Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean-Marie Gustave Le Clézio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Harelde
Zen littéraire


Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 41
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Mer 21 Sep 2011 - 11:56

Révolutions

Dans ce livre, le lecteur suit les pas de Jean Marro, gamin qui arpente le pavé niçois dans les années 50. Tout au long du récit, nous le verrons grandir et subir l’histoire, notamment la guerre d’Algérie, les copains incorporés au contingent et expédiés sur le champ de bataille, les réfugiés débarquant sur le port, hagards et en état de choc. Jean rend de fréquentes visites à Catherine (tante de son père), âgée et aveugle qui lui conte sa vie à l’Ile Maurice avant l’expulsion de la famille en 1910.
Fils de soldat de l’armée de sa majesté, Jean refuse la violence et se tient aussi loin que possible des casernes. Il décide d’ailleurs de fuir au Mexique afin de se soustraire à son service sous les drapeaux. Pourtant, son existence est ponctuée par les conflits, révoltes et autres révolutions : révolution française contée par son ancêtre Jean-Eude Marro, premier à émigrer à Maurice, révoltes des esclaves noirs de l’île, combat de l’arrière-grand-père contre les usuriers, guerre de décolonisation, en Malaisie et en Algérie, révolte de mai 68, mouvement étudiant au Mexique durement réprimé dans le sang…
Un livre qui ne m’a pas passionné. Mais au moins, je suis parvenu au bout (contrairement à mon premier essai de cet auteur : j’avais abandonné Le Désert vers la page 60). Un récit que j’ai trouvé trop hétéroclite comme sir Le Clézio avait cherché à multiplier artificiellement les récits de guerres. J’ai l’impression que le parcours initiatique de Jean est fait pour optimiser les exemples de conflits. Un livre sacrément longuet qui m’a lassé après en avoir lu la moitié et que j’avais hâte de terminer.
Je suis essoufflé. Mais tout de même heureux de l’avoir lu pour les aspects historiques qui m’ont beaucoup intérressé.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Lun 9 Avr 2012 - 15:42

Le Procès-Verbal,1963.

Ai-je besoin de rappeler qu'il s'agit du premier roman de Le Clézio alors âgé de 23 ans ? Il a reçu la même année le Prix Renaudot enthousiaste Tout ceci m'a fortement intriguée alors je l'ai ouvert, je l'ai lu et je vous livre mes impressions!

Le Procès-Verbal est un roman expérimental. Je vais tenter de vous présenter les quelques facettes repérées. Le Clézio a pris le parti de s’amuser avec moi puisqu’il fausse dès le départ les pistes :

Citation :
Il y avait une petite fois, pendant la canicule, un type qui était assis devant une fenêtre ouverte, c'était un garçon démesuré, un peu voûté, et il s'appelait Adam, Adam Pollo. Il avait l'air d'un mendiant, à rechercher partout les taches de soleil, à se tenir assis pendant des heures, bougeant à peine, dans les coins du mur. (p. 15)
Il débute comme un conte de fées mais l’illusion est de courte durée. Et vlan ce n’est pas un conte de fées.
Qui est ce « type démesuré, un peu voûté » qui ressemble à une statue de Giacometti ?
« Adam Pollo » Un savoureux mélange du premier homme et d’Apollon le dieu grec et romain de l’art de la divination ! Pas mal ! J’y suis c’est un roman « mytholobiblique » , vous me pardonnerez ce néologisme, j'espère!
Le Clézio invite son lecteur à un grand jeu de pistes et je le suis avec grand plaisir.
Bon, je crois qu’il me balade un peu Le Clézio, mais c’est la règle du jeu. Alors je continue mon exploration. Adam n’a pas d’Eve et il est un peu désœuvré. Il semble apprécier l’inactivité et il a un rapport au monde qui l’entoure particulier, il se confond peu à peu avec la matière. Lorsque Le Clézio le décrit, il met l’accent sur sa position par rapport au ciel, au soleil :
Citation :
« Il était allongé dans une chaise longue (…) dans la diagonale du ciel. (…) Le jaune le frappait en pleine face, mais sans se réverbérer : il était immédiatement absorbé par la peau humide, sans faire d’étincelles ni le moindre petit reflet. (p.15-16)»

Il devient un rayon de soleil, se fond avec le matériel qui l’entoure. Je tiens une piste, c’est un roman « cosmique » ! Je continue et je m'aperçois que je me suis de nouveau laissée avoir!
Serait-ce un roman autobiographique aux accents de révolte adolescente ?



Citation :
Quand j'ai décidé d'habiter ici, j'ai pris tout ce qu'il fallait, comme si j'allais à la pêche, je suis revenu la nuit, et puis j'ai balancé ma moto à la mer. Comme ça je me faisais passer pour mort et je n'avais plus besoin de faire croire à tout le monde que j'étais vivant, que j'avais des tas de choses à faire pour me garder vivant.
Ce qui est drôle c'est que, même au début, personne n'a fait attention; heureusement je n'avais pas trop d'amis, et je ne connaissais pas de fille, parce que ce sont toujours les premiers à venir vous dire de cesser de faire l'idiot, de retourner à la ville, et de tout recommencer comme avant, comme s'il ne s'était rien passé, c'est-à-dire, les cafés, les cinémas, les chemins de fer, etc. (p.17-18)

Ce passage me fait penser au style oral de Céline ou de Fante ! J’ai l’impression d’être complètement perdue ! Le Clézio joue avec mes nerfs !
Ah non, j’ai trouvé, c’est un roman épistolaire :
Citation :
"ma chère Michèle,
grâce à toi, Michèle, car tu existes, je te crois, j'ai les seuls contacts possibles avec le monde d'en bas. Tu travailles, tu te trouves beaucoup dans la ville, au sein des carrefours, de feux clignotants, Dieu sait quoi. Tu dis à des tas de gens que tu connais un type complètement cinglé qui vit tout seul dans une maison abandonnée, et ils te demandent, pourquoi on ne l'enferme pas à l'asile? Moi, je te dis, je n'ai rien contre, je n'ai pas le complexe cervical, et je pense que c'est une façon comme une autre de finir sa vie, tranquille, dans une belle maison, avec un beau jardin à la française, et des gens qui s'occupent de vous faire manger. Le reste ne compte pas et ça n'empêche pas d'être plein d'imagination, d'écrire des poèmes dans le genre,
aujourd’hui, jour des rats,
dernier jour avant la mer.

Toi, heureusement, tu es à deviner parmi les amas de souvenirs, comme on faisait des parties de cache-cache et que j'apercevais ton œil, ta main, ou tes cheveux, entre les rondelles des feuillages, et qu'en y pensant d'un seul coup, j'arrivais à ne plus me fier aux apparences, à dire en criant d'une voix suraiguë : je t'ai vu. (p18-19)
Bon je jette l’éponge, ce n’est pas un roman épistolaire. Il intercale dans sa narration des bouts de poèmes. Il veut sans doute me refaire le coup du « Nouveau Roman ». Le Clézio joue avec ma patience. Je renonce à lui mettre une étiquette et je poursuis ma découverte de ce roman avec bonheur car j’ai comme l’intuition que Le Clézio me réserve d’autres surprises ! J’adore jouer, j’adore les surprises (les belles), j’adore Le Clézio !

La suite, une prochaine fois!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Lun 9 Avr 2012 - 21:29

A bien y réfléchir, il est troublant cet Adam ! Il s’agit du premier homme mais aussi du premier personnage romanesque du premier roman de Le Clézio ! Est-ce donc un livre qui veut nous faire réfléchir sur notre rapport au monde, à l’origine du monde ?

Adam se place au centre de cette existence :
Citation :
« Ou bien on admettait qu’un caillou, plus mille cailloux, plus des ronces, plus des ordures, plus des traces de sel, loin d’être immobiles, vivent d’une vie de sécrétion et se meuvent à l’intérieur d’un système temporel différent : ou bien il fallait décréter que seule la connaissance sensorielle est mesure de la vie. Dans ce cas, Adam était à coup sûr le seul être vivant au monde. » (p.35-36).



La réalité sensorielle devient monde, Adam perçoit le monde jusque dans sa chair, il enveloppe son corps de matière jusqu’à fusionner avec lui. Il veut se minéraliser.
L’écriture vise à transcrire le monde et ce qui le compose, l’écriture devient matière, elle imite, mime, elle est mimétique et poétique.

Citation :
(…) il ne passait pas de jour sans accomplir cette merveille : excitant au paroxysme son sens mythologique, il s’entourait de pierres, de décombres ; il aurait aimé voir tous les détritus et ordures du monde pour s’y ensevelir. Il se centrait au milieu de la matière, de la cendre, des cailloux, et peu à peu se statufiait. (..) Comme une graine, tout à fait comme une semence d’arbre, il se dissimulait dans les fissures du sol, et attendait, béatifié, que quelque eau le germe. (p.77)»

Avez-vous lu ce livre? Qu'en avez-vous pensé?

J'ai également noté d'étranges échos entre Les Chants de Maldoror et Le Procès-Verbal. Enfin, ce n'est pas si anodin car Le Clézio a voulu écrire une thèse sur Lautréamont. Ce roman est surprenant car les références littéraires sont multiples!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Lun 9 Avr 2012 - 21:50

Je l'ai dans un coin et je tourne autour depuis un moment... Ton commentaire me motive. Bientôt ...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Mar 10 Avr 2012 - 13:11

Marko a écrit:
Je l'ai dans un coin et je tourne autour depuis un moment... Ton commentaire me motive. Bientôt ...

cheers joie

Chouette! Ne tourne plus au tour et rejoins-moi ici! Si tu aimes les expériences nouvelles, ce roman est fait pour toi! Et je ne serai plus seule dans mon coin en train de soliloquer sur Le Clézio!
Préviens-moi lorsque tu seras prêt, je peux attendre!!

Au plaisir et à très bientôt !! bounce impatient content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17272
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Mar 10 Avr 2012 - 16:24

Esperluette, ton commentaire est très dynamique merci (encore un auteur que je n'ai pas encore lu, je ne peux faire l'impasse)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Mar 10 Avr 2012 - 21:04

Bédoulène a écrit:
Esperluette, ton commentaire est très dynamique merci (encore un auteur que je n'ai pas encore lu, je ne peux faire l'impasse)

Oh merci pour ce compliment Bédoulène, c'est vraiment gentil de ta part! Embarassed

JMG Le Clézio est un auteur que j'apprécie beaucoup. Je suis un peu comme lui, hyper sensible et ses romans me parlent énormément. Je pense qu'il ne faut pas se forcer en littérature, si un auteur correspond à ta sensibilité, alors la rencontre a lieu et cette expérience est fabuleuse, la faire partager devient alors évident!

Bonne soirée et au plaisir! byebye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire


Messages : 9566
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Mer 14 Nov 2012 - 3:47

Histoire du pied et autres fantaisies
Gallimard

J'ai toujours beaucoup de mal à parler de nouvelles, et d'autant plus de celles-ci, tant elles sont différentes. Encore que le sujet commun soit la femme . La première, qui donne le titre au recueil je suis complètement passée à côté si j'en crois les analyses lues après! Cette variation sur le pied et sa cambrure m'a plutôt ennuyée .. et c'est très long .J'ai de loin préféré les nouvelles africaines,des contes, très violents d'ailleurs comme tous les contes. Il parle bien des personnages qu'il connait, Le Clézio. Il y en a une très belle, intitulée L.EL , derniers jours qui évoque le suicide à 36 ans d'une poétesse anglaise , Letitia Elizabeth Landon.
Et le dernier texte est une variation sur ce qu'est l'écriture pour lui . Une aventure..
Pas entièrement séduite donc, mais sans conteste, il écrit très bien et je ne regrette pas d'avoir continué après la première interminable histoire de pied..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Dim 6 Jan 2013 - 17:50

J'ai un peu de la peine avec ce Procès-verbal, ce côté "expérimental" qui t'a plu, Epserluette, me déroute.. je ne sais pas si ce n'est pas le bon moment ou si c'est le livre, en tout cas, il commence à parler d'une chose, mon esprit forme une image en tête, cela me rappelle un souvenir et deux pages plus loin, je remarque: mes yeux ont suivi les lettres, mais ma tête ne sait pas ce que j'ai lu..
quand il dit qu'il n'y a pas eu de guerres après 45, je pense - ah tiens, et qu'est-ce qu'il fait de la Corée, du Vietnam, de l'Algérie?? j'ai des doutes si cette Michèle existe ou pas, quand il va au zoo, je me rappelle d'une visite et ce que j'ai vu..
tu vois, je ne suis vraiment pas en mode 'lecture' ou en mode 'Procès-verbal'.. je vais essayer de prolonger encore un peu, je ne veux pas pour autant l'abandonner... mais j'ai de plus en plus de réticences de reprendre le livre.. et cela n'est jamais bon signe.. mais bon...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Dim 6 Jan 2013 - 18:26

kenavo a écrit:
J'ai un peu de la peine avec ce Procès-verbal, ce côté "expérimental" qui t'a plu, Epserluette, me déroute.. je ne sais pas si ce n'est pas le bon moment ou si c'est le livre, en tout cas, il commence à parler d'une chose, mon esprit forme une image en tête, cela me rappelle un souvenir et deux pages plus loin, je remarque: mes yeux ont suivi les lettres, mais ma tête ne sait pas ce que j'ai lu..
quand il dit qu'il n'y a pas eu de guerres après 45, je pense - ah tiens, et qu'est-ce qu'il fait de la Corée, du Vietnam, de l'Algérie?? j'ai des doutes si cette Michèle existe ou pas, quand il va au zoo, je me rappelle d'une visite et ce que j'ai vu..
tu vois, je ne suis vraiment pas en mode 'lecture' ou en mode 'Procès-verbal'.. je vais essayer de prolonger encore un peu, je ne veux pas pour autant l'abandonner... mais j'ai de plus en plus de réticences de reprendre le livre.. et cela n'est jamais bon signe.. mais bon...

Oui, je comprends Kenavo que tu puisses être déroutée par ce côté expérimental du livre. Pas grave.
Pour l'épisode de la guerre, on peut argumenter que le narrateur vit en marge de la société donc qu'il est coupé du monde et centré, enfermé dans une espèce de folie ce qui peut t'aménager une ouverture pour la suite. sunny

Ne te mets pas martel en tête avec ce livre en partie, influencé par l'esprit du Nouveau Roman, et qui reste un peu à part dans la bibliographie de Le Clézio.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Dim 6 Jan 2013 - 19:50

Esperluette a écrit:
Pour l'épisode de la guerre, on peut argumenter que le narrateur vit en marge de la société donc qu'il est coupé du monde et centré, enfermé dans une espèce de folie ce qui peut t'aménager une ouverture pour la suite. sunny
oui, je te suis pour cette interprétation
la mienne était plutôt du genre: il regarde la mer, le soleil, il se sent calme et paisible... et bien qu'il sait qu'il y a (eu) ces guerres, il veut à ce moment le dénier pour se garder un peu de cette 'paix' qu'il ne retrouve pas toujours lors de ces déambulations?...
Esperluette a écrit:
Ne te mets pas martel en tête avec ce livre en partie, influencé par l'esprit du Nouveau Roman, et qui reste un peu à part dans la bibliographie de Le Clézio. Wink
oui, en effet à part, je n'ai pas lu tous ses livres, mais pour tous ceux que je connais, celui-ci n'est rien de la sorte
mais comme je l'ai dit, je vais au moins continuer encore un peu.. qui sait, "l'effort" va être mieux apprécié quand je doit m'investir plus

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Dim 6 Jan 2013 - 21:22

kenavo a écrit:
Esperluette a écrit:
Pour l'épisode de la guerre, on peut argumenter que le narrateur vit en marge de la société donc qu'il est coupé du monde et centré, enfermé dans une espèce de folie ce qui peut t'aménager une ouverture pour la suite. sunny
oui, je te suis pour cette interprétation
la mienne était plutôt du genre: il regarde la mer, le soleil, il se sent calme et paisible... et bien qu'il sait qu'il y a (eu) ces guerres, il veut à ce moment le dénier pour se garder un peu de cette 'paix' qu'il ne retrouve pas toujours lors de ces déambulations?...

Je crois que le héros veut essayer de faire table rase de tout en se fondant dans le décor qui l'entoure comme pour exprimer l'essence du vivant, de la matière, pour comprendre l'origine du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: JM Le Clezio   Dim 13 Jan 2013 - 6:05

Non seulement il est beau (ce qui n'est pas fréquent parmi nos auteurs Rolling Eyes ) mais il écrit divinement bien, un vrai poète en plus.

La Quarantaine était aussi un très beau roman que j'ai lu il y a longtemps respect

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature


Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Dim 13 Jan 2013 - 12:02

Et que penses-tu du Procès-Verbal, Simla?
Oui, il a de la gueule JMG et son écriture aussi! sunny


Par Henri Cartier-Bresson
drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: le procès-verbal   Lun 14 Jan 2013 - 1:05

Je ne peux te dire, je l'ai lu il y a trop longtemps...j'ai un peu oublié...mais je crois que ça ne m'avait pas trop emballée à l'époque confused

Mais si je le relisais à présent, j'aimerais peut-être...il y a des âges où certains livres ne te touchent pas....par exemple, je détestais Céline lorsque j'étais jeune et je lai relu avec quelques années de plus et j'ai beaucoup aime..;comme quoi jypeurien

Par contre, j'ai beaucoup aimé Désert, le chercheur d'or, mais quelques uns moins...la ritournelle de la faim m'a un peu déçue oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Marie Gustave Le Clézio   Aujourd'hui à 21:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Marie Gustave Le Clézio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Pays des Carrières, Abbé Jean Marie.
» Le procès de Jean-Marie Messier s'ouvre à Paris
» Présentation de Jean-Marie COMPAN
» Rouleau, Jean-Marie
» Tremblay, Jean-Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: