Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Michèle Sales

Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeJeu 1 Jan 2009 - 17:37

Michèle Sales Arton110

Née en région parisienne en 1947, Michèle Sales vit près de Bordeaux depuis 1970 et continue de s’y promener en touriste.
Elle exerce plusieurs métiers avant de devenir bibliothécaire en 1990.
Elle est recrutée pour une mission de développement de la lecture et de la culture dans les prisons d’Aquitaine. De cette expérience sont issues les missions régionales qui existent aujourd’hui encore en France.
Elle a rencontré beaucoup de gens vivant ou intervenant en prison : détenus, surveillants, travailleurs sociaux, et aussi bibliothécaires, comédiens, musiciens, cinéastes, plasticiens, écrivains, qu’elle incite à exercer là aussi leur art ou leur métier.
De ces rencontres, les plus fortes ont été celles avec les écrivains.
Son premier livre, issu de cette expérience, La Grande Maison, a été publié aux éditions du Rouergue en janvier 2002.
Elle anime des ateliers d’écriture et a fait partie du comité de rédaction de www.remue.net(vaut le détour!!), site littéraire fondé par François Bon, puis animé par un collectif.

Source: Editeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeJeu 1 Jan 2009 - 17:38

Michèle Sales Ab143
Avenue de la mer

Citation :
Les présentations des éditeurs
Paul et elle. Un été au bord de la mer, de la Manche. Juste un flirt ou la naissance de l'amour, la naissance de l'autre dans le coeur...
Un été, une surprise : ce qu'on partage, que l'on ne savait pas encore partageable.
Un été, l'expérience de la perte. De l'écriture pour plus tard, de la lecture pour toujours.
Et Marguerite Duras aux Roches Noires, avec ses héroïnes qui ont tout oublié, qui ont tout fait comme si, et qu'un jour le passé rattrape.
Avenue de la mer.
C'est ici que les histoires commencent à ressurgir d'avoir trop regardé avec elle ce bleu derrière une vitre.

Un tel titre ne pouvait pas m’échapper. Et la couverture avec Marguerite Duras ajoutait ce qu’il a fallu que je voulais lire ce livre.
Et s’il n’aurait pas suffit, en plus il y a eu ce commentaire :

Citation :
Court texte d'un peu plus de 100 pages sur la mémoire et les souvenirs autour de la mer (la vraie celle qui vient, qui repart, qui revient ?), des plages, du sable et du vent avec l'ombre géante de Marguerite Duras qui plane. L'aventure d'un été que l'on oublie ou plutôt que l'on croit oublier, mais qui s'incruste, s'imprime, reste en embuscade et qui, un jour, une fois la jeunesse et le temps passés, comme une marée à rythme lent, ressurgit - avec un nouvel éclairage, une nouvelle lumière qui permet de l'appréhender différemment. L'écriture est poétique, délicate, parfois lancinante, soulève questionnement dans la douceur. Premier livre d'une nouvelle collection Alter & Ego à découvrir absolument.
Max Buvry
Source: ICI

Ce livre est un ‘dialogue’ avec la mer, les étés passés en Normandie, Marguerite Duras et l’adolescente qu'était probablement l'auteure même, perdue quelque part au cours des années..

Ce n’est pas votre mer, Marguerite. Vous ne voulez même pas l’appeler par son nom, Manche, Manche, un nom bête et un peu trop quotidien, alors vous dites Atlantique, le grand océan , et ses lointains, Manche, moi ça me convient, cette mer de tous les jours, manche pour s’essuyer les yeux et le nez, tablier des jours de semaine, la mer des gens simples. Vous, vous ne pouvez pas l’aimer pareil. Et la Normandie vous savez ? Cette terre de blé et de prairies épaisses, les fermes, les fumés, la boue, le lait. Ces terres juste derrière, quand on n’en peut plus de la pluie et de l’herbe on vient sur la côte, c’est un autre pays, le sable est sec, le ciel se dégage avec la marée.

Une ‘conversation’ qui reste muet d’un côté.. mais qui reste intéressante…

C’est maintenant que je me rends compte. On a vu, vous et moi, en même temps et pendant longtemps la même mer, les mêmes plages, les mêmes ciels, les mêmes mouettes, ou d’autres, parfaitement semblables.
Vous auriez pu me voir comme un de ces enfants à parents en voiture qui passaient sur la route vers Honfleur, qui visitaient tremblants ou indifférents, les grands cimetières américains, anglais, canadiens. Vous auriez pu me voir grandir, d’été en été, il y en eut de très beaux, et de très mauvais, pourris, on dit étés pourris.
Nous ne nous sommes probablement jamais rencontrées. Simplement ce que vos yeux voyaient, les miens plus jeunes s’en sont imprégnés. Ce que je retrouve dans vos textes ce sont nos ciels, notre lumière, notre sable, notre mer, et je croyais que tout ça ne pouvait être qu’à moi.


Mais il n’y a pas seulement Marguerite Duras, il y a ce garçon, connaissance d’un été.. et puis revenir sur ces plages avec les propres enfants, les voir grandir comme elle-même a grandi pendant ces étés..

Et j’ai retrouvé en dehors de beaucoup de jolies phrases, de bons moments de lecture, de belles impressions de la mer un souvenir d’enfant

Le sucre coulé brûlant dans les coquilles vides, on appelle ça des roudoudous.

J’en ai dévorés lors de mes séjours auprès de la mer… et j’ai dévoré ce livre qui m’a donné envie de me plonger dans les romans de Marguerite Duras, de suivre cette auteure et cette maison d’édition

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeJeu 1 Jan 2009 - 23:20

kenavo a écrit:
Michèle Sales Ab143
Avenue de la mer

… et j’ai dévoré ce livre qui m’a donné envie de me plonger dans les romans de Marguerite Duras, de suivre cette auteure et cette maison d’édition

Plonge Kenavo dans l'oeuvre de Marguerite Duras!...
Et moi j'ai un peu envie de plonger dans ce livre-là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 2 Jan 2009 - 11:11

coline a écrit:
Plonge Kenavo dans l'oeuvre de Marguerite Duras!...
je connais déjà quelques uns.. mais j'ai surtout envie de découvrir Un Barrage contre le Pacifique avant qu'il ne sort au cinéma.. Very Happy


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Jeu 1 Sep 2011 - 8:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 30 Jan 2009 - 13:22

AVENUE DE LA MER

Parce que le souvenir qu’elle souhaite évoquer a eu lieu à Trouville, au pied des Roches Noires, de la maison de Marguerite Duras, Michèle Sales choisit de le raconter « à la manière de… »

Si c’est un exercice de style, on peut le dire réussi. Mais il a provoqué en moi (trop amatrice de Duras) un agacement. Dès les premières lignes. Je n’aime pas les imitations, aussi virtuoses soient-elles.

Michèle Sales met un temps infini à planter le décor avant d’en arriver à l’essentiel. Et c’est pendant tout ce temps que l’imitation se fait trop visible, omniprésente.

Des accents plus personnels arrivent toutefois lorsqu’elle évoque enfin l’essentiel, le propos de son roman. Une histoire d’amour d’été adolescent achevé dans un drame.
C’est dans l’évocation de ce souvenir qui revient en mémoire de la narratrice devenue femme et mère, longtemps après, que le livre prend sa valeur…C’est ce passage qui m’a plu.
J’ai regretté que jusque-là le style ait été si visible qu’il a gommé pour moi tout le reste.

Je crois qu’il vaut mieux ne pas trop connaître et vénérer Duras pour apprécier ce livre qui se veut pourtant, c’est certain, un hommage…Et qui, si l’on ne compare pas, peut sans aucun doute séduire…

(Merci Kenavo de m'avoir permis de découvrir ce roman!... bisous J'aurais voulu avoir un avis plus enthousiaste mais je veux absolument rester sincère dans mes commentaires.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 30 Jan 2009 - 13:38

coline a écrit:
Si c’est un exercice de style, on peut le dire réussi. Mais il a provoqué en moi (trop amatrice de Duras) un agacement. Dès les premières lignes. Je n’aime pas les imitations, aussi virtuoses soient-elles.
C'était le risque à prendre et je me doutais qu'il n’allait pas te plaire.. je n'ai pas encore lu autant de Duras.. j'ai encore pu apprécier cet exercice de style Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 30 Jan 2009 - 13:49

kenavo a écrit:
coline a écrit:
Si c’est un exercice de style, on peut le dire réussi. Mais il a provoqué en moi (trop amatrice de Duras) un agacement. Dès les premières lignes. Je n’aime pas les imitations, aussi virtuoses soient-elles.
C'était le risque à prendre et je me doutais qu'il n’allait pas te plaire.. je n'ai pas encore lu autant de Duras.. j'ai encore pu apprécier cet exercice de style Wink

Sincèrement...je crois qu'il peut justement plaire à un lecteur pas trop amateur de Duras...

Ce qui m'intéresserait, c'est de savoir si quelqu'un qui l'aime comme moi (j'ai vraiment sa "musique" dans la tête, je m'en suis imprégniée avec délice pendant toute une année) peut aimer ce texte ou aurait la même réaction que celle que j'ai eue...

J'aimerais aussi savoir comment écrit Michèle Sales quand elle n'imite pas Duras.
Elle fait partie de l'équipe (élite) de Remue.net, ce n'est certainement pas n'importe qui...

Merci encore Kenavo...de me donner l'occasion de me poser toutes ces questions... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 30 Jan 2009 - 14:42

coline a écrit:
Ce qui m'intéresserait, c'est de savoir si quelqu'un qui l'aime comme moi (j'ai vraiment sa "musique" dans la tête, je m'en suis imprégniée avec délice pendant toute une année) peut aimer ce texte ou aurait la même réaction que celle que j'ai eue...
je peux tout à fait te comprendre et comme toi, je suis certaine qu'on ne peut probablement pas avoir le même plaisir pour ce texte quand on connait trop de "l'original" Wink
et comme tu le dis - curieuse de savoir pour d'autres textes de Michèle Sales... je vais la garder à l'oeil Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeVen 30 Jan 2009 - 15:34

J'ai trouvé une indication sur un autre titre de l'auteur:

La Grande Maison (publié aux Editions du Rouergue en 2002).

"Ce n'est ni un roman, ni un essai, ni un documentaire.
Peut-être une tentative pour dire la réalité de ce que j'ai vu et vécu toutes ces années en utilisant le langage de la littérature, le seul qui peut rendre compte des choses vues et senties."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
Eve Lyne

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeSam 14 Mar 2009 - 10:26

Avenue de la mer.

J'ai eu beaucoup de mal à m'immiscer dans l'histoire. Le début est très long. J'aurais abandonné si ce livre n'avait pas été cerclé.

Puis enfin le roman prend toute sa véritable signification avec l'histoire d'amour vécue par la narratrice et le drame qui a suivi. Je suis alors devenue plus attentive et j'ai finalement passé un bon moment.

Ce roman, mais pouvons-nous parler véritablement de roman, est inclassable. L'auteur se veut poète, imitatrice de Duras sans parvenir à l'égaler. On sent cette imitation et c'est assez désagréable. D'où la délivrance quand enfin elle parle de sa propre histoire et non de celle de Duras.

Ce livre comporte de belles descriptions de la Côte Normande. Pour ceux qui ont vécu en bordure de mer, les souvenirs affluent. La nostalgie s'installe. Je me suis revue, gamine, avec mon roudoudou à la main, écouter le déferlement des vagues sur les galets. aime

Il y a certains paragraphes que j'ai appréciés pour la beauté des mots, comme :

"Rêve, tu parles. On cherche ce qui manque, parfois ça s'ouvre mais le brouillard retombe, ce que j'avais entrevu redevient opaque, il ne faudrait jamais s'arrêter, pas faire autre chose, et je ne fais que toujours autre chose.
Je paye en sécheresse
."

"Voilà. On regarde les choses se faire, on va les laisser aller au bout, et la première expérience d'amour c'est ça aussi, voir jusqu'où ça peut aller, et c'est un de ceux qui entrent dans l'eau du désespoir jusqu'à la taille, jusqu'au cou, jusqu'à se laisser submerger. Rien n'empêchera."

"Les étés sont de plus en plus courts, on ne fait plus que passer en Normandie, on a oublié le secret du temps, de la durée. Il faut que tout soit là, juste comme on voudrait, un condensé rapide d'eaux, de ciels, d'odeur. Le kit de vacances à portée de main."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeSam 14 Mar 2009 - 16:22

Eve Lyne a écrit:
Ce livre comporte de belles descriptions de la Côte Normande. Pour ceux qui ont vécu en bordure de mer, les souvenirs affluent. La nostalgie s'installe. Je me suis revue, gamine, avec mon roudoudou à la main, écouter le déferlement des vagues sur les galets. aime
Merci pour ton commentaire...
comme je l'ai déjà constaté avec Coline - je n'ai pas lu assez de Duras pour comparer.. et du coup je me trouvais sous le charme.. probablement aussi à cause des ses descriptions sur la mer.. avec de tels phrases on peut toujours "influencer" mon avis Wink

En tout cas je suis contente que tu as persisté dans ta lecture et quand même trouvé quelques bons moments Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
Eve Lyne

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeSam 14 Mar 2009 - 16:34

La grande difficulté en début de lecture, c'est qu'on ne comprend pas où elle veut en venir. Donc on pense, à tort, qu'il s'agit uniquement d'un roman de "décor", de paysage marin, sans véritable histoire.

Comme quoi il faut souvent persévérer pour un autre regard.

Elle mentionne implicitement Marguerite Duras dès la page 17 en l'associant à un passeur qui aiderait à raconter un souvenir :

"Des passeurs, il en faut pour les histoires dont on peine à se souvenir, ceux qui font dire, à qui on raconte, et qui sont là, impassibles, parce qu'eux savent de toute façon la fin, toutes les fins, leur vue au-delà de nos histoires."

En relisant, on doit pouvoir trouver d'autres significations. Un livre plus riche qu'il ne paraît au premier abord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitimeSam 14 Mar 2009 - 16:52

Eve Lyne a écrit:
Comme quoi il faut souvent persévérer pour un autre regard.
Wink
je pense surtout que je vais revenir un jour à ce livre - quand j'aurai trouvé le temps de lire un peu plus de Marguerite Duras

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Michèle Sales Empty
MessageSujet: Re: Michèle Sales   Michèle Sales Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Michèle Sales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Grand Bazar
» [résolu]Qui a des nouvelles de lachti (Michèle)?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: