Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Saadi [Iran]

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Saadi [Iran]   Mar 2 Déc 2008 - 22:58

Saadi (Mushrif-ud-Din Abdullah)
Chiraz, Iran, 1184 – 1283/1291?

(portrait hypothétique, merci Wikipedia)

Un des plus grands poètes et moralistes perses de l'époque médiévale.
Né à Shizar, il fait ses études à Bagdad (1195-1226) dans une des plus prestigieuses universités de l'Orient.

Là, il y suit l'enseignement de deux mystiques de renom. Il est bientôt lui-même chargé de répétitions de cours (sur les traditions prophétiques). Mais il n'y a pas que les études dans la vie : Saâdi aime les bonnes choses, la musique… Il écrit des "poèmes en persan, les Odes anciennes, où sont chantées la fuite du temps et la joie de vivre.
Selon Dawlatchah, un de ses biographes, Saadi aurait consacré trente années de sa vie à l'étude, trente aux voyages et trente à méditer et à écrire." (Roger Lescot, Dictionnaire des auteurs, Editions Robert Laffont).
Il semble qu'en 1220 ou 1221, il parcourt la Syrie. Il est fait prisonnier par des Francs, devient esclave, est racheté par un ami alors qu'il travaillait sur les remparts de Tripoli.
Nous sommes aux alentours de 1230… c'est une époque très troublée, les Mongols arrivent par l'Iran oriental. De l'autre côté du pays, les princes se déchirent sans s'occuper du péril qui les guette.
Saadi prend alors le large et vagabonde à travers l'Arabie, la Syrie, l'Asie centrale, jusqu'où s'étend sa renommée littéraire, l'Inde, peut-être l'Ethiopie, et l'Egypte, le Maghreb… et l'Arménie, l'Azerbaïdjan. Il connaît parfois l'aisance, parfois la faim, la soif. Il vit la vie des petites gens, discute avec eux, rencontre les fermiers, les marchands, les voleurs…
Finalement, vieux, il revint à Chizaz, sa ville natale. La paix mongole règne. Il est très bien accueilli par le prince, ami des lettres et des sciences, qui lui donne une dervicherie. Là, il met ses œuvres au propre. Bustan (Le Verger, 1257), le Gulistan (Jardin des roses, 1258).

Il a composé très de dix-huit mille vers.

"Il est aussi un des plus variés et, surtout, un des plus humains. Moraliste, soit, mais moraliste indulgent et même souvent un peu cynique. Plutôt qu'une morale au sens étroit de ce terme, ce qu'il prêche est une règle de conduite propre à faciliter l'épreuve de l'existence. S'il recommande dans tous les cas le détachement et, lorsque l'on ne saurait s'en dispenser, l'humilité, il se garde bien de conseiller le pardon des injures. Il engage plutôt à frapper le premier quand on le peut sans risque. Si osés que soient certains de ses conseils, il reste toujours homme de bonne compagnie et l'on sent à chaque page que, s'il se montre aussi accommodant, c'est qu'il connaît bien les faiblesses de la nature humaine." (Roger Lescot, Dictionnaire des auteurs).

Il devient poète de cour, il dédit des épîtres aux grands du monde d'alors.
Sa renommée est immense.

Il a plus de quatre-vingt dix ans lorsqu'il meurt. La légende veut qu'il soit décédé à quelque chose comme cent sept ans.
Lorsque la légende est plus belle que l'histoire, imprimons la légende !


Ses œuvres les plus connues sont le Golestan (Jardin de roses) et le Bustân (Le Jardin des fruits, ou Le Verger).


Pouchkine mentionne Saadi dans son Eugène Oneguine, un poème se trouve dans le "hall des Nations", aux Nations Unies de New-York.
Le président français Sadi Carnot a porté ce prénom à cause de l'admiration que portait son grand-père au poète persan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Mar 2 Déc 2008 - 23:02

Le Jardin des fruits (Bustân), traduit du persan par Franz Toussaint, Paris, Mercure de France, 1913. 227 pages.

Tout d'abord, Franz Toussain, le traducteur, décrit les derniers moments de la vie du poète.
C'est très beau (trop ?) : Saâdi confond la jeune fille qui vient le voir avec un souvenir "qu'il avait immortalisé dans le Gulistân, un souvenir vieux de quatre-vingts ans, et qu'il croyait d'hier !" (page 15).
Citation :
"Tu as toujours l'odeur d'une branche d'aubépine… Vers quel été es-tu parti, ô mon printemps ? Pourquoi m'as-tu quitté ?" (page 16).
"Tout à coup, parce que la torche répand une clarté plus vive lorsqu'elle achève de se consumer, sa lucidité revint : […]Surtout, petite, tu répéteras à mes frères ce que je leur ai dit souvent, tu leur répéteras que l'amour est un miroir où se reflète la face du Seigneur. Qu'ils aiment ! Qu'ils s'offrent, d'une âme enivrée, aux effeuillements des douleurs ! Et pareilles aux brises qui restent embaumées des lilas qu'elles ont meurtris, leurs souffrances iront parfumer la solitude de Dieu…
Sa tête retomba. Il n'était plus.
Ainsi mourut Saâdi, le troisième jour de Djemazi-el-Ewel, qui est le mois funeste aux fleurs."(page 17-19)

Puis vient la préface de Saâdi lui-même.
Il parle du Seigneur.
Citation :
"Il guide le soleil et la lune entre l'Orient de l'Occident. Des eaux tumultueuses, Il a fait émerger la terre, et les montagnes sont les clous qu'Il a plantés dans son écorce, pour la fixer." (pages 24-25)
Wouah. Une métaphore originale sur les montagnes. Et ça date du XIII° siècle !
Plus loin, Saâdi écrit qu'il offrira à ses amis "des récits de cette savoureuse douceur que les savants trouvent aux livres." (page 31). Suivent cinquante sept histoires.

Des petites histoires, comme :
Citation :
"Vingt-troisième histoire : Le linceul.
Le roi Djenischid eut la douleur de perdre un de ses favoris, qu'il chérissait. Il roula son bien-aimé dans un magnifique linceul de soie, et les garde l'emportèrent au champ des morts.
A quelques jours de là, cédant à sa douleur, Djenischid voulut revoir le corps de celui qu'il pleurait.
Le linceul du cadavre était déchiqueté… Le sultan tomba dans une indicible rêverie et s'écria :
- Cette soie, je l'avais volée aux vers, les vers l'ont reprise à mon bien-aimé !
            *
Je me rappelle avec mélancolie ces vers que chantait un musicien : «Quand nous serons morts, le printemps continuera de parer la terre des roses que nous admirons aujourd'hui ! »" (pages 101-102).
A noter, un peu dans ce genre, la quarantième histoire "Le séducteur", assez stupéfiante. La fille d'un cadi – une sorte de juge – tombe amoureuse du fils du chef des voleurs. Il est pris : il a égorgé un vieillard pour le voler. Il est conduit devant le cadi… qui se déclare incapable de le juger, car "cet homme est trop beau… Qu'un autre juge me remplace ! Au fait, non ! Je le condamne, et à la détention perpétuelle. Il subira sa peine dans la prison qui avoisine ma demeure. Gardiens ! emmenez-le tout de suite." (page 155). Une fois seul avec son assesseur, il excuse sa fille, "puisque, maintenant, j'aime celui qu'elle aime. Par exemple, accorde-moi que la justice a servi ma cause… Désormais, dans cette prison mieux que dans un harem, je pourrai jouir de la vue de mon bien-aimé.
- L'honneur de la justice est sauf. C'est tout ce que je puis dire, termina l'autre." (page 156).

On trouve également des phrases, comme "La petite fourmi ne souffre jamais de la faim. Le lion, malgré ses crocs et ses griffes acérées, ne trouve pas toujours à manger." (page 115).

Une autre histoire.
Citation :
"Quarante-troisième histoire : Le silence
Takasch avait divulgué un secret à ses gardes, en leur recommandant de ne le confier à quiconque. Ce secret, qui avait mis une année entière à monter de son cœur à ses lèvres, se répandit dans la ville en un jour.
Furieux, Takasch ordonna au bourreau de supplicier les coupables. Mais l'un d'eux dit au prince :
- Toi seul es responsable de la faute que nous avons commise. Donc, gracie-nous ! Puisque tu n'as pas su arrêter le fleuve à sa source, ne cherche pas à l'endiguer quand il inonde le pays. Charge un gardien de veiller sur tes bijoux, mais ne charge personne de veiller sur ton secret.

Tu es le maître de toute parole que tu n'as pas encore prononcée ; une fois qu'elle est sortie de ta bouche, c'est toi qui es ton esclave.

Lorsqu'un diable s'est évadé de sa prison, aucune prière, aucun ordre ne peuvent le contraindre à rentrer.
            *
Un enfant délie la longe qui retient un cheval indompté, mais cent athlètes seraient incapables de capturer de nouveau ce cheval." (pages 161-163).

Allez, une petite dernière.
Citation :
"Quarante-quatrième histoire.
L'ingratitude.
Un sultan fit une chute de cheval, et les muscles de son cou restèrent paralysés. Il ne pouvait plus remuer la tête. Les plus célèbres médecins se déclarèrent incapables de rendre au cou du sultan sa souplesse primitive. Un sage, qui arrivait de Grèce, réussit à guérir le monarque de cette fâcheuse infirmité. Mais le sultan négligea de récompenser le médecin. Bien plus, le lendemain, lorsque ce dernier revint, l'ingrat ne lui accorda aucune attention. Le grec, furieux, s'éloigna en murmurant «Si je n'avais pas eu l'habileté de redresser son cou, il aurait été dans l'impossibilité de détourner la tête en m'apercevant !»
Cependant, le médecin tenait sa vengeance. Il ordonna à un esclave d'aller porter au palais une poudre que le sultan devait jeter sur un brasier, pour en respirer la fumée. Le souverain se conforma à cette prescription, mais il éternua si fort que les muscles de sa nuque se brisèrent.
On courut aussitôt chez le médecin grec, mais en vain. Il avait disparu." (page 164-165).

Après ces histoires, suivent quelques sentences.

"Une seule perle a souvent plus de valeur qu'un monceau de perles."
"O roi ! si tu tiens à ton bonheur, veille à celui de tes sujets." (page 205)
"Accueille avec bonté les étrangers et les voyageurs. Ta renommée dépend d'eux."
" Accorde ta confiance à l'homme qui craint Dieu, et méfie-toi de l'homme qui ne craint que le sultan." (page 206)
"N'attache de prix qu'aux trésors que tu pourras emporter avec toi dans le Paradis." (page 210)
"Le hanneton qui est juché sur une rose est encore un hanneton." (page 213)
"Ce chat que tu caresses mangera ta colombe." (page 214).
"Le tumultueux torrent qui descend des montagnes va se perdre dans les ravins, mais la plus modeste goutte de rosée est aspirée par le soleil qui l'élève jusqu'aux étoiles." (page 214).
"Serais-tu riche comme Karoûn, fais apprendre un métier à ton fils." (page 217).
"Ta femme ne pourra sortir de chez toi que le jour de son enterrement." (page 218).
Euh… là… hem... bref.

Et finalement, deux prières.


Voilà !
Des histoires à la fois intéressantes et édifiantes, dans le très bon sens du terme.
Quant à la poésie perse d'origine, bien sûr, on ne peut rien en dire !
Un très, très grand classique des littératures perse et mondiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Sam 9 Mar 2013 - 17:45

Merci eXPie ! Tu as remporté le marché et j'ajoute immédiatement le Jardin des fruits à ma LAL !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Dim 21 Juil 2013 - 17:46

Le Jardin des Fruits
J'ai bien aimé ces "histoires édifiantes et spirituelles", très courtes, à la volonté évidente d'édifier et de donner un sens moral à ses lecteurs ...
Avec bien sûr un léger parfum exotique des Mille et une nuits qui m'a laissé rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Mer 24 Juil 2013 - 19:02

Citation :
Quinzième histoire
Le renard et le derviche

Un derviche, qui se promenait, aperçut un renard sans pattes, et il douta de la bonté de Dieu: "Comment, dit-il, cette malheureuse bête peut-elle trouver sa nourriture ?"
le vieillard était plongé dans sa méditation, lorsqu'un léopard surgit, traînant un chacal. Le fauve commença de dévorer le chacal, et le renard réussit à saisir quelques bribes de sa chair.
Le lendemain, encore, Dieu s'y prit de la même manière pour nourrir l'infortuné renard. Le pieux derviche crut apercevoir alors le visage de la Vérité, et se retira aussitôt dans un désert, convaincu que le Seigneur daignerait aussi s'occuper de lui.
Mais nul homme, nulle bête ne secourut le vieillard, qui devint maigre comme une harpe.
Le derviche était sur le point d'expirer, lorsqu'une voix lui dit : "Hypocrite, paresseux, hypocrite, plutôt que de te décourager comme un renard estropié, vis comme le lion cruel ! Gagne ta nourriture et partage-la avec les faibles. Le Seigneur, un jour, te tiendra compte de ta générosité. N'oublie pas que la peine doit être pour toi, et seul le profit pour tes semblables ..."

*

Dans le désert de Kich, un chamelier dit à son fils : "Mon enfant, va demander ta nourriture aux hôtes qui ne dînent jamais sans convier des pauvres à leurs tables."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Mer 24 Juil 2013 - 19:09

Sentences a écrit:
Ne pleure pas sur les morts, qui ne sont plus que des cages dont les oiseaux sont partis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   Jeu 25 Juil 2013 - 9:38

Sentences a écrit:
Une femme te fait souffrir ? Demande à une autre de te consoler. Mais, si la femme qui se joue de toi est incomparablement belle, sois-lui fidèle, si tu n'es pas certain de pouvoir l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saadi [Iran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saadi [Iran]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iran
» Selon Wikileaks, Israël aurait déja déjà détruit des infrastructures nucléaires de l’Iran
» Ce qui est interdit en Iran
» iran-attaquer-avant-qu-il-ne-soit-trop-tard
» Marine chinoise - Chinese navy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature du Moyen-Orient (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: