Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Alexandre Grine [Russie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Alexandre Grine [Russie]   Ven 26 Déc 2008 - 20:53

Alexandre Grine (Alexander Stefanovich Grinevsky)

(1880-1932)

Fils d'un Polonais déporté en sibérie après l'insurrection de 1863 (insurrection de la partie russe de la Pologne qui était alors partagée entre l'Autriche, la Prusse et la Russie).
Ses études finies, Grine vagabonde en Russie. Il est marin, chercheur d'or, ouvrier... et il fait la manche lorsqu'il ne trouve pas de travail.
Après s'être engagé dans l'armée russe, il devient membre du Parti Socialiste Révolutionnaire. Il passe quelque temps en prison pour cause de propagande révolutionnaire.
En 1906, il est arrêté et condamné à passer quatre ans à Tobolsk (capitale historique de la Sibérie, le sol est recouvert de neige 168 jours par an). Il retourne illégalement à Saint Petersbourg, est de nouveau arrêté, et ce coup-ci il est envoyé (avec sa femme) en 1910 dans un petit village près de la Mer Blanche.
En 1912, il retourne à Saint-Petersbourg. Il divorce.
Avant la Révolution d'Octobre, Grine avait publié essentiellement des nouvelles. Ses oeuvres de dimensions plus importantes seront écrites après.
Il acquiert une certaine popularité dans la première moitié des années 1920. Il se remarie en 1921, et en 1924 s'en va vivre à Feodossia (en Crimée). Un climat plus agréable...
Les oeuvres de Grine, très éloignées du réalisme quotidien, ne s'accordent avec la ligne officielle. Il n'est plus publié après 1929. C'est la misère. Alcoolisme, tuberculose... C'est finalement un cancer de l'estomac qui l'emporte.
Grine a été réhabilité en 1956.

Parmi les sources : la page en anglais de Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Alexander_Grin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   Ven 26 Déc 2008 - 20:53

Les Voiles écarlates (1920-1921). Féerie traduite du russe par Paul Lequesne. Editions l'Age d'Homme. 126 pages.

Longren, un marin, revient chez lui, après une longue absence. Comme à chaque fois, il est impatient de revoir sa femme, d'autant qu'elle a dû donner naissance à un enfant.
Mais sa femme est morte en couches, victime de la pauvreté. Il reste à terre définitivement pour se consacrer à l'éducation de sa fille.
Le père et la fille sont mis à l'écart du reste du village, pour une raison qu'il ne serait pas gentil pour le lecteur de raconter ici.
La fille, Assol, se nourrit des histoires que lui raconte son papa.

Citation :
"C'est alors qu'apparaissaient le chat-tigre, annonciateur de naufrage, le poisson-volant qui parle, auquel il ne faisait pas bon de désobéir sous peine de perdre sa route, le Hollandais Volant et son équipage de forcenés, les présages, les fantômes, les sirènes et les pirates, en un mot toutes les fables qui occupent le loisir du marin quand le temps est au calme plat ou qu'il trinque dans son cabaret favori. Londgren parlait également des victimes des naufrages, des hommes retournés à l'état sauvage, qui avaient désappris à parler, des trésors secrets, des mutineries de forçats et de bien d'autres sujets encore que la fillette écoutait avec plus d'attention peut-être qu'on en montra en entendant pour la première fois le récit que fit Colomb de la découverte d'un nouveau continent. « Allez, raconte encore » demandait Assol lorsque Longren venait à se taire , soudain absorbé dans ses pensées, puis elle s'endormait contre lui, la tête emplie de rêves prodigieux." (pages 31-32).

Une très jolie histoire, en suspension dans le temps et l'espace (on ne sait pas dans quel pays elle se déroule, ni vraiment quand). Un texte vraiment très bien écrit.
Un aspect de la féerie fera penser à Une Histoire Immortelle (de Karen Blixen)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Alexandre Grine   Ven 26 Déc 2008 - 21:03

J'en ai parlé sur ce forum et en bien... Un bien joli conte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   Ven 26 Déc 2008 - 21:19

bix229 a écrit:
J'en ai parlé sur ce forum et en bien... Un bien joli conte !
Oui !
Je ne sais pas ce que vaut le reste de sa production...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Alexandre Grine   Ven 26 Déc 2008 - 22:23

Moi non plus. Mais apparemment c'est une veine poétique et romanesque

unique en Russie, soviétique ou non...

J'ai dans ma bibliothque Ecuyère des vagues que je lirai un jour.

Mais peut etre que Tom Leo le connait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   Ven 26 Déc 2008 - 22:54

Là, je dois renoncer... Non, je ne connais pas cet auteur.

Mais je ne cesse de m'étonner du reservoir inépuisable d'écrivains russes (et/ou soviétiques...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Alexandre Grine   Ven 26 Déc 2008 - 23:09

Oui, Tom Leo, stupéfiant !

On peut se demander quelle aurait été la production artistique sans le stalinisme...
Je pensais simplement à la musique. Ou au théatre : Stanilavski, Meyerhold...
Mais quand meme surtout, la poésie, le roman...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   Ven 26 Déc 2008 - 23:21

bix229 a écrit:
Oui, Tom Leo, stupéfiant !
On peut se demander quelle aurait été la production artistique sans le stalinisme...

Cela serait digne d'un échange d'idées, car moi, je me demande bien, si des Russes aurait été si prolifiques SANS le stalinisme, voir le tsarisme etc., etc. Est-ce qu'il est possible de s'imaginer qu'une certaine "ménace", certaines difficultés ont fait que certains ont affiné un sens pour le beau, la satire, la poèsie, l'allusion etc... - bref pour un monde intérieur, artistique?!

(J'espère de ne pas être mal compris que je veux justifier le stalinisme! Mais pour moi c'est un léçon que même dans ces conditions-là, des hommes et des femmes furent capables de nous donner le meilleur!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Alexandre Grine   Ven 26 Déc 2008 - 23:34

Non, non, je comprends tout à fait ce que tu veux dire...
Mais quand la contrainte aboutit à la censure -Boulgakov... - à l'auto censure, au silence forcé, à l'emprisonnement ou à l'exécution pure et simple - Mandelstam..., c'est vraiment trop...

Mais, il y a du vrai aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   Mar 5 Nov 2013 - 21:49

  


- L'Attrapeur de rats (Крысолов, je suppose ; 1924). Traduit du russe par Paul Castaing en 1972. Editions l'Age d'Homme. 75 pages. Cet ouvrage vient d'être réédité.
Nous sommes en 1920, à Petrograd (ville qui sera bientôt Léningrad, et beaucoup plus tard de nouveau Saint-Petersbourg).
Le narrateur tente de vendre des livres pour survivre.
Citation :
"Le froid et la neige fondante qui tournoyait au-dessus de la foule, formant au loin des nuages de blanches étincelles donnaient au tableau un aspect détestable. L'épuisement et les morsures du froid irradiaient chaque visage. La chance ne me souriait pas. Je traînais depuis plus de deux heures, et trois personnes seulement m'avaient demandé mon prix pour les bouquins, et encore avaient-elles trouvé qu'il était exorbitant d'exiger en échange cinq livres de pain. Cependant la nuit commençait à tomber - circonstance au plus haut point défavorable à la vente des livres." (pages 10-11).
Il y a une forte composante autobiographique, d'autant plus que Grine a contracté le typhus en 1920... comme le narrateur. En vrai, Gorki lui a ensuite trouvé un hébergement. Le narrateur va en trouver un, et c'est alors que commence vraiment son étrange aventure.
Il se retrouve dans une bâtisse immense, désertée, qui avait servi auparavant à l'administration. Il y a du papier partout.
Citation :
"Dans certaines salles, dès le seuil, on enfonçait jusqu'aux genoux dans cette paperasse chancelante. [...] L'inondation blanchâtre progressait de parquet en parquet aimantée par les cascades des armoires béantes ; elle emplissait les recoins. Par endroits c'étaient comme des talus ou des champs défoncés. Les bloc-notes, les formulaires, les livres de comptes, les étiquettes, les colonnes de chiffres, les textes imprimés ou manuscrits, tout le contenu de mille armoires éventrées s'étalait au regard et les yeux papillotaient, offensés par l'intensité de la sensation." (page 24).
Trouver un abri, c'est bien, mais la faim tenaille. Quel bonheur lorsque l'on trouve de quoi manger !
Citation :
"Qu'on ne me dise pas que les sentiments liés à la nourriture sont vils, que l'appétit ramène l'homme au niveau des batraciens. Dans des minutes comme celles que je vivais, on se sent pousser des ailes et la joie n'est pas moins lumineuse que celle que procure le spectacle de l'aurore au sommet d'une montagne." (page 35).
Tout au long du texte, on sent qu'il y a un fort "vécu".

Des événements bien étranges vont survenir...

Dans son introduction (comme d'habitude, à lire après la longue nouvelle qui constitue le livre), Paul Castaing, le traducteur, écrit : "L'épilogue, tout en allusions, en clins d'oeil au lecteur, en phrases inachevées [...] laisse perplexe sur le sens profond du récit. Que signifie ce délire visionnaire ? Quel symbolisme se cache donc sous cette diablerie ?" (page 9).


La nouvelle n'est pas mauvaise (quand on aime lire les histoires cauchemardesques à la logique vacillante), mais ce symbolisme obscur est un peu la limite du texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexandre Grine [Russie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Grine [Russie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» Sanvic - Rue Alexandre
» L’expo Russie Viking au musée de Normandie à Caen
» la prise d'otages de Beslan ( fédération de Russie )
» Trafic routier au pays de la vodka (Russie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: