Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jérôme Ferrari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Sam 8 Nov 2014 - 16:06

Ravie de te lire topocl ! Et je crois que kenavo recommandait également Un dieu un animal... à suivre donc...
Je note que tu vois un trio où je voyais un duel et je pense (après coup) que tu as sans doute raison de ne pas laisser de côté la victime, potentiel terroriste, potentiel innocent, en tout cas combattant d'une guerre dans laquelle il ne peut pas y avoir de héros.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Sam 8 Nov 2014 - 16:20

C'était facile de voir un trio, c'est marqué sur le quatrième de couverture, et je dois dire qu'au début ça m'a gênée, cette remarque qui les mettait à égalité en quelque sorte. Mais en fait nous sommes en face de trois terroristes d'une certaine façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Sam 8 Nov 2014 - 16:25

Oui et c'est justement sur cette sorte d'égalité que se construit le propos de Ferrari : comment faire la différence (sans même chercher à justifier ou à pardonner ou à condamner) entre ces trois hommes aux vies différentes, aux armes semblables et qui sont tous les trois confrontés à des choix (ou du moins des situations) qui les éloignent ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature


Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Le principe   Mer 15 Avr 2015 - 9:39

Le principe

Originale: Français, 2015

CONTENU :
Fasciné par la figure du physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976), fondateur de la mécanique quantique, inventeur du célèbre "principe d'incertitude" et Prix Nobel de physique en 1932, un jeune aspirant-philosophe désenchanté s'efforce, à l'aube du XXIe siècle, de considérer l'incomplétude de sa propre existence à l'aune des travaux et de la destinée de cet exceptionnel homme de sciences qui incarne pour lui la rencontre du langage scientifique et de la poésie, lesquels, chacun à leur manière, en ouvrant la voie au scandale de l'inédit, dessillent les yeux sur le monde pour en révéler la mystérieuse beauté que ne cessent de confisquer le matérialisme à l'œuvre dans l'Histoire des hommes. (Source: éditeur)

REMARQUES :
Un jeune étudiant de philosophie des années 80 met sa propre vie en dialogue avec celui du physicien allemand Werner Heisenberg et son époque, ainsi que ses découvertes essentielles dans la mécanique des quantas et le principe d'incertitude. En cela des mots clés comme par exemple « position, vitesse, energie, temps » servent comme point de départ pour montrer d'un coté dans des réflexions plus ou moins compréhensibles certains éléments de la théorie scientifique, et d'autre part, comme des expressions à partir desquelles on peut comprendre des processus même dans la vie du scientifique allemand, son temps, la société. ET notre époque. Ainsi on pourrait bien discerner trois niveaux de lecture différents, ou disons trois pôles ?!

Celui craignant déjà le mot de « physique » pourrait être étonné de découvrir ici en passant des explications abordables et passionantes pour une théorie complexe, celle de l'incertitude, des quantas. On sera étonné comment Ferrari met son jeune narrateur (alors étudiant de philosophie, donc un peu un alter ego de Ferrari?) dans les questionnements que provoquent alors les découvertes : cette nouvelle physique met en question une compréhension classique et des façons classiques de procèder. Elle change et changera notre idée du monde, introduit un aspect d »'incertitude » là, où nous aspirons tellement à des certitudes inébranlables. Ces ntions d'une compréhension d'un monde vont changer nos idées. Mais on pourrait aussi – avec certaines énoncés du texte – dire qu'une telle physique demande un changement du regard, une sorte de flexibilité intérieure, voir de créativité. Ainsi – si on accepte ces mots comme approches – on pourrait bien prétendre qu'il y ait une fructification, une relation vivante entre théorie scientifique, observations concrètes ET idée, conception du monde et réalisation dans notre époque et notre vie.

Une ouverture d'esprit, voir un changement d'attitude est demandé, exigé par l'observateur pour se libérer d'anciennes contraintes et visions. Ainsi on dit dans le texte une fois que « le principe d'incertitude surpasse le monde des atomes pour étendre son influence sur les hommes ».

Le narrateur, étudiant en philosophie dans la fin des années 80, un « alter ego » proche de Ferrari lui-même, s'adresse au Heisenberg décédé dans une très grande partie du livre. Il questionne ses découvertes, mais aussi la vie de l'homme qui surtout dans les années du fascisme en Allemagne connaissait un positionnement qu'on a jamais pu définir exactement. Là alors c'est un bon exemple comment le « flou » de la théorie, réjoind comme description la vie de l'homme. Il y a d'autres équivalents dans le livre. Le jeune Heisenberg de l'événement clé de Helgoland est montré comme un homme proche de la nature, prêt à s'étonner, voir s'enthousiasmer face à la beauté. Autre approche vers les réalités présentes ?! Ainsi on trouvera dans sa vie, comme dans celles de beaucoup de physiciens et scientifiques de son époque, un certain « mysticisme ». N'a-t-il pas regarder « par dessus l'épaule de Dieu » ?

On accompagne Heisenberg sur ce plan de découvertes scientifiques et des implications dans une vie de relations avec son époque, l'imbrication avec l'Histoire. Mais on parle peu de la personne familiale ou autre. Donc, ce n'est pas une biographie, ni non plus une pure vulgarisation d'un sujet scientifique. Premières expériences : les années 20, puis les relations partiellement turbulentes avec d'autres grandeurs, le temps dans le IIIème Reich, la recherche commandé pour une bombe (atomique ), l'enfermement temporaire en Angleterre avec d'autres jusqu'à un discours clé et célébre à Munich dans les années 50.

Le procédé de l'auteur est intéressant, voir convaincant, et pose des questions autour de la science et ses implications. Mais aussi sur la possibilité de tirer des conclusions de la théorie sur notre monde, ou de voir l'influence de nos attitudes sur les possibles conséquences dans la recherche scientifique. Peut-être faut-il un minimum d'intérêt pour le sujet ? Oui, bien sûr. Mais il me semble que l'auteur réussit bien en passant de faire expliquer des bribes du « principe d'incertitude », et dans la science, et dans nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Mer 15 Avr 2015 - 18:27

Merci Tom Léo. Quel boulot pour ce commentaire : tu nous as gâté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Chamaco
Zen littéraire


Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 70
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Mer 10 Juin 2015 - 17:33

Merci pour ce passionnant commentaire, Ferrari est vraiment un écrivain génial... bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Ven 15 Avr 2016 - 10:41

Le Principe

Je rejoins complètement l'avis de tom léo à propos de ce livre qui n'est pas complètement une biographie, pas uniquement un traité de physique, mais aussi un regard jeté par-dessus l'épaule de Dieu et une folle proposition de nouvelle lecture du monde.

C'est à une sorte de monologue adressé à un homme mort, un scientifique allemand que le narrateur de Ferrari nous invite. Loin d'être un spécialiste de la physique quantique, notre narrateur est un ancien étudiant en philosophie qui s'est fait humilier lors d'un examen portant sur le travail d'Heisenberg. De cette humiliation, il échappe en tentant un dialogue avorté avec celui qu'il ne connait pas mais qu'il cherche à comprendre. Toute vie est cohérente nous dit le narrateur, celle d'Heisenberg, intimement liée aux évènements de son époque (la montée du nazisme, l'avènement du Troisième Reich, la découverte absolument révolutionnaire de la physique quantique, la course infamante à la bombe atomique…) l'est autant que n'importe quelle autre et ce malgré sa complexité, ses trous, ses incompréhensions.

Le dispositif choisit par Ferrari est génial. Cette adresse directe au scientifique est une trouvaille jubilatoire qui permet d'entrer directement en relation avec les deux hommes en présence, le narrateur et son objet. L'autre dispositif dans le dispositif est de se servir des découvertes de la physique pour mettre en scène Heisenberg : position, vitesse, loi de la gravité, principe d'incertitude. Alors qu'on était bien sûr que le monde se partageait entre ondes et particules, les trouvailles d'Einstein transforment cette vision et l'effacent radicalement de la pensée des scientifiques. Il n'est plus possible de donner à la fois la position et la vitesse d'un atome dans un espace donné. Soit on choisit sa position (chapitre 1) soit sa vitesse (chapitre 2) mais il n'est plus envisageable de rendre compte des deux en même temps. De cette aberration, de ce manque, de ce trou abstrait, des interrogations métaphysiques d'Heisenberg, Ferrari tire un récit d'une étonnante poésie, d'une transcendance pure, d'une transfiguration absolue.

Les mots comme les particules sont un langage qui peut lui aussi faire éclater sa cohérence, marcher dans l'abstraction de termes, de pensées, de sentiments intraduisibles et pourtant bien sensibles. De cette alliance inattendue entre langage et particule, Ferrari donne une vision saisissante et fantastiquement folle. Sans compter l'impressionnante énergie (chapitre 3) qui se dégage de l'ensemble de ce court (trop court) roman. Cette énergie qui semble sourdre directement de la rage jaillissant de la matière littéraire, cette matière non pas en fusion mais bien fissible comme l'atome, comme la bombe et qui naît de l'humiliation du narrateur. Un récit tendu comme une corde de violon prête à claquer et qui se lit dans l'inconfortable mais enivrante position de l'apnéiste.

J'ai adoré.

Citation :
Toutes les histoires sont cohérentes et toutes sont incomplètes.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jérôme Ferrari   Aujourd'hui à 0:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Jérôme Ferrari
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» deux chevaux ferrari
» cherche crash test du nania cosmo sp ferrari
» Jeremy ferrari, un comédien excellent mais critiqué à tort .....
» N°280 Ferrari F40
» Ferrari LM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: