1947 à Villers-sur-Mer (Calvados). Il a passé son enfance à Villerville, petite commune située à l'est de Deauville. Professeur agrégé de lettres, il obtient le prix Goncourt 1976 à 29 ans pour son quatrième roman, Les Flamboyants. Patrick Grainville a beaucoup écrit sur l'Afrique, où il a effectué une mission de coopération. Son dernier roman, La main blessée (2005), confronte l'auteur à la fameuse crampe de l'écrivain. Grainville y fait part également de sa perception du métier de professeur du secondaire. Dans la vie, il est professeur de français au Lycée Evariste Galois à Sartrouville.

Romans:

• 1972 : La Toison
• 1973 : La Lisière
• 1974 : L'Abîme
• 1976 : Les Flamboyants, prix Goncourt
• 1978 : La Diane rousse (variations sur le mythe d'Orion, le chasseur géant de l'antiquité).
1980: Bernard Louedin
• 1981 : Le Dernier viking
• 1981 : L'Ombre de la bête
• 1982 : Les Forteresses noires
• 1984 : La Caverne céleste
• 1986 : "Le Paradis des Orages"
• 1988 : L'Atelier du peintre
• 1990 : L'Orgie, la Neige, prix Guillaume le Conquérant, décerné par la Société des auteurs de Normandie.
1994: Les anges et les faucons
• 1996 : Le Lien
• 1998 : Le Tyran éternel
• 2001 : Le Jour de la fin du monde une femme me cache
• 2004 : La Joie d'Aurélie
• 2005 : La Main blessée
• 2008 : Lumière du rat

Il a également écrit les textes d'ouvrages de photographie et un excellent essai sur Egon Schiele: L'ardent désir



Patrick grainville est un auteur flamboyant (comme le titre de son livre qui a reçu le prix Goncourt en 1976), au style lyrique et baroque, à forte tonalité érotique et mythologique. Son thème de prédilection est le rapport du corps et de l'esprit. Pour lui l'érotisme est un moyen d'atteindre à l'essentiel de l'existence, à ce point d'incandescence où extase des sens et extase de l'âme ne font plus qu'un.

Son écriture tend souvent à l'incantation (encore un!) avec une véritable inspiration qui en fait un écrivain puissant et original dans l'univers de la littérature française contemporaine.

Je l'ai découvert avec Les Forteresses Noires , formidable roman, qui se déroule sur le site des fondations des tours de la défense sur fond de récit policier. Mais on a l'impression surtout d'entrer dans une histoire mythologique avec ses affrontements, son monstre (formidable description du "Monstre" du sculpteur Raymond Moretti), ses guerres tribales... C'est un livre excellent même si l'intrigue en elle-même est assez prévisible.

J'ai lu ensuite l'atelier du peintre, d'un érotisme torride et critique du milieu de l'art et des critiques d'art. Ainsi que le superbe la caverne céleste

Puis deux très beaux livres d'adolescence et de premier amour: Les anges et les faucons et l'orgie, la neige que je recommande tout particulièrement.

Enfin j'ai aimé les flamboyants et dans ses derniers livres Le jour de la fin du monde, une femme me cache et La main Blessée sur le thème de la crampe de l'écrivain.

Je vais développer un peu plus...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Lun 17 Nov 2008 - 22:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 17:29

Marko a écrit:

1980: Bernard Louedin


Je n'ai pas encore lu de livre de Patrick Grainville...mais j'ai chez moi une huile et une gravure de Bernard Louedin...Y'a pas de hasard moi je vous dis...Tout concorde... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 18:42

coline a écrit:
Marko a écrit:

1980: Bernard Louedin


Je n'ai pas encore lu de livre de Patrick Grainville...mais j'ai chez moi une huile et une gravure de Bernard Louedin...Y'a pas de hasard moi je vous dis...Tout concorde... content



Grainville aime aussi tout ce qui touche à la navigation et aux hommes de la mer.Mais je ne suis pas vraiment séduit par la peinture de Bernard Louedin (à part celle-ci peut-être) ...Par contre Egon Schiele!!!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 18:58

Marko a écrit:
coline a écrit:
Marko a écrit:

1980: Bernard Louedin


Je n'ai pas encore lu de livre de Patrick Grainville...mais j'ai chez moi une huile et une gravure de Bernard Louedin...Y'a pas de hasard moi je vous dis...Tout concorde... content



Grainville aime aussi tout ce qui touche à la navigation et aux hommes de la mer.Mais je ne suis pas vraiment séduit par la peinture de Bernard Louedin (à part celle-ci peut-être) ...Par contre Egon Schiele!!!

Ah...mais moi aussi Egon Schiele...C'est si différent...
Et plus cher!... sourire


Dernière édition par coline le Lun 17 Nov 2008 - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 19:56

Les Forteresses Noires



J’ai écrit un roman, Les Forteresses noires, sur les tours de la Défense, avec ses miroirs, ses lumières, les grands cerveaux des ordinateurs, et j’ai imaginé par-dessous un labyrinthe avec un roi des rats. C’est assez proche du mobile monstrueux de Moretti. Au cœur du monde télématique, très prométhéen mais aussi mallarméen — les miroirs, les glaces, l’épuration —, il y a l’extraordinaire arborescence antithétique d’un monde souterrain

Résumé de Patrick Grainville lui-même:

Depuis dix ans, je passe presque chaque jour devant les tours de La Défense. Ce cosmos moderne et mathématique me semblait imprenable. Il me faisait peur. Invinciblement pourtant m'attiraient ces icebergs et ces miroirs où peu à peu je voyais affleurer les personnages, les mythes et les superstitions du troisième millénaire. Explorant ce quartier, je découvris des tunnels, des coursives, des chantiers, des caves, des parkings, ramifications dignes des Mystères de Paris. Peut-être ai-je rencontré Esmeralda et Quasimodo dans ces Notre-Dame faussement transparentes.

J'imaginai une jeune femme au cœur du labyrinthe: Elodie était sculpteur et construisait un mobile infini. Il me fallait une bête (je ne puis écrire que sous cette emprise); les confidences d'un jeune Zaïrois me révélèrent l'existence d'un monstre dont plus tard divers documents m'attestèrent l'apparition au fil des siècles: un roi des rats. Ce serait l'idole barbare des gosses de La Défense, bande d'enfants-pirates de diverses races qui vivait dans les parkings.

Raphaël, un banquier inventif friand d'adolescentes, et Chandor, un médecin de nuit équivoque, nouaient des intrigues et entretenaient des énigmes autour d'Elodie et des enfants. Elodie et Chandor avaient choisi l'épreuve et l'aventure d'une longue convoitise... Tandis que j'écrivais, la planète redoutait un désastre. Un cercle d'angoisse et de désir enveloppa mes pures citadelles. Désormais, j'étais entré dans l'histoire véridique et légendaire des tours de La Défense.



Premières phrases:

Le vent, les poussières. La Défense: ses géométries noires et claires. Harpe géante. Poème de verre, du vent... Et les foules du matin. Le pas des hommes.
La pénombre de la chambre vibrait du murmure de la ville que les doubles vitres, les volets de métal, les lourds rideaux distillaient en une brume d'échos. Or cette espèce d'humus sonore qui était composé de tous les désirs, de tous les espoirs, de toutes les souffrances, de toutes les volontés de puissance de la ville au travail, le banquier Raphaël s'y baignait comme au fond d'une grande nébuleuse d'âmes.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Lun 17 Nov 2008 - 21:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 20:16

L' Atelier du Peintre



Résumé:

Le narrateur a quitté l'Europe, son vieux sang, ses vieilles images, et s'est installé à Los Angeles, où " la mémoire des hommes est absente " ; il y est devenu peintre.
Son atelier accueille de jeunes délinquants : l'apprentissage de l'art " rassemble leur moi mutilé ". Ruth, puissante et rebelle, Hu, l'amante, Horace, tout " d'orage et de rétention ", Temple, cohérente et scolaire, comptent parmi les élèves préférés du peintre. L'Atelier les embarque dans des luttes passionnelles et, surtout, exaspère l'obsession d'une beauté à atteindre. Ce roman d'initiation est celui d'une filiation désirée, disputée dans la violence et l'envoûtement.


D'un érotisme torride et sulfureux...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 20:24

Une longue interview passionnante de Grainville à l'occasion de la sortie du livre de l'exposition Le nu foudroyé (2004) composée de photographies inédites de Lucien Clergue, de dessins de Valentine Hugo, du frontispice original de Pablo Picasso, de sculptures et de dessins de Gérard Simoën, d'un texte inédit de Patrick Grainville.



http://www.revue-analyses.org/document.php?id=1000

Présentation de l'éditeur:

Dimanche 4, lundi 5 juin 1961 : un fait divers. A la une de France Soir, une photo de jeune femme, ovale profité dans la longue chevelure. Sa luxuriance. Les yeux en amande, les longs cils noirs, inclinés vers nous. Sourire coulissant, charme, apprêt, pulpe des lèvres. Une image
mythologique de la beauté, comme à l'origine d'un nouveau monde... La photo de France Soir apparaît juste sous un grand titre - lettres noires sur fond blanc - qui lui est étranger et qui annonce la rencontre à Vienne de Khrouchtchev et de Kennedy, après l'entrevue de ce dernier avec le Général, à Paris. L'histoire, les géants, le duel fameux. Ouest-Est à couteaux tirés. La guerre froide. Et ce contraste de la photo sur fond noir. La flambée d'une jeune femme très belle, l'ovale éclairé, lumineux dans la torsade des cheveux. Séduction. Le titre, cette fois, caractères blancs sur le même fond de deuil noir, Caroline, le mannequin passionné de vitesse, se tue à Montlhéry." Elle s'appelait Caroline, elle avait vingt et un ans. Lucien Clergue la photographiait et Gérard Simoën l'aimait d'un amour adolescent, il avait douze ans. Patrick Grainville a écrit avec " émotion ces pages nostalgiques et jubilatoires sur les nus, la mer, les souches, les matières, les signes, les photos, les sculptures, les encres... Tant d'incarnations dans la lumière ".

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 22:29

L'Orgie, La Neige



Un chant superbe à la gloire de l'hiver, de l'enfance et de ses jardins meurtriers. Jean-Noël Pancrazi

Je garde un très beau souvenir de ce livre découvert à sa sortie en 1990. Il m'en reste quelques images à la fois tendres et cruelles dans des paysages d'hiver presque oniriques. J'ai envie de le relire...


Résumé:

"Je revois la violence de mon adolescence. Je vois l'hiver, je vois l'enfant. Je vois le monde intact et rayonnant de sauvagerie. Mais dès que la fatigue me fait lever la plume, c'est contre moi que je bute, ce vieux moi mort, orphelin de la foi et de la présence... Je suis sorti du grand hiver comme on sort de l'être, du cercle de l'éternité... Blanche est la neige aimée, ma belle amante morte."
Telle est la nostalgie du narrateur qui, la quarantaine venue, célèbre l'adolescent poursuivant renards, sangliers et pluviers dorés. Il dit sa fascination pour la forêt, la mer, la vie sauvage. C'était l'orgie, la neige, une saison pour découvrir le secret de sa naissance, les audaces et les timidités d'un premier amour.
Ici s'exalte la mémoire d'un âge libre et troublé, avec ses fractures et ses métamorphoses, la révélation de l'amitié, du sexe et de la mort, du paroxysme d'un bonheur menacé: toutes ces crises qui tranchent dans le vif de l'adolescence et nous laissent mutilés, adultes.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Lun 17 Nov 2008 - 22:52

Jugement un peu hâtif sur Bernard Louedin... Il y a quelques jolies choses:



Et celui-ci qui aurait pu faire un avatar intéressant pour Parfum de Livres:



Puissance et précarité. C'est ce que semble nous dire Bernard Louedin. Tout équilibre est un miracle, toute existence un vertige. La terre est lisse comme un miroir. Et le monde n'est que le reflet du ciel. Car voilà le milieu d'élection des êtres et des choses : l'espace, l'eau, l'air, la lumière. Nous ne sommes pas des signes de la terre. Nous sommes des îles sans racines, des apparitions sur les eaux, des vaisseaux, des écritures dans le ciel." Patrick Grainville.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Lun 17 Nov 2008 - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mar 18 Nov 2008 - 21:17

L'orgie , la neige

Extrait: (s'il vous plaît! Lisez le! En entier, pas en diagonale! C'est vraiment beau et je tape tout sur le clavier! )

La neige dort dans ma mémoire. Elle me parle dans mon sommeil. Elle émet parfois un long soupir plumeux. Elle lisse le paisible miroitement du temps. Ses ailes couvent mes souvenirs ardents.
Mais soudain elle se cambre, ses muscles se détendent, elle darde dans mon cœur vorace comme une louve. J'aime les morsures de sa grande gueule blanche et sa fourrure calmée qui se rendort. Rien n'est plus fascinant que ce grand fauve vierge dont les griffes se rétractent lentement.
Je me penche et je vois la toison du renard polaire, les oiseaux comme des archanges. C'est une chute et une ronde, un sablier de durée transparente, un tourbillon de bêtes et de fantômes, une razzia d'argent.
Puis l'image s'isole et s'immobilise. La forteresse originelle se dresse au milieu de l'océan nocturne. Les hautes murailles immaculée sont taillées dans la glace. Elle fut construite par les enfants, les cyclopes et les titans. Une armée de colosses blancs. Ses meurtrières ouvrent des trous de la même eau noire que la mer. Des mouettes, des cygnes, des pluviers blancs sont posés sur les corniches et dorment dans les créneaux. C'est le château de la neige.
La neige s'écoule, me roule dans ses flocons, me protège, ce silence d'étoiles me prolonge et m'adoucit.
Sur l'autel de mes croyances, j'ai tendu de beaux linges blancs et j'allume les cierges d'une veillée sans fin.
Il me semble qu'au bord de ma mort je verrai fleurir de pâles mimosas de neige.



Vraiment un très beau livre...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mar 18 Nov 2008 - 23:57

Marko a écrit:
L'orgie , la neige

Extrait: (s'il vous plaît! Lisez le! En entier, pas en diagonale! C'est vraiment beau et je tape tout sur le clavier! )


Je l'ai fait...A voix haute...C'est de la pure poésie... aime ...Que ne connaissais-je pas encore ce Grainville?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mer 19 Nov 2008 - 0:17

J'ai lu..et noté! ( Missa sine nomine aussi!)
Si tu n'en avais qu'un à conseiller???

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mer 19 Nov 2008 - 0:25

C'est difficile car j'en aime beaucoup mais je dirais

L'orgie, la neige ou les Anges et Les Faucons pour la poésie

Le Paradis des orages ou la caverne céleste pour l'érotisme

Les forteresses noires
pour la mythologie et une géniale ambiance de LA Défense à l'époque de la construction de ses fondations et du Monstre de Moretti

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mer 19 Nov 2008 - 0:28

C'est noté, merci!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Patrick Grainville   Mer 19 Nov 2008 - 0:41

Le Paradis des Orages



Chez moi, le cul est plus cosmique. C’est le sein originel, c’est la totalité, qui peut certes parfois glisser sur le fil du rasoir. Ainsi, la fureur et la frénésie paroxystique qui animent Le Paradis des orages, sont souvent au bord de basculer dans la dissolution, puisque dans l’analité. Patrick Grainville


Je déplore quelquefois le narcissisme en littérature, l'indigence du vocabulaire, la fausse provocation, la faible créativité syntaxique... Mais j'admire tout ensemble Julien Gracq ou Claude Simon, qui sont bel et bien de mon siècle. Et quand je lis L'Amour des trois soeurs Piale, de Richard Millet, Le Paradis des orages, de Patrick Grainville, Ce pas et le suivant, de Pierre Bergounioux, En silence, de Daniel Arsand, La Grande Beune, de Pierre Michon, ou Antigone, d'Henry Bauchau, je sais qu'il existe encore des auteurs qui construisent des phrases et me font entendre la langue française. Quand j'ai entre les mains Le Livre des nuits, de Sylvie Germain, Les Papiers de Walter Jonas, de Baptiste-Marrey, Reproduction interdite, de Jean-Michel Truong, Parfums des étés perdus, de Claude Brami, je vois que l'on continue de créer des personnages et de raconter des histoires. Oui, il y a des romanciers qui savent que la forme des mots leste le sens des phrases et que la recherche d'une beauté, en art, n'est jamais vaine. Alice Ferney

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patrick Grainville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patrick Grainville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Patrick Dewaere
» Présentation Patrick
» activites pour la St- Patrick
» Patrick Swayze pèse moins de 50 kilos
» Affaire Patrick Dils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: