Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Norman Mailer

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Matthieu
Main aguerrie


Messages : 304
Inscription le : 27/12/2008
Age : 30
Localisation : Lille

MessageSujet: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:09


Norman Kingsley Mailer, né le 31 janvier 1923 à Long Branch dans le New Jersey aux États-Unis et mort le 10 novembre 2007 à New York, était un écrivain américain.

Biographie; source wiki a écrit:

Fils d'Isaac Barnett, un comptable juif originaire d'Afrique du Sud, et de Fanny Schneider, gestionnaire d'une agence de femme de ménage, il est élevé à Brooklyn, et entre à l'université Harvard en 1939 où il étudie l'ingénierie aéronautique. Il s'y découvre un intérêt pour l'écriture et publie sa première histoire à 18 ans.

Enrôlé dans l'armée américaine, il participe à la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique Sud. En 1948, juste avant d'entrer à la Sorbonne à Paris, il écrit The Naked and the Dead, basé sur son expérience de la guerre dans le Pacifique, qui le rend célèbre.

Les années suivantes, Norman Mailer écrit des scripts pour Hollywood qui sont pour la plupart refusés. Vers le milieu des années 1950, tenté par le marxisme et l'athéisme, il devient un célèbre écrivain « anti-establishment » et libertaire. Dans The White Negro: Superficial Reflections on the Hipster (1956) et Advertisements for Myself (1959), il traite de la violence, de l'hystérie, des crimes et du désarroi de la société américaine. Son œuvre, partagée entre un réalisme hérité de John Dos Passos et une écriture journalistique proche d'Ernest Hemingway, se veut la conscience en éveil des injustices du temps, des débordements politiques américains et des drames qui en découlent. Aussi, tente-t-elle d'étudier, de manière souvent provocatrice, les névroses et pathologies d'une société occidentale constamment en crise de valeurs. Il a été l'un des emblèmes de l'opposition à la guerre du Vietnam dans les années 60 et 70.

Norman Mailer est aussi connu comme biographe, il a par exemple écrit sur Marilyn Monroe, Pablo Picasso, et Lee Harvey Oswald.

Il s'était marié six fois et a eu neuf enfants (dont un adopté avec sa dernière épouse - Matthew Norris Mailer). En 1960, il agresse à coups de canif sa seconde épouse (Adele) lors d'une fête. Elle n'est que légèrement blessée, et ne portera pas plainte contre Mailer.

L'écrivain-journaliste est un habitué des récompenses : il a reçu aux États-Unis le prix Pulitzer pour Les Armées de la nuit en 1969, et à nouveau en 1980, pour Le Chant du bourreau avant de recevoir, en 1983, l'insigne de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres de la part de la France et le 3 mars 2006, la Légion d'honneur des mains de l'ambassadeur de France aux États-Unis.

Sous la présidence de George W. Bush, il s'affirme comme un opposant, « le pire président que j'ai vu », proclame-t-il, et il publie un livre avec le cadet de ses neuf enfants, The Big Empty (Le Grand Vide), un dialogue intergénérationnel sur la politique, la religion, le sport, la culture, les femmes. Très contesté aux États-Unis comme en Europe, son nouvel ouvrage: 'Un château en forêt (2007) revient sur la jeunesse d'Adolf Hitler dont il donne une interprétation à mi-chemin entre la psychanalyse et la métaphysique afin de comprendre comment est né le Mal dans l'esprit d'Hitler.

Il meurt le 10 novembre 2007 à New York, à l'hôpital Mount Sinaï des suites d'une insuffisance rénale.

Carrière a écrit:


Œuvres :
* 1948 : Les Nus et les Morts
* 1951 : Rivage de Barbarie
* 1955 : Le Parc aux cerfs
* 1956 : The White Negro: Superficial Reflections on the Hipster
* 1959 : Publicités pour moi-même
* 1966 : Un rêve américain
* 1967 : Pourquoi sommes-nous au Vietnam ?
* 1968 : Les Armées de la nuit
* 1968 : Miami and the Siege of Chicago
* 1970 : Bivouac sur la lune
* 1971 : Prisonnier du sexe
* 1974 : Un caillou au paradis et autres nouvelles
* 1979 : Le Chant du Bourreau
* 1982 : Mémoires imaginaires de Marilyn Monroe
* 1983 : Nuit des temps
* 1984 : Les vrais durs ne dansent pas
* 1988 : Le Combat du siècle
* 1992 : Harlot et son fantôme
* 1995 : Oswald. Un mystère américain
* 1998 : L'Évangile selon le fils
* 1999 : L’Amérique. Essais, reportages, ruminations
* 2003 : Pourquoi sommes-nous en guerre ?
* 2004 : Portrait de Picasso en jeune homme
* 2007 : Un Chateau en forêt

Filmographie

* 1958 : Les Nus et les morts"(Coscénariste)
* 1967 : Wild 90 (acteur)
* 1968 : Au-dessus des lois (acteur)
* 1969 : Maidstone (réalisateur, acteur)
* 1981 : Ragtime de Milos Forman (acteur)
* 1986 : Les vrais durs ne dansent pas (réalisateur)
* 1987 : King Lear de Jean-Luc Godard (acteur)
* 1996 : When We Were Kings
* 2005 : Gilmore girls saison 5 épisode 6 (son propre rôle)

Prix

* 1969 - prix Pulitzer pour Les Armées de la nuit
* 1980 - prix Pulitzer pour Le Chant du bourreau
* 2001 - Grand Prix Metropolis bleu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goodreads.com/user/show/1121160
Matthieu
Main aguerrie


Messages : 304
Inscription le : 27/12/2008
Age : 30
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:19

Pourquoi sommes nous au Vietnam?




Résumé : Un père et son fils partent pour une terrible expédition de chasse dans les montagnes de l'Alaska.


Avis :

Aussi paradoxal que cela puisse paraître Pourquoi sommes-nous au Vietnam? ne parle pas du Vietnam. En réalité la seule allusion faite au Vietnam se trouve dans les dernières lignes :

"Réfléchis Amérique à tête de cul, et médite un peu sur ton con. Peut-être comprendras-tu pourquoi nous somme au Vietnam."

Ce n'est pas réellement un spoiler que je dévoile là, étant donné que ça ne dévoile rien de l'histoire développé dans le roman.

Comme vous l'avez peut-être deviné, le livre ne mâche pas ses mots. Effectivement Pourquoi sommes nous au Vietnam est l'un des livres les plus violents et les plus glauques que j'ai pu lire dans ma courte existence !

Dans ce court récit nous suivons Dj et son père de la haute. Le narrateur est Dj lui même, jeune bourgeois texan totalement psychotique. Celui-ci emploie un langage ordurier durant tout le roman séparé en plusieurs parties réunis sous les Flash (partie ou DJ se laisse aller à ses délires paranoïaques) et Obscène (partie racontant la partie de chasse). Dj nous explique alors au début le cadre de vie dans lequel il vit. Violent récit d'une bourgeoisie texane complètement abrutie et orgueilleuse. Puis nous arrivons à la partie la plus intéressante du récit : La partie de chasse visant à obtenir le trophée suprême : la tête d'un grizzly. Dj fait preuve durant le roman d'un humour féroce qui fait jaillir des pages totalement délirantes d'où sort une certaine beauté.

A travers le fils et le père, Norman Mailler nous livre l'une des plus violentes critiques de la société américaine. Il l'assassine sous ses mots et sous les actions du père et du fils durant cette partie de chasse carrément obscène (d'où les titres).
Mailler exhibe la mentalité profonde selon lui du citoyen américain. Cette mentalité étant la cause de l'intervention des États-Unis au Vietnam . Mailler nous révèle le coté bestial de l'homme. Ce coté qui dort en nous, qui ne demande qu'a être réveillé. Massacrant.
Il nous oblige alors à réfléchir sur le comportement et la mentalité de ses héros et nous demander ce qui nous différencie vraiment des héros du livres qui retombent dans une animalité effrayante. Cette animalité, Mailler la symbolise avec sa vision de l'aigle et plus particulièrement de l'aigle américain : "Le plus cruel et le plus abject des charognards.

Pourquoi sommes-nous au Vietnam? est violent, violent dans l'écriture, violent dans le récit, et violent parce qu'il dévoile la nature profonde de l'être humain selon Mailer. Et c'est ça qui est le plus troublant et le plus inquiétant. D'ailleurs nous y étions nous aussi au Vietnam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goodreads.com/user/show/1121160
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:27

Nuits des Temps

Quand j'ai lu « Nuits des Temps » à sa sortie en France, en 1983, je n'avais pas encore dix-huit ans. C'était la première fois de ma vie où je lisais une oeuvre de Norman Mailer. C'était l'été, et quand dans la fraîche pénombre de la bibliothèque municipale j'avais trouvé cet ouvrage je m'étais interrogé. Le peu que je savais sur Norman Mailer ne m'avait pas préparé à le considérer comme un auteur de romans historiques.
Pourtant, l'évidence était là, j'avais dans les mains le dernier roman en date de Norman Mailer et il était consacré à l'Egypte ancienne. J'ai donc emprunté ce pavé de 717 pages, me délectant par avance d'une épopée qui allait me faire voyager très loin dans le temps.



Deux semaines plus tard, je rapportais le livre à la bibliothèque. Je l'avais lu, du début à la fin, mais l'impression qu'il m'en restait était que je venais de lire un roman barbant et interminable. Profondément déçu, j'oubliais Norman Mailer et le hasard et les circonstances firent que rien d'autre de cet auteur ne me tomba sous la main dans les années qui suivirent.



Les années passèrent, et c'est vingt-quatre ans plus tard, (en 2007), que me trouvant chez des amis et farfouillant dans leur bibliothèque, me tombait à nouveau sous la main « Nuits des temps », même édition brochée de 1983 de chez Robert Laffont, même couverture rouge, noire et or où la silhouette d'une pyramide se profile à contre-jour dans une lumière crépusculaire. Je retourne l'ouvrage pour y lire la quatrième de couverture :
« Le livre le plus important de la décennie sinon du siècle », selon le New-York Times. Une plongée dans les ténèbres et les lumières d'un monde à la mesure des dieux : l'Egypte de Ramses II. Un roman superbe et délirant, savant, érotique, provocant, dont on sort ébloui.



Je m'interrogeai : « Serais-je, à l'époque, passé à côté d'un grand roman? Mon manque de maturité m'avait-il poussé à négliger ce qui s'avérait sûrement un livre passionnant et profond ? »
Je n'étais certes pas dupe de cette petite phrase qualifiant ce livre de « plus important de la décennie sinon du siècle ». Si ce livre avait réellement mérité ce concert de louanges, il serait aujourd'hui encore édité et lu par d'innombrables lecteurs. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est effectivement pas le cas.
Je me sentais toutefois intrigué et l'envie m'est venue de relire ce roman dont ne me restaient plus en mémoire que quelques noms et images confuses, en particulier l'histoire d'un vieillard nommé Menenhetet qui, grâce à un procédé assez particulier, réussit à se réincarner et à vivre ainsi plusieurs vies consécutives.
J'ai donc demandé à mes amis s'il m'était possible de leur emprunter ce roman, ce à quoi il ont fort aimablement consenti. Puis les mois ont passé, d'autres lectures m'ont accaparé et le 10 novembre 2007 j'appris la mort de Norman Mailer, survenue peu de temps après qu'ait été édité en France son dernier roman en date : « Un château en forêt », premier volet d'un cycle consacré à la vie d'Adolf Hitler.


C'est le 18 novembre (2007) que j'ai commencé la relecture de « Nuits des Temps » et c'est le seulement le 28, dix jours plus tard que je refermais ce roman. Au final, la même impression que lors de mes dix-sept ans : barbant et interminable.



Menenhetet II , ou plutôt son Ka (son double) se réveille au sein de la pyramide de Khoufou (Kheops). Sorti du monument, il erre dans la nécropole afin de retrouver la tombe dans laquelle son corps momifié a été déposé. Ayant retrouvé sa dernière demeure, il s'aperçoit qu'il n'y est pas seul : son arrière grand-père Menenhetet Ier s'y trouve aussi.


Avant d'effectuer le grand voyage des morts dans l' Am-Douat (le lieu souterrain où se retrouvent les défunts et que parcourt le Dieu Rê pendant les heures de la nuit), le Ka du vieil homme va relater à son arrière petit-fils les quatre incarnations qu'il a pu vivre en ce monde depuis le règne de Ramses II jusqu'à celui de Ramses IX .


Pour cela, il va faire remonter son descendant jusqu'à l'époque ou celui-ci n'était alors qu'un enfant, invité en compagnie de ss parents et de son arrière grand-père dans le palais du pharaon Ramses IX. Au cours de cette réception qui ne s'achèvera qu'à l'aube, le vieillard va relater au Pharaon, à sa petite fille Hathfertiti, mère de Menenhetet II ainsi qu'au père de celui-ci, Nef-khep-aukhem.


Toute la nuit le vieux Menenehetet va raconter ses quatre vies qui se dérouleront principalement sous le règne de Ramses II.


Jeune homme pauvre, il deviendra l'un des plus talentueux auriges de l'armée du pharaon et participera avec lui à la célèbre bataille de Qadesh. Plus tard il deviendra gouverneur du Jardin des Recluses, le harem du pharaon, où il apprendra l'art du complot. Puis il fera partie de la suite de la reine Nefertari et deviendra son amant.
Je ferai l'impasse sur ses trois incarnations suivantes qui offrent encore moins d'intérêt que la première.


Bien que l'on sente que Mailer s'est fortement documenté sur la civilisation de l'ancienne Egypte, ses rites, sa mythologie, la composition de sa société, le déroulement de la bataille de Qadesh qui, contrairement aux idées reçues, n'a pas été une victoire égyptienne (il n'y a eu ni vainqueur ni vaincu), on ne retire de ce récit que l'impression d'avoir lu un énième roman historique, quelconque et soporifique.


Malgré l'importante documentation qu' a du consulter Norman Mailer pour donner un semblant de vie à ces égyptiens, je n'ai pu que m'esclaffer devant certaines bourdes. Ainsi, on apprend, page 232, que le pharaon Ramses IX se fait livrer...des tomates! Il est également l'inventeur de ... la chasse d'eau ! Mais attention, une chasse d'eau en forme de chadouf, et toute en or comme le siège assorti sur lequel le pharaon pose son divin postérieur afin d'y accomplir sa royale défécation. Aux pages 261 et 262, Menenhetet nous apprend également que Ramses II était blond avec des yeux bleu-vert ! On nage en plein film hollywoodien.
Ainsi, malgré un conséquent travail de recherche historique, Norman Mailer n'a pu éviter de se fourvoyer dans la vision ethnocentriste de l'américain contemplant et jugeant toutes les autres civilisations, présentes ou passées, à l'aune de sa propre représentation du monde. Les grossières erreurs historiques relevées plus haut ne peuvent que décrédibiliser l'ensemble du récit qui n'avait pas besoin de cela tant il apparaît morne, banal et sans intérêt.
C'est peut-être cet aspect fastidieux et interminable du récit qui a poussé Norman Mailer à tenter d'épicer quelque peu son roman en nous livrant à la pelle des scènes érotico-porno-scatologiques qui émaillent l'intrigue à tout moment. En effet, quoi de mieux pour attirer l'attention des lecteurs et des critiques littéraires qu'un zeste de sexe et de perversion ? Alors Norman Mailer nous en sert à la louche et ce ne sont que scènes de sodomie, fellations et autres pénétrations par tous les orifices dont la nature a gratifié le corps humain. Dans l'Egypte de Mailer, on se sodomise les uns les autres à tout moment, dans toutes les occasions ; on se fait des fellations gaillardement en tous lieux. Bref, si tout cela semble donner beaucoup de plaisir à nos égyptiens, on sent que c'est Mailer avant tout qui s'amuse de ces scènes et il faut bien reconnaître qu'il est le seul ! A lire ces pages, on en sort vaguement nauséeux et quelque peu dubitatif. Quelle est l'utilité de tout cela ? Nous démontrer que les habitants de l'Egypte ancienne avaient une vie sexuelle libérée et décomplexée ? On le savait déjà mais est ce que pour autant ils passaient leurs journées à se pénétrer les uns les autres ? Il est permis d'en douter. Est-ce que Norman Mailer veut plutôt nous montrer que c'est sa vie sexuelle à lui, qui est libérée et décomplexée ? Sans intérêt. Personnellement je me fous de la vie sexuelle de Mailer. Et que dire de ces multiples allusions scatologiques ? De ces réflexions philosophico-vasouillardes sur le rôle et la symbolique de la défécation ? Bref, et pour rester dans le ton : à lire ces 718 pages, on s'emmerde pharaoniquement !



Ce qui sauve Mailer dans ce livre qui s'est avéré comme son plus grand fiasco littéraire, c'est que Mailer écrit bien, très bien même, et c'est pour cela que je suis allé jusqu'au bout de cet interminable récit, porté par la prose de cet auteur que j'aurais du aborder avec un autre roman que celui-ci.


Je ne sais pas si je lirai un jour un autre roman de Norman Mailer. Il est trop tôt pour le dire et je dois d'abord digérer celui-ci et enfin l'oublier. La tâche ne devrait pas être trop difficile. Ce roman est aussi long à lire qu'il sera rapide à oublier.
Il y a quand même une chose que je n'oublierai pas, c'est que quand Norman mailer se prend pour Cecil B. DeMille, il fait du Max Pecas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:29

Merci pour ce fil.
Depuis que j'ai trouvé ma passion dans les livres et la lecture, je me suis dit qu'il faut lire Norman Mailer.. Jusqu'aujourd'hui je dois dire que cela ne s'est toujours pas fait, bien que ma carte avec auteurs américains n'a pas de grands points blancs Wink

Peut être ce fil va me donner enfin le 'déclic' pour tenter l'expérience...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 46
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:43

Citation :
C'est le 18 novembre (2007) que j'ai commencé la relecture de « Nuits des Temps » et c'est le seulement le 28, dix jours plus tard que je refermais ce roman. Au final, la même impression que lors de mes dix-sept ans : barbant et interminable.

J'ai eu la même impression que toi, sauf que je n'ai pas pu aller au bout du roman.. Je l'ai d'autant plus regretté que c'était en attente de trouver « Un château en forêt », que je lisais ce livre. Et il m'a dissuadé de lire ce dernier tellement son style m'a ennuyé.

Je me disais comme Kenavo qu'il fallait le lire, maintenant je le regrette. Avant au moins, je pouvais dire aux soirées de l'ambassadeur "Norman Mailer, le grand auteur américain ; il faut que je le lise ! Cool "

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Lun 5 Jan 2009 - 21:48

Steven a écrit:
Je me disais comme Kenavo qu'il fallait le lire, maintenant je le regrette. Avant au moins, je pouvais dire aux soirées de l'ambassadeur "Norman Mailer, le grand auteur américain ; il faut que je le lise ! Cool "
Razz

Bon, vous ne me donnez pas trop de courage.. mais peut être la curiosité de voir moi même va gagner cette fois ci..
bien que j'aime aussi rester cool lors des soirées de l'ambassadeur Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22887
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Mar 25 Aoû 2009 - 10:26

Steven a écrit:
[...]c'était en attente de trouver « Un château en forêt », que je lisais ce livre.[...]

Il vient de sortir en poche

Quelqu'un l'a lu ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechielle
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2025
Inscription le : 03/03/2009
Age : 28
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Mar 25 Aoû 2009 - 13:12

Pas lu, mais je me souviens qu'il fallait que je le lise, tant mieux s'il est sorti en poche dans ce cas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Jeu 29 Avr 2010 - 18:36

Je lis en ce moment "Les vrais durs ne dansent pas " écrit en 1984
Je ne connaissais pas du tout cet auteur , je suis un peu étonnée que le fil soit si court , parce qu'il a beaucoup écrit et qu'il me semblait (je dis bien il me semblait ) que c'était un auteur incontournable
j'en dirai un peu plus quand j'aurai terminé le livre , mais ma première impression c'est que c'est un sacré bonhomme (écriture très ...virile , propos également ) mais une succession de réflexions bien senties et fort intéressantes dans cette parodie de roman noir , je continue donc allègrement , je lui trouve beaucoup de talent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22887
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Ven 30 Avr 2010 - 0:43

darkanny a écrit:
Je lis en ce moment "Les vrais durs ne dansent pas " écrit en 1984
Je ne connaissais pas du tout cet auteur , je suis un peu étonnée que le fil soit si court , parce qu'il a beaucoup écrit et qu'il me semblait (je dis bien il me semblait ) que c'était un auteur incontournable
j'en dirai un peu plus quand j'aurai terminé le livre , mais ma première impression c'est que c'est un sacré bonhomme (écriture très ...virile , propos également ) mais une succession de réflexions bien senties et fort intéressantes dans cette parodie de roman noir , je continue donc allègrement , je lui trouve beaucoup de talent.

Je veux le lire depuis un moment (l'auteur, mais surtout ce livre!). J'attends tes impressions avant de voir si je l'achète ou pas.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirabelle
Envolée postale
avatar

Messages : 107
Inscription le : 06/04/2010
Age : 35
Localisation : Vers l'infini et au-delà

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Ven 21 Mai 2010 - 19:49

Ah, se réveiller d'une bonne cuite avec la tête de son ex-femme dans sa cache de Marijuana, et ne plus se souvenir de rien, c'est tout Norman Mailer, ça.

Sinon, effectivement, Les vrais durs ne sont pas vraiment représentatifs de son oeuvre qui est plus anti-establishment et tournée vers les réalités et le trouble croissant de la société américaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22887
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Ven 21 Mai 2010 - 23:37

Mirabelle a écrit:
Ah, se réveiller d'une bonne cuite avec la tête de son ex-femme dans sa cache de Marijuana, et ne plus se souvenir de rien, c'est tout Norman Mailer, ça.

Sinon, effectivement, Les vrais durs ne sont pas vraiment représentatifs de son oeuvre qui est plus anti-establishment et tournée vers les réalités et le trouble croissant de la société américaine.

Et du coup, tu en conseillerais un en particulier ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirabelle
Envolée postale
avatar

Messages : 107
Inscription le : 06/04/2010
Age : 35
Localisation : Vers l'infini et au-delà

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Sam 22 Mai 2010 - 15:41

Queenie a écrit:
Mirabelle a écrit:
Ah, se réveiller d'une bonne cuite avec la tête de son ex-femme dans sa cache de Marijuana, et ne plus se souvenir de rien, c'est tout Norman Mailer, ça.

Sinon, effectivement, Les vrais durs ne sont pas vraiment représentatifs de son oeuvre qui est plus anti-establishment et tournée vers les réalités et le trouble croissant de la société américaine.

Et du coup, tu en conseillerais un en particulier ?

Mais Les vrais durs ne dansent pas est sympa. Quelques perles dans ce livre :

" Chaque fois que j'ai perçu en moi-même une possibilité de grandeur, j'ai éprouvé ensuite le désir d'assassiner le premier être indigne qui me tomberait sous la main. Mieux vaut donc garder de soi une opinion modeste. "

" Un flic est un être humain qui est né con et qu'on élève dans la connerie. Mais il ne demande qu'à devenir intelligent car c'est ce que dieu veut. Chaque fois qu'un con acquiert un peu d'intelligence, le diable en prend plein la gueule. "

Sinon, j'ai aimé Le chant du bourreau (prix Pulitzer) où il retrace l'affaire Gilmore, un double meurtrier issu des milieux mormons, Le parc aux cerfs (Hollywood vu comme un lupanar), Les nus et les morts, son premier roman où, fort de son expérience de la seconde guerre mondiale, Mailer décrit un comnando débarquant dans une île défendue par les Japonais et toute l'absurdité de la guerre ... que j'ai aimé.

Les armées de la nuit a été aussi Pulitzer mais je ne l'ai pas lu.

Enfin, pour conclure Mailer ne laisse pas indifférent, on aime ... ou pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22887
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Dim 23 Mai 2010 - 0:47

Bon je tenterais de toute façon, et j'aime trop les éditions Pavillons Poche pour passer à côté.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Norman Mailer   Dim 23 Mai 2010 - 11:26

C'est vrai qu'il y a quelques perles dans "les vrais durs ne dansent pas " , mais je n'ai pas pu aller jusqu'au bout car je me suis perdue dans l'histoire rocambolesque et les personnages multiples , on sent que l'auteur suit son délire et qu'il est un peu seul à le comprendre , enfin c'est l'impression que j'ai eue , mais je tenterais bien l'expérience avec un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norman Mailer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Norman Mailer
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» The Toad and the Donkey : An anthology of Norman Literature.
» Norman Spirit.
» Le Norman Buzz.
» Décès du General Norman Schwarzkopf.
» Norman G Lipper - James Potter: tome 1 et 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: