Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gilles Jobidon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Gilles Jobidon   Dim 1 Fév 2009 - 13:45

Source Vlb éditeur:
Citation :
Gilles Jobidon travaille depuis plus de vingt-cinq ans dans le milieu de la culture et des communications. Très remarqué par la critique, son premier roman, La route des petits matins, a remporté le prix Robert-Cliche 2003, le prix Ringuet 2004 de l’Académie des lettres du Québec et le prix Prix Anne-Hébert 2005.

Prix Robert Cliche + entretien avec l'auteur ICI

NB: la photo attendra le bon vouloir de Servim jemetate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Gilles Jobidon   Dim 1 Fév 2009 - 13:49

La route des petits matins


Le narrateur, ami, proche, on ne le sait pas trop mais c'est cela qui est bien, raconte le parcours d'un réfugié sino-vietnamien de Saïgon au Canada.
Saïgon, la belle, Saïgon la vivante, la colorée avec ses marchés, ses maîtres de thé, son faste, son histoire. Saïgon, la belle qui chute sous les coups de butoir d'une armée révolutionnaire, Saïgon laissée à elle-même par une armée étrangère qui plie bagage dans le désordre d'une fuite, celle de la défaite idéologique.
Saïgon, une famille esseulée depuis le départ, en réalité l'arrestation, du chef de famille, un jeune garçon renvoyé de l'école et pris sous son aile par son maître de thé, Maître Wou. Un apprentissage de la vie, de la cruauté du monde comme de sa beauté, au gré des séances de dégustation de thés, de leçons de calligraphie et de mandarin. La vie difficile de ceux qui ont tout perdu, de ceux dont on s'écarte afin de ne pas être contaminé par leur disgrâce. La vie cahotante de celui qui veut partir et qui chaque jour s'entraîne afin de s'aguerrir. La nage dans le bassin chloré est le point de départ d'une fuite organisée secrètement. Long et difficile est le temps de la préparation, à l'image des épreuves qu'il faudra affronter au cours d'un dangereux périple vers la liberté "Fleedom".
Que dire de ce roman, construit comme un long poème, sinon qu'il est magnifique! L'écriture, fluide, onirique où les silences sont autant de cris ou de pleurs sur une vie qui ne sera plus, sur un monde que le réfugié se doit d'oublier pour trouver la force de continuer.
Le lecteur suit le narrateur qui a choisi le "tu" pour conter cette douloureuse et magnifique histoire: distance et proximité intime du "tu" un peu déstabilisateur au début puis indissociable du chant triste et beau d'un adieu au pays.
Oh, qu'il fut saisissant de beauté et d'émotion, le passage où le héron, impérial au milieu du marais gluant de boue, traversé par les exilés volontaires d'une dictature insupportable, regarde plein de sagesse le jeune homme en fuite, comme le faisait son maître de thé....celui-là même qui lui offrit, une peinture chinoise représentant un héron qui s'envole! Le maître et l'élève se rencontrant au-delà des contingences matérielles, ultime encouragement du premier pour que le second triomphe de l'épreuve. Le thé, la douleur, la peur et le ravissement en une scène d'une acuité et d'une intense émotion.
C'est avec une tendresse presque amoureuse que Jobidon relate le parcours initiatique de son héros, ce héros ordinaire qui connaîtra un destin extraordinaire: le lecteur est transporté dans un élan poétique d'une étrange beauté, au rythme lent de la poésie du texte, parsemé de silences invitant à une pause méditative où les flaveurs d'une tasse de thé exacerbe les sensations.
"La route des petits matins" est celle empruntée par ceux qui décident un jour que le joug d'un pouvoir est insupportable et que le fuir, à ses risques et périls, est encore préférable à cette lente mort des corps et des esprits. Un récit qui chante, doucement, subtilement le courage, l'opiniâtreté, la faculté d'adaptation des réfugiés: ils quittent leur pays pour un ailleurs dans lequel ils vont devoir apprivoiser pour pouvoir s'y fondre malgré les différences absolues de culture et de climat!
Une très belle découverte d'une véritable perles de chez nos cousins québécois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Gilles Jobidon   Dim 1 Fév 2009 - 19:35

Quel drôle de nom a cet auteur ! mais je dois dire que ce que tu nous en dit fait vraiment envie. Bon, allez, je retourne à mon tas de copies. Assez rêvé!

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Gilles Jobidon   Lun 2 Fév 2009 - 8:36

Après ce commentaire chaleureux Chappy je ne résisterai pas à faire connaissance avec cet auteur. merci

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gilles Jobidon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gilles Jobidon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gilles Peyrin (présentation)
» Symdrome Gilles de la Tourette
» anniversaire Gilles Peyrin
» Tic et syndrome de Gilles de La Tourette
» Saint-Gilles-de-la-Neuville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: