Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 [BD] Eric Shanower

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeSam 17 Jan 2009 - 1:30

Après réflexion, j'ouvre ce fil sur Eric Shanower.

[BD] Eric Shanower Eshano10

De nationalité américaine, il a 45 ans et habite aux dernières nouvelles à San Diego en Californie. Il a remporté en 2001 et 2003 l'’Eisner Award du meilleur scénariste et dessinateur et a été nomminé pour le prix Ignatz Award pour son travail sur L'Âge de bronze, série en 3 volumes (on en espère 7) + 1 hors série, publiée aux Editions Akileos .

Source Wikipedia :
Ses premiers travaux remarquables consistèrent en une série de romans graphiques inspirés du conte Le magicien d'Oz : The Enchanted Apples of Oz, The Secret Island of Oz, The Ice King of Oz, The Forgotten Forest of Oz, et The Blue Witch of Oz. Il a aussi écrit et illustré un roman sur le pays d'Oz, intitulé The Giant Garden of Oz, et une collection d'histoires courtes toujours sur le pays d'Oz, The Salt Sorcerer of Oz.

Il a aussi illustré les nouvelles éditions de certains romans des Historiens royaux d'Oz (appellation officielle), dont The Wicked Witch of Oz de Rachel Cosgrove Payes, The Rundelstone of Oz d'Eloise Jarvis McGraw, The Runaway in Oz de John R. Neill, et The Visitors from Oz de L. Frank Baum. D'autre travaux significatifs sur le pays d'Oz incluent notamment les illustrations de deux romans d'Edward Einhorn, Paradox in Oz et The Living House of Oz.
-------------------------------

Ce que je trouve fascinant chez lui, c'est le travail qu'il a effectué avec l'Age de Bronze. Je vous recopierai des extraits de la post-face du premier volume où il s'explique largement sur le sujet. J'aime cet ouvrage et mon fils aussi (qui en connait infiniment plus que moi sur cette période de l'antiquité et la mythologie grecque) et j'aime particulièrement la démarche de cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: L'Age de Bronze   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeSam 17 Jan 2009 - 1:37

[BD] Eric Shanower Couver10

Je remets ici mon commentaire du fil BD litteraire et complèterait plus tard.

Il s'agit ici du récit de la guerre de Troie. C'est bien d'histoire dont il s'agit. Tout le monde a entendu parler de cette épopée. Il raconte les origines de la guerre de Troie avec l'histoire du jeune berger Pâris. Pâris était en fait promis à la mort alors qu'il venait de naître parce que des oracles avaient annoncé "l'enfant qui doit naître sera la ruine de Troie".

L'enfant avait été épargné par celui qui devait devenir son père adoptif (un proche du Roi - "le jour de ta naissance, on m'a ordonné de t'emmener au Mont Ida et de t'y laisser mourir - mais cinq jours plus tard je suis retourné sur les lieux et t'ai trouvé vivant - allaité par une ourse. C'était un signe des Dieux que tu devais vivre. J'ai quitté mon poste auprès du Roi - coupé les liens avec Troie - et tu es devenu mon fils").

Le jeune Pâris donc, voulait récupérer son magnifique taureau qu'il avait promis en sacrifice aux Dieux et que des gens du Roi (Priam, en fait le vrai père de Pâris) lui avaient enlevé pour l'offrir au vainqueur des jeux organisés en l'honneur des Dieux. Il part donc à Troie pour participer aux jeux afin de récupérer son magnifique taureau. Il gagne et son identité est finalement dévoilée par son père adoptif. Ses vrais parents pétris de regrets lui tombent dans les bras et Pâris reprend place au sein de la famille royale. Ensuite, eh bien, il se passe un tas de choses...

Et voilà ! Comment on devient intarissable et incollable sur l'Odyssée en passant un moment agréable.

C'est une très bonne BD. On aime ou on n'aime pas les dessins. Ce qui importe, c'est que tout reprend place et redevient logique, les souvenirs éparpillés, les bribes de légendes et d'histoire lues de ci, de là. On retrouve les noms connus et on fait connaissance avec les moins connus. Impossible d'être perdu et pourtant tout y est et tous y sont. C'est vraiment très très bien fait. La géographie antique n'est pas ignorée non plus avec une superbe carte de l'âge de bronze égéen en double page au tout début du livre.

Ce qu'il y a d'étonnant avec cette BD, outre le fait qu'elle soit très bien documentée et précise, c'est sa simplicité. Les personnages mythologiques qu apparaissent par moment (Chiron, notamment) n'ont pas ce côté inabordable, complexe ou surnaturel, qui peut rebuter parfois mais au contraire, s'intègrent dans l'histoire de façon tout à fait simple et naturelle.

Une BD que je regrette de ne pas avoir découverte il y a trèeees longtemps !

Un article ici :
http://www.sceneario.com/bd_2642_AGE%20DE%20BRONZE%20(L').html



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeSam 17 Jan 2009 - 6:59

Je ne connaissais pas cet auteur, je note, je note auclavier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeSam 17 Jan 2009 - 10:45

Nathria, peut-être le trouveras-tu dans ta bibliothèque ? Pour ma part, je vais acheter les volumes car si tout est clairement expliqué, je vais avoir envie d'y revenir. On peut facilement se contenter de s'attacher aux personnages principaux mais la richesse des personnages secondaires est énorme aussi.

Je viens de terminer le second tome emprunté à ma biblio et il est tout aussi passionnant.

Dans le 1er volume, l'irréparable a été commis, Pâris qui avait pour mission de récupérer par tous les moyens Hésioné, soeur du roi Priam, enlevée par Hercule et ses pirates achéens, il y a de très nombreuses années, n'a pas accompli sa mission. Orgueuilleux, ambitieux, il a négligé l'enlèvement de sa vieille tante pour se venger d'une autre manière qu'il estime plus valorisante. Il se fait inviter par les Achéens et séduit puis enlève la célèbre Hélène, femme de Ménélas (frère d'Agamennon), réputée pour être la plus belle femme de Grèce.

Je reprends ici une partie du résumé du tome 1 :

Les frères d'Hélène, Castor et Pollux, partent à sa poursuite, mais se perdent dans une tempête.

Ménélas souhaite ardemment récupérer son épouse, alors que son frère, Agamemnon, roi de Mycènes et Grand Roi des Achéens, convoite, lui, le contrôle des riches routes de commerce de Troie à travers l'Hellespont (Troie était situé à un endroit stratégique du point de vue commercial et percevait des taxes importantes qui faisaient sa richesse). Ils convoquent alors les nombreux rois achéens (chaque cité, chaque île avait son Roi) qui avaient fait le serment d'aider celui qui deviendrait le mari d'Hélène (quand ils étaient tous ses soupirants - ruse d'Ulysse pour éviter des guerres fraticides). Une armée immense, composée de centaines de navires et de milliers d'hommes, se rassemble dans la baie d'Aulis. L'armée fait le serment de suivre son chef, le Grand Roi Agamemnon, dans son assaut contre Troie.

---
A noter qu'il est largement évoqué la jeunesse d'Achille dans ce premier volume. Achille est un personnage incontournable de la Guerre de Troie.
---
La prêtresse achéeenne Thétis, a la vision de la mort de son fils Achille à Troie. Afin d'éviter cela, elle enlève le garçon à son tuteur, le centaure Chiron (dans la BD, l'auteur a choisi d'ôter le côté Centaure à Chiron pour lui donner une apparence plus humaine - il s'en explique dans sa postface), et le cache, déguisé en fille sous le nom de Pyrrha, parmi les filles de Lycomède sur l'île de Skyros.
Là, Achille viole (le terme est très fort dans ce résumé. Non, il la séduit dans la BD-Elle est devenue très sensible aux charmes de Pyrrha/Achille) la fille ainée de Lycomède, Deidamie, qui lui donne un fils. Deidamie appelle l'enfant Pyrrhus ; Achille le nomme Neoptolème.

Une prophétie annonce que si Ulysse, roi d'Ithaque, part pour Troie avec l'armée, il ne retrouvera sa femme Pénélope et son fils Télémaque que 20 ans plus tard, seul et ignoré. Pour éviter ce destin, Ulysse (qu'Agamemnon est venu recruter) se fait passer pour fou. Mais Palamède, prince de Nauplie, met à jour la supercherie d'Ulysse, s'en faisant par là même un ennemi. (si on mettait votre nourisson sous les boeufs de votre charrue, vous continueriez à feindre la folie ? Bref, c'est ce qu'on appelle un engagement forcé).

Calchas, prêtre troyen du dieu soleil, a des visions lui montrant la chute de Troie. Il rejoint les achéens, laissant sa fille récemment veuve Cressida, à Troie aux soins de son oncle Pandarus. Le prince troyen Troïlos tombe amoureux de Cressida, mais Pandarus le retient temporairement dans ses ardeurs.

Tout semble indiquer un succès pour l'armée achéenne. L'oracle de Delphe prédit la victoire achéenne, accompagnée toutefois de conflits internes entre achéens. Et Calchas prédit le triomphe achéen au bout de 10 ans, si Achille rejoint l'armée.

Ulysse chargé de recruter Achille, l'oblige à se dévoiler (il joue toujours son rôle de fille Pyrrha sur l'île de Skyros - et il saute sur l'occasion parce qu'il en a marre et rêve de gloire - Du coup, il avoue son amour pour Deidamie qui est enceinte au Roi Lycomède - épouse Deidamie mais se tire quand même avec la bénédiction de Lycomède (pas content du tout au départ) et quelques navires en prime.)

Donc, Achille prend le commandement des myrmidons de son père(myrmidons - pense-bête : revoir le fil 300 à l'occaze et Wikipédia) Pélée de Phtie, choisissant une vie écourtée et combattant glorieusement à Troie, plutôt qu'une longue existence dans l'ombre.

Après que Palamède ait palié à un manque de nourriture en ramenant des vivres à Delos, l'armée fait enfin voile.


----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: L'Age de Bronze - le récit de la guerre de Troie   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeSam 17 Jan 2009 - 11:24

Quelques planches :

[BD] Eric Shanower Adb2-e10

[BD] Eric Shanower Bronze10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeLun 16 Fév 2009 - 0:01

Extrait de la Postface :

COMMENT TOUT A COMMENCE :

La guerre de Troie m'a attrapée par surprise.
J'écoute fréquemment des livres lus pendant que j'encre ou que je peins. En février 1991, j'écoutais La marche de la folie : de Troie au Vietnam par Barbara W. Tuchman et j'ai été attiré par son chapitre sur la guerre de Troie. Bien que ce passage me paraisse terriblement bref désormais, il m'a, à l'époque, ouvert la porte vers un monde fascinant.

Pas vraiment un monde nouveau. Bien que je n'aie jamais lu L'Illiade de Homère (et une fois que ce fut le cas, je fus surpris de constater qu'au lieu d'une histoire complète de la Guerre de Troie, l'Illiade n'en raconte qu'une brève partie, sans même mentionner l'épisode le plus fameux, celui du Cheval de Troie), j'avais lu pendant mon enfance des versions pour enfant de l'histoire de Troie. Je me souviens plus clairement de l'une d'entre elles que j'ai lu en sixième : la Guerre de Troie par Olivia Coolidge, sans doute à cause du saisissant dessin de couverture. Mais la Guerre de Troie ne m'était pas apparue comme quelque chose de spécial. C'était un mythe grec intéressant, une légende, une histoire d'aventures exitante, ni plus ni moins engageante qu'un millier d'autres histoires. Mais le livre de Tuchman me fit soudain réaliser que l'histoire de la Guerre de Troie pourrait faire une bande dessinée fascinante.

Peut-être qu'un jour, je la ferai, me dis-je, mais je dois d'abord finir ceci, terminer cela... Je jetai quelques notes sur la Guerre de Troie sur un bout de papier que je classai dans mon dossier de projets, et retournai promptement sur les travaux en cours.

Mais la Guerre de Troie ne me lâchait pas. Même quand j'étais enterré sous les livres de l'Egypte ancienne, pour un projet de bande dessinée abandonné depuis, la Guerre de Troie me faisait du pied pour me dire : "Hé, regarde par là." A l'automne 1991, j'abandonnai l'Egypte ancienne et commençai des recherches sur la Guerre de Troie.

L'HISTOIRE :

L'un des éléments qui m'attirait fortement dans la Guerre de Troie était l'évolution de son histoire au cours du millénaire. Tant d'écrivains, poètes, artistes et d'auteurs dramatiques, de qualité ou non, ont complété, affiné, dévoilé ou d'une façon ou d'une autre laissé leur trace sur cette histoire, jusqu'au moment où les transformations et les divergences semblent sans fin. Le défi de modeler toutes ces versions disparates en une seule trame cohérente m'a fasciné, et je continue à penser que c'est la partie la plus intéressante sur l'Age de Bronze.

J'aimerais vous raconter quelques exemples de ce à quoi je dois faire face quand je prépare le scénario.
L'une des plus célèbres légendes grecques est celle de la Toison d'Or. Dans ce mythe, Jason et ses compagnons, les Argonautes voguent jusqu'en Colchide pour trouver la Toison. La fille du roi de Calchide, Médée, tomba amoureuse de Jason et s'enfuit avec lui.

Thésée, le grand héros athénien, aurait accompagné les Argonautes, s'il n'avait été alors prisonnier en Hadès, le pays des morts. Mais ce qui est étrange, c'est qu'il avait rencontré Médée des années auparavant, alors qu'il était un jeune homme. Le père de Thésée, le roi d'Athènes, avait une vieille femme pour conseillère. Son nom était Médée et elle avait été amenée de Colchide des années auparavant par Jason et les Argonautes.

Vous voyez le paradoxe ? Comment un jeune Thésée a-t-il pu rencontrer Médée à la cour de son père si elle ne devait même pas arriver avant plusieurs années ? Mais qu'est-ce que ça a voir avec la Guerre de Troie me direz-vous ?

Eh bien, les mythes grecs sont tous reliés.

Dans "un millier de navires", Priam raconte l'histoire du sac de Troie. Vers la fin de carrière, le grand héros achéen Hercule a accompagné Jason et les Argonautes pendant une partie de leur quête de la Toison d'Or et il s'est arrêté en chemin à Troie et a sauvé d'un monstre la fille du roi en échange d'une récompense. Mais le roi de Troie a gardé la récompense. Hercule a alors saccagé Troie avec une petite armée. Le sac eut lieu quand Priam était encore un enfant. Comme Priam est un vieil homme au moment de la Guerre de Troie, nous savons que le sac de Troie eut lieu plusieurs décennies plus tôt.

Mais Thésée, avant d'être prisonnier en Hadès, a enlevé Hélène alors qu'elle n'était qu'une fille. Hélène était donc une petite fille quand Priam était un petit garçon, mais Hélène n'est pas vraiment une vieille femme pendant la Guerre de Troie.

Perdu ? Je ne vous blâme pas. Et ça continue comme ça. La mythologie grecque est désespérément compliquée et contradictoire. Je m'amuse à essayer de la dénouer. Parfois, c'est tout simplement impossible : je prends une décision et j'élude les incohérences. Dans "un millier de navires", j'ai dû décider d'un âge précis pour les personnages (Hélène, Priam et les autres) et éviter de fixer dans le temps l'expédition des Argonautes en Colchide.

Voici un autre défi dans la composition de cette histoire : Troïlus et Cressida. Les anciennes sources écrites ne parlent pas de Troïlus, à une exception près, une courte mention de son nom dans l'Illiade d'Homère. Mais les anciennes sources artistiques, essentiellement des vases peints, révèlent un épisode riche et détaillé, peut-être élaboré d'après la citation de l'Illiade, ou précédant peut-être l'Illiade et une partie de l'histoire que Homère imaginait connue de tout le monde. Cressida n'est jamais mentionnée dans les sources anciennes. Autant qu'on le sache, elle est une invention du douzième siècle, apparue pour la première fois dans le "Roman de Troie" de Benoît de Sainte-Maure.

Par la suite, d'autres écrivains ont développé une histoire complètement pour Troïlus, aboutissant à la pièce de Shakespeare, Troïlus and Cressida. Ces développements n'ont pas grand chose avec le mythe grec et sont plus liés au concept d'amour courtois apparu au Moyen-Age. Les thèmes et le traitement sont totalement étrangers à Homère et aux autres conteurs antiques de l'histoire. Toutefois, l'histoire de Troïlus et Cressida est une partie essentielle et bien connue à la tradition de la Guerre de Troie. Je ne vois pas comment ma version pourrait l'escamoter. Je ne voudrais pas l'escamoter de toute façon.

Vous voyez les problèmes auxquels je dois faire face ? C'est magnifique.

---------------------------------------------------------------------------

Oui, c'est magnifique Very Happy
La suite pour bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeDim 22 Fév 2009 - 22:28

OU SONT LES DIEUX GRECS ?

Chaque époque raconte la légende de la Guerre de Troie de façon différente, ce qui est bien normal. L'Iliade d'Homère montre les dieux influençant directement l'action, participant même à certaines baitailles. J'ai, pour ma part, évacué les dieux de la scène, une décision pas tellement originale de ma part pour raconter à nouveau cette histoire (ce choix a été ou n'a pas été à la mode depuis des siècles) mais une décision qui, je pense, est pertinente dans ce monde du vingt-et-unième siècle où beaucoup sont prompts à regarder au-delà d'eux-mêmes pour trouver des réponses ou faire porter les responsabilités.

J'ai choisi de minimiser l'aspect surnaturel afin d'insister sur l'aspect humain. Les seuls éléments fantastiques que j'ai conservés sont les rêves et les visions. Et quand on y pense, ils ne sont pas si surnaturels qu'il puisse y paraître au premier abord. Tout le monde rêve. Beaucoup de gens ont des hallucinations. D'autres sont convaincus d'avoir des visions. Aux quatre coins du monde, des gens pensent qu'ils communiquent avec les dieux : on appelle ça la prière. J'ai donc laissé les rêves et les visions : ils sont très humains, après tout.

Mais pas de dieux en chair et en os.
A cause de ça, j'ai dû interpréter l'histoire d'une façon que les lecteurs uniquement familiers des versions traditionnelles pourront trouver étrange. Par exemple, considérons le fameux épisode communément appellé le Jugement de Pâris, dans lequel Pâris est conduit à désigner la plus belle des trois déesses. J'avais besoin d'un angle pour présenter cet épisode sans présenter les déesses comme des personnages. Je n'eus pas à chercher bien loin. Au cours du deuxième ou troisième siècle, Dares de Phrygie a écrit son Excidio Trosae Historia (Histoire de la destruction de Troie) dans laquelle Pâris appelle cet épisode un rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeDim 22 Fév 2009 - 22:29

DE NOUVELLES IDEES A PARTIR D'ANCIENNES :

Un autre choix que certains lecteurs pourront contester est d'avoir fait de Pâris un vacher durant sa période pastorale plutôt qu'un berger tel qu'il est souvent représenté. Il y a peu de sources, par exemple l'épître XVI des Héroides d'Ovide et le Viol d'Hélène par Colluthus, qui présentent Pâris gardant du bétail et ce sont des sources solides pour ma représentation, mais il y a d'autres raisons. L'une des raisons qui m'ont poussé à utiliser des vaches plutôt que des moutons concerne la toute première case d'Un Millier de naviers. J'avais prévu à l'origine que Pâris se réveillerait de son rêve du Jugement à ce moment, sa vision de la déesse Aphrodite se confondant peu à peu avec la tête d'une vache ; une vache plutôt qu'un mouton car les yeux d'une vache étaient considérés comme un symbole de beauté dans les temps anciens et que Pâris venait de désigner Aphrodite comme la plus belle déesse. L'idée du Jugement sous forme de rêve s'est finalement développée différemment. Mais la vache est restée pour montrer que Pâris est à l'aise avec le bétail afin de renforcer la crédibilité des actions qu'entreprend Pâris pour récupérer son taureau.

J'ai dû prendre parfois des décisions similaires à chaque étape de l'écriture du récit. Mon but dans Un Millier de navires n'est pas d'inventer, mais de raconter à nouveau, et j'ai donc fait de mon mieux pour tout baser sur des sources existantes.
J'ai parfois vraiment dû faire des contorsions pour permettre à l'histoire de se dérouler. Au premier abord, l'épisode le la folie d'Ulysse refusait de changer. C'est un épisode essentiel et exaltant mais il semble bizarre et sans signification dans toutes les plus anciennes versions. J'ai dû regarder au-delà de cet épisode pour trouver un moyen de lui donner vie. Ma solution fut d'introduire le chien Argos. Ne vous méprenez pas, je n'ai pas inventé Argos. Son existence est clairement établie dans l'Odyssée d'Homère comme le compagnon fidèle du roi d'Ithaque avant son départ pour Troie. Les lecteurs pourront interpréter la présence sans précédent d'Argos dans l'épisode de la folie comme une révision de l'histoire mais comme les pièces étaient déjà là avant que je les assemble, je dirais que la présence du chien est plus que raisonnable.

L'ARCHEOLOGIE

Bien que l'histoire soit l'aspect le plus important de l'Age de Bronze, c'est seulement un aspect. Le plus important est ensuite le dessin. Je savais dès le début que je voulais que ma version de la Guerre de Troie soit la plus réaliste possible du point de vue historique.

J'ai donc étudié l'archéologie troyenne et grecque de la fin de l'âge du Bronze. Bien que l'oin d'être aussi imposante que l'archéologie de l'Egypte
ancienne, cela fait quand même beaucoup de documents à étudier. Mon
enthousiasme a toutefois refuser de faiblir et je me suis rendu compte très
tôt que j'avais assez de volonté dans mon projet de raconter la Guerre de
Troie en bande dessinée pour arriver au bout d'une entreprise aussi massive.
Je voulais que ma version de l'histoire ait une apparence différente des
stéréotypes de la mythologie grecque. Je ne voulais pas que mes personnages paradent, comme cela a pu être montré parfois, dans des versions romantiques de l'Armure Grecque Classique et se prélassent autour des colonnes corinthiennes des temples Grecs Classiques. Dans ma version, les personnages seraient terre à terre, vêtus des habits et vivant dans l'environnement de la fin de l'âge du bronze achéen qui est beaucoup moins familier que le stéréotype anachronique mais qui, je l'espère, en est beaucoup plus intéressant.

Pendant des décennies, les archéologues ont creusé la terre pour trouver les vestiges de la fin de l'âge du bronze. Certains des lieux de l'histoire
existent encore. Chaque année, des milliers de personnes visitent la ville
de Troie dans l'actuelle Turquie où ils peuvent voir des murs provenant des fouilles de Troie niveau VI, généralement acceptées comme datant de
l'époque de la Guerre de troie (bien que certains spécialistes penchent pour Troie VII).
Mycènes se dresse toujours fièrement sur sa colline et a donné son nom la culture qui s'est développée en Grèce durant l'âge de bronze : Mycénienne. On peut toujours voir le grand hall d'Agamemnon (au moins la partie qui n'a pas dévalé en bas de la colline). Le Pylos de Nestor est probablement le palais mycénien le mieux préservé, offrant des vestiges de murs, de peintures, de poteries et d'écrits. Ces endroits se sont fait une place dans Un Millier de navire, bien que mes reconstructions des parties disparues ne soient que pures conjectures.

Pour d'autres lieux, j'ai eu moins de sources archéologiques dans lesquelles puiser. Il y a des vestiges mycéniens sur une colline près de Sparte, mais qui peut dire s'ils firent jamais partie du palais d'un roi nommé Ménélas ?

Et si Lycomé a jamais eu un palais au sommet de Chora à Skyros, il a disparu depuis longtemps. Mais pour celui-ci, je me suis largement inspiré des vestiges d'Akroton sur l'île grecque de Thera, plus connue sous le nom de Santorin.

Mais de quoi avaient l'air les Troyens ? Les vestiges de la citadelle de Troie existent toujours, comme les vestiges de grands centres mycéniens.

Mais nous n'avons aucune représentations d'hommes que l'on peut spécifiquement désigner comme des Troyens. Homère et les écrivains plus
récents dépeignent des Troyens semblables aux Achéens. J'aurais pu suivre la piste d'Homère et dessiner mes Troyens dans un style mycénien.

Mais ça ne me semblait pas correct. Dans une histoire avec une distribution aussi imposante, je voulais que les personnages aient autant de différenciations visuelles que possible. Les Troyens devaient avoir l'air
différents des Achéens. Mais de quelle façon ? J'ai cherché une réponse sans grand résultat. J'ai commencé à étudier la culture de l'âge du bronze en Thrace au nord de la Grèce et de Troie, mais les Thraces ne semblaient pas convenir non plus. Au cours de mes recherches, je suis tombé ça et là sur des références sur le grand empire des Hittites qui a prospéré en Turquie à peu près au même moment où la civilisation mycénienne prospérait en Grèce.

Je me suis demandé si je devais donner aux Troyens l'apparence de Hittites. Je dois admettre que j'étais assez réticent à commencer de nouvelles recherches. C'est alors que, presque par hasard, est survenue la possibilité de poser la question au seul homme qui pourrait me donner une réponse définitive à ma question sur l'apparence des Troyens.

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fredgri
Espoir postal
fredgri

Messages : 25
Inscription le : 09/02/2011
Localisation : Dijon

[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitimeJeu 10 Fév 2011 - 18:31

J'ai quand même envie de rajouter qu'il fait un exceptionnel travail sur le monde d'Oz, encore maintenant.
Il a toujours été fasciné par cet univers et il y a deux ans est sorti chez IDW un superbe recueil qui rassemble tout ses albums publiés jusque là:

[BD] Eric Shanower Adventures_in_oz_cvra_large

C'est tout simplement sublime d'un bout à l'autre, son trait s'affine de plus en plus et franchement quel excellent raconteur d'histoire.
En dehors d'une masse incroyable d'illustrations pour les divers livres autour de ce monde Shanower scénarise depuis trois ans des mini séries chez Marvel, pour l'instant deux sont déjà regroupées en album, la troisième vient de commencer.
Il ne dessine pas, mais c'est tout de même un vrai plaisir a lire:

[BD] Eric Shanower MarvLand01_cvr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fredgrigri.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




[BD] Eric Shanower Empty
MessageSujet: Re: [BD] Eric Shanower   [BD] Eric Shanower Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Eric Shanower
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eric Lapointe - 4e coach de la Voix
» Eric Dietrich
» Garde des Sceaux : Eric Dupond-Moretti
» Le gris
» [34] Hérault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: