Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Eduardo Berti [Argentin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Eduardo Berti [Argentin]   Ven 13 Fév 2009 - 23:59



Eduardo Berti est un écrivain argentin, né en 1964 à Buenos Aires.

Très jeune, il collabore dans les journaux les plus importants de son pays (Página/12, Clarín, La Nación), il est le fondateur d'une des premières radios indépendantes de l'Argentine et il publie deux livres journalistiques autour de la musique populaire en Amérique Latine.
Dans les années 90, en parallèle à la réalisation de documentaires pour la télévision sur l'histoire du tango, il travaille aussi comme critique littéraire, traducteur et lecteur.

Source: wikipedia.fr

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Ven 13 Fév 2009 - 23:59


L'Ombre du boxeur
Citation :
Présentation de l'éditeur
Pendant les années soixante-dix à Buenos Aires, un archiviste du Congrès régale tous les soirs ses garçons de l'histoire de Justino qui, loin des strass hollywoodiens, a tout d'un Rocky argentin : le regard doux et franc, le sourire candide. Son fait d'arme : l'unique victoire par KO sur un adversaire qui deviendra champion national et à qui, toujours, il a refusé la revanche en raison d'une promesse faite à son épouse. Cette revanche a peut-être eu lieu, les variantes abondent, mais si le récit plaît tant c'est que l'énigme sportive se double d'une intrigue qui concerne les enfants au premier chef. L'ex-boxeur, reconverti en serrurier horloger, est au cœur d'un autre combat, amoureux celui-là, que se livrent les tantes des enfants, deux vieilles filles aigries jusqu'à la moelle qui cachent de frémissants secrets sous une irrésistible bigoterie. Seule la vieille horloge de la famille, entretenue autrefois par Justin, pourrait combler les lacunes de l'histoire. Les garçons devenus adultes en retrouvent la clef, mais le temps grippe tous les mécanismes... La parole collective, qui circule savamment entre les fils, densifie les symboles pour mettre au jour les rapports fraternels, l'amour et ses promesses, le paradis perdu de l'enfance et la complaisance d'une génération face à la dictature.

Bien qu’il y ait boxeur dans le titre, c’est surtout sur l’ombre que cette histoire se concentre – et donc il ne faut pas avoir peur qu’il y ait des scènes de boxe ou des pages interminables sur ce sport dans ce livre
(bien que cela peut aussi être très agréable, si Alessandro Baricco se consacre d’un tel sujet p.ex. Wink )
Ce livre se concentre surtout sur une histoire de famille – et la façon dont Eduardo Berti la raconte est assez fascinante.
Le lecteur y entre avec facilité parce qu’il le prend avec lui à des visites familiales auprès de deux tantes. Le rituel de ces samedis est raconté de telle sorte qu’on se rappelle des jours similaires de son propre passé.
Assez vite on devient témoin d’un premier secret familial – pourquoi les tantes ne se parlent plus, tandis qu’elles vivent dans le même appartement – et à partir de ce moment il construit cette histoire presque comme un policier, tellement on est happé par la volonté de savoir toute les solutions aux énigmes qu’Eduardo Berti sème tout au long de ce livre.

On est en Argentine et une partie des événements prend place pendant les années sous la dictature – il n’en fait pas le sujet principal, mais il en parle.

Ma première rencontre avec cet auteur, mais décidemment pas la dernière. J’en ai déjà prévu la prochaine lecture de son roman Madame Wakefield

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Sam 14 Fév 2009 - 17:02

J'ai découvert cet auteur il y a quelques années avec Madame Wakefield et j'avais beaucoup aimé ce roman assez énigmatique. Je me promettais bien de lire quelque chose d'autre de lui et donc kenavo, je lirai certainement L'Ombre du Boxeur. Voici les notes que j'avais prises à l'époque :

Madame Wakefield
Eduardo Berti


Eduardo Berti a ici repris et ré-écrit une nouvelle de Nathaniel Hawthorne. Je n'ai pas encore lu cette nouvelle, ou du moins je ne m'en souviens pas.

A Londres au 19ème siècle un couple - Les Wakefield - vivent une vie paisible et sans histoire(s). Un jour Charles Wakefield annonce à sa femme qu'il doit partir pour quelques jours en voyage d'affaires. Mais les jours passent et il ne rentre pas à la maison, et son épouse s'inquiète, s'angoisse. Après quelques semaines sa femme croit l'apercevoir dans la rue. Elle met une perruque et en suivant l'homme 'déguisé' qu'elle a cru reconnaître, elle se rend compte que c'est bien son mari et qu'il s'est installé dans une rue non loin de là. Madame Wakefield continuera alors à suivre son mari dans Londres au fil des jours et des semaines sans pour cela lui parler..... Je ne vous en dis pas plus car la fin est vraiment assez inattendue.

L'écriture est claire, très précise, les chapitres très courts. Parfois le narrateur s'adresse directement à nous 'lecteur' comme à un compagnon de route - toujours de façon humoristique. Un narrateur qui prend beaucoup de recul par rapport à son récit et aux mini-histoires multiples enchâssées dans le récit principal. Mais le roman est bref et le rythme très enlevé et on se prend à souffrir avec ces personnages en mal de 'couple' mais plus profondément en mal de vivre tout court. Ils se tournent autour comme ils tournent autour de leur existence sans jamais lui donner un sens.

J'ai aimé la complexité des personnages, et en particulier du mystérieux M. Wakefield, le déroulement inattendu de l'histoire, la façon subtile dont l'auteur nous amène à nous poser des questions. Nous devenons des lecteurs actifs...presque acteurs du livre. Eduardo Berti est une excellente découverte.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Sam 14 Fév 2009 - 17:12

Merci pour ton commentaire Very Happy
domreader a écrit:
J'ai aimé la complexité des personnages, et en particulier du mystérieux M. Wakefield, le déroulement inattendu de l'histoire, la façon subtile dont l'auteur nous amène à nous poser des questions. Nous devenons des lecteurs actifs...presque acteurs du livre. Eduardo Berti est une excellente découverte.
j'ai été tout de suite attiré par le résumé de Madame Wakefield (et le fait qu'il a "réécrit" un livre existant.. j'adore) - il est en commande et ce que tu en dis me donne encore plus envie miammiam

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Ven 18 Mar 2011 - 10:05

Non seulement les pays nordiques sont à la une du Salon.. l'Argentine aussi Very Happy




« Buenos Aires, ma tête de Goliath »

Interview d'Eduardo Berti

Citation :
Invité du Salon du Livre, Eduardo Berti s'est imposé en quelques livres comme le meilleur héritier de la tradition borgésienne. Que pense-t-il de la littérature argentine, de Buenos Aires où il est né, des quartiers qu'il faut connaître ? Rencontre avec un portègne cosmopolite, grand amateur de tango et de littérature.



source et suite

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Dim 8 Mar 2015 - 9:48

L'ombre du boxeur



Le samedi , les trois frères rendaient visite, avec maman, à la tante Berta et à la tante Aurelia, deux vieilles filles qui, quoique habitant sous le même  toit, étaient fâchées et ne s'adressaient plus la parole. Nos trois garçons, l'aîné, le benjamin et le cadet, s'ennuyaient un peu mais étaient fascinés par une vieille pendule familiale, qui parfois marchait, parfois ne marchait pas…
Le soir, à table, sur la belle nappe blanche que le couple avait reçue en cadeau de mariage, papa racontait des histoires sur les tantes,et aussi sur Justino, l'horloger ex-boxeur. Maman précisait et corrigeait, les personnages devenaient leurs curieux fées et princes charmants, les aimantant jusqu’à l'âge adulte,  où ils  allaient se donner les moyens  de mieux comprendre. L'histoire va garder certains mystères, cependant, pendant que la vieille pendule continue à veiller.

Par ces récits à la mélancolie amusée, les parents ont décidé de garder leurs fils dans une bulle protectrice, à l'abri d'un régime politique terrifiant. L'idée géniale du livre, c'est  cette fratrie, entité à trois têtes qui se confronte aux secrets familiaux. On fait là une lecture tout à fait plaisante, qui sait maintenir le suspense tout en restant rêveuse, poétique, presque surannée, à l'écart du monde sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   Dim 8 Mar 2015 - 12:12

Fort tentant ! Je note.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eduardo Berti [Argentin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eduardo Berti [Argentin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Danone
» Oscar Niemeyer à Fontenay-sous-Bois
» Pierre BOIVIN et ses 2 épouses ARGENTIN
» chien croisé dog argentin/patou des pyrénées cherche FA et/ou asso chiens (94)
» JULIETTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: