Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Andrea Camilleri [Italie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Mar 13 Oct 2009 - 15:57

Camilleri en vidéo, cela vous intéresse ? Une interview vue dans l'émission Métropolis, et que vous pouvez à votre tour regarder ICI.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Lun 3 Mai 2010 - 17:40

Un petit nouveau de lui, à partir du 5 mai Very Happy



Le Grelot
Citation :
Présentation de l'éditeur
Vigàta, petite ville de Sicile, à l’aube du vingtième siècle. Fils de pêcheurs, Giurlà est placé à quatorze ans dans une chèvrerie de montagne. Là, il découvre un nouvel univers, aussi bien naturel qu’humain, et devient en quelques années, malgré son jeune âge, chef des chevriers. Sa solitude est garante d’une liberté inespérée, clé d’une initiation amoureuse peu banale. Grâce à Beba, Giurlà découvre toutes les facettes de l’amour et la force de la nature. Hélas, tout se complique lorsque Anita, la fille du maître, arrive à l’alpage pour ses vacances et que Giurlà est chargé de veiller sur elle à distance...

Camilleri nous convie ici à une promenade presque exotique dans une Sicile étonnante, en altitude, fraîche et bucolique, où il met en scène des situations déconnectées de notre vingt et unième siècle : l’existence solitaire de Giurlà, savoureuse, joyeuse, indépendante, est le chemin à rebours d’une aliénation.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Lun 3 Mai 2010 - 17:57

merci Kena !

ce chevrier me tente et la peinture me plait beaucoup !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Jeu 19 Aoû 2010 - 0:06

J'ai lu La concession du téléphone, je me marrais toute seule devant les pages. Une sorte de bordel qui rappelle les pièces italiennes à la Goldoni, c'est foutraque, plein de rebondissements, d'imbroglio, de faux-innocents et de stupides coupables.
Ils essayent tous de manigancer, et la paranoïa est à son maximum.
Ça rappelle les situations burlesques des Monty Python, et sûrement de plein d'autres trucs, mais je n'ai pas moult références.

L'ambiance sicilienne ressort bien, avec un état d'esprit, une façon de voir les choses, de les exposer, et les exploser.


On se marre bien, et c'est l'essentiel.
En plus, c'est un livre qui s'avale vite, vu que ce ne sont que des lettres, et des dialogues. Un vrai petit régal qui fait du bien aux zygomatiques.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Jeu 19 Aoû 2010 - 8:26

cheers trop contente.. je savais que tu aller aimer.. pour moi, celle-là est la meilleure de Vigàta.. mais si tu as envie d'y retourner dans cette petite ville, il y en a encore d'autres livres, tous aussi réjouissants Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Jeu 19 Aoû 2010 - 16:09

Dur dur de vous trouver des extraits qui parlent d'eux-mêmes, tant ce livre est un imbroglio, mais v'là un petit bout qui pourrait en faire rire quelques-uns !

Citation :
(Taninè - Père Pirrotta)
" Depuis combien de temps ne t'es-tu pas confessée, Taninè ?
- Depuis que je me suis mariée, mon père.
- Si longtemps que ça ! Et pourquoi ?
- Ma foi, j'en sais rien. Il faut croire que mon mariage m'a détournée du droit chemin.
- Qu'est-ce que tu dis là ! Le mariage est un saint sacrement ! Comment un sacrement peut-il détourner des autres sacrements ?
- Vous avez raison, mon père. Alors, c'est peut-être parce que mon mari n'y tient pas plus que ça.
- Ton mari te dit de ne pas aller à l'église ?
- Du tout, il ne dit ni quoi ni qu'est-ce. Mais une fois que je sortais de chez nous pour aller à l'église, voilà qu'il se met à rire et qu'il me fait : "Viens un peu par ici que je te donne les sacrements qu'il te faut." Et on s'est retrouvés dans la chambre à coucher. Du coup, ça m'est sorti de la tête.
- Impie ! Blasphémateur ! Ton mari ira rôtir tout habillé dans les feux de l'enfer : Les gens ont bien raison de dire ce qu'ils disent sur ton mari !
- Et qu'est-ce qu'ils disent sur Pippo, mon père ?
- Il disent qu'il s'est acoquiné avec les socialistes ! Avec les pires des mécréants !
- Mon père, n'allez pas croire ces mauvaises langues !
- Admettons. Mais quand tu me racontes ce que tu viens de me raconter !...
- Il le disait pas sérieusement, mon père.
- Vous acquittez-vous de vos devoirs conjugaux ?
- Euh... je sais pas... c'est quoi ?
- Faites-vous ce que font mari et femme ?
- On n'y manque pas.
- Le faites-vous souvent ?
- Trois... quatre fois.
- Par semaine ?
- Vous voulez plaisanter ? Par jour, mon père.
- Il a le diable au corps, il est possédé par Satan ! Ma pauvre Taninè !
- Pauvre, mais pourquoi ? J'aime ça, moi.
- Quoi ? Répète !
- Ça me plaît bien.
- Taninè, tu veux jouer avec ton âme ? Ça ne doit pas te plaire !
- Mais qu'est-ce que je peux y faire, si ça me plaît ?
- Tu dois faire en sorte que ça ne te plaise pas ! Une femme honnête ne doit pas éprouver de plaisir ! Tu ne dois faire œuvre de chair avec ton mari que dans l'intention d'avoir des enfants. Vous en avez, des enfants ?
- Non, ça ne vient pas, mais nous en voulons.
- Écoute, Taninè. Quand tu fais la chose avec ton mari, répète dans ta tête : "Je ne le fais pas par plaisir mais pour donner un enfant à Dieu." D'accord ? La femme, l'épouse ne doit pas éprouver de plaisir parce qu'alors le rapport avec le mari change du tout au tout et devient péché mortel. La femme ne doit pas jouir, elle doit procréer.
- Mon père, c'est pas possible que je dise comme vous venez de dire.
- Et pourquoi, ma fille ?
- Parce que ce serait un mensonge bel et bon que je dirais à Notre Seigneur. A la limite, quand Pippo se met derrière moi...
- Ah ça, non ! Là, c'est péché ! Pour l'Église, il y a péché quand l'homme se met ante retro, alors même que ça n'empêche pas de faire des enfants.
- Mais qu'est-ce que vous racontez, mon père ? Vous n'y êtes pas du tout ! Là où il se met, lui, les enfants peuvent pas naître !
- Vierge Marie ! Tu veux dire qu'il le fait dans l'autre vase ?
- Où c'est que vous voyez des vases, mon père ?
- Socialiste ! Il est socialiste, aussi vrai que Dieu existe !
- Mon père, qu'est-ce que le socialisme a à voir avec le vase, comme vous dites ?
- Le faire dans l'autre vase est contre nature ! Et, que je sache, le socialisme, c'est contre nature !"

Ce qui devient :

Citation :
(Préfet de police - Commissaire)
- Le père Pirrotta a refusé l'absolution à Mme Taninè Genuardi qui était allée se confesser. La chose a fait grand bruit.
- Je ne comprends pas très bien. Ce père Pirrotta aurait dit avoir refusé...
- Non, monsieur le préfet de police, le père Pirrotta n'a rien dit en public. Mais il a la tête près du bonnet. Et quand il perd son calme, le ton monte vite. Ce jour-là, attendant son tour, près du confessionnal, il y avait la veuve Rizzopinna, un couteau de tripière, comme on dit...
- Ce qui signifie ?
- Qu'elle se mêle des affaires des autres plus souvent qu'à son tour et les répète à qui veut l'entendre. Elle n'a pas perdu une miette de ce qui s'est passé entre le père Pirrotta et Mme Genuardi et elle s'est dépêchée d'aller le corner sur tous les toits.
- Mais enfin, qu'est-ce que Mme Genuardi a fait de grave ?
- Il semblerait que Genuardi Filippo, chaque fois qu'il remplit son devoir conjugal, se teint le membre en rouge pour ressembler à un diable et possède sa femme contre nature en criant : vive le socialisme !
- Et la responsabilité de madame dans tout cela ?
- Elle s'y prêterait avec plaisir.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Sam 16 Oct 2010 - 21:38


Le ciel volé
Dossier Renoir

Citation :
Présentation de l'éditeur
Pierre-Auguste Renoir a-t-il bien séjourné en 1882 dans la ville sicilienne de Girgenti (aujourd’hui Agrigente), comme l’affirme son fils Jean dans la biographie qu’il lui a consacrée ? Si oui, pourquoi n’existe-t-il aucune trace de ce voyage dans les toiles du maître de l’impressionisme ? À travers l’échange épistolaire qu’entretient le vieux notaire Michele Riotta avec la belle et mystérieuse Alma Corradi, Andrea Camilleri propose un scénario adroit et mordant, où la passion brouille les cartes jusqu'à l'ultime rebondissement.

Tout comme pour son livre sur Caravaggio, Andrea Camilleri utilise un tout petit indice, un minuscule soupçon pour créer un roman!
En effet, la vie de Renoir semble reconstituée au jour le jour.. est-ce qu'il serait quand même possible qu'il ait passé quelques jours en Sicile dont les experts de l'art ne savent rien?
Et bien, il a trouvé un moyen de le prouver.. ou disons plutôt, de l'inventer!
Rien en fait dans ce roman parle de Renoir, à part quelques détails sur sa vie et ses voyages.. (et un ajout sublime au milieu du livre des toiles faites par lui en Italie et Algérie) - mais Camilleri arrive à monter une pièce qui emporte le lecteur en quelques pages.
Vers une énigme, vers un drame, vers une solution bien sicilienne.. bref, tout un univers Camilleri dans un peu plus de 100 pages.. j'adore!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Dim 17 Oct 2010 - 11:16

Très tentant, merci!
Cette lecture va attendre un peu, mais je la ferai sûrement!
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Sam 15 Jan 2011 - 20:29


Un samedi entre amis
Citation :
Présentation de l'éditeur
Une grande ville italienne, de nos jours. La routine festive qui, le week-end, réunit trois couples bon chic bon genre est perturbée par la réapparition d’un ancien camarade de jeunesse, Gianni, désormais lancé en politique. Coïncidence ou manipulation, ce retour ranime chez tous les invités des épisodes d’adolescence, quand Matteo l’industriel, Fabio le magistrat, Andrea le médecin, Giulia l’avocate, Anna la riche épouse et Rena la femme fatale découvraient ensemble les méandres de la vie amoureuse.
Ce samedi-là, l’un d’eux est en danger. L’âge n’a rien assagi ni pacifié. Car les émois des sens et leur violence sont profondément enracinés...
Dans ce roman à la construction serrée, Andrea Camilleri mise sur un suspens impitoyable pour redire à toutes fins utiles la fragilité extrême de l’enfance.

Un bon petit cru du Maestro. Ce n'est pas un polar, mais pas moins passionnant.
Cela débute avec plusieures pages qui montrent des scènes différentes avec des enfants. On n'apprend pas de noms, pas plus que quelques pharagraphes pour chaque enfant. On patauge un tout petit peu pour se retrouver. Mais on peut se fier au maître d'orchestre qui va rassembler tous ces fils. Et c'est ce qu'il fait.
J'ai commencé ce livre cet après-midi pour en juger sur les premières pages.. je ne l'ai déposé qu'à la page 156, la fin du livre.
Voilà un bonbon bien acide qui se mange avec beaucoup de plaisir.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 19:44

Il parait que La piste de sable, le dernier Montalbano, est bien décevant. Tu l'as lu Kenavo ?
On m'a dit qu'il reprenait les mêmes recettes, que c'était rasoir...Dommage, un nouveau Montalbano c'est
en général la garantie d'un bon moment de lecture.
Je vérifierai par moi-même cela dit.

Citation :
Un matin, le commissaire Montalbano découvre sur la plage devant chez lui le cadavre d'un cheval
abattu. Puis la carcasse disparaît. Apparaît alors la fascinante Rachel, propriétaire de l'animal. Et se
succèdent une série d'incidents pour le moins déconcertants : la maison du commissaire est cambriolée, puis manque d'être incendiée… S'agit-il d'une tentative d'intimidation parce qu'il doit témoigner contre un membre de la mafia ? L'enquête nous porte dans un monde où s'entrecroisent mafieux, parieurs et belles amazones… Une piste de sable, insaisissable, voilà sur quoi repose la nouvelle enquête de Montalbano. Mais il en faut plus pour déstabiliser notre commissaire. La sculpturale Rachel, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 20:07

Nezumi a écrit:
Il parait que La piste de sable, le dernier Montalbano, est bien décevant. Tu l'as lu Kenavo
non... je suis toujours à mon premier Montalbano jypeurien Camilleri est tellement prolifique, je viens à peine de suivre les autres romans de lui.. mais il y a encore 3 Montalbano sur ma PAL.. un de ces jours.. Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Lun 12 Mar 2012 - 15:14


Le garde-barrière
Citation :
Présentation de l'éditeur
La petite ville de Vigàta, en 1942-43. Nino, garde-barrière de son état et Minica, son épouse, filent des jours heureux dans leur maisonnette au bord de la voie ferrée. La guerre qui gronde autour d’eux et le fascisme aux abois, mais toujours virulent, ne les empêchent pas de rêver d’un enfant et, pourquoi pas, de gagner à la loterie. Cependant tout bascule lorsque Nino et son copain Totò, qui arrondissent leurs fins de mois grâce à de petits concerts dans le salon du barbier, décident de contourner la censure en interprétant des versions remaniées d’hymnes militaires et patriotiques. À sa manière tendre et truculente, Camilleri brosse le tableau des lâchetés ordinaires et des héroïsmes modestes d’une période troublée de l’histoire sicilienne. Soif du pouvoir et cruauté s’entrecroisent, auxquelles répond le tenace espoir des gens simples.

Bien contente de voir qu’il y avait du nouveau, j’aime bien suivre cet auteur dans ses romans autour du petit village (imaginé) de Vigàta.
Et puisqu’il utilise les histoires autour de ce village souvent pour faire part des dysfonctionnements en Sicile, bien souvent les romans prennent une allure de fable.
Cette fois-ci c’est plus évident parce qu’il y a entre autre une transformation, où disons le début d’une telle.

En quelque sorte cela m’a fait penser à Daphné et Apollon de Bernini, Minica se voulant transformer en arbre…



mais cela va prendre une autre tournure.

Bien aimé aussi toutes les petites piques contre l’attitude lors de la guerre. Camilleri n’oublie jamais de dévoiler des comportements lors des années du Duce qu’il ne considère pas à négliger.

Livre à lire par les lecteurs déjà adepte de cet auteur, comme entrée je ne le recommanderais pas.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Sam 26 Oct 2013 - 10:42

Pour l'instant pas (encore) disponible en français, mais puisque aussi bien Camilleri que Innocenti sont appréciés en France, j'espère qu'un éditeur va se trouver de vous sortir ces petits bijoux:

Sublime collaboration entre Andrea Camilleri et Roberto Innocenti qui a illustré deux nouvelles du premier:


Das Medaillon
(petite histoire plein de charme avec un clin d'œil typique à la Camilleri, extra)






Die drei Leben des Michele Sparacino
(une petite nouvelle loufoque tout à fait dans la veine de ses autres histoires plus longues autour du petit village Vigata, magnifique!)


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Dim 13 Avr 2014 - 8:44


Grand cirque Taddei
Citation :
Présentation de l’éditeur
La Vigatà de l’époque fasciste offre à Andrea Camilleri matière à huit nouvelles drôles et truculentes, qui épinglent la bêtise et la cupidité, le pouvoir et la lâcheté, et font triompher la joie de vivre, sous forme de joyeux désordres amoureux. Un condensé de moquerie salutaire dans une langue qui, elle aussi, se joue des carcans.

Faire une « pause chantilly » en compagnie d’Andrea Camilleri est toujours un plaisir.
C’est une lecture facile, mais non sans déplaisir.
Il sait comme personne d’autre écrire des moments malins, satyriques et le plus souvent très drôles.
Les nouvelles de ce recueil sont toutes succulentes et comme souvent chez lui, pimentées d’une dose de sexe.
Les amateurs des romans/histoires se situant à Vigatà ne peuvent que se réjouir.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   Ven 7 Nov 2014 - 9:47


La secte des anges
Citation :
Présentation de l'éditeur
Palizzolo, bourgade imaginaire de Sicile, 1901. Deux familles d’aristocrates ayant été discrètement placées en quarantaine par le médecin, d’inquiétantes rumeurs de choléra se répandent. La situation s’aggrave quand sept des huit prêtres de la ville désignent en chaire la brebis galeuse responsable de ce châtiment divin : maître Teresi, l’avocat défenseur des petites gens. Contraints d’intervenir, les carabiniers rétablissent vite la réalité des faits : le secret médical ne cachait pas une épidémie, mais deux grossesses scandaleuses de jeunes filles dont la morale et la piété étaient pourtant exemplaires. Or elles ne sont pas les seules, et toutes refusent de révéler l’identité du père.
Le grand romancier nous régale ici d’un nouvel épisode de sa comédie sicilienne, dont les figures fortes sont avant tout des justes.

Si on connaît Andrea Camilleri et ses romans hors-policiers, on sait qu’on peut s’attendre à une histoire plein de coups de griffe contre les dévots, pharisiens, les écarts entre pauvres et riches et l’influence du pouvoir pour cacher la vérité. Le tout souvent servi avec beaucoup d’humour à travers une écriture légère. Un bon divertissement.

Mais à côté du plaisir qu’on peut avoir lors de la lecture, il y a quand même aussi un certain sérieux qu’il transporte via ses histoires et bien qu’il ne va pas changer le monde, on peut au moins lui reconnaître son engagement.

Moi j’adore ses livres qui sont toujours une bonne ‘pause’ entre deux lectures et qui arrivent le plus souvent de me donner le sourire.
En ce qui concerne ce livre, sa postface a comme effet de bloquer le rire dans la gorge.

Une fois de plus il m’a convaincu, je l’adore et surtout sa personne est une des plus sympathiques dans le décor littéraire italien de nos jours.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andrea Camilleri [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andrea Camilleri [Italie]
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Andrea Camilleri et le sicilien
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: