Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lucien de Samosate [Syrie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Lucien de Samosate [Syrie]   Lun 26 Jan 2009 - 20:59

Lucien de Samosate





Né à Samosate en Syrie vers 125. Issu d’une humble famille, il fut destiné à faire un apprentissage chez un oncle fabricant de statuettes, mais il s’enfuit au bout d’une journée et obtient de ses parents de pouvoir suivre des études, en grec évidemment. Il acheva son éducation dans une école de rhétorique de Ionie, devenant un grec cultivé. Il exerça la profession d’avocat à Antioche, mais cette vie sédentaire ne lui convenant pas, il parcourt le monde romain, de l’Asie mineure à la Gaule, donnant des leçons, en sophiste itinérant. Il s’établit à Athènes vers 165, abandonne la sophistique, et se consacre essentiellement au dialogue satirique, dans lesquels il se moque à peu près de tout, rhéteurs, philosophes, charlatans, et même dieux, se faisant un certain nombre d’ennemis. Après une vingtaine d’années, il se remet à voyager, et vers la fin de sa vie devient haut fonctionnaire romain en Egypte, la date de sa mort demeurant incertaine.

Nous sont parvenus quatre-vingt écrits de lui, mais l’authenticité d’une trentaine est douteuse. Il y a parmi ses œuvres des exercices de rhétorique de ses débuts comme par exemple Eloge de la mouche, d’un intérêt limité, ils nous donnent une idée de type de choses qu’il faisait dans sa période en tant que sophiste. Le sommet de sa production se situe pendant son séjour à Athènes, il comprend des dialogues, philosophiques, esthétiques, littéraires. Il est aussi auteur d’une œuvre autobiographique, Le songe ou le Coq et des romans satiriques comme Histoire véritable.
Vers la quarantaine, il définit sa philosophie, qui consiste à repousser le dogmatisme philosophique pour s’en tenir au sens commun et à un scepticisme mitigé. Il pratique l’ironie et la satire pour démasquer les charlatanismes, démolir les préjugés et détruire les chimères. Il détruit plus qu’il ne propose ; il a été accusé de pratiquer une morale négative et ne pas offrir de véritable idéal. Plus qu’un penseur original, proposant des idées fortes et neuves, il est un écrivain repensant les formes littéraires, et proposant dans un style alerte et élégant des texte mélangeant les idées avec les caractères humains. On peut trouver une parenté de ses textes avec les auteurs tels qu’Erasme, Rabelais, Swift, Voltaire. Ce dernier a d’ailleurs écrit « Ce Lucien est naïf, il fait penser ses lecteurs et on est toujours tenté d’ajouter à ses dialogues ».

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Lun 26 Jan 2009 - 21:12

Voyage dans la lune et autres histoires vraies



Le narrateur fait un voyage d’exploration par voie de mer avec cinquante compagnons. Au départ, les choses se passent bien, mais survient une violente tempête, si violente, qu’elle dure quatre-vingt jours. Si violente qu’elle emporte le bateau dans un autre monde, rien de moins que sur la lune, sur laquelle règne Endymion, dans la mythologie amant de Séléné. Comme les choses se passent dans la lune un peu comme sur la terre, il y a bien sûr la guerre, et celle de la lune se fait contre le soleil, sur lequel règne Phaéton. Des Hipogypes (hommes montés sur des vautours) et Lachanoptères (oiseaux dont le corps est couvert de légumes) combattent des Néphélocentaures (centaures ailés) qui remportent la bataille pour le soleil. Notre narrateur et son équipage peuvent retourner sur Terre, mais leurs aventures sont loin d’être terminées ; ils voguent d’île en île, entre autres sur celle des Bienheureux, où ils retrouvent Homère, Esope, Socrate… Ulysse regrette Calypso et charge nos amis d’un message pour elle.

Un texte drôle dans lequel Lucien parodie un certain nombre de textes célèbres de son époque, Hérodote est en particulier objet de son ironie. Nous retrouvons les héros d’Homère mais vus sous un angle insoupçonné, Coucouville- sur –nuage d’Aristophane est présente aussi. En un mot une excursion dans l’imaginaire grec, une parodie de mythes et de la littérature, faite par une plume inventive et mordante, mais en même temps fine et élégante.

La seule chose qui m’ennuie par rapport à ce texte, c’est l’appellation que l’on retrouve régulièrement de premier texte de science-fiction qui lui est régulièrement accolé. J’avoue que cette façon de classer un texte dans un genre littéraire qui lui si largement postérieur me hérisse, le fait de faire voyager ses personnages dans la lune, n’est pour Lucien qu’une façon de parodier les voyages imaginés pas ses illustres prédécesseurs en littérature, aucun esprit scientifique ni d’anticipation ne s’y attache. Si on doit chercher une descendance quelconque à la chose, elle est beaucoup plus à mon avis dans les contes philosophiques de Voltaire par exemple, que dans un quelconque livre de science-fiction.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucretius
Envolée postale


Messages : 138
Inscription le : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Lun 26 Jan 2009 - 21:47

Lucien de Samosate est un auteur comme je les aime, saignant et cinglant. J'ai beaucoup apprécié notamment Alexandre ou le faux prophète. C'est le récit détaillé d'un authentique charlatan. Tous ses tours de passe passe sont démystifiés, ainsi que toutes ses opérations commerciales douteuses. Le phénomène de la superstition, de la crédulité et du sectarisme sont montrés de manière particulièrement vive. Cette histoire sonne d'une manière étonnamment moderne. J'ai aussi beaucoup aimé sur un ignorant bibliomane, qui une diatribe réjouissante contre des fétichistes du livre, mais qui ne lisent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://interlibros.over-blog.com/
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Lun 26 Jan 2009 - 22:16

Lucretius a écrit:
J'ai aussi beaucoup aimé sur un ignorant bibliomane, qui une diatribe réjouissante contre des fétichistes du livre, mais qui ne lisent pas.
Ah, ça me tente bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Mar 27 Jan 2009 - 7:37

Arabella a écrit:
La seule chose qui m’ennuie par rapport à ce texte, c’est l’appellation que l’on retrouve régulièrement de premier texte de science-fiction qui lui est régulièrement accolé.
Ce n'est pas très grave, non ? Ca ne change pas la valeur du texte.
C'est typique, en fait, de la volonté d'honorabilité de la SF, qui n'a toujours pas gagné, en France, le rang qu'occupe le roman policier.
Dans un Que Sais-je sur la SF (où ailleurs ?), il me semble me souvenir que l'auteur écrivait que certains vont rattacher les prémices de la SF à l'Ancien Testament (apparition de cercles de feu dans le ciel, quelque chose comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Mar 27 Jan 2009 - 7:54

eXPie a écrit:
Lucretius a écrit:
J'ai aussi beaucoup aimé sur un ignorant bibliomane, qui une diatribe réjouissante contre des fétichistes du livre, mais qui ne lisent pas.
Ah, ça me tente bien !

Si cela te tente, tu peux trouver ce texte ici
http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Lucien/bibliomane.htm

Quand au fait de rattacher Voyage dans la lune à la SF, c'est une démarche qui n'est pas isolée, cela concerne d'autres genre littéraire, comme la Fantasy à laquelle on rattache par exemple Chrétien de Troyes. Il s'agit de lire, de donner sens, à des oeuvres du passé uniquement à partir du présent, des genres littéraires actuels, plutôt qu'essayer de comprendre le contexte dans lequel elles ont été créées, et du sens qu'elles pouvaient avoir pour leurs auteurs et leurs lecteurs de l'époque.
C'est absurde, et simplement ridicule, l'exemple que tu donnes est criant, intépreter l'Ancien Testament en tant que oeuvre contenant des prémices de SF, en mettnt en quelque sorte au second plan la nature religieuse du texte. On va chercher dans le texte ce qui intéresse la personne qui l'interprète, si nécessaire en déformant la nature profonde du texte.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Mar 27 Jan 2009 - 9:19

Hum... c'est une façon d'inciter les gens à lire ces textes, non ? Les rattacher à des textes populaires d'aujourd'hui, à des textes réputés "peu difficiles", c'est une façon de leur dire : "n'ayez pas peur", ces textes sont lisibles et même plus que cela : vous y prendrez plaisir.

Merci pour le lien, Arabella !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Lucretius
Envolée postale


Messages : 138
Inscription le : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Mar 3 Fév 2009 - 11:29

Certains ont dit que l'Oedipe roi était la première oeuvre d'énigme criminelle, un ancêtre d'Agatha Christie. Ce n'est pas plus absurde que d'en faire l'ancêtre de Freud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://interlibros.over-blog.com/
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Ven 10 Fév 2012 - 10:05

J'ai commencé les Histoires vraies et lu un texte important, intitulé "Le songe de Lucien", plus ou moins autobiographique car il met en scène un rêve où il aurait été sommé de choisir entre les activités manuelles (la scultpure) et intellectuelles (l'Instruction).
C'est très intéressant car on appréhende bien la mentalité antique, principalement Grecque, (mais assimilée par les très pragmatiques Romains), quant à la supériorité de l'esprit sur tout ce qui est artisanal. En sculpture d'ailleurs, tout le monde n'atteint pas les sommets de l'art d'un Phidias ou d'un Praxitèle. Combien de besogneux pour un vrai génie ?

Et je me disais ce matin que sur ce point là (le mépris du W manuel), comment dire, la France est très "Athénienne" !


2è texte édifiant : une critique de Zeus ! Qu'il ridiculise en lui faisant porter un foudre cassé. Et là aussi, on se dit que les Voltaire et autres penseurs anti-cléricaux ne sont pas les premiers à avoir raillé la religion, les convictions naïves d'une populace impressionnable et le concept même de Dieu.

"...toi qui n'entends pas les parjures, qui ne surveilles pas les criminels, mais as les yeux chassieux et la vue basse devant ce qui se passe, et les oreilles dures comme les petits vieux..."

Argument éternel, l'indifférence du "Dieu" face au mal. Toujours d'actualité dans la bouche des douteurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Mar 14 Fév 2012 - 10:45

Un esprit intéressant que ce Lucien, un sceptique.
Doublé d’un satiriste féroce, qui ne lâche pas son morceau.

Dans ce livre, l’auteur s’attaque beaucoup aux philosophes, inutiles créateurs de concepts vides et de logorrhées, cupides et amateurs de clinquant.

"...je pensais qu'ils pourraient me dire toute la vérité. C'est ainsi que choisissant les meilleurs d'entre eux, pour autant que je pouvais en juger d'après la sévérité de leur air, la pâleur de leur teint, la longueur de leur barbe - ces messieurs me firent d'abord l'effet de sublimes parleurs, de célestes penseurs - (...), mais ils furent si loin de m'arracher à mon ignorance première qu'ils me plongèrent tout uniment dans des incertitudes plus grandes encore..."

Sur la religion, Lucien est un véritable cartésien avant l’heure, ou pour dire les choses autrement, est encore plus incrédule que Saint Thomas. Il se moque des croyances paranormales (les défunts ont une âme ? Ridicule !), des dieux hybrides, de vrais « métèques » (comme ceux des Egyptiens), et démonte les mécaniques cléricales pour endormir les foules. Là-dessus, on ne peut que le rejoindre.

Souvent, la forme choisie est le dialogue, c’est donc très vivant. Lucien épingle les travers humains, notamment le mensonge élevé en institution. Il se moque des fables et des mythes, qu’il lit de façon littérale. Inutile de chercher une dimension symbolique, pour lui, il n’y en a pas. A un moment pourtant, il semble douter de son radicalisme quand il dit « les religions, pour les comprendre, il faut être « initié » », mais là, il ne se mouille pas, jugeant l’effort d’approfondir sans doute vain (à tort, selon moi).

A noter que la religion chrétienne en prend pour son grade aussi. Il en souligne les invraisemblances, mais le côté allégorique lui échappe totalement.

Le tout est enlevé, drôle et rafraîchissant. Le style est très alerte. Lucien place sa réflexion dans le cadre Grec, avec une richesse de connaissances sur les mœurs antiques qui est un vrai régal.

Quant au côté éventuellement science-fictionnel, je n’y crois pas. Même s’il met en scène également un voyage loin de la terre, pour « monter » rencontrer Zeus et sa clique d’immortels (ils sont plutôt baba cools là-haut !), Aristophane a utilisé le même poncif pour donner corps et voix aux dieux sans pour autant faire de l'anticipation.

Jubilatoire.
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Jeu 2 Mai 2013 - 21:59


Sur le deuil (Περί πένθους). Traduit du grec, préfacé et annoté en 2008 par Nicolas Waquet. Rivage poche. Petite Bibliothèque. 48 pages.

"L'univers satirique de Lucien nous plonge dans un monde où les défunts dialoguent, où les philosophes en quête de vérité s'engouffrent dans les Enfers et interrogent les ombres, où les rites funéraires sont une absurdité et où il faut envier les morts plutôt que de les pleurer." (Nicolas Waquet, préface, page 7).
Nicolas Waquet explique que Lucien, ici, se situe dans le prolongement des Tusculanes (de Cicéron) et de Crantor, auteur d'un traité intitulé Sur le deuil, et considéré comme une référence en matière de Consolation. On retrouvera les lieux communs de ce genre chez Plutarque (Consolation à Apollonios). "Mais Lucien choisit ici de les détourner. Ce n'est pas dans l'intention de consoler qu'il s'empare de l'argument consolatoire par excellence (qui consiste à considérer la mort comme un bien) ; c'est pour frapper d'absurdité, taxer de nullité le deuil dans son ensemble. Effectivement, si la mort est un bienfait, toutes ces coutumes et toutes ces cérémonies funèbres n'ont alors plus aucune utilité, plus aucune raison d'être.
L'athée et le rationaliste qu'est Lucien se propose donc - dès le premier paragraphe - de mener une exploration de l'inutile ; attitude déjà passablement paradoxale et volontiers provocante. En bon rhéteur, il va rentrer dans la logique de ce qu'il cherche à dénoncer.
" (page 16)

Lucien commence ainsi :
Citation :
"Il est tout à fait intéressant d'observer le comportement habituel des personnes en deuil, leurs propos, le discours de ceux qui sont censés les consoler, leurs lamentations, et leur façon de considérer ce qui leur arrive comme un insupportable malheur, pour eux et pour ceux qu'ils pleurent. Au fond, par Pluton et Perséphone ! ils ne savent pas exactement si cet événement est pénible et mérite que l'on s'afflige ou s'il s'agit, au contraire, d'un plaisir et d'un bienfait pour ceux qui en font l'expérience [...]" (page 23).
Il examine ensuite ce que l'on connaît du monde mystérieux où vont les trépassés : les sources en sont Homère, Hésiode, et d'"autres conteurs de fables, prenant pour lois leurs fictions poétiques." (page 24).
Il a beau jeu de démonter les absurdités colportées.
Les hommes vertueux sont envoyés en groupe, "comme une colonie, mener une vie meilleure dans les champs Elysées." (page 28). Les méchants subissent des châtiments effroyables.
Mais la plupart (probablement vous et moi) se retrouvent dans un entre-deux :
Citation :
" [...] leurs ombres dénuées de corps errent dans la prairie et se dissipent comme une fumée dès que l'on cherche à les toucher. Ils se nourrissent des libations et des sacrifices que nous leur offrons sur leurs tombeaux, dans notre monde, de sorte que le défunt qui n'a laissé sur terre ni parent ni ami se trouve privé de nourriture et vit parmi les trépassés en endurant la faim" (pages 28-29).
C'est dur ! Les ombres sans famille ont faim, ils doivent se serrer la ceinture !

Lucien raille la coutume qui consiste à mettre une obole "dans la bouche [des morts] pour payer le passeur" : quelle est la monnaie qui a cours aux Enfers ? Sans compte qu'"Ils ne pensent pas non plus qu'il vaudrait mieux ne pas avoir de quoi payer la traversée, car le nocher refuserait ainsi de recevoir les morts et les renverrait à la vie." (page 29). Effectivement !

Quant au survivant qui gémit, qui se lamente si fort :
Citation :
"il sait bien que le défunt ne l'entendra pas, même s'il criait plus fort que Stentor. Il ne le fait pas non plus pour lui-même, car il suffit de ressentir cette douleur, de la connaître, sans devoir la crier pour autant : nul n'a besoin de hurler pour s'entendre ! C'est donc pour l'assistance qu'il profère ces sottises [...]" (pages 32-33).

Lucein fait parler le fils mort que son père pleure, et énumère toutes les calamités auxquelles il va échapper grâce à son trépas...
Citation :
"Par Zeus ! si le défunt, accoudé, se tournait vers eux et se mettait à discourir ainsi, ne penserions-nous pas qu'il parle d'or ?" (page 37).

On finit par le banquet funéraire.
Citation :
"Ils se mettent donc à table, un peu honteux d'abord, avec la crainte de se montrer assujettis aux appétits terrestres après la mort des êtres qui leur étaient les plus chers." (page 40).


Un court texte sur le deuil souvent instructif (grâce aux notes, aussi), mais également souvent très amusant. Bien sûr, on pourra penser que la critique est parfois un peu facile (quasiment toute croyance, prise de façon rationnelle, a sa part de ridicule), mais Lucien fait souvent mouche (il en a d'ailleurs fait l'éloge, de la mouche, mais il s'agit d'un autre texte). Et, finalement, se moquer ainsi d'un sujet aussi grave, on se dit qu'il fallait oser.

"[...] on l'a souvent comparé à Voltaire et, comme Voltaire, il détestait la superstition. Son petit traité Sur le deuil flétrit les rites funéraires et les croyances qu'elles impliquent. Et la façon irrévérencieuse dont il met en scène les dieux est, précisément, d'un esprit que nous appellerions voltairien." (Jacqueline de Romilly, Précis de littérature grecque, Puf, page 242).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Jeu 2 Mai 2013 - 23:18

Voltaire, oui c'est évident, mais comme on disait autrefois les Grecs ont tout inventé, les modernes ne font que répéter.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Ven 3 Mai 2013 - 8:37

Arabella a écrit:
Voltaire, oui c'est évident, mais comme on disait autrefois les Grecs ont tout inventé, les modernes ne font que répéter.
Ne me dis pas que eux aussi avaient leur Marc Lévy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Ven 3 Mai 2013 - 8:55

Sans doute l'équivalent. Mais qui a eu le bon goût d'être perdu dans les diverses destructions et vicissitudes de l'histoire. On ne garde que le meilleur. rire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   Ven 3 Mai 2013 - 11:00

eXPie a écrit:
Arabella a écrit:
Voltaire, oui c'est évident, mais comme on disait autrefois les Grecs ont tout inventé, les modernes ne font que répéter.
Ne me dis pas que eux aussi avaient leur Marc Lévy ?
Bien sûr qu'il y avait des scribouillards, et plein ! Heureusement, le temps a fait son travail (même si quelques navets ont réussi à nous parvenir), comme le dit bien Arabella, et de fait, on a tendance a oublier que pour un auteur génial, il y avait cent pâles imitateurs qui se sont perdus dans les tréfonds de l'histoire...Il n'en reste plus que des critiques, parfois acerbes : chez Lucien de Samosate au premier chef, puisqu'on est sur son fil... Rien que ses Histoires vraies (Vraies fictions) en offrent un bel exemple (il suffit de lire le début par exemple : nombreux ceux qui ont prétendu imiter Homère...).
Ca ferait un beau sujet de mémoire/thèse, dites ! dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucien de Samosate [Syrie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucien de Samosate [Syrie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» DELETTRE Louis Lucien
» à la recherche Lucien Tabury
» Guerres et épaves - Le Syrie
» Syrie . 120 militaires français arrêtés
» Les photos de Lucien Martinot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature antique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: