Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Goran Petrovic [Serbie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Lun 11 Oct 2010 - 13:41

Merci pour ton commentaire..
on ne peut pas être sûr à tous les coups si un tel et tel livre va plaire à d'autres, mais pour celui-là j'étais convaincue que tu allais aimer.. trop bon..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Lun 11 Oct 2010 - 13:51

kenavo a écrit:
on ne peut pas être sûr à tous les coups si un tel et tel livre va plaire à d'autres, mais pour celui-là j'étais convaincue que tu allais aimer.. trop bon..
Oh oui, tu l'as bien senti! Je souriais franchement toute seule parfois.

Exemple:
Citation :
Mara cédait, résignée. Après tout elle n'avait pas épousé cet oiseau surestimé mais un homme. Et cet homme, Rudy Prohaska, aimait Mara en dix langues et plus. Elle lui disait souvent:

-Viens Rudy, si le coeur t'en dit, aime moi en allemand.
Et il l'aimait en allemand athlétique.
-Passons si tu veux au hongrois.
Il l'aimait en hongrois croustillant.
-Et maintenant, mon amour, en français.
Il l'aimait en français gracieux.
-Vite passe au tchèque.
Il l'aimait en tchèque familier.
-J'attends le bulgare.
Il l'aimait en bulgare caressant.
-Attends, attends, traduis -moi ça en turc.
Il l'aimait en turc fantasque.
Ensuite ils restaient allongés, nus, à bavarder. Rudy s'embrouillait parfois, mêlait les langues, mais Marta le rappelait vite à l'ordre:
-En serbe, Rudy, restons-en maintenant au serbe..
Et il l'aimait en serbe volubile, langue excellente pour causer à l'envi lorsque tout est fini, qu'il n'y a plus rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orientale
Agilité postale
avatar

Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 65
Localisation : Syldavie

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Mar 12 Oct 2010 - 20:51

J’ai lu le livre en bulgare et je ne saurais pas donner des titres et citations coincidant a la traduction francaise.

Le livre de Goran Petrovic “Soixante-neuf tiroirs” dont le titre en ma langue, c’est “La boutique “Chance”, c’est un livre sur la lecture et plus precisement, c’est une declaration d’amour adressee a la lecture. Dans ce livre il n’est question de rien d’autre que de lectures et lecteurs. Il est question d’un seul livre - « Mon heritage » publie aux frais d’Anastas Branitza, litteraire. C’est un livre special, pas pour tout le monde – le nombre des exemplaires est reduit et ceux qui les possedent, ce ne sont pas des lecteurs ordinaires – ce sont des lecteurs doues a plonger dans le livre, des lecteurs sachant errer dans les recoins du livre comme si c’etaient des sentiers de montagne et des rues d’une ville.
Le livre est a la hauteur de toutes les exigences – il se lit d’un trait, il est agreable et passionnant a couper le soufle, bon...le soufle, l’haleine n’ en est pas perdu(e) en lisant, mais on se sent respirer d’une maniere plus noble, plus fiere, plus artistique.
Le livre de Petrovic n’est pas qu’un livre sur la lecture, c’est un livre ou la lecture est amour et ou l’amour fait partie de la lecture. La lecture et l’amour y sont inseparables. C’est grace a cela que l’etudiant Adam Lozanitch rencontre l’amour ; c’est toujours la que l’agent des sevices secrets Pokimitza le rencontre et peut-etre pour etre puni, il le laisse passer a cote de lui. Nathalia Dmitrievna, elle aussi, reste le long de toute sa vie, fidele a la lecture, c’est-a-dire a l’amour. Chez Goran Petrovic, l’amour et la lecture forment un tout. Celui qui sait lire, il sait aimer.
Le livre « Soixante-neuf tirroirs » c’est un livre profondement philologique. Petrovic s’appuie sur la theorie linguistique allemande, la theorie receptive qui dit que le sens d’une oeuvre litteraire ne pourrait avoir lieu que si en lui, que si dans son edification, ne participe pas le lecteur. Il faut toujours tenir compte des horizons des attentents du lecteur. Ce lecteur implicite auquel, en fin de compte, « pense » l’oeuvre litteraire lors de sa creation. Ce livre de Petrovic mise sur cette « autre realite » du texte litteraire et croit profondement en elle. Nathalia Dmitrievna – lectrice-modele - y croit aussi profondement, pour elle le monde n’est pas sporadique, il est multiple, le monde n’est pas un monologue, il est polyphonique – un monde ou « une autre realite » parallele existe et cette realite est meilleure, plus belle, plus humaine.
Les personnages du roman de Petrovic, sont des personnage du livre dont il est question dans le recit.C’est les lecteurs qui rendent le livre vital, important, considerable.
Mais ce livre n’est pas uniquement philologique, c’est egalement un livre sur la traduction. L’etudaint Adam Lozanitch se demene pour changer la facade de la maison tout comme le traducteur se demene afin de cahnger la langue du livre et le trduire en une autre. Les souffrances, les errances, les etats fievreux d’Adam dans sa petite chambre, ce sont les efforts et les peines de tout traducteur qui a ose aborder un texte en le soumettant a un changementsi radical.
Le coeur litteraire de Goran Petrovic, c’est une cloche, la cloche dont il parle dans son livre – cloche ponctuelle et cathegorique du referenceur Kousmouk dont les revelations ont le son net d’une cloche ; c’est aussi la cloche romantique, berceuse qui sonne lorsque Adam regarde la fille au chapeau en forme d’une cloche.
En fermant le livre, on reste toujours errant dans les bocages du jardin secret de la lecture, mais en atteignat la limite d’une lecture « complete » selon Petrovic, on va au-dela de l’horizon. La vraie lecture n’arrive qu’accompagnee d’amour et au veritable amour, le plus souvent, ou presque toujours, on arrive par la lecture.Mais selon Petrovic, ce savoir, n’est pas donne a tout le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Sam 16 Oct 2010 - 19:49

Cela fait un moment que vos commentaires me donnent vraiment envie ! je crois que je vais me laisser tenter... Twisted Evil

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 17 Oct 2010 - 0:44

J'ai récupéré Le siège de l'église Saint-Sauveur ; Je le lirai peut-être avant la fin du mois.

La couverture m'intrigue, ça semble être des plumes, une blanche, une rouge.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 17 Oct 2010 - 9:18

domreader a écrit:
Cela fait un moment que vos commentaires me donnent vraiment envie ! je crois que je vais me laisser tenter... Twisted Evil
ah oui.. laisse toi tenter cyclops


Steven a écrit:
J'ai récupéré Le siège de l'église Saint-Sauveur ; Je le lirai peut-être avant la fin du mois.

La couverture m'intrigue, ça semble être des plumes, une blanche, une rouge.
il se trouve encore dans ma PAL.. Traversay n'a pas trop aimé.. je serais curieuse de voir ton avis Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 17 Oct 2010 - 23:00

Je ne sais pas quand je le lirai, sans doute pendant les vacances. Je l'ai ouvert au hasard, je suis tombé sur ces lignes qui me font penser à Bixx :

Citation :
Rassembler dix mille espèces de plumes et autant de mots était sans doute un but inaccessible. Mais le sens, depuis la Création même, ne se cache-t-il pas dans les endroits les plus inaccessibles ?
Rouge-queue des murailles.
Perroquet.
Geai des chênes.
Poule d'eau.
Bécassine solitaire.
Bouvreuil pivoine.
Rouge-gorge.
Phaéton.
Bruant vespéral.
Martin-chasseur.
Bergeronnette lavandière.
Pouillot véloce.
Roselin cramoisi.
Loriot...

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 17 Oct 2010 - 23:27

Pensée bienvenue, merci Steven !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Jeu 21 Oct 2010 - 11:55

sous un ciel qui s'écaille

j'ai aimé, et même beaucoup aimé ce catalogue irraisonné de personnages et d'évènements, cette accumulation d'inventions toutes plus farfelues les unes que les autres, toutes tendues vers l'énigme de l'existence, chacun cherchant, à sa manière, à se trouver une place au milieu de la trentaine de rang d'un cinéma. Un cinéma qui est la métaphore de la société, du plafond qui s'écaille comme si l'univers allait tomber sur la tête des spectateurs, jusqu'à la hiérarchie qui gère l'emplacement de chacun en fonction de sa 'raison sociale', du coco convaincu à l'avocat, de la prostituée à la fille facile et de bonne famille, du poivrot à l'artiste, toute la société serbe passe sous le regard radiographique et truculent de l'auteur.

Loin de penser que l'histoire est une suite aléatoire de destins, il m'a semblé au contraire que ce roman était incroyablement bien construit à l'image d'une pyramide (non pas égyptienne mais pré-colombienne, comme un gateau d'anniversaire). La première marche serait la présentation du lieu (le cinéma), la seconde, une présentation raffinée des protagonistes (et ce du premier au dernier rang, en passant par le projectionniste, l'ouvreur, ceux qui passent et ceux qui auraient pu passer), jusqu'à l'acmé du roman, le moment où tout à coup le film s'arrête. Nous sommes alors au sommet de la pyramide, nous contemplons le ciel qui s'écaille d'une Serbie chancelante. Puis nous redescendons les degrés un à un : nous retournons dans la vie de chaque protagonistes, et le livre se referme sur... ce qu'il est advenu de la salle de cinéma. Cette construction (que l'on retrouve par exemple dans certaines tragédies de Racine) apporte cet aspect solide à un récit qui n'aurait pu être qu'une succession de portraits sans queue ni tête. J'ai d'ailleurs pensé que beaucoup de scènes rapportées par le narrateur pourraient être très facilement transformées en scénettes de vaudeville.

Bref un livre gigogne qui peut se lire sans même qu'on aperçoive la structure, mais qui, si l'on cherche un peu recèle d'incalculables recherches et ressources romanesques.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Jeu 21 Oct 2010 - 16:29

Encore bravo pour ton brillant commentaire Shanidar, une fois de plus tu nous donnes une vision très fouillée de cette belle lecture. Il y a effectivement une hiérarchie tout à fait jubilatoire dans ce cinéma qui reflète la vie hors les murs, l'auteur s'en amuse beaucoup d'ailleurs. Elle résume parfaitement les règles de toute société, chacun recréant sa propre assise, son aura, ce qui le détermine en fait quelque soit le lieu!

Shanidar a écrit:
Loin de penser que l'histoire est une suite aléatoire de destins, il m'a semblé au contraire que ce roman était incroyablement bien construit à l'image d'une pyramide (non pas égyptienne mais pré-colombienne, comme un gateau d'anniversaire)
Je ne sais pas si tu notes ceci en rapport à ce que je disais plus haut,
Citation :
C'est carrément imprévisible, Petrovic nous embarque dans son histoire avec une bonhommie communicative
Je voulais dire imprévisible pour le lecteur, plein de surprises si tu préfères, non pas aléatoire au niveau de la construction qui est remarquablement étudiée, bien d'accord avec toi!

Et c'est ce qui fait son charme. Quoi de plus réussi qu'un auteur qui, sous des apparences légères et dans un style fluide, nous parle de choses plus tangibles. C'est une réussite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Jeu 21 Oct 2010 - 18:58

En réalité, je m'exprimais par rapport à mon propre début de lecture, car au départ j'ai eu le sentiment d'être plongée dans une histoire complètement destructurée et puis au fur et à mesure les éléments se sont mis en place, ajustés, pour former cette pyramide.
Sinon, je te rejoins complètement sur le plaisir de la lecture qui vient justement de l'explosion incessante des surprises et sur l'aspect imprévisible des évènements.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Jeu 21 Oct 2010 - 22:56

shanidar a écrit:
Sinon, je te rejoins complètement sur le plaisir de la lecture qui vient justement de l'explosion incessante des surprises et sur l'aspect imprévisible des évènements.
merci pour ton beau commentaire et contente que tu as aimé Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 24 Oct 2010 - 19:04

J'ai lu "sous un ciel qui s'écaille". Jubilatoire!

J'en écris plus très bientôt!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Dim 31 Oct 2010 - 17:24

shanidar a écrit:
sous un ciel qui s'écaille

j'ai aimé, et même beaucoup aimé ce catalogue irraisonné de personnages et d'évènements, cette accumulation d'inventions toutes plus farfelues les unes que les autres, toutes tendues vers l'énigme de l'existence, chacun cherchant, à sa manière, à se trouver une place au milieu de la trentaine de rang d'un cinéma. Un cinéma qui est la métaphore de la société, du plafond qui s'écaille comme si l'univers allait tomber sur la tête des spectateurs, jusqu'à la hiérarchie qui gère l'emplacement de chacun en fonction de sa 'raison sociale', du coco convaincu à l'avocat, de la prostituée à la fille facile et de bonne famille, du poivrot à l'artiste, toute la société serbe passe sous le regard radiographique et truculent de l'auteur.

Bref un livre gigogne qui peut se lire sans même qu'on aperçoive la structure, mais qui, si l'on cherche un peu recèle d'incalculables recherches et ressources romanesques.

Rien à rajouter, je suis tout à fait d'accord. Ce livre vaut la peine, même pour ceux qui n'aime pas particulièrment le cinéma (comme moi). Ne pas se laisser rebuter par le titre "Cinéroman", il s'agit d'un bon roman... Je le recommande aussi: un livre amusant sans être superficiel, drôle sans être trop leger. Un bon mélange de fantaisie et d'histoire. Sa lecture nous fait passer un excellent moment de détente!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   Mar 17 Mai 2011 - 13:56

Pas moi honte
J'avais emprunté "sous un ciel qui s'écaille" suite à des critiques dithyrambiques lues sur le net, dans l'espoir de trouver un roman original et loufoque. Original, oui, par rapport à ce que j'ai lu jusqu'ici. Loufoque... parfois. Pour une satire mordante de la société serbe, je crois que je ne l'ai pas trouvé assez mordante à mon goût ! Quelques passages amusants (comme le militant communiste qui se retrouve chez le docteur tellement il est habitué à lever la main pour voter en toutes occasions), mais pas assez pour retenir mon attention. Trop de personnages, peut-être ? Je ne l'ai pas terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Goran Petrovic [Serbie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Goran Petrovic [Serbie]
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» les Honneurs Militaires Funèbres seront rendus au caporal Goran FRANJKOVIC.
» accoucher en Serbie, vaut mieux éviter aussi
» sauvetage pour les chiens du refuge de Becej en Serbie
» GORAN BREGOVIC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: