Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Madeleine Bourdouxhe [Belgique]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Madeleine Bourdouxhe [Belgique]   Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Icon_minitimeDim 24 Avr 2011 - 10:27

cheers trop.. mais vraiment trop contente que tu as autant aimé..
Tu devrais t'y plaire alors aussi avec ses autres livres

ah, quel beau kif de dimanche matin.. j'adore Madeleine Bourdouxhe Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Madeleine Bourdouxhe [Belgique]   Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Icon_minitimeDim 24 Avr 2011 - 18:52

Je suis même étonnée de voir tant de jugement sévère envers cette chère Marie.

Des bouts d'extraits de l'écriture de Bourdouxhe. Elle a un vrai talent pour décrire ces moments de silence où on est avec l'autre, où on pourrait croire que rien ne se passe, mais que tout est bien là, en train de se passer.


Citation :
Les rues s'assombrissaient, devenaient plus désertes. Ils ne disaient pas un mot. Toute parole eût été enrobé de réalité, l'eût "fait admettre" - ils étaient assez forts pour la regarder en face et leur désir était assez impérieux pour subsister devant la franchise. Ils aimaient à s'acheminer ainsi vers un but précis, dans une volonté commune et tacitement avouée. La nuit était belle, il y avait de la joie dans la nuit, ils allaient vers cette joie.



Comment peut-on dire d'une femme pareille qu'elle est soumise ! Ou passive ?! Ou déprimante ! Elle récupère sa vie, elle l'affronte, elle la serre contre elle. Elle la connaît la reconnaît la bouscule mais la garde, précieusement. Elle n'est pas tout à fait heureuse, et alors ? Son malheur c'est aussi le sien.

Citation :
Elle se coucha tout de suite, s'étendit sans alarme dans le lit vide et froid.
Elle vit en pensée un train, loin dans la nuit, qui roulait dans un grand paysage. Un homme très jeune s'étendait sur le bois des banquettes, heureux que sa jeunesse fût emportée vers une vie inconnue... Elle vit un homme encore, un peu plus âgé que l'autre, dans la chambre d'hôtel d'une ville du Nord. Il étendait ses bras, reposait son corps qui était heureux d'avoir un lit pour lui seul...
Il y avait en Marie une douleur profonde. Elle la regarda de face, les yeux secs ; elle la sentait bien à sa place dans les choses de la vie. Elle remua ses membres fatigués, s'étendit en travers du lit, sentit comme un bien-être la lassitude de ses reins et de ses jambes, ce lourd apaisement de ses sens.
Il était très tard. L'aube éclairait déjà Marie endormie. Avec son visage dur, son grand corps moulé dans les draps, elle ne ressemblait pas à une femme que l'homme eût quittée. Elle semblait plutôt une forme antique et masculine, un jeune être qui se fût endormi, le corps apaisé, et dont le sommeil eût été peuplé de larges rêves guerriers.


Citation :
Octobre fut beau, d'une température égale, chacun de ses jours éclairés d'un soleil pâle. Il y avait dans l'air une mort paisible, sans heurt : les arbres de Paris se défeuillaient doucement.
Il n'y avait en Marie ni enthousiasme, ni haine, ni détresse. Pas d'indifférence non plus. Mais plutôt comme une paix farouche. Si elle éprouvait un désir, c'était celui d'être un homme qui marche sur une route, couche et mange au hasard, s'assied sur un tas de pierres et coupe son pain avec un canif. Si elle éprouvait une joie, c'était l'étrange et dure jouissance de la disponibilité. Elle marchait d'un pas sûr, les yeux lucides, tenant la tête haute - beaucoup trop haute. Et la saison de l'année mourait trop tendrement pour la saison du cœur, qui, au souvenir d'une nuit, se marquait d'une fulguration, clarté trop crue, presque froide.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Madeleine Bourdouxhe [Belgique]   Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Icon_minitimeDim 24 Avr 2011 - 19:23

Queenie a écrit:
Je suis même étonnée de voir tant de jugement sévère envers cette chère Marie.
J'ai relu le fil car cette lecture date un peu et j'ai voulu me la remettre en mémoire. Je n'avais pas gardé l'impression d'une Marie passive au final, encore moins déprimante. Ce que j'avais aimé c'est la transformation profonde qui s'opère en elle, Marie change et ce qui est beau c'est cette reprise en main de son destin. Je le notais ici...

aeriale a écrit:
Par contre je ne l'ai pas vu déprimant puisqu'elle réagit finalement. Marie ne fait pas semblant, elle se leurre au début, elle croit aimer. Si son mari la trompe, elle n'en n'est même pas consciente. Mais elle finit pas réagir, et au final ce qu'elle retient c'est que ce n'est pas dans la passivité que l'on se réalise, ni en se voilant la face. A la fin, on ne connait pas l'avenir de Marie mais il est devant elle, à elle de le construire.

J'avais bien aimé la façon dont l'auteure nous amenait subtilement à cette renaissance, au contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Madeleine Bourdouxhe [Belgique]   Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Icon_minitimeDim 20 Nov 2016 - 15:32

Sur Parfum on parle des « auteurs oubliés », chez ActuaLitté on les appelle « Les Ensablés »

j’adore leur série qui m’a déjà fait découvrir plus d’un auteur et aujourd’hui c’est au tour de Madeleine Bourdouxhe…
autant donner une petite poussée à son fil Wink


En novembre 1937, dans un article de l’hebdomadaire Vendredi, Pierre Bost imagine, avec cette ironie qui lui est propre, sa rencontre avec un lecteur de romans préoccupé par la situation européenne. Le lecteur n’a pas la conscience tranquille, car il vient de lire un excellent roman qui ne traite ni de politique, ni de guerre ou des grands événements. N’est-il pas inconvenant d’apprécier un tel roman, de s’installer confortablement dans l’univers d’un drame sentimental ouvrier alors tout va si mal en Europe ? Mais Bost rétorque : la politique, les guerres, les finances, laissons cela aux journaux, et ne ratons surtout pas l’occasion de lire ce roman, car — et c’est là le titre de l’article — « il n’y a pas tant de bons livres».

source et suite

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Madeleine Bourdouxhe [Belgique]   Madeleine Bourdouxhe [Belgique] - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Madeleine Bourdouxhe [Belgique]
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Site-boutique de trucs bio en Belgique ?
» [Vente] Baccara, 03/1995, 180.000 km, noir, 1.500 € (Belgique)
» Le D-Day en Belgique : 2 septembre 1944
» Marché de noël chez Fournier à Menin (jardinerie en Belgique)
» Bibliothécaire/Documentaliste à l'étranger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: