Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Un panorama du cinéma coréen

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:12

Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles a organisé durant l'année un festival du cinéma coréen proposant un éventail de films représentatifs des différents styles (du plus classique à la "nouvelle vague" coréenne) et réunissant les principaux réalisateurs primés dans de nombreux festivals dans le monde.

Je propose cette liste à compléter. La plupart des cinéastes sont bien connus des cinéphiles comme Kim ki-duk, Lee Chang-dong, Hong Sang-soo, Bong Joon-ho, Park Chan-wok ou Im Kwon Taek.

J'apprécie tout particulièrement ce cinéma d'une grande variété, d'un raffinement et d'une inventivité rares. Au confluent des cinémas chinois et russe, il a aussi assimilé l'apport de la nouvelle vague française et reste ouvert à toutes les expérimentations. Je conseille tout particulièrement les films de Im et Hong Sang-soo, le très beau Secret Sunshine de Lee Chang-dong, certains Kim Ki Duk (Le Locataire en tête), le cinéma fantastique et certains polars.




Chronologie (cinémathèque française)

1903 : première projection d'un film en Corée
1910 : la Corée est annexée par le Japon
1923 : premier film muet
1935 : premier film sonorisé
1937 : le Japon envahit la Chine, le cinéma coréen devient un outil de propagande
1945 : le Japon se soumet aux forces Alliées, la Corée est divisée en deux
1949 : premier film en couleurs
1950 : la guerre de Corée débute
1953 : fin de la guerre, la Corée reste divisée en deux
1960 : La Servante de Kim Ki-young
1961 : Une balle perdue de Yoo Hyeon-mok
Renaissance d'un cinéma d'auteur
1974 : création du Korean Film Archives, archives nationales du film
1981 : Mandala de Im Kwon-Taek. Longtemps considéré comme un réalisateur de commande, le cinéaste accède au statut d'artiste et de plus grand cinéaste coréen.
1988 : les studios hollywoodiens peuvent distribuer leurs films en Corée du sud. Pour protéger les films Coréen, de sévères quotas sont établis.
La censure militaire est progressivement réduite.
1993 : premier président civil élu démocratiquement en Corée du sud
1996 : Crocodile de Kim Ki-duk et Le Jour où le cochon est tombé dans le puits de Hong Sang-soo


Films proposés au BOZAR de Bruxelles(J'ai parfois proposé une affiche différente de celle choisie en France pour le plaisir esthétique de certaines variantes) :


Sur la trace du serpent de Lee Myung-se
(Injeong sajeong bol geot eobtda ) République de Corée, 1999
Un couple de flics traquant un tueur dans un quartier populaire de Séoul. Une exubérante anthologie du genre, qui pulvérisa les records de recettes coréennes en 1999.



L' île de Kim Ki-duk
(Seom) République de Corée, 2000
Une aventure sensuelle entre une jeune muette et un homme au passé trouble - sur un îlot de pêche (et de prostitution).



La vierge mise à nu par ses prétendants de Hong Sang-soo
(Oh! soo-jung) République de Corée, 2000
Dans une chambre d'hôtel, des variations narratives tentant d' épuiser les étapes d' une stratégie de défloration : reprises à modifications, ajouts et retraits, multiplicité des perceptions.



Chien qui aboie ne mord jamais, de Bong Joon-ho
(Flandersui gae) République de Corée, 2000
Sur fond d'événements bizarres dans un district coréen - où des chiens sont volés ou tués, une enquête à la recherche de culpabilités aux motivations excentriques.



Ivre de femmes et de peintures de Im Kwon-taek
(Chihwaseon) République de Corée, 2002
A l'âge d'or de la culture coréenne, sous la dynastie Chosun, la vie tourmentée d'un illustre artiste graphique de Corée, sur fond de chaos politique et de créativité sensuelle.



La chanteuse de pansori
de Im Kwon-taek
(Seopyeonje) République de Corée, 1993
En Corée, l'un des ultimes virtuoses-baladins du "pansori" (voix et tambour), transmettant ses techniques menacées à deux orphelins. Un tribut nostalgique à un art ancestral en péril.


(ici Beyond the years qui en est la suite)


Camel(s) de Park Kiyong
(Nakta (deul)) République de Corée, 2001
Un couple quadragénaire, ébauchant une relation adultère dans une station balnéaire à la Antonioni. Les dérives de deux solitudes, suivies à la trace par un cinéaste des non dits.



The good lawyer's wife de Im Sang-soo
(Baramnan Gajok) République de Corée, 2003
Un drame familial en demi-teintes - s'ouvrant sur la relation sentimentale entre un adolescent et une danseuse (et épouse trompée) , en dépit de la différence d'âge.



Save the green planet! de Jang Joon-hwan
(Jigureul jikyeora!) République de Corée, 2003
Un excentrique givré et sa copine kidnappent un homme d'affaires, qu'ils soupçonnent d'être un Alien venu détruire la Terre. Le premier film d' un jeune scénariste-réalisateur.



Oldboy de Park Chan-wook
République de Corée, 2003
Un homme kidnappé et séquestré pendant quinze ans, avant que sa libération ne déclenche un terrifiant jeu de piste. Une rare violence fulgurante, qui révéla Park Chan-wook.



Memories of murder de Bong Joon-ho
(Sarineui Chueok) République de Corée, 2003
Deux policiers cherchant à débusquer un insaisisssable serial killer - dans un scénario basé sur le cas réel d'un illuminé, dont les viols meurtriers ont terrifié la Corée dès 1986.



Repatriation de Kim Dong-won
(Songhwan) République démocratique de Corée, 2003
Deux prisonniers politiques nord-coréens, internés dans un camp du Sud pour espionnage pendant trente ans. Un documentaire sur eux - et leurs efforts pour regagner le Nord.




Dasepo Naughty Girls de Lee Je-yong
(Dasepo sonyo) République de Corée, 2006
Basé sur un manga portant sur des événements bizarres dans une école secondaire, le cameraman de Old boy nous livre une nouvelle perle visuelle pleine d'éléments de fantasy et d'humour.



Untold scandal de Lee Je-yong
(Joseon namnyeo sangyeoljisa) République de Corée, 2003
En somptueux costumes d'époque, la transposition inattendue d'un classique français ("Les liaispns dangereuses", de Laclos) dans la Corée répressive du 18ème siècle.



Printemps, été, automne, hiver... et printemps de Kim Ki-duk
(Bom, yeoreum,gaeul, gyeowool, geurigo, bom) Allemagne, 2003
Une rêverie contemplative située autour d'un temple bouddhiste flottant. Malgré son aspect paisible, le film ne manque pas de cette violence psychologique si chère au réalisateur.



Bin-jip (Locataire) de Kim Ki-duk
République de Corée, Japon, 2004
Au cours de ses expéditions, un jeune désœuvré squattant les maisons inhabitées s'éprend d'une épouse malheureuse. Toute l'inventivité insolite du monde de Kim Ki-duk.



Le roi et le clown
de Lee Jun-ik
(Wang-ui namja) République de Corée, 2005
Au 16ème siècle, un clown et son partenaire transexuel, engagés par un tyran puissant, qui tombe amoureux du bel androgyne. Le plus haut box office de tout le cinéma coréen.



The host de Bong Joon-ho
(Gwoemul) République de Corée, 2006
Une famille unie voit la petite-fille de son patriarche enlevée par un féroce monstre marin, surgi de la rivière, et se lance à sa recherche. Le film qui révéla Bong Joon-ho en Europe.



April snow de Hur Jin-ho
(Palwolui Christmas) République de Corée, 1998
Drame au quotidien, à Séoul: un photographe de quartier, atteint d'une maladie incurable, s'éprend d'une jeune cliente - qui va briser ses routines et ses peurs.



The show must go on
de Han Jae-rim
( Uahan segye) République de Corée, 2007
Dans la Corée de la pègre, un gangster de bas étage, va se trouver à la fois en conflit avec des rivaux féroces - et en rupture latente avec épouse et fille.



Secret sunshine de Lee Chang-dong
(Milyang) République de Corée 2007
Une mère veuve et son fils cherchant un nouveau départ dans une bourgade coréenne, avant que la tragédie ne rejoigne la jeune femme (Meilleure actrice à Cannes en 2007).



Dirty carnival de Yu Ha
(Biyeolhan geori) République de Corée, 2006
Un petit truand collectant les dettes pour une mafia de Séoul et voyant ses proches menacés par la triade. Un conflit intérieur à rebondissements, sur fond de rivalités entre clans.



Rêve de désert de Zhang Lu
(Hyazgar) Mongolie, République de Corée, France, 2007
Dans la steppe mongole, une femme nord-coréenne et son jeune fils débarquent chez un homme. Un film épuré sur le désir, la détresse et la perte.




J'y ajoute:

Memento Mori de Kim Tae-yong et Min Kyu-dong (2002)
Paranormal et homosexualité féminine dans un collège sud-coréen. Pas complètement abouti mais une vision onirique intéressante du mal être adolescent.




2 Soeurs de Kim Jee-Woon (2003)
Un des meilleurs films d'épouvante de ces dernières années. Une sorte de drame psychanalytique, très beau visuellement et avec quelques séquences terrifiantes.



Wonderful Days
de Kim Moon-saeng (2004)
Film d'animation graphiquement magnifique mais au scénario un peu décevant.




En DVD: La trilogie Hong Sang Soo:


Psychologie complexe, drames existentiels et amours contrariés décrits en demi-teinte avec subtilité. Un minimalisme parfois rebutant mais qui ménage des moments d'intensité très émouvants. Un grand cinéaste vraiment moderne.

La femme est l'avenir de l'homme
est un des plus réussis.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Sam 20 Déc 2008 - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:23

J'en ai vu quelques uns de pas mal dans tous ces films....Notamment les Kim-Ki Duk et April SNow...Ivre de femmes et de peinture aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:27

J'ai eu un coup de coeur pour April Snow...

ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:29

Notons, notons... à part le film de Kim Ki-duk Printemps, été, automne, hiver... et printemps, qui avait été cerclé ici-même si je me souviens bien, je n'ai rien vu sauf Memories of murder, excellente surprise, j'avais même ouvert un fil avec une critique que je retrouve ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:32

Marie a écrit:
Notons, notons... le film de Kim Ki-duk Printemps, été, automne, hiver... et printemps, qui avait été cerclé ici-même si je me souviens bien,

Un bijou...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:40

Il faut absolument voir Une femme coréenne, Secret Sunshine, April Snow et les Hong Sang Soo.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:43

Marie a écrit:
Notons, notons... à part le film de Kim Ki-duk Printemps, été, automne, hiver... et printemps, qui avait été cerclé ici-même si je me souviens bien, je n'ai rien vu sauf Memories of murder, excellente surprise, j'avais même ouvert un fil avec une critique que je retrouve ici

J'ai un faible pour Locataires. ¨Peut-être par ce que c'est le premier que j'ai vu...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 0:55

Citation :
Une femme coréenne, Secret Sunshine, April Snow et les Hong Sang Soo.
Et Locataires..
Tout est noté!
T'as une idée du nombre de films commandés depuis quelque temps? Non? Vaut mieux...reste le temps..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire
avatar

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 61
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 2:22

Je n'ai jamais regardé un film coréen , Ça manque à ma culture
Mais grâce à ton superbe fil Marko, je vais découvrir les facettes du cinéma Coréen. merci drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 7:42

j'en profite pour mettre un petit lien pour Pourquoi Bodhi-Dharma est-il parti vers l'orient?

très beau film, très sérieux, très réussi. (dans ce que j'ai vu de mieux).

je ne suis pas sur d'en avoir vu un seul dans la liste, après en avoir avalé quelques uns de films coréens il y a... une dizaine d'années (ouch), assez vite décroché parce que c'était difficile de s'y retrouver entre les bons et moins bons et la tendance insupportable au "plus grand film coréen de tous les temps" et quelques autres trucs (un nationalisme un peu trop flatté ou marqué par exemple). Donc un fil à suivre avec curiosité.

pas beaucoup de titres qui me reviennent... une comédie un peu branchouille et sympathique : Ma femme est un gangster (je crois bien qu'il est sorti en france en plus).

Oui, pas que du mauvais mais comment s'y retrouver ?!

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 9:34

Je suis très heureux de trouver ce fil, merci beaucoup, Marko!

Des films présentés j'en ai vu pas mal. J'apprécie énormement le cinéma coréen et il prend dans la liste des meilleurs pays de production de films une place spécial. De cette liste, c'est "Secret Sunshine, Le locataire, Printemps..., Le pansori" que j'ai vu. Le cinéma coréen est souvent d'une beauté de photographie étonannte et ton rapprochement avec un certain cinéma russe est tout à fait justifié.

J'ai séjourné l'année dernière et en ce début d'année pour trois mois en Corée et c'est avec bonheur que je suis allé régulièrement dans les "DVD-ban" (pièce de DVD), où on projette des films libre à choisir pour une à trois personnes!

Quand j'aurai le temps, je vais voir si je trouve encore des notes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 9:50

Merci pour cette présentation Marko,
De tous ceux présentés je n'ai vu que celui-ci:

Citation :
Printemps, été, automne, hiver... et printemps de Kim Ki-duk
(Bom, yeoreum,gaeul, gyeowool, geurigo, bom) Allemagne, 2003
Une rêverie contemplative située autour d'un temple bouddhiste flottant. Malgré son aspect paisible, le film ne manque pas de cette violence psychologique si chère au réalisateur.

Une merveille... April Snow sera mon prochain coréen surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 10:04

J'aime bien les films coréens que j'ai vu, l'impression qu'ils arrivent toujours à insuffler un peu de légèreté même dans des films "graves". Une sorte de décalage poétique (mais pas trop) qui fait sourire.

Par contre, il me faut toujours 15 bonnes minutes pour me faire à leur accent bizarroïde, qui me donne toujours l'impression qu'ils jouent comme des poires.

Vus et à voir (aucune déception !), que des très connus je pense :

L'île, Kim Ki-Duk
Printemps, été, automne, hiver... et printemp, Kim Ki-duk
Locataires, Kim Ki-duk
Oldboy, Park Chan-wook
The host,Bong Joon-ho (ce film est une tuerie!)
2 Soeurs, Kim Jee-Woon

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 10:26

Voici le lien vers le fil Kim Ki-Duk:
ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   Sam 20 Déc 2008 - 11:17

Merci pour ce fil !
"Printemps, été, automne, hiver... et printemp..." de Kim Ki-duk

J'avais adoré !

Pas vu les autres films présentés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un panorama du cinéma coréen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un panorama du cinéma coréen
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Corée du sud
» Orange Cinéma Séries
» Cinéma " Le Normandy " au Havre : Projet de Reprise
» Institut des métiers du Cinéma de Normandie
» La fête du cinéma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio-
Sauter vers: