Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Harold Pinter

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Harold Pinter   Mar 10 Mar 2009 - 20:56

Harold Pinter

Londres, 1930-2008

Harold Pinter est né en 1930 dans une famille juive d'origine russe.
"Pendant sa jeunesse, l'auteur a souvent été confronté à l'antisémitisme ce qui, selon ses dires, a largement contribué à nourrir sa vocation de dramaturge. Durant la Seconde Guerre mondiale, il quitte à 9 ans la capitale britannique et n'y revient qu'à ses 12 ans. Plus tard, il avoue que l'expérience des bombardements ne l'a jamais lâché." (Wikipedia)
Il publie des poèmes et sa première pièce – The Room - est montée par des étudiants en 1957.
1958 : The Birthday Party. Intérêt critique, mais le public ne suit pas pour le moment.
Son premier grand succès est Le Gardien (The Caretaker) en 1960.
Il est dans sa première période dont les pièces, partant d'une situation banale, virent rapidement à l'absurde menaçant. On peut alors le rapprocher de Beckett.
Sa deuxième période est plus lyrique (Landscape, 1967, Silence, 1968).
Sa troisième période est plus politique (One for the Road, 1984).
Mais il ne faut bien sûr pas établir de cloisonnement étanche.

Il obtient le prix Nobel de Littérature en 2005. L'Académie dit que, dans ses œuvres, il « découvre l'abîme sous les bavardages et se force un passage dans les pièces closes de l'oppression. »

Il est également largement connu comme scénariste, et notamment sa collaboration avec Joseph Losey (The Servant, Accident, Le Messager). Il a écrit le scénario de La Maîtresse du Lieutenant Français (1981), de Karel Reisz, d'après le roman de John Fowles.

Merci wikipedia.


Dernière édition par eXPie le Mar 10 Mar 2009 - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mar 10 Mar 2009 - 20:56

Le Retour.
Pièce en deux actes traduite de l'anglais par Eric Kahane. Gallimard. 87 pages.

La trame est très simple : Au cours de son voyage de noces en Europe, Ted, un professeur d'université américaine, retourne avec sa femme, Ruth, dans sa maison d'enfance à Londres. Il présente à cette occasion sa femme à sa famille, qui habite la maison. Il y a son père, Max, son oncle, Sam, et ses frères, Lenny et Joey.
Au début de la pièce, on voit la vie quotidienne de la famille. Ce n'est pas triste ou bien, si, plutôt.

Tout le monde traite tout le monde comme de la merde.

Par exemple, Max saoule un peu son monde en parlant du passé, et notamment de sa femme, dans l'extrait suivant :
Citation :
"Remarque, ce n'était pas une si mauvaise femme. Même si ça me rendait malade de voir sa sale gueule pourrie, ce n'était pas une si mauvaise garce. En tout cas, je lui ai donné les meilleures années de ma putain de vie.
Lenny : Ferme ta gueule, tu veux bien, vieille loque, j'essaie de lire le journal.
Max : Je vais te fendre les os si tu me parles comme ça ! C'est compris ? Parler à ton vieux salaude de père comme ça !" (page 11).
L'oncle travaille comme chauffeur ; ça parle course de chevaux. Joey veut devenir boxeur…
A un moment, Max tente de calmer le jeu. Il s'adresse à Sam :
Citation :
"Je veux que tu envoies promener toute cette rancune que tu as contre moi. Je voudrais pouvoir la comprendre. Honnêtement, est-ce que je t'en ai donné un motif ? Jamais. Quand Papa est mort, il m'a dit : Max veille sur tes frères. Voilà exactement ce qu'il m'a dit.
Sam : Comment a-t-il pu dire ça puisqu'il était mort ?
Max : Quoi ?
Sam : Comment pouvait-il parler, puisqu'il était mort ?" (page 43).
Ruth n'est tout d'abord pas spécialement bien accueillie.
"Ils reviennent d'Amérique, ils apportent le seau à ordures avec eux ! Ils apportent le pot de chambre avec eux ! (A Joey.) Enlève-moi cette vérole d'ici. Ote-la d'ici.
Teddy : C'est ma femme.
Max, à Joey : Fous-les dehors. (page 46).

Finalement, Ruth est un beau brin de fille, tout le monde le reconnaît. Drôlement sympa, aussi, la donzelle.
L'atmosphère se détend un peu, ou plutôt elle change. Il y a une sorte de regroupement des forces face à Ted.
Lenny s'intéresse au travail de Ted, qui est professeur de philosophie. Il lui pose des questions.
Citation :
"Lenny : Comment ce qui est inconnu peut-il mériter le respect ? En d'autres termes, comment peux-tu respecter ce que tu ignores ? Parallèlement, il serait ridicule d'avancer que ce qu'on connaît mérite le respect. Ce qu'on connaît peut mériter beaucoup de choses, mais il est évident que le respect n'en fait pas partie. En d'autres termes, en dehors du connu et de l'inconnu, qu'est-ce qu'il y a ?
Un temps.
Teddy : j'ai bien peur de ne pas être qualifié pour te répondre.
Lenny : Mais tu es un philosophe ! Allons,sois franc ! Comment vois-tu toute cette affaire de l'être et du non-être ?" (page 56).

Le retour de Ted permet bien sûr d'évoquer le passé. Ca papote, ça se chamaille, qui est-ce qui a mangé mon sandwich au fromage, ça parle filles…

Une pièce de théâtre verbeuse, qui vers la fin part en vrille, et c'est là que c'est (un peu) rigolo tellement c'est absurde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mar 10 Mar 2009 - 22:00

Le Gardien. Gallimard. Nouvelle traduction de l'anglais par Philippe Djian.92 pages.

Il n'y a que trois personnages dans cette pièce.
Mick, Aston, et Davies, un vieil homme.
Un seul lieu : une pièce avec un bric-à-brac pas possible : évier de cuisine, escabeau, seau à charbon, tondeuse à gazon, boîtes, tiroirs de buffet, une cuisinière à gaz (qui ne marche pas), une statue de Bouddha, un seau suspendu au plafond. Bref : mon appart, à côté, est vraiment nickel.

Davies a été pris dans une bagarre, et Aston l'a sorti de là. Il l'a amené chez lui, enfin dans cette pièce.

DAvies profère rapidement des propos racistes : Noirs, Grecs, Polonais, tous dans le même panier. Il a laissé ses affaires lors de la bagarre, ça l'embête bien. Et il faut qu'il récupère ses papiers, tiens. Ah, et puis s'il pouvait se procurer des chaussures, ce serait pas mal, aussi.
Mais les papiers, ouais. Sans eux, il est coincé, Davies. Il l'explique bien.
Citation :
"Vous voyez, le nom que je porte, aujourd'hui, c'est pas mon vrai nom. Mon vrai nom n'est pas celui que j'utilise, vous comprenez. C'est pas le même. Vous voyez, le nom sous lequel je me présente aujourd'hui, c'est pas mon vrai nom. C'est un nom d'emprunt." (page 53)
Il doit le dire encore plus clairement, au cas où on n'aurait pas tout à fait bien compris, mais je crois que là, quand même, on l'a compris.
Alors, on peut d'ores et déjà citer Beckett, comme influence, ou bien, au choix les Schtroumpfs ("C'est encore loin ? / Non, plus maintenant… C'est encore loin ? Non, plus maintenant… / C'est encore…"), mais ça fait moins chic. Dommage, j'aime bien les Schtroumpfs. Le schtroumpf qui schtroumpfe le schtroumpf, c'est une des Grandes Enigmes de l'Histoire.

Enfin voilà.
Aston est sympa, il lui propose de l'héberger. Ca tombe bien, il y a un deuxième lit dans le capharnaüm de la pièce.
Mais voilà que le troisième personnage apparaît. C'est Mick. Mick regarde Davies.
Citation :
"Tu me rappelles un frère de mon oncle. Cet homme-là, il ne tenait pas en place. Jamais sans son passeport." (page 38 ).
Une page plus loin, on peut lire – et c'est toujours Mick qui parle :
Citation :
"Ma chambre te plaît ?
Davies : Votre chambre ?
Mick : Oui.
Davie : C'est pas votre chambre. Je sais pas qui vous êtes. Je vous ai encore jamais vu.
Mick : Tu sais, crois-le ou non, mais tu as une sacrée ressemblance avec un type que j'ai connu à Shoreditch, autrefois. A vrai dire, il vivait à Aldgate. J'habitais avec un cousin à Camden. Ce type, il avait un terrain à Finsbury Park, près du dépôt d'autobus. Quand je l'ai connu un peu mieux, j'ai appris qu'il avait été élevé à Putney. Pour moi, ça ne faisait aucune différence. Je connais pas mal de gens qui sont nés à Putney. S'ils sont pas nés à Putney, ils sont nés à Fulham. Le hic, c'est qu'il était pas né à Putney, il avait seulement été élevé à Putney. Il s'est avéré qu'il était né dans Caledonian Road, juste avant d'arriver à Nag's Head. Sa vieille maman habitait toujours à l'Angel. Tous les bus passaient juste devant sa porte. Elle pouvait prendre le 38, le 581, le 30 ou le 38A, descendre Essex Road en direction de Dalston Junction et y être en moins de deux" (pages 39-40).
A ce propos, je pourrais vous parler de la ligne 7 du métro, qui passe vraiment pas loin de chez moi, même que je suis à Gare de l'Est en moins d'un quart d'heure. C'est drôlement pratique, non ? D'ailleurs, l'autre jour, alors que j'en parlais à quelqu'un, j'ai vu un gars, pas possible, il ressemblait comme deux gouttes d'eau à un mec que j'ai bien connu. C'est pas possible, j'ai pensé.
Enfin, voilà, il doit s'agir d'une illustration de ce que l'Académie Nobel disait à propos de Pinter, à savoir qu'il « découvre l'abîme sous les bavardages et se force un passage dans les pièces closes de l'oppression. »
C'est vrai, je l'avais déjà écrit dans la petite bio, mais moi aussi, j'aime bien répéter. D'ailleurs, ma mère me dit toujours que la répétition, c'est la base de l'enseignement. Dommage que je fasse de l'informatique, ça m'aurait bien plu, répéter, c'est plus sympa qu'une boucle "for…next", enfin, c'est une question de goût, quoi.

Et la pièce, me direz-vous ?
Ah oui, on propose un boulot de gardien à Davies. C'est pour ça que la pièce, elle s'appelle Le Gardien. A part cette chambre bordélique, tout est à refaire dans la baraque. Une fois que tout sera refait, ce sera super bien, trop la classe. Mais bon, il faut s'y mettre. Et en attendant, il y a un de ces courants d'air, dans c'te chambre.

Tiens, ça me rappelle qu'il faut que je récupère mes papiers, et puis que je trouve une bonne paire de grolle, pour aller à Sidcup. Parce que, vous savez quoi ? eXPie, ce n'est pas mon vrai nom. Vous voyez, le nom que je porte aujourd'hui, c'est pas mon vrai nom. Mon vrai nom n'est pas celui que j'utilise, vous comprenez. C'est pas le même.


Dernière édition par eXPie le Mar 10 Mar 2009 - 23:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mar 10 Mar 2009 - 22:30

Je suis contente de voir ce fil parmi les auteurs parfumé, Merci eXPie..
mais il me faudrait relire pour en parler plus en détail.. mais il me restent de bons souvenirs Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mar 10 Mar 2009 - 22:45

Je m'attendais à aimer plus, ayant vu les films de Losey.
J'ai eu l'impression de textes creux. Des textes absurdes, bon, d'accord, ils sont pas mal faits, mais ensuite ? Ecrire une oeuvre absurde juste pour illustrer l'absurdité de la vie, c'est comme Oliver Stone qui réalise un film ultra-violent pour dénoncer la violence, ça ne fait pas avancer le schmilblick.
Gomborwicz, avec Ferdydurke, fait une oeuvre absurde, mais pas que ça : là, c'est intéressant.

Enfin, je vais tâcher de lire une oeuvre Pinterienne de sa période suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 11 Mar 2009 - 0:50

Et pourquoi tu ne pourrais pas répéter en informatique??
J'adore les critiques d'eXPie ( qui n'est pas son vrai nom , en fait, je ne sais pas si tout le monde a compris, peut être devrais-tu le répéter..)

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 11 Mar 2009 - 7:09

Marie a écrit:
Et pourquoi tu ne pourrais pas répéter en informatique??
J'adore les critiques d'eXPie ( qui n'est pas son vrai nom , en fait, je ne sais pas si tout le monde a compris, peut être devrais-tu le répéter..)
Ah si si, on peut répéter (boucles du type "for... next", entre autres), mais en informatique, ce n'est pas la base de l'enseignement.
C'est moins gratifiant. L'enseignement, c'est tellement beau (paraît-il) !

J'ai un trou, là... ai-je bien précisé qu'eXPie, ce n'est pas mon vrai nom, mais un pseudo ? J'espère que c'est clair... sinon, il faut me le dire, hein...
Mais, Marie, Marie, c'est ton vrai nom ?
(avec des discussions pareilles, parfois, on a l'impression que les héros de Pinter sont allés se pinter).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 11 Mar 2009 - 8:44

eXPie a écrit:
(avec des discussions pareilles, parfois, on a l'impression que les héros de Pinter sont allés se pinter).
Ah ah...mais surtout continue à nous parler de Pinter, j'adore aussi rire
Bon début de journée en tout cas, merci Expie (ou associé Suspect )

Voilà qui me fait penser que je n'ai rien rater en ne relisant pas la pièce, desfois que j'aurais zappé des choses de la plus haute importance...
Ces phrases qui tournent sur elles-mêmes ont un terrible effet d'hypnose au bout d'un moment...sourire

eXpie a écrit:
J'ai eu l'impression de textes creux. Des textes absurdes, bon, d'accord, ils sont pas mal faits, mais ensuite ? Ecrire une oeuvre absurde juste pour illustrer l'absurdité de la vie, c'est comme Oliver Stone qui réalise un film ultra-violent pour dénoncer la violence, ça ne fait pas avancer le schmilblick.
Bien d'accord. Il ne me reste plus grand chose de cette pièce un an après...
L'auteur se contente de (bien) illustrer l'absurde mais ne nous renvoie pas trop de questions ...Je n'ai finalement que le souvenir de Hirsch trouvant là un excellent moyen de monopoliser l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mar 31 Mar 2009 - 22:47

Paysage (Landscape).

Pièce créée à la BBC en 1968, puis jouée à Londres en 1969.
Deux personnages : un homme, Duff, qui a un peu plus de 50 ans, et sa femme, Beth, qui a un peu moins de 50 ans.
"Duff s'adresse normalement à sa femme mais ne semble pas entendre sa voix. Beth ne le regarde jamais et ne semble pas entendre sa voix. Tous deux restent immobiles mais à l'aise, en aucune façon rigides."

On est dans la cuisine d'une maison de campagne ; c'est le soir.

Citation :
Beth : Je voudrais être devant la mer. Elle est là.
                               Un temps.
Je l'ai fait. Souvent. C'est quelque chose qui me plaisait. Cela je l'ai fait.
                               Un temps.
J'irai à la plage. Debout sur la plage. Bien sûr… il faisait très frai. Mais il faisait chaud, dans les dunes. Mais… il faisait si frais, au bord de l'eau. J'aimais beaucoup cela.
                               Un temps.
Beaucoup de gens…
[…]
J'ai marché de la dune jusqu'au bord de l'eau. Mon homme dormait au bas de la dune. Il s'es retourné quand je me suis levée. Ses paupières. Son nombril. La sieste, si adorable.
                               Un temps.
Voudrais-tu un bébé ? ai-je dit. Des enfants ? Des bébés ? Tout à nous ? Ce serait bien.
                                Un temps.
[…]
Duff : Le chien a disparu. Je ne t'en ai pas parlé.

J'ai dû m'abriter vingt minutes sous un arbre hier. A cause de la pluie. Je voulais t'en parler. Avec des gamins. Je ne les connaissais pas.

Et puis ça s'est calmé. Une averse. J'ai marché jusqu'à l'étang. […]
Beth : Il a senti mon ombre. Il a levé les yeux. J'étais au-dessus de lui, debout.
Duff : J'aurais dû emporter du pain. Pour nourrir les oiseaux."

A part ça, le chien, les oiseaux et tout, on apprend que nos trépidants héros sont un couple de domestiques qui s'occupe d'une maison. Voilà.
Alors, que signifient ces deux soliloques alternatifs ? Qu'on ne connaît pas vraiment l'Autre, qu'on est tous seuls, quoi qu'il arrive, même en vivant avec quelqu'un ? Qu'on a tous nos petits secrets ?
Cette pièce relève de la deuxième période Pinterienne. Plus lyrique, tout ça.
Que me faudrait-il pour y trouver ce lyrisme ? Peut-être…
                        Un temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 1 Avr 2009 - 8:29

Décidement eXPie, tu prends goût à Pinter, tu n'arrêtes plus de le lire dentsblanches

Cela remonte très loin pour moi, le souvenir que cela m'a laissé, serait verbeux et creux.

Mais il ne faudrait pas que ce commentaire te décourage de continuer à explorer son oeuvre, tes posts sur ses pièces sont trop drôles.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 1 Avr 2009 - 20:10

Arabella a écrit:
Décidement eXPie, tu prends goût à Pinter, tu n'arrêtes plus de le lire dentsblanches

Cela remonte très loin pour moi, le souvenir que cela m'a laissé, serait verbeux et creux.

Mais il ne faudrait pas que ce commentaire te décourage de continuer à explorer son oeuvre, tes posts sur ses pièces sont trop drôles.

Hé hé, ça semble masochiste, comme ça, mais je voulais me rendre compte à peu de frais si j'accrochais à ce qui est censé être une pièce non négligeable de sa deuxième période.
Cette pièce ne fait que vingt pages : vite lue, vite oubliée. C'est de la littérature tendance accords de Kyoto : biodégradable.

Sans vouloir dégoûter personne, bien sûr.
Je serais heureux de lire une critique positive, qui me montrerait tout ce que je n'ai pas compris, et qui justifierait l'obtention du Prix Nobel.
Parce que, pour le moment, franchement, je ne vois pas. Et pourtant, j'aimerais aimer (juste pour dire que j'y mets de la bonne volonté).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 15 Juin 2011 - 22:13

A ma place réservée, dans le train, j'ai trouvé "les nains", un roman d'Harold Pinter.

Parce que ce livre est littéralement tombé du ciel (Pourquoi se trouvait-il là? Qui l'a laissé, oublié?), je vais le lire alors qu'à priori, il ne m'attire pas du tout. Quand la vie fait des surprises, il faut les accepter! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 15 Juin 2011 - 23:29

Cachemire a écrit:
A ma place réservée, dans le train, j'ai trouvé "les nains", un roman d'Harold Pinter.

Parce que ce livre est littéralement tombé du ciel (Pourquoi se trouvait-il là? Qui l'a laissé, oublié?), je vais le lire alors qu'à priori, il ne m'attire pas du tout. Quand la vie fait des surprises, il faut les accepter! Very Happy
Hé hé, heureusement que quelqu'un n'avait oublié un Barbara Cartland ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Jeu 16 Juin 2011 - 8:54

eXPie a écrit:
Cachemire a écrit:
A ma place réservée, dans le train, j'ai trouvé "les nains", un roman d'Harold Pinter.

Parce que ce livre est littéralement tombé du ciel (Pourquoi se trouvait-il là? Qui l'a laissé, oublié?), je vais le lire alors qu'à priori, il ne m'attire pas du tout. Quand la vie fait des surprises, il faut les accepter! Very Happy
Hé hé, heureusement que quelqu'un n'avait oublié un Barbara Cartland ! Very Happy

Bon, il y a aussi des (mauvaises) surprises qu'on ne peut pas accepter! rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Harold Pinter   Mer 2 Déc 2015 - 22:02

eXPie a écrit:
Je m'attendais à aimer plus, ayant vu les films de Losey.
J'ai eu l'impression de textes creux. Des textes absurdes, bon, d'accord, ils sont pas mal faits, mais ensuite ? Ecrire une oeuvre absurde juste pour illustrer l'absurdité de la vie, c'est comme Oliver Stone qui réalise un film ultra-violent pour dénoncer la violence, ça ne fait pas avancer le schmilblick.
Gomborwicz, avec Ferdydurke, fait une oeuvre absurde, mais pas que ça : là, c'est intéressant.

Enfin, je vais tâcher de lire une oeuvre Pinterienne de sa période suivante.

Je suis contente de te lire eXPie. J'ai lu Célébration et La chambre en mangeant des papillotes de Noël et la seconde activité était plus intéressante que la première (c'est même elle qui m'a permis de la mener à bout mais ce ne fut pas long, on lit Pinter vraiment sans le remarquer tellement c'est vide : pas drôle, pas intéressant, pas déprimant, pas surprenant, vraiment PAS).

Peut-être à voir sur scène pour confronter l'écart entre texte et jeu ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harold Pinter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harold Pinter
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» camouflage 377th Parachute Field Artillery Battalion
» 18 ème cérémonie d'adoption de tombes US à Henri-Chapelle 17-09-2009
» Un hiver avec Beaudelaire (Harold Cobert)
» Dragons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: