Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Heinrich Böll [Allemagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Heinrich Böll [Allemagne]   Jeu 1 Jan 2009 - 11:23

Parce qu'il n'y a pas d'heure (ni de jour) pour ouvrir un fil...! Very Happy



Heinrich Böll est né en 1917 à Cologne et mort en 1985.
Après avoir obtenu son diplôme, il est incorporé dans l'armée. Après la guerre, il est libéré de son camp de prisonniers américain et peut se consacrer à la carrière littéraire. On lui doit notamment "Le Train était à l'heure" (1949), "Portrait de groupe avec dame" (considéré comme son chef-d'oeuvre, 1971) et "L'Honneur perdu de Katharina Blum" (1974). Il obtient le prix Nobel de Littérature en 1972 pour sa contribution au renouveau de la littérature allemande. A travers ses livres, Böll trace un portrait de l'Allemagne moderne, n'hésitant pas à montrer l'absurdité de la guerre et la déshumanisation de l'individu. Catholique non conformiste, Heinrich Böll intervient souvent publiquement pour défendre les droits de l'homme et la cause de la paix.
(source : http://christelle.astier.free.fr/)

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Jeu 1 Jan 2009 - 11:36

A vrai dire, je ne sais plus tellement pour quelle(s) raison(s) je me suis lancée dans la lecture de Der Zug war pünktlich ; j'avais envie d'essayer une lecture en allemand qui ne soit pas trop difficile du point de vue de la langue,et puis je suis tombée sur ce livre par hasard à la BU.
Je connaissais le nom de Böll puisqu'il fut l'un des écrivains du groupe de la Trummerliteratur (littérature des ruines). Le bref roman (ou la courte nouvelle, au choix) nous présente le personnage d'Andréas, jeune homme de 24 ans, obligé de rejoindre le front, en Pologne, en cette année 1943. Le récit est intéressant du point de vue de la narration, puisqu'il passe tour à tour par le monologue intérieur (le lecteur est mêlé aux réflexions du personnage, qui répète, comme un poignant cri pour la survie, "je ne veux pas mourir" (ich will nicht sterben), tantôt par les échanges qu'à Andréas avec le monde extérieur, entre autres deux soldats. Malgré ces contacts avec le réel, le récit ne semble pas s'ancrer dans cette réalité, ce que Andréas répète d'ailleurs souvent : suis-je vraiment dans ce train? Ce "bientôt" qui ne cesse de se rapprocher, qui le taraude, ne tarde pas non plus à angoisser le lecteur, et ne fait que renforcer cette absurdité de la guerre.

Andréas rencontrera une jeune prostituée, et c'est à mon sens le passage le plus émouvant du livre, car il place la musique en son centre : la jeune femme a fait de la musique dans sa jeunesse (du piano), Andrés en a fait également, ce qui permet aux deux "pauvres créatures", finalement toutes les deux rejetées, chacune à leur façon, de la vie et de la société, de se retrouver, et de laisser aller leur tristese. Ollina, suite à cette rencontre, tentera de l'aider à fuir ...et je ne vous raconte pas la fin;)
Je suis sans doute un peu confuse dans mes propos mais vraiment, cette nouvelle est très belle, le style est sobre au début, puis, lors de l'entrevue avec la prostituée, il devient plus vif, ce qui correspond aussi bien sûr au désespoir d'Andréa, désespoir qu'il laissera aller en entendant, peut-être pour la dernière fois, la musique de Schubert jouée par Ollina...

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Dim 4 Jan 2009 - 15:57

Du moment que tu as ouvert ce fil, je me suis demandée ce que je ressens envers les lectures faites de cet auteur.
Comme adolescente j’aimais bien et j’en ai lu pas mal.
Je vais retenir surtout L'honneur perdu de Katharina Blum et Ansichten eines Clowns (Les avis d’un Clown, mais pas sûre s’il est traduit ??).

Mais est-ce que cet auteur a encore aujourd’hui un message ?
J’en ai parlé avec mon amie hier et elle a trouvé le 'mot magique’ : Böll est en fait un témoin de son époque.
En ce qui concerne les années après guerre en Allemagne, je ne peux naturellement pas parler, mais ce qui en est des années de terreur du groupe terroriste de l’armé rouge pendant les années 70, j’en ai vu les nouvelles tous les soirs à la télé, j’y « étais ».
Böll est parti protester à un moment donné que moi aussi je me suis retrouvée dans la rue pour protester contre les centrales nucléaires, l’armement de l’Europe de l’Ouest.. et donc, il m’était sympa, je me retrouvais dans ce qu’il écrivait.
Aujourd’hui pour moi tout cela est un peu trop loin, ses capacités littéraires n’étaient jamais hors norme..
Mais comme je dis – étant très bon témoin, des gens qui recherchent en lecture des idées ce qui se passait en Allemagne lors des années 1950 à 1980.. oui.. il a probablement encore des messages à communiquer..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Dim 4 Jan 2009 - 22:27

Témoin d'un époque - c'est sûr. Et peut-être pas le plus grand magicien des mots. Mais l'époque qui me parlait beaucoup, c'était justement ces courtes nouvelles de l'après-guerre immédiat. Il trouva une façon si simple, humain de raconter la vie d'un soldat simple, d'un blessé de guerre... Est-ce que c'est vraiment si loin? Peut-être! Mais il nous faudrait - à mon avis - garder en mémoire ces époques. Par ailleurs, AUJOURD'HUI même des gens sont en train de vivre presque les mêmes choses.
Avec ces courtes histoires des années 40 et 50 on pourrait les comprendre et trouver notre vécu commun. Malheureusement il me semble qu'en français on ne trouve pas énormement de cette période, juste peut-être "eloignement de la troupe"...

Peut-être que Heinrich Böll s'est un peu pas durci, mais chagriné decertains développement dans les années 60 et 70. Son engagement était bon, et quelques fois mal vu. Mais un ton plus grand d'amertume se glissait dans ses écrits (selon mon avis).

Il vivait à une dizaine de kilomètres de chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Dim 4 Jan 2009 - 22:33

Tiens justement, j'ai repêché dans mes vieux poches Portrait de groupe avec dame, une épais (500p) roman que j'avais trouvé fascinant quand j'étais ado mais dont je ne me rappelle presque plus rien (à part qu'il s'agissait d'une sorte d'enquête). Je suis curieuse de voir ce qu'une relecture va donner.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Dim 4 Jan 2009 - 22:37

tom léo a écrit:
Témoin d'un époque - c'est sûr. Et peut-être pas le plus grand magicien des mots. Mais l'époque qui me parlait beaucoup, c'était justement ces courtes nouvelles de l'après-guerre immédiat. Il trouva une façon si simple, humain de raconter la vie d'un soldat simple, d'un blessé de guerre... Est-ce que c'est vraiment si loin? Peut-être! Mais il nous faudrait - à mon avis - garder en mémoire ces époques. Par ailleurs, AUJOURD'HUI même des gens sont en train de vivre presque les mêmes choses.
oui.. d'accord avec toi - et je lui souhaite de nouveaux lecteurs..
Contrairement à Nezumi je ne ressens pas l'envie de le relire.. mais je lui souhaiterai des lecteurs parfumés Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Lun 5 Jan 2009 - 13:33

avec peut être au départ une légère incompréhension entre nous (pas sur ?) j'évoquais avec tom en mp le sujet des romans sur l'après-guerre ou immédiate après-guerre. je reprends ici, bien qu'un peu hors sujet, pour... des pistes, des idées ?

dans le peu que j'ai lu sur cette période j'ai pensé à Modiano dont les personnages aux contours flous sont à cheval entre la guerre/l'occupation et l'après-guerre et plus ou moins en marge de la légalité. Toujours éloigné des gens "comme vous et moi", s'attardant sur les milieux criminels il y a José Giovanni (qui lui a pu le raconter d'une expérience directe) qui dans son autobiographie et ses romans nous raconte des actions et réinsertions diverses de bons, de méchants ou de ni l'un ni l'autre et par la même occasion des formes de mutations sociales.

(ces remarques concernes la France... et je suppose que de nombreux auteurs un peu oubliés aujourd'hui ont pu abordé le sujet. Pour l'Allemagne je pense au Liseur mais lui aussi point de vue extérieur).

Peut être à cause de ma jeunesse, et du fait que la vision de cette période est très scolaire, je ressens une sorte de manque, d'éclaircissement... de réalité ? parce qu'aujourd'hui n'est que la suite d'hier qui est un assemblage toufu de beaucoup de causes en partie effacée dans une simplificiation ou un silence peu définis.

question plus propre au fil, du coup vous me conseillez quoi du bonhomme ? cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Lun 5 Jan 2009 - 15:57

animal a écrit:
Pour l'Allemagne je pense au Liseur mais lui aussi point de vue extérieur
il te faut d'autres auteurs pour te raconter l'Allemagne en mieux que cet auteur Wink


En ce qui concerne Heinrich Böll je te propose

Rentrez chez vous, Borger! (Und sagte kein einziges Wort)
Se situe dans les années 50 et je dirais que c’est LE roman de Böll qu’il faudrait lire concernant les années après-guerre en Allemagne

Les deux sacrements (Billard um halb zehn)
Retrace le chemin d’une famille de 1907 à 1957. Impressionnant sur le point de vue des ‘coupables’ et des ‘innocents’

La grimace (Ansichten eines Clowns)
Se situe dans les années 50 et on pourrait dire que le sujet principal est l’idée de l’auteur sur la double morale de l’église catholique

La mort de Lohengrin (Wanderer, kommst du nach Spa...)
25 nouvelles, écrit entre 1947 et 1950 et qui ont pour sujet aussi bien la guerre que les années après la guerre. Impressionnant. Il devient le porte parole de cette génération qui ne veut pas oublier mais assumer le passé de son pays.


Tom va peut être aussi pouvoir te donner d'autres titres..
conciliabule Tom, en ce qui concerne traduction - wikipedia.fr est bien fourni avec une liste de ses livres - titres en français et allemand Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Lun 5 Jan 2009 - 18:02

Je ne suis pas sûr maintenant d'avoir complétement saisi la question d'Animal (malgré notre MP - pardon!).
Contrairement (?) au Liseur (me semble-t-il) Böll se retrouve dans les écrits des années 40 et 50 pas tellement dans les discussions d'une culpabilité (même s'il est certainement très clair dans ses opinions!), mais selon moi avant tout dans une perspective de descriptions de destins, de vies de gens simples, pendant et après la guerre. Ceci avec une simplicité et humanité qui m'ont profondement marqué! Cette vue avait et a quelque chose d'universel et qui aurait pu suscité une forme d'empathie avec des gens souffrant de la guerre et ses conséquences, donc aussi en Allemagne. (Sur un autre fil apparaissait la même question chez Stig Dagerman et "L'automne allemand").

Je n'avais pas vu, à la va vite sur Amazon hier soir, qu'il y a alors tellement des traductions de lui dispos en français! Merci, Kenavo!

Parmi les titres cités par Kenavo je souligne, moi:

kenavo a écrit:

La mort de Lohengrin (Wanderer, kommst du nach Spa...)
25 nouvelles, écrit entre 1947 et 1950 et qui ont pour sujet aussi bien la guerre que les années après la guerre. Impressionnant. Il devient le porte parole de cette génération qui ne veut pas oublier mais assumer le passé de son pays.

C'est le livre que j'aime le plus de lui... Avec la nouvelle qui donna le titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mar 17 Fév 2009 - 10:07

je reprends vos mots pour La mort de Lohengrin

tom leo a écrit:
Témoin d'un époque - c'est sûr. Et peut-être pas le plus grand magicien des mots. Mais l'époque qui me parlait beaucoup, c'était justement ces courtes nouvelles de l'après-guerre immédiat. Il trouva une façon si simple, humain de raconter la vie d'un soldat simple, d'un blessé de guerre... Est-ce que c'est vraiment si loin? Peut-être! Mais il nous faudrait - à mon avis - garder en mémoire ces époques. Par ailleurs, AUJOURD'HUI même des gens sont en train de vivre presque les mêmes choses.
Avec ces courtes histoires des années 40 et 50 on pourrait les comprendre et trouver notre vécu commun.
sa façon de s'accrocher et d'abandonner le peu qu'il reste ça restera sans doute toujours d'actualité.


kenavo a écrit:
La mort de Lohengrin (Wanderer, kommst du nach Spa...)
25 nouvelles, écrit entre 1947 et 1950 et qui ont pour sujet aussi bien la guerre que les années après la guerre. Impressionnant. Il devient le porte parole de cette génération qui ne veut pas oublier mais assumer le passé de son pays.
des regards de témoins tristes. On sent une fracture, celle de la guerre, un avant et un après et une tristesse abyssale.

ça se lit très bien, parfois avec un vague sourire (triste), ça fait penser aux générations précédentes et ça dessine un peu de l'univers de nos voisins (géographiques) qu'on (je en tout cas) connait toujours aussi mal (à part les légions de tdi sur les routes). Intéressant, plaisant, touchant ... parfois déchirant, il y a d'authentiques beaux passages. La nouvelle Il y eut un soir et un matin m'a beaucoup plue.

le début de La mort de Lohengrin :

Citation :
Pour monter l'escalier, les deux hommes qui portaient la civière ralentirent le pas. Ils étaient furieux, voilà une heure qu'ils étaient de service et ils n'avaient pas même eu droit à une cigarette. D'ailleurs, l'un des deux était chauffeur et n'aurait pas dû servir de porteur. Mais à l'hôpital il n'y avait plus assez de personnel et ils ne pouvaient tout de même pas laisser ce gosse dans l'ambulance ! Il fallait encore transporter un cas urgent d congestion pulmonaire et un amputé qui venait de se suicider. Furieux, les porteurs reprirent soudain leur allure primitive. L'entrée n'était que faiblement éclairée, et bien entendu, cela sentait l'hôpital.
- Après tout, pourquoi l'a-t-on amputé ? bougonna l'un des deux en parlant du suicidé, et l'autre, celui de devant approuva :
- Tu as raison, pourquoi après tout ?
En se retournant, il heurta la porte. Le blessé se réveilla et poussa des cris stridents, des cris épouvantables, des cris d'enfant.

(peut être un autre petit extrait plus tard !)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mer 18 Fév 2009 - 17:46

Animal, je suivrai avec beaucoup d'intérêt tes impressions! Ce livre m'est très cher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mer 18 Fév 2009 - 20:46

je ne sais pas trop quoi ajouter sur ces nouvelles ! j'aime beaucoup ce type de contemplatif qui n'en donne pas trop, qui esquisse... on devine beaucoup, d'états, de situations, de "moments". Il a l'air de faire partie de ceux qui savent ne pas trop en donner (ou imposer en fait).

un extrait de la nouvelle citée plus haut Il y eut un soir et un matin (que j'espère soigneusement ne pas oublier)

Citation :
Il aimait par dessus tout cette heure, avant le moment où il s'endormait. Mais depuis qu'Anna ne lui parlait plus, son mutisme pesait sur lui comme un poids. N'eût-elle dit que : "Il fait plus froid... " ou : "Il va pleuvoir... ", il aurait été délivré... N'eût-elle dit que : "Oui, oui" ou : "Non, non", n'importe quoi de bien plus bête encore que ça, il aurait été heureux et la pensée du retour à la maison n'aurait plus été redoutable. Mais depuis longtemps son visage était comme de pierre et en ces moments il savait soudain quel aspect elle aurait lorsqu'elle serait une vieille femme; il eut peur, se vit tout à coup projeté trente ans en avant, dans l'avenir, comme dans une plaine de pierre ; il se vit aussi, vieux, avec un visage comme en ont les hommes qu'il connaissait : ridé par l'amertume, crispé de douleur rentreé et légèrement teinté de bile jusqu'aux ailes du nez ; des masques semés dans la vie quotidienne, comme des têtes de morts...
Parfois aussi, bien qu'il ne la connût que depuis trois ans, il avait su quel air elle avait eu lorsqu'elle était petite fille ; il la voyait, fillette de dix ans, rêvant sur un livre, à la clarté d'une lampe, grave, les yeux sombres sous les cils clairs, clignotant sur sa lecture, buoche ouverte... Souvent, quand pendant le repas il était assis en face d'elle, le visage d'Anna se transformait comme ces images qui se transforment quand on les secoue, et il savait soudain qu'étant enfant, déjà elle avait été assise ainsi, qu'elle avait coupé précautionneusement les pommes de terre en petits morceaux avec sa fourchette et lentement fait goutter la sauce par dessus...


je tâcherai de mettre une patte un de ces quatre sur Rentrez chez vous, Borger!

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.


Dernière édition par animal le Mer 18 Fév 2009 - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mer 18 Fév 2009 - 22:54

animal a écrit:
je ne sais pas trop quoi ajouter sur ces nouvelles ! ]

Non? Pourtant ce que tu vas écrire et citer et magnifique! Merci beaucoup! Un enrichissement pour moi, cette lecture de toi!

animal a écrit:

j'aime beaucoup ce type de contemplatif qui n'en donne pas trop, qui esquisse... on devine beaucoup, d'états, de situations, de "moments". Il a l'air de faire partie de ceux qui savent ne pas trop en donner (ou imposer en fait).]

et l'extrait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mer 18 Fév 2009 - 22:58

arf, ça me fait plaisir.

Citation :
Un enrichissement pour moi, cette lecture de toi!

c'est pour ça qu'on est là ! ... sans vous je l'aurai peut être lu quand même... mais quand ? par quel chemin, après combien ... d'années ?

singe

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   Mer 16 Mar 2011 - 22:37

Le silence de l'ange

Un homme entre dans un hôpital dévasté, il est affamé. il recherche une femme. C'est un déserteur de retour dans une grande ville allemande, la fin de la guerre est très proche. Puis la guerre se termine...

Son histoire, celle d'une jeune femme, un prêtre, une autre femme, un bonhomme qui fait des affaires... une galerie assez ramassée et qui se rencontre au travers de hasards un peu brusque dus semble-t-il en partie au côté non finalisé de ce livre. Les relations et les contrastes y gagnent encore en mystère.

Les points de vue alterne mais le déroulement est majoritairement chronologique. On est rapidement pris dans un monde très sensitif (comme on retrouve en fait ? chez des auteurs comme Stifter ou Musil pour le peu que j'en connais). L'impression est à la fois très concrète et un début d'abstraction. Une lassitude infinie et de multiples expressions de la faim habitent les personnages qui se coupent, sont coupés de leurs semblables et un peu d'eux-mêmes. De longues phases de silence, une sorte de convalescence aveugle et terrible. Leur état et leur monde de ruines mais quotidiens se superposent et ainsi une réalité plus large se diffuse.

Les considérations matérielles sont naturellement nombreuses mais ne prennent pas le pas sur l'aspect humain dans lequel se recroisent l'avant et l'après, avec quelque chose d'une mécanique vaine et irrationnelle. Alors apparaissent de grands moments de beauté et d'incertitude dans la cohabitation des êtres qui se redécouvrent et se réapprennent. Des histoires en silences et en impressions d'une beauté glissante... une lumière immédiate et vers laquelle semble se tourner la construction du livre. Le "final", plus sombre apparait alors plus complexe.

Très très beau livre qui exprime à la fois une très dure réalité (sur plusieurs niveaux) et un choix moral en somme. Il arrive assez parfaitement à démontrer un oubli de l'individualité dans une manière de sensualité sublimée. Un entre deux entre deux états opposés, sublimation ?

Il y a des passages qui peuvent à juste titre approcher le malaise, l'ensemble restant réconfortant par ses qualités.

Je recommande...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heinrich Böll [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heinrich Böll [Allemagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» vedette MBOOT (Allemagne)
» L'Allemagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: