Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les Parfumés osent-ils critiquer?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 17 ... 30  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 15:31

Nezumi, je rejoins Bédoulène.. j'aime bien ce que tu as dit - je pense que c'est vraiment le "problème" si on fait la critique d'un auteur et que d'autres se sentent en effet "attaqués" - bien qu'on n'a pas cette idée de le faire..

Nezumi a écrit:
Sauf que récemment j'ai dû blesser des adorateurs de Rick Moody. sourire
là je ne trouve pas que tu as 'blessé' quelqu'un - tout à fait bien argumenté, idées valables - pourquoi ne serait-ce pas acceptable de dire que tu n'as vraiment pas aimé Wink
et celui qui ne te croit pas peut même vérifier sur le fil de la lecture en commun pour voir comme on s'est "battu" avec ce livre Razz

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pagesapages
Envolée postale


Messages : 235
Inscription le : 15/03/2009
Age : 55
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 15:52

eXPie a écrit:
une lectrice de Marc Lévy, zieutant ma couverture, m'a bien fait comprendre que ce genre de bouquins, c'est super chiant.
Oui, mais là, c'est un exemple extrême... Comment lutter, hein ? Laughing

En fait ça me rappelle ma fille de 12 ans qui se fait traiter d'intello. (insulte grave)
Du coup, je lui ai soufflé de répondre que c'est grâce aux intellos que ces petits moqueurs peuvent se servir d'un téléphone portable ou d'une console de jeux.

Tu pourrais lui dire que sans des auteurs comme Kawabata, Marc Lévy n'écrirait que des aagueu aagueu... et sans les virgules en plus ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesapages.wordpress.com/
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 16:37

Pour répondre à la question du sujet…et devenir zen joie …je dirais que les parfumés ont tendance, en général, à s’autocensurer dans la critique négative. Or, le plus important dans une critique littéraire, quelque soit sa direction, est l’argumentation car c’est cette dernière qui orientera le lecteur attentif. attentif

Une critique négative peut apporter des lecteurs si ceux-ci recherchent ce que le "critiqueur" abhorre…quand on lit, on recherche des émotions ; il est bien évident que les livres lus différeront, même chez un même individu, suivant celles qu’il recherche. miammiam

La critique négative a la particularité d’attirer plus la critique que la positive ; serait-ce la raison de cette tendance à l’abstinence ? innocent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 16:40

kenavo a écrit:
là je ne trouve pas que tu as 'blessé' quelqu'un - tout à fait bien argumenté, idées valables - pourquoi ne serait-ce pas acceptable de dire que tu n'as vraiment pas aimé Wink
et celui qui ne te croit pas peut même vérifier sur le fil de la lecture en commun pour voir comme on s'est "battu" avec ce livre Razz

Wink
En même temps, personne n'était vraiment fan de ce livre. Si ç'avait été un des livres préférés de l'un d'entre nous, son méga-livre de chevet, je me serai un peu plus retenue, je crois, tout en essayant de dire ce que j'en pensais.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 16:45

Nezumi a écrit:
En même temps, personne n'était vraiment fan de ce livre. Si ç'avait été un des livres préférés de l'un d'entre nous, son méga-livre de chevet, je me serai un peu plus retenue, je crois, tout en essayant de dire ce que j'en pensais.
oui.. genre 'der Ton macht die Musik' (le son fait la musique) Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pagesapages
Envolée postale


Messages : 235
Inscription le : 15/03/2009
Age : 55
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 16:47

sousmarin a écrit:
Je dirais que les parfumés ont tendance, en général, à s’autocensurer dans la critique négative
C'est aussi parce qu'une critique négative argumentée n'est peut-être pas un exercice facile : d'abord, pendant notre scolarité, on nous a rarement demandé d'organiser une critique de roman cohérente ou fouillée. C'était plutôt encenser les Grands Zôteurs le but de la manoeuvre, et rarement dire pourquoi on n'y était pas sensible. Et puis aussi, quelquefois, il ne faut pas sous estimer les ressorts "affectifs" qui font qu'on aime ou pas. C'est presque du travail d'introspection en tant que lecteur de mettre à plat ce qui nous met mal à l'aise ou nous repousse dans un texte.

Voilà. C'était les remarques qui me viennent après mon café. Very Happy
(qui a dit que je devrais arrêter d'en boire, hein ???)
(et qui a dit que je devrais en boire plus souvent ???)
(ah, je vous ai à l'oeil...)
Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesapages.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 16:50

eXPie a écrit:
Plutôt que de dire "tu lis de la merde", je préfère dire que je n'aime trop pas ce type de littérature, un peu comme je dirais "je ne lis pas de polars" ou "je ne lis pas de SF".
J'essaye d'éviter que "ce type de littérature", sonne comme de la littérature de coprophage...

Moi aussi bien sûr, mais même en y mettant les formes, force est de constater qu'une personne prendra plus mal une critique de ses auteurs chouchous que de ses goûts alimentaires. Je me suis déjà engueulée à propos de livre, jamais à propos de la bouffe. sourire
Revenir en haut Aller en bas
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 17:02

Nezumi a écrit:
eXPie a écrit:
Plutôt que de dire "tu lis de la merde", je préfère dire que je n'aime trop pas ce type de littérature, un peu comme je dirais "je ne lis pas de polars" ou "je ne lis pas de SF".
J'essaye d'éviter que "ce type de littérature", sonne comme de la littérature de coprophage...

Moi aussi bien sûr, mais même en y mettant les formes, force est de constater qu'une personne prendra plus mal une critique de ses auteurs chouchous que de ses goûts alimentaires. Je me suis déjà engueulée à propos de livre, jamais à propos de la bouffe. sourire
Oui mais il ne faut pas oublier que l’on est sur un forum littéraire…va sur un forum gastronomie et dit que tu mélanges ton Château margaux 1983 avec du coca pour voir… dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 17:40

sousmarin a écrit:
Nezumi a écrit:
eXPie a écrit:
Plutôt que de dire "tu lis de la merde", je préfère dire que je n'aime trop pas ce type de littérature, un peu comme je dirais "je ne lis pas de polars" ou "je ne lis pas de SF".
J'essaye d'éviter que "ce type de littérature", sonne comme de la littérature de coprophage...

Moi aussi bien sûr, mais même en y mettant les formes, force est de constater qu'une personne prendra plus mal une critique de ses auteurs chouchous que de ses goûts alimentaires. Je me suis déjà engueulée à propos de livre, jamais à propos de la bouffe. sourire
Oui mais il ne faut pas oublier que l’on est sur un forum littéraire…va sur un forum gastronomie et dit que tu mélanges ton Château margaux 1983 avec du coca pour voir… dentsblanches

Hé hé, bonne idée de troll ! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 18:02

Vous l' avez démontré, et voilà pourquoi je m' abstiens -en général-
de démolir ou meme de critiquer un livre que les autres aiment.

Meme ceux qui disent que la critique est normale et nécessaire sont bléssés par des critiques sévères.
Et je les comprends ! On peut louer ou démolir nimporte quel livre...
Et très facilement.
Meme si on est de bonne foi, meme si les arguments sont solides,
surtout s' ils sont solides, on risque de blesser quelqu' un qui pourra
penser qu' on l' a fait intentionnellment...
Et qui pourra etre amené à douter de lui-meme.

En présence des autres, de vive voix, on peut se permettre de discuter
et meme vivement... Sur un forum, c' est plus délicat. On ne peut juger
de l' intention à distance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Lun 6 Avr 2009 - 19:00

Personnellement je déteste lire une critique en étant incapable de savoir si la personne a aimé ou pas le livre, et à quel point. Il est vraiment rare que l'on déteste à 100% sans trouver aucun aspect positf, et dans ce cas, il est toujours possible de le mentionner. Mais je pense qu'une critique doit être honnête, et donner des éléments à la personne qui va la lire pour décider s'il va aller vers cette lecture ou pas. On a pas les même goûts bien sûr, et à partir d'un certain moment on est pas forcement étonné qu'un tel n'apprécie pas tel livre, et on se fait une raison. Même si on aime les livres, on peut tout de même prendre une certaine distance, on est pas les livres, et une critique ne s'attaque pas à nous personnellement. Ou si un commentateur le fait, là il faut le lui faire remarquer, on parle des livres et pas de leurs lecteurs.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Mar 7 Avr 2009 - 13:17

Arabella a écrit:
on peut tout de même prendre une certaine distance, on est pas les livres, et une critique ne s'attaque pas à nous personnellement. Ou si un commentateur le fait, là il faut le lui faire remarquer, on parle des livres et pas de leurs lecteurs.

D'accord avec ces mots bien sûr...
La question posée sur ce fil reste toutefois un sujet délicat... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Ven 10 Avr 2009 - 21:02

Citation :
La question posée sur ce fil reste toutefois un sujet délicat..
oui... Cool et je ne suis pas certaine que la comparaison avec les épinards soit suffisante, et je souris en vous lisant sur le fil La journée de la jupe..
Les affinités littéraires, le fait qu'un livre nous parle est quelque chose de souvent très intime,.
Joyce Carol Oates en parle dans La foi d'un écrivain:
..." Expliquer pourquoi elle déclenche chez certains une réaction profonde, irrésistible, qui change parfois leur vie, alors que d'autres y restent totalement indifférents? En cela, l'art de lire ne diffère guère de l'art d'écrire: ses plaisirs et ses peines les plus intenses demeurent personnelles et ne peuvent être communiquées. Nos affinité secrètes restent mystérieuses, même pour nous..Nous tombons amoureux de certaines oeuvres d'art, comme nous tombons amoureux de certaines personnes, sans raisons très claires."

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pagesapages
Envolée postale


Messages : 235
Inscription le : 15/03/2009
Age : 55
Localisation : Franche Comté

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Ven 10 Avr 2009 - 21:26

Je suis d'accord à 600% avec Joyce Carol Oates !
Je pense réellement que lire quelqu'un c'est entendre sa voix. Et que, comme dans la vie (on pourrait dire comme dans la "vraie vie") certaines voix font résonner des choses en nous ou pas, à cause de choses anciennes ancrées en nous, parfois oubliées, un rythme, une façon de dire, comme une intonation.
Je sais que certains lisent de l'érudition, du brio, là où je ne sens que du mépris. Je sais aussi qu'une certaine forme de flou me parle, alors que d'autres voient un manque de structure, du bancal. Lire, c'est vraiment rencontrer quelqu'un.
Du coup, les rencontres sont vraiment variées. Quelquefois je suis frustrée, je sens qu'un auteur pourrait me plaire, si seulement il n'y avait pas un quelque chose qui... qui... D'autres fois, je déteste, je passe mon chemin. D'autres fois encore, j'aime, j'adhère, puis petit à petit je sens que c'est un peu creux, un peu vain.
(tiens, c'est ce qui s'est passé avec Chaos calme de Veronesi, il faudra que j'aille voir son fil. J'ai été très émue au début, et puis, il bavarde, il bavarde, il noie le poisson, et il finit par ressembler à un oncle très gentil, dont on dit à tout le monde que c'est quelqu'un de très chaleureux et qu'on l'aime beaucoup, mais fatigant, et on a juste envie que le repas de famille se termine pour pouvoir enfin lui dire au revoir, rentrer à la maison et faire un peu silence)
Rien d'entièrement rationnel, je crois, dans l'amour qu'on peut porter à un auteur.
mais je bavarde, je bavarde, je vais finir pas ressembler à cet oncle très gentil... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesapages.wordpress.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   Ven 10 Avr 2009 - 22:04

Marie a écrit:

je souris en vous lisant sur le fil La journée de la jupe..
Les affinités littéraires, le fait qu'un livre nous parle est quelque chose de souvent très intime,.
Joyce Carol Oates en parle dans La foi d'un écrivain:
..." Nos affinité secrètes restent mystérieuses, même pour nous..Nous tombons amoureux de certaines oeuvres d'art, comme nous tombons amoureux de certaines personnes, sans raisons très claires."

Je trouve très juste aussi cette constatation de Joyce Carol Oates...Il y a de l'inexplicable, du "sans argument" dans nos attirances pour les oeuvres et dans nos rejets...

Mais je reste encore embarrassée avec ma question:
Citation :
La question posée sur ce fil reste un sujet délicat..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Parfumés osent-ils critiquer?...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Parfumés osent-ils critiquer?...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 30Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 17 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Compote de pommes parfumée à l'orange et à la cardamome
» Huile d'olive parfumée au basilic et à l'ail
» Vinaigres de ménage parfumés
» Oeufs au lait à ma façon
» P'tite Luciole (Iridescent Glitterbug)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: