Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]

Aller en bas 
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeLun 2 Fév 2009 - 14:34

Christian Rizzo

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo110

A ne pas manquer: Son spectacle B.c, janvier 1545, Fontainebleau à l'opéra de Dijon le 21 mars 2009 (voir plus bas...) et Mon amour à l'auditorium de Dijon le19 mars 2009.


Biographie:

Citation :
Artiste pluridisciplinaire, ayant une formation d'art plastique, styliste, Christian Rizzo exerce diverses professions à Paris, monte un groupe de rock, lance une marque de vêtements avant de se tourner vers la danse, la performance et le théâtre dans les années 1990. Il développe des projets où se mêlent les arts visuels, la danse, la musique, le design et le stylisme et collabore avec des artistes de renom, dont Mathilde Monnier, pour laquelle il monte 'Face Nord' et 'Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt'. Avec l'association Fragile, il crée 'Y'là', solo, en 1997. Il devient résident de l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Toulouse en 2003 et reçoit le Grand Prix de la Critique 2002-2003 palmarès danse/révélation chorégraphique, du syndicat professionnel de la critique dramatique et musicale. C.Rizzo est aussi créateur de costumes ainsi que de bandes-son pour les chorégraphies d'autres artistes, tels Hervé Robbes ou Véra Montero. Il participe activement à la saison 2006-2007 de la cinémathèque française et y présente plusieurs de ses créations cinématographiques inédites comme 'Fantômes et vanités'. Dans le cadre du Festival Montpellier danse 2007, Christian Rizzo chorégraphie 'L' association Fragile', spectacle issu d'une collaboration étroite avec le compositeur Gérome Nox.

Créations chorégraphiques:
Citation :

* 1997 : Y'là, solo
* 2000 : 100% Polyester
* 2001 : Et pourquoi pas "bodymakers", "falbalas", "bazaar", etc.
* 2002 : Skull Kult
* 2003 : Avant un mois je serai revenu et nous irons ensemble en matinée, tu sais, voir la comédie où je t'ai promis de te conduire, Grand prix de la critique 2002-2003 - Révélation
* 2004 : Autant vouloir le bleu du ciel et m’en aller sur un âne
* 2005 : Soit le puits était profond, soit ils tombaient très lentement, car ils eurent le temps de regarder tout autour, "ni fleurs, ni ford-mustang"
* 2005 : Comme crâne comme culte
* 2006 : Jusqu'à la dernière minute, on a espéré que certains n'iraient pas
* 2007 : BC, janvier 1545, Fontainebleau, Toutes sortes de déserts
* 2008 : "Mon amour", "how to say "here"?, i-fang lin/christian rizzo

Chacun de ses spectacles est un évènement qui abolit la frontière entre danse, mode, installation d'art contemporain et happening.

Je l'ai découvert en 2005 à Lille avec:

Soit le puits était profond, soit ils tombaient très lentement, car ils eurent le temps de regarder tout autour et "ni fleurs, ni ford-mustang":

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Img_2310

L'opéra de Lille accueille les spectateurs déjà inquiets par la pulsation rythmique lancinante, et à très haut niveau sonore, qui envahit déjà la salle avant le lever du rideau. Puis on est parti pour une heure d'un rituel hypnotique et un brin macabre où les danseurs se déplacent au ralenti pour effectuer des échanges mystérieux de vêtements ou d'objets. Un pied se lève, un bras, le danseur se redresse lentement, se déplace puis se rallonge... Ensuite les danseurs quittent la scène pour revenir sous forme hybride comme des créatures de tableaux de Jérôme Bosch. Femme-oiseau, homme à tête de loup... Et au fur et à mesure ils se métamorphosent pour revenir dans des tenues de latex noir qui en se mélangeant sur le fond noir de la scène donneront le sentiment d'un retour à une sorte de magma originel. Complètement fascinant ou rebutant selon sa disposition (une bonne part du public se lève pendant la représentation).

Citation :
Chez Christian Rizzo, tout commence par un titre, long de préférence. Il est l’écrin de ses fastueux et fascinants spectacles. La phrase de Lewis Caroll choisie pour cette nouvelle création contient les éléments fondamentaux – espace, temps, mouvement, regard – qui intéressent l’artiste, chorégraphe et plasticien. Puis il y a la scénographie. Sur scène, une couleur domine, le blanc, et des volumes, monolithes que les danseurs déplacent, créant différents lieux singuliers, éclatés, ou communs. Alors l’ensemble peut enfin entrer en résonance. Cette mise en tension de l’espace à partir des corps, de l’enjeu de la chair, cristallise de fulgurantes visions. Avec des questions telles que : comment être ensemble, s’accompagner dans la chute, changer de point de vue, faire résonner l’espace entre les choses, le créateur fait rocker les images entre théâtre et danse. Entre voix et chuchotements, tout commence par une énonciation de noms et de choses et finit en métaphore. Sculpteur d’espace, Christian Rizzo fait de chaque création une expérience sensorielle qui naît des gestes et des postures des interprètes, d’une certaine façon d’habiter costumes et vêtements, de manipuler des objets, de hanter la scène. Orchestrées selon de mystérieux rituels, voluptueusement serties d’images au sens mouvant, de fragments dansés, ses pièces tiennent du rébus, du signe ou de la trace. Un jeu sans fin entre apparaître et disparaître. À la fois baroque et minimal, ce théâtre des métamorphoses aime la fête, les mondes de la nuit, les masques et les fantômes. Il est une invite au regard, un luxueux moment d’abandon au temps.


B.C, JANVIER 1545, FONTAINEBLEAU
(2007)

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo310

La danse devient avec Christian Rizzo une calligraphie. L’espace trouve ses profondeurs et sa surface par le jeu des lumières et l’ombre des mouvements. Une heure extraordinaire. Dance.net

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo410

Extrait du spectacle: (en bas à droite) ICI

Un espace qui rappelle les installations d'Annette Messager avec ces peluches suspendues. Un solo hallucinant de la danseuse Julie Guibert accompagnée par Rizzo lui-même avec une tête de lapin! B.C. fait référence à Benvenuto Cellini qui voulait créer une sculpture en mouvement. Si ce spectacle repasse courrez y!!!



Mon amour
(2008)

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo-10 Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo-11 Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Monamo10

Fluctuanet:
Citation :
Une bande de jeunes, en jeans slims ou jeans usés et sweat-shirt à capuche (capuches qu’ils ont remontées sur leur tête), nous tournent le dos et tapent le rythme d’un son électro-rock répétitif. Une immense boule noire sur le carré blanc de la scène, non sensible au son, reste, elle, imperturbable. Une plaque carrée est pendue à trois mètres du sol, parallèle à celui-ci. Le tout est baigné dans une fumée blanche qui confère une épaisseur plastique à l’espace.

-10 minutes, un quart d’heure, l’entrée du public, longue et périlleuse pour cette salle de 560 places.-

Ce sont les premières images du spectacle de Christian Rizzo, elles marquent l’esprit tant elles sont stimulantes, denses et solides.

Vont suivre des balais de plantes vertes, de chaises en bois et de boules noires captivantes. La chorégraphie oscille entre le mouvement pur, la danse contact et la danse. Les interprètes se portent beaucoup, et se déportent souvent. Sans vraiment d’attache. Pour repère le vert des plantes, éléments qui composent une nature en pot mais bien vivante, efficacement luxuriante, et qu’ils déplacent sans cesse. Certains la transportent même dans leurs sacs : pour reconstruire un monde ?

May I touch you ?
Et comme second repère l’Autre, le plus important, qu’on essaie d’embrasser mais qui s’échappe, qu’on porte, qu’on supporte ou qu’on emporte, mais jamais de force. Ces contacts semblent exprimer la fragilité de celui qui est porté, et la force obligée de celui qui porte.

En fond sonore, s’ajoute aux mélodies trip-hop rock les paroles (in english) de poèmes de William Carlos Williams et des chansons de Morrissey, Marianne Faithfull ou Patti Smith interprétées par Mark Tompkins. Et celles-ci parlent de l’amour, de l’errance, du pardon, de la renaissance, de l’enfance, de l’autre, de la fuite, de la porte ouverte. Les mots créent une nappe englobante, qu’on écoute ou qu’on n’entend plus vraiment par moment mais qui berce et caresse.

« May I touch you ? » comme une litanie que répète Tompkins au micro, sur des longs rifs de guitares - Les instruments sont à demi-visible derrière un tulle noir en fond de scène, batterie, contrebasse, table de mixage.
« May I touch yoooouuu » comme un chant d’amour désespéré mais qui se risque à l’expression.
En écho à ces possibles rencontres, on voit sur scène des pas de deux ou des expéditions solitaires, des gestes simples et des éclats frénétiques. Sans forcément de grâce rigide, sans aucun académisme, mais dans l’harmonie, dans la complicité des corps. On verra petit à petit le visage des danseurs et des morceaux de peau. Et plus tard une invasion de boules noires et Tompkins seul dans ce désert absurde et enfumé, écho d'une douce apocalypse.
Et ça évoque Gus Van Sant, une innocence déchue, une délicatesse qui devient parfois abrupte, et la sensualité du jean, le rock et les plantes… si vertes…

Rien à ajouter à ce commentaire pour ce spectacle une fois de plus génial! Il est rare d'être à ce point hypnotisé par ce qui se passe sur une scène de théâtre. C'est une forme de poésie très contemporaine et qui stimule tous les sens.

Avant un mois je serai revenu et nous irons ensemble en matinée, tu sais, voir la comédie où je t'ai promis de te conduire, (Grand prix de la critique 2002-2003)

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo510 Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo610


Extrait: ICI

Encore un tableau vivant et onirique qui date de 2002 et l'a fait découvrir au grand public. Le titre vient "Les Plaisirs et les jours" de Marcel Proust. Malheureusement je ne l'ai pas vu!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Jeu 5 Fév 2009 - 22:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeLun 2 Fév 2009 - 14:56

FANTOMES ET VANITES (UN AUTOPORTRAIT ECLATE DE CHRISTIAN RIZZO)

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] 495010

90’

Résumé :

Mis en place durant la saison 2006-2007, le pôle « Danses et images actuelles » regroupe en images des propositions fortes de la danse, du cinéma et de la vidéo d'aujourd'hui. Pour cette première séance d'une longue série à venir en présence de chorégraphes, cinéastes ou vidéastes, La Cinémathèque de la Danse invite le chorégraphe Christian Rizzo à partager avec le public des moments de ses spectacles, les images qui l'inspirent, ainsi que des films inédits réalisés par ses collaborateurs et par lui-même.

Avec des images de Georges Franju, Gareth Pugh, Oskar Schlemmer, Leigh Bowery, Kenneth Anger, Sophie Laly, La Bourette, Christian Rizzo, The Residents, Schmelzdahin, Erwin Blumenfeld, etc.,

Citation :
À la croisée du rock, de la mode, de la scénographie, de la danse et de la performance, Christian Rizzo développe une oeuvre aux contours inattendus. Recouvrant les danseurs de costumes extravagants, transformant les performers en rock stars aux chansons incompréhensibles, créant des chorégraphies sans corps, pour des robes tournant dans le souffle de ventilateurs, les pièces de Christian Rizzo sont profondément marquées par un travail sur les formes de la présence, en même temps que par les signes de la disparition.

Kaléidoscope de clips punk, de séquences de films fantastiques, de moments de danse, de portraits d'interprètes au travail, de films expérimentaux, de performances issues de la mode, cette séance propose aussi les vidéos inédites de Christian Rizzo et de quelques membres de sa constellation. Autant qu'un « autoportrait éclaté », la séance "Fantômes et vanités" dévoile le fond de rayonnement d'une oeuvre aussi spectaculaire que mélancolique, aussi cohérente qu'éclectiqueaussi frivole que profonde.

Si quelqu'un repère où ce film est diffusé...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 4 Fév 2009 - 19:46

Merci pour cette présentation, Marko, je n'ai pas eu l'occasion de voir le travail de cet artiste et je note donc son nom. Tu fais référence à Annette Messager et j'aime beaucoup sa démarche donc ça devrait m'interroger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 4 Fév 2009 - 20:04

Nathria a écrit:
Merci pour cette présentation, Marko, je n'ai pas eu l'occasion de voir le travail de cet artiste et je note donc son nom. Tu fais référence à Annette Messager et j'aime beaucoup sa démarche donc ça devrait m'interroger...

Je suis un inconditionnel de Rizzo et son travail m'hypnotise complètement!

Dans B.C, JANVIER 1545, FONTAINEBLEAU il utilise des suspensions comme le fait Annette Messager (Sa rétrospective à Beaubourg est un des meilleurs souvenirs d'art contemporain avec son installation Casino notamment qui avait gagné à la Biennale de Venise) et l'interaction avec les mouvements de la danseuse apporte vraiment une dimension supplémentaire. C'est un peu comme si elle en devenait le miroir. Elle se déplace tantôt comme une araignée, tantôt comme un oiseau... On retrouve toujours ces thématiques de métamorphoses et de chimères.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeDim 31 Mai 2009 - 10:41

Christian Rizzo à nouveau à l'honneur à l'opéra de Lille pour la saison 2009/2010. Tout le programme de danse contemporaine est d'ailleurs alléchant... Nathria, je compte sur toi!

Citation :
DanseLa saison prochaine encore, l'Opéra remplira donc la mission qu'il s'est attribué : programmer les danses, toutes les danses.

Certains « habitués » de la salle interviendront à nouveau, comme l'artiste en résidence Christian Rizzo, avec L'oubli, toucher du bois (du 25 au 27 février) ou encore Anne Teresa de Keersmaeker avec 3adieux (du 18 au 21 mars). On retrouvera également Sasha Waltz avec plusieurs propositions avant les représentations de Medea. Classique du XIXe siècle revisité en 1982 par le chorégraphe suédois Mats Ek, Giselle sera à l'affiche fin janvier, interprété par le Ballet de l'Opéra de Lyon.


V6 et Sa 7/11/09: Qui va là?

Un parcours conçu par Rizzo à travers tous les espaces de l'opéra de Lille sur le thème du double. Il faudra réserver au choix dans 3 espaces différents simultanés.

Citation :
Conçue par CHRISTIAN RIZZO, cette soirée particulière est à l'image de cet artiste polymorphe, aussi bien chorégraphe, plasticien, que styliste et fondateur d'un groupe de rock. Il invite le public à un voyage dans tous les espaces de l'Opéra avec des propositions sur le thème du DOUBLE. Depuis 100% polyester, son installation désormais culte (présentée à l'Opéra en 2007) composée de deux robes suspendues et mouvantes, ou les corps de Soit le puits était profond... (présenté à l'Opéra en 2006) travestis en créatures mutantes, le double est l'un des motifs obsessionnels de ses créations. Il convie à cette occasion quelques-uns de ses complices fidèles et ses coups de coeur, tous réunis autour de la figure, la personne et l'incarnation...
Une soirée en trois actes:

Premier acte : au choix I Entre le solo d'I-FANG LIN chorégraphie par CHRISTIAN RIZZO, ou CATHERINE BAY et ses BlancheNeige démultipliées à l'infini, ou bien encore le monologue de DIDIER GALAS avec son (H)arlequin, célèbre valet du théâtre occidental et ses histoires falsifiées. Les places sont limitées dans chaque espace, il faut donc s'inscrire à l'une des trois propositions.

Deuxième acte pour tous, avec And Then d'ESZTER SALAMON. Hongroise vivant à Berlin, ses chorégraphies dépassent dans chacune de ses créations le champ de la danse proprement dite. Pour ce spectacle, elle a recherché plusieurs de ses homonymes dans le monde, et entre ainsi dans l'histoire de huit personnes que rien ne relie entre elles, et dont l'existence ne la concerne ni de près ni de loin : « N'est-il pas étrange et presque troublant de pénétrer ainsi dans la vie des autres par le simple accident d'en rencontrer la preuve ? ». Écrit tel un documentaire, les témoignages se succèdent sur l'écran et sur la scène, qui se contracte et se déplie en plusieurs espaces de lumière.

Troisième acte: Deux musiciens guest stars concluent chacun l'une des deux soirées le pianiste SYLVAIN CHAUVEAU et ses discrètes touches électroniques (vendredi 6), et CHRISTIAN FENNESZ, guitariste et grande figure de la scène techno électronique depuis les années 90 (samedi 7). Christian Rizzo est l'hôte permanent de l'Opéra depuis 2007. Il a également été artiste professeur invité pendant toute la saison 2008-2009 au Fresnoy, Studio national des Arts Contemporains à Tourcoing, qui s'associe à l'Opéra pour cette soirée. Les installations vidéo de Oh Eun Lee, Maïder Fortuné, Gregg Smith et Takako Yabuki, à voir lors des entractes, traitent également de l'incarnation et de la désincarnation, de la transposition et du personnage.

Je 25, V 26, Sa27 /02/2010: L'oubli, toucher du bois.

Citation :
Comme à son habitude, CHRISTIAN RIZZO refuse de se contenter de reprendre ses formules à succès. Sa curiosité, sa gourmandise et son tempérament de chercheur l'emmènent vers de nouvelles aventures où on ne l'attend pas. Entre une commande du Ballet de l'Opéra de Lyon en mai 2009 et une mise en scène d'opéra au Capitole de Toulouse en mars 2010, il présente à l'Opéra de Lille une nouvelle création.
Il propose des pièces où tous les éléments participent à ses chorégraphies atypiques : danseurs, scénographie, musique, lumières, vidéo, costumes mais il n'applique jamais les mêmes recettes. Avec L'OUBLI, TOUCHER DU BOIS., il questionne la présence des corps dans un espace clos, dont les parois en matériaux bruts sont autant de surfaces d'échos de lumières et de sons. Il confie la composition musicale à Sylvain Chauveau, dont le piano se mèle à de discrètes touches électroniques. Huit danseurs tentent des danses d'espoir pour un être disparu. Les corps, perdus et éperdus, creusent l'espace négatif environnant pour que l'absence (ce dont ils sont faits) se cristallise en énergie vibratoire : une pièce imaginée à ce jour en trois actes, pour convoquer l'autre quelle que soit sa forme, avec l'espérance du calme à venir, du repos. Le chemin partagé avec Christian Rizzo continue, à la rencontre de ses multiples univers de création.



P.S.:

La vidéo de B.C., Janvier 1545, Fontainebleau a été déplacée sur le lien. Il faut faire une "recherche" en marquant "Rizzo" et en cliquant sur la vidéo correspondante (2. Vidéo puis l'image de la danseuse avec les peluches).


B.C, JANVIER 1545, FONTAINEBLEAU
(2007)

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Rizzo410

Extrait du spectacle: ICI

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeDim 31 Mai 2009 - 11:04

cheers Alors là, je prends note dans l'agenda sans aucun problème woohoo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeVen 9 Oct 2009 - 16:56

Nathria a écrit:
cheers Alors là, je prends note dans l'agenda sans aucun problème woohoo

C'est le moment de réserver!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeSam 27 Fév 2010 - 10:11

L'oubli, Toucher du bois
Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] 36707910

Un cadre en bois clair qui donne le sentiment que la scène est enfermée dans une boîte géante. Quatre parties qui mettent en scène pendant 1h10 un homme entre 2 âges qui semble observer comme en état second 5 jeunes danseurs d'abord habillés de couleurs différentes puis progressivement remplacés par des personnages fantômatiques entièrement vêtus et cagoulés de noir (comme la mort?). La 1ere séquence montre ces 5 danseurs peu à peu vider l'espace de tous les objets qui l'encombrent (et dont Rizzo a ensuite expliqué qu'il s'agissait d'objets appartenant à tous ses spectacles précédents puisque L'oubli... est un spectacle marquant les 10 ans de la compagnie de danse). Puis l'homme plus âgé tente d'approcher ces jeunes gens sans jamais pouvoir réellement se mêler à leurs interactions et métamorphoses. Comme une jeunesse qui s'échappe on suppose. Ces jeunes corps qui se font tomber, se relèvent, entrent en tension avec la cadre ("Toucher du bois"), s'assemblent pour former des créatures hybrides mystérieuses aux déplacement étranges. Il reviennent ensuite tout en noir pour planter sur la scène une sorte de forêt abstraite faite de pilônes de diamètres et de longueurs différents.

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Avec-l10

Puis la scène se vide, et arrive une des silhouettes noires qui en se déshabillant fait apparaître une femme animée de mouvements saccadés comme une image qui tenterait de se matérialiser pour finalement entrer brièvement en communication avec l'homme âgé. Une étreinte éphémère et cette femme s'évapore à son tour. Puis les silhouettes noires reviennent une dernière fois pour emporter l'homme, à présent allongé par terre et enveloppé d'une couverture, vers le néant de l'arrière plan. Le dispositif de lumières qui sort d'une trappe dans le plafond se referme pour donner le sentiment d'un cercueil qui se referme. Noir total...

Spectacle abstrait donc, mais en même temps narratif, qui donne le sentiment d'un espace mental qui pourait être une sorte de passage vers la mort. La nécessité d'"oublier" tout ce qui encombre notre passé et peut-être en dernier lieu de renoncer à l'amour pour accepter le dernier voyage. Chacun peut y voir ce qu'il ressent.

J'ai trouvé ce spectacle plus tendre que les précédents. La musique électronique s'y fait moins puissante, des accords de piano ponctuent les chorégraphies en déclenchant ou en stoppant le mouvement. La musique me rappelle les dernières chansons de David Sylvian avec Ryuichi Sakamoto. Si ce n'est pas lui, la voix qu'on entend y ressemble beaucoup.

Il y a aussi ces formidables éclairages qui créent une nouvelle strate de langage par les projections des corps sur les parois qui elles-même semblent s'animer en donnant une respiration à cet espace clos jamais figé.

L'image de l'ombre de cette boite se refermant est saisissante et un peu oppressante mais notre homme âgé en est finalement déjà sorti. L'âme n'est déjà plus dans le cercueil Very Happy

Une fois de plus un très beau spectacle qui tient de la danse et de l'installation abstraite d'art contemporain. Un monsieur d'un certain âge, lui aussi, a pris la parole lors de la rencontre avec Rizzo et après avoir déclaré avec véhémence que le spectacle était "nul", s'est comme apaisé en se rendant compte qu'au fur et à mesure qu'il parlait il montrait que finalement il avait ressenti et compris beaucoup de choses. J'ai aimé ce miroir involontaire du spectacle!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Mer 3 Mar 2010 - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 3 Mar 2010 - 11:34

L’Oubli, Toucher du bois

C’est la première fois que j’assiste à un spectacle de Christian Rizzo.
L’espace, une pièce toute en bois, est jonché d’objets hétéroclites (un escabeau, une feuille de plante,…). Un vieil homme est assis sur une chaise, il enroule très lentement un fil (le fil de sa vie ?) alors que les danseurs, autour de lui, enlèvent un par un les objets. (Ce qui meuble son esprit ?). Les danseurs s’accrochent et se rejettent, se portent et se déplacent, se repositionnent les uns par rapport aux autres comme des objets. (Pour moi, ça m’évoque plus les idées et donc les souvenirs, l’un entraînant l’autre, une idée chassant l’autre). La musique au piano est lente (je l’ai trouvée nostalgique, un peu triste), les danseurs cessent de danser lorsqu’elle commence et dansent lorsqu’elle s’arrête. Il y a peu de silence complet puisqu’il y a le frottement des corps sur le bois.
Plus tard, une ombre humaine (personnage tout en noir) évolue sur la scène et devient tour à tour l’ombre de chacun des protagonistes et elle ne possède pas d’ombre elle-même. (Comment ça marche ? Est-ce que quelle que soit sa position, un spectateur voit la même chose que moi ? C’est magique !).
Un couple se découvre parmi une forêt de bâtons horizontaux. (D’autres individus anonymes ?). Le geste répétitif du toucher est très beau. Face à face, la femme pose sa main sur l’épaule de l’homme, un instant (en musique, je dirais une blanche), il lui prend la main et l’accompagne dans un geste enroulé pour l’amener jusque son cœur. Plusieurs fois ce toucher, mais la relation s’interrompt brusquement, inachevée…
Pas mal de marche arrière dans cette chorégraphie, pas facile de lâcher le passé entre oubli, volonté d’oubli et explosion du souvenir. Le rythme est lent et favorise l’introspection.
J’ai éprouvé un regret immédiat : celui de ne pouvoir immortaliser certaines images (d’où l’importance de vivre le moment présent, pas de trace, émotions éphémères, le savoir ressentir instantané).
Clac : deux personnages sont en tension contre un mur, l’un d’eux ne touche plus le sol.
Clac : une forêt de jambes, telles des tentacules de plante exotique, grouille au dessus du sol.
Clac-clic-clac : Le jeu des ombres, déformant complètement la perception des corps.
La scène n’est jamais statique, il y a toujours quelqu’un ou quelque chose qui bouge sur scène.
Mes moments « magiques » ou l’art de retrouver son regard d’enfant :
Le vieil homme, spectateur, apparaît ou disparaît à volonté. Je ne m’en aperçois que lorsqu’il est là, curieusement… Une poutre de bois assez longue apparaît, accrochée au plafond : depuis quand est-elle là ? Je suis tellement accaparée par ce qui ne bouge pas que je ne remarque pas ce qui s’insinue sur scène. C’est quand même curieux comme sentiment de privilégier l’absence à la présence…Ca crée une espèce d’étonnement perpétuel !
Enfin, par rapport au titre, je me suis demandée si « Toucher du bois » pouvait aussi se rapporter à l’expression française, conjurer le sort en oubliant… Une belle réflexion sur le temps!

Beaucoup de plaisir, donc, à voir le travail de Christian Rizzo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: ris   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 3 Mar 2010 - 12:05

J'aime beaucoup ta perception du spectacle qui me donne d'autres éclairages encore. Il fait effectivement un peu la même chose que Lynch au cinéma, à savoir utiliser des images, des objets, des situations, comme autant d'illustrations métaphoriques d'idées ou de pensées. On est comme dans les films du réalisateur devant un espace mental qui aurait la tonalité du rêve et où des perceptions abstraites prendraient corps et s'animeraient d'une vie autonome qui serait pourtant dirigée par une entité inconnue, mystérieuse, qu'on pourrait appeler l'inconscient, la divinité, ou autre... Cela donne un spectacle qui est comme un rituel mental, une représentation abstraite des interrogations métaphysiques sur la vie, la mort, le sacré. Rituel jusque dans le hiératisme et l'aspect hypnotique de ces mouvements répétitifs ou aléatoires des danseurs. Un très beau spectacle qu'on pourra voir à Paris prochainement... du 26 au 28 mai au Théâtre de la ville...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 3 Mar 2010 - 22:12

Oui, tout cela avec dans ce spectacle, un repère immédiatement identifiable et présent jusqu'au bout: le vieil homme qui ancre le sens dans la réalité. Mais comme tu as vu ses précédents spectacles, je pense que tu as du voir la continuité de la réflexion!

Marko a écrit:
Un très beau spectacle qu'on pourra voir à Paris prochainement... du 26 au 28 mai au Théâtre de la ville...

Cette création clôt un cycle de travail (plusieurs créations) à ce que j'ai compris. Ce serait dommage de passer à côté!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 5 Jan 2011 - 15:15

J'ai relu avec plaisir le commentaire de Nathria sur "L'oubli, Toucher du bois" et j'en profite pour ajouter une vidéo montrant la préparation de "Mon Amour" évoqué plus haut. La musique qu'on entend est caractéristique de la plupart de ses spectacles. Il les diffuse en général à un niveau sonore très élevé et ça me plait!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeLun 2 Avr 2012 - 11:17

Christian Rizzo met en scène Tannhauser de Wagner en juin à Toulouse. Haenchen dirigera... ça promet un spectacle étonnant. Peu de places restantes mais il y en a encore (pas pour les dates qui m'intéressent malheureusement mais le service de réservation dit que pour Wagner les gens réservent de l'Europe entière et qu'il y aura probablement des désistements... donc rappeler début juin).

Citation :
Tannhäuser / Richard Wagner - Mise en scène Christian Rizzo

vendredi 22, mardi 26, vendredi 29 juin 2012 à 19h
dimanche 17, dimanche 24 juin 2012 à 15h

Nouvelle production du théâtre du Capitole

Après les mises en scène, en 2010, de Pierrot Lunaire et Erwartung d'Arnold Schönberg et de La Voix Humaine de Francis Poulenc, Christian Rizzo revient au théâtre du Capitole pour donner sa vision de Tannhäuser de Richard Wagner. Maître du plateau et des mouvements qui peuvent s'y dessiner entre chanteurs solistes, choeurs, danseurs, mais aussi décors et objets, Christian Rizzo affronte le grand oeuvre wagnérien par la version dite de Dresde qui restitue une large place à la danse.
Les danseurs de la formation professionnelle Extensions du CDC participent à cette création.

Lieu : Théâtre du Capitole

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 4 Avr 2012 - 17:34

Christian Rizzo sera au Festival IN d'Avignon cet été...Avec Sakinan Göze Çöp Batar
(C’est l’œil que tu protéges qui sera perforé)... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitimeMer 4 Avr 2012 - 21:15

coline a écrit:
Christian Rizzo sera au Festival IN d'Avignon cet été...Avec Sakinan Göze Çöp Batar
(C’est l’œil que tu protéges qui sera perforé)... sourire
Bonne nouvelle! Je réserverai des places pour Rizzo et Castellucci Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Empty
MessageSujet: Re: Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]   Christian Rizzo [Danse/Art contemporain] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Rizzo [Danse/Art contemporain]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DANSE DES 1000 MAINS
» DANSE EN PRISON
» Barak danse le raï
» Resto avec piste de danse pr les enfants
» Presentation de Lothe (Christian )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles :: Pièces vues par des parfumés-
Sauter vers: