Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Michel de Ghelderode [Belgique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Michel de Ghelderode [Belgique]   Ven 13 Mar 2009 - 22:40

Michel de Ghelderode


Site internet (beau site très documenté sur l'auteur)

Citation :
Michel de Ghelderode, pseudonyme d'Adémar Adolphe Louis Martens, est un auteur dramatique, chroniqueur et épistolier belge d'origine flamande et d'expression française. Il est né à Ixelles le 3 avril 1898 et mort à Schaerbeek le 1er avril 1962. Il est enterré au cimetière de Laeken.
Auteur prolifique, il a écrit plus de soixante pièces de théâtre, une centaine de contes, de nombreux articles sur l'art et le folklore. Également auteur d'une impressionnante correspondance de plus de 20 000 lettres, il est le créateur d'un univers fantastique et inquiétant, souvent macabre, grotesque et cruel.

Ghelderode, c’est le diamant noir qui ferme le collier de poètes que la
Belgique porte autour du cou. Ce diamant noir jette des feux cruels et nobles. Ils ne blessent que les petites âmes. Ils éblouissent les autres
.
Jean Cocteau

Je découvre cet auteur, pourtant très productif, à l’occasion d’un spectacle que je dois voir prochainement à Bruxelles : L’opéra de Ligeti « Le grand macabre » adapté de la pièce « La balade du grand macabre » et mis en scène par La Fura Del Baus (ça promet d’être délirant !). C'est une musique de fou furieux mais je suis curieux de voir le résultat.

Le sujet :

Dans le Breugellande, Nekrotzar annonce la fin des temps : à minuit, une comète anéantira toute vie sur terre. Enfourchant l’ivrogne Piet le Bock, Nekrotzar sillonne le pays pour diffuser son message à travers les amants Amando et Amanda, Mescalina la nymphomane et Astradamors son époux asservi, jusqu’au curieux Prince Go-Go. Lorsqu’arrive le moment ultime, Nekrotzar, ivre, cuve son vin… La vie reprend son train-train.

Citation :
En 1934, Michel de Ghelderode, Bruxellois bilingue, écrit en français La balade du Grand Macabre, un drame surréaliste aux accents apocalyptiques qui se déroule en Breugellande, ce royaume peuplé de monstres et de paysans pittoresques. György Ligeti et Michael Meschke ont fait merveille en adaptant cette pièce de théâtre pour l’opéra. Ils ont su utiliser la langue absurde, obscène et poétique de Ghelderode pour créer une oeuvre lyrique à la fois morbide et hilarante, inspirée par le monde imaginaire de Hieronymus Bosch et Pieter Brueghel. Ligeti a qualifié avec humour son Grand Macabre d’« anti-anti-opéra », à une époque où l’avant-garde musicale européenne faisait la fine bouche à l’égard d’un genre jugé dépassé. Le Grand Macabre est considéré aujourd’hui comme l’un des jalons essentiels de l’histoire de l’opéra. Il est présenté pour la première fois sur la scène de la Monnaie.

Je me suis procuré le texte et c'est un univers hallucinant qu'on découvre, digne des oeuvres les plus fantasmagoriques, ou surréalistes, comme "Les chants de Maldoror" de Lautréamont. Il va falloir que je me plonge dans son oeuvre...



Je reviens vous en donner quelques passages.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Ven 13 Mar 2009 - 23:25


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Ven 13 Mar 2009 - 23:33

Marko a écrit:
Pour info: La fura del baus

Sur quoi clique-t-on pour voir quelque chose?... J'en prends plein les oreilles mais pas les yeux... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Ven 13 Mar 2009 - 23:45

coline a écrit:
Marko a écrit:
Pour info: La fura del baus

Sur quoi clique-t-on pour voir quelque chose?... J'en prends plein les oreilles mais pas les yeux... Very Happy

Tu cliques un peu partout mais c'est vrai que c'est assez mal fichu! En plus on ne voit pas grand chose de leur travail. Je vous ai trouvé un super lien laugh

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 14 Mar 2009 - 0:03

Marko a écrit:
coline a écrit:
Marko a écrit:
Pour info: La fura del baus

Sur quoi clique-t-on pour voir quelque chose?... J'en prends plein les oreilles mais pas les yeux... Very Happy

Tu cliques un peu partout mais c'est vrai que c'est assez mal fichu! En plus on ne voit pas grand chose de leur travail. Je vous ai trouvé un super lien laugh

rire Et c'est leur site officiel!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 14 Mar 2009 - 13:19

Je suis bien tenté de lire ce recueil de contes fantastiques:

Sortilèges


Citation :
Cette magistrale incursion de l'auteur dans le domaine du fantastique présente une grande homogénéité : dans chacun des douze contes le lecteur retrouve le même héros-narrateur en proie aux sortilèges qui matérialisent ses peurs. Ce héros n'est autre que Ghelderode lui-même qui livre ses fantasmes les plus profonds avec une intensité terrible. Les contes ont pour décors des lieux qui lui étaient familiers : Bruxelles, Ostende, Bruges... " Leur étrangeté et leur caractère morbide et hallucinant pourraient bien s'expliquer en partie par les narcotiques que l'auteur prenait pendant leur rédaction ", indique Roland Beyen dans Ghelderode ou la Hantise du masque. A cette époque, en effet, l'écrivain avait recours à la morphine pour calmer ses souffrances physiques et psychiques.

Réédité dans cette collection:

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 21 Mar 2009 - 16:11

La balade du grand macabre (extraits)

La mort "en balade" est un sujet répandu au Moyen Age et cette pièce est une sorte de farce comme on pouvait en jouer sur les places publiques pour divertir les gens, à une époque où la famine et la peste faisaient des ravages. On pense aussi à Rabelais pour la truculence et le style. On s'y moquait aussi des riches et des puissants et tout se terminait dans la joie et la beuverie.

Le décor est explicitement celui des tableaux de Bruegel et de Jérôme Bosch. Il se réfère aussi à Ensor ou Goya... On a effectivement l'impression de voir certains tableaux s'animer. Notamment:



Les indications scéniques qui précèdent chaque tableau des différents actes sont précises et littéraires:

Citation :
Vert : gazon, broussailles et un arbre rond, praticable
l'an tantième de la création du monde'. s'il vous plaît, planté à droite;

Violet : le ciel par fragments entrevu;

Blanc : à la gauche, tombeau en ruine, cube blanchi, à fronton et à porte noire;

Loin : la ville vaporeuse de Breugellande, crénelée, toute en dômes et campaniles;

Contre : un coin de parc abandonné, vers la fin d une journée de printemps. Fière solitude. Silence, bientôt désaccordé : aux alentours éclate la musique suffoquée d'un accordéon, puis un chant d'homme que l'instrument accompagne sans beaucoup d'harmonie ni de mesure...

S'opposent rapidement le couple d'amoureux, Adrian et Jusemina dont les tirades sont lyriques et presque Shakespeariennes, et l'ivrogne Porprenaz puis la mort Nekrozotar qui sont dans le registre de la dérision, du grotesque, de la farce rabelaisienne. Ligeti dans son opéra utilise d'ailleurs une musique qui évoque Monteverdi pour le jeune couple et toutes sortes de musiques disparates et dissonantes pour les autres.


Citation :
JUSEMINA
Passons du soleil à ses ombres que je voie mieux ton contour. Tu luis comme le marbre et tu écartes l'air mauve comme fait une sculpture de proue, bel Adrian.

ADRiAN
Ainsi que l'astre ou la lampe, tu transportes sur toi ta lumière et si je te frôle tu rends des sons harmonieux, ô Jusemina bombée comme une mandore. Vienne l'instant où, les oiseaux tus sous le pavillon du ciel, je te défairait d'amour en un silencieux combat d'où tu reviendras suavement meurtrie et le regard glorieux en son cerne. Après je caresserai ton ventre comme le gourmand une corbeille de fruits.

JUSEMINA
Tes paroles ont des doigts, mon aimé, et tes mains sont parlantes. À tes pièges déjà défaillante j'attends que tu me voles mon souffle, que tu m'apprennes à perdre regard.

ADRIAN
La volupté nous gonflera tous deux ; nous nous exhalerons l'un en l'autre du même bien angoissés, et la voie lactée coulera tiède sur nos corps en rosace

Citation :
LA VOIX (la mort avant qu'elle ne tombe de son arbre)
Leurs ossements seront dispersés dans les failles du sol parmi les fougères pourries et les silex fendus. Leurs gestes passionnels resteront imprimés dans le limon. Vos cendres mâles, vos cendres femelles s'écouleront avec les grandes eaux vers la cuve des océans. Périssables amants, hâtez-vous de créer à votre usage une éternité de quelques pulsations. Vos oeuvres resteront stériles, car il est écrit qu'un feu rouge s'allumera au Septentrion et que la Création bondira sous la brûlure, ne sera bientôt qu'une colonne de flammes'. Voilà, couple sourd, ce qu'annonce le vieil arbre !

Citation :
ADRIAN
Tu as la forme d'une harpe tendue ; ton souffle est concertant et lorsque tu tressailles se délie en toi un noeud de mélodies.

JUSEMINA
Tu as la forme du glaive, tu es glacial, brillant, acéré et lorsque je t'enlace, mes bras, mes seins se couvrent de perles rouges.
Ils avancent.

PORPRENAZ
Amants incomparables, je vous félicite pour le style. À présent, sur notre territoire vulgarisé, les amoureux en sont aux gras pourlèchements, et s'appellent comment? Ma limace argentée... Ma salade frisée... Ma fière hallebarde... Comme je vous dis ! Aussi perpétuez-vous une tradition d'érotique éloquence et je vous déclare, parlants ou non, dignes de l'antiquité.

Le second tableau fait apparaître 2 autres personnages, Videbolle le philosophe et Salivaine son épouse qui entretiennent une relation sadomasochiste à laquelle Nekrozotar mettre un terme en libérant Videbolle de sa servitude.

Viennent ensuite Sire Goulave, prince de Breugellande et ses ministres.

La mort est là pour leur faire la morale, se moquer d'eux avant qu'on ne découvre qu'elle n'est en fait qu'un usurpateur. L'apocalypse annoncée n'aura pas lieu et on peut faire la fête!

Citation :
NEKROZOTAR
Certes, mes agneaux. Et j'y passai mes plus chers jours à fainéanter. L'habitant n'avait d'autre souci que de soigner sa bedondaine et dormir au soleil, les jambes ouvertes et la tête à l'ombre. Les alouettes vous tombaient rôties dans la bouche et les poulets couraient déplumés, cuits et saucés. Les tartes poussaient sur les toits et les fontaines versaient le cidre et l'hypocras. S'il y pleuvait, c'était pluie de truffes, raisins secs ou marrons glacés. Et la seule activité des benoîtes gens consistait à prohiber toute réflexion, à danser ventre à ventre au son des cornemuses, à jouer aux boules, à tirer à la perche, à fumer de longues pipes, à goûter les bières et les vins, à mastiquer, à digérer et à recommencer. Ceux qui ne dormaient pas riaient et ceux qui ne riaient pas dormaient. Quant aux jeux de l'amour je ne me souviens pas, mais ils étaient incessants, variés et sans hypocrisie. Nul ne thésaurisait, ou ne besognait ou n'enviait son semblable. De race plus pacifique, mieux portante, plus ornée, il n'en fut jamais ! Et quel roi la gouvernait, tenant une fourchette et non un sceptre? Goulave l'ancien, à cheval sur un tonneau, chantonnant sans arrêt et dictant des proverbes aux sages hommes de son conseil, des conseillers étendus dans l'herbe fleurie, avec des coccinelles dans la barbe!...

Citation :
GOULAVE, prends les mains de ses amis
Écoutez, mes féaux. D'un tombeau sort la vie. Il faudra nous conduire de sorte que les hommes de l'avenir ne pleurent autrement que de joie. Comme je fais... (Il essuie une larme.) Et que je vous embrasse, la fraternité n'étant pas une vaine inscription. Soudards, sonnez. C'est le moment de boire en Breugellande. Sonnez vers le soleil!...
Les trois amis s'embrassent. Les soudards jouent du clairon et bondissent joyeusement.
Rideau
.

Une lecture rapide, vraiment réjouissante, drôle et au superbe style qui mérite de découvrir cet auteur.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 21 Mar 2009 - 16:17

Michel de Ghelderode, un auteur réputé de chez moi que je n'ai pas encore lu, il faut que je répare ça le plus vite possible jemetate


Dernière édition par sentinelle le Sam 21 Mar 2009 - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 21 Mar 2009 - 16:19

sentinelle a écrit:
Michel de Ghelderode, un auteur réputé de chez moi que je n'ai pas encore lu, il faut que je répare ça le plus vite possible jemetate

ça se lit comme du petit lait! Après tu pourrais aller voir la version de Ligeti à l'opéra de Bruxelles Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 21 Mar 2009 - 16:21

Faut-il encore qu'il le joue suffisamment longtemps pour me laisser le temps de le lire sourire
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Sam 21 Mar 2009 - 16:23

sentinelle a écrit:
Faut-il encore qu'il le joue suffisamment longtemps pour me laisser le temps de le lire sourire

ça se lit en une soirée. 160 pages de dialogues de théâtre!

Sur l'opéra à la Monnaie de Bruxelles (du 24 mars au 5 avril):

Citation :
En 1934, Michel de Ghelderode, Bruxellois bilingue, écrit en français La balade du Grand Macabre, un drame surréaliste aux accents apocalyptiques qui se déroule en Breugellande, ce royaume peuplé de monstres et de paysans pittoresques. György Ligeti et Michael Meschke ont fait merveille en adaptant cette pièce de théâtre pour l’opéra. Ils ont su utiliser la langue absurde, obscène et poétique de Ghelderode pour créer une oeuvre lyrique à la fois morbide et hilarante, inspirée par le monde imaginaire de Hieronymus Bosch et Pieter Brueghel. Ligeti a qualifié avec humour son Grand Macabre d’« anti-anti-opéra », à une époque où l’avant-garde musicale européenne faisait la fine bouche à l’égard d’un genre jugé dépassé. Le Grand Macabre est considéré aujourd’hui comme l’un des jalons essentiels de l’histoire de l’opéra. Il est présenté pour la première fois sur la scène de la Monnaie.

Entretien avec les metteurs en scène (La Fura Del Baus):

Citation :
« Le Grand Macabre », pour vous, n'est-ce pas le sujet rêvé ?

C'est un sujet qui nous a tout de suite emballés. Il y a une rupture de logique avec le théâtre traditionnel, même si Ligeti a conservé l'essentiel de la pièce et des personnages de Ghelderode. C'est le théâtre et la musique qui se moquent d'eux-mêmes dans une gigantesque autodérision. On imagine mal à l'opéra qu'un mec bourré se mette à chanter des coloratures dignes de Lucia di Lammermoor ! De même il y a un peu de Don Quichotte dans Nekrotzar et on n'arrête pas de répéter à Chris Merritt qui chante Piet the Pot : « Pense à Sancho Pança ! »

Quelle est votre perception de ce scénario de fin du monde ?

L'opéra ne nous parle pas de la fin du monde, mais de la peur de la fin du monde. La peur est un sentiment très physique, presque animal. Et c'est elle que nous voulons rendre dans son côté « physique ». Le décor représente un grand corps qui a peur de mourir et c'est lui qui incarnera Breughelland.

Comment rapprochez-vous ce grand corps de votre principe de réalité ?

Il s'agit d'un corps très précis, celui de Claudia, une de nos amies comédienne. Au début, on la voit attablée, occupé à manger un MicMac(abre). Elle a peur, se penche, ouvre la bouche et on rentre dans le rêve. Son corps immense (debout, elle mesurerait 16 mètres !) devient le paysage de Breughelland.

Tout le travail est très organique. Les amants cachés apparaîtront dans un de ses yeux, le balcon des ministres sera dans les vertèbres et Go-Go, le glouton, habitera les intestins. Ce corps s'ouvre et se fragmente, avec des côtés presque surréalistes.

En fait, Breughelland se réfère directement à Jérôme Bosch.

Mais l'angoisse ne finit-elle pas par disparaître?


Oui, Parce que, finalement chez Ligeti, on a l'impression que la mort a été trompée et elle s'efface. On a pu survivre à la mort. Et on doit donc jouir de la vie.

« Nous avons soif. Ergo, nous vivons. »


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Lun 11 Mai 2009 - 12:11

Des images de la mise en scène de la Fura Del Baus:

Grand macabre

Et un documentaire (multilingue) sur le spectacle: Ici

Il sera repris dans plusieurs pays. Mais Paris n'est pas programmé...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Mer 5 Jan 2011 - 14:56

Je profite du rapatriement de ce fil du côté des auteurs pour rajouter mes impressions sur l'adaptation du Grand Macabre par Ligeti.



Quelques souvenirs de la production du Grand Macabre de Ligeti à Bruxelles:

La musique tout d'abord est tour à tour ironique, magique, effrayante, joyeuse ou planante. L'introduction est un pastiche de l'ouverture de l'Orféo avec un concert de klaxons. Mais il ne faut pas avoir peur de la modernité de cet opéra dont les climats sont sans cesse changeants et permettent de ne s'ennuyer aucune seconde. La séquence où les personnages se croient morts et semblent flotter dans l'espace est accompagnée d'une musique magnifique qui rappelle Lux Aeterna ou le requiem du même Ligeti qu'on entend dans 2001 l'odyssée de l'espace.

La Fura del baus s'est surpassée! cheers La mise en scène était très inventive et particulièrement inspirée. Une vidéo nous montre d'abord une jeune femme s'écrouler en gros plan comme si elle venait d'avoir une crise cardiaque. Le rideau se lève et ce visage est remplacé par son double sous la forme d'une sculpture géante qui tournera, s'ouvrira, recevra des projections vidéos avec une pertinence et une poésie qui impressionnent. La tête pivote, le corps sert de montagne à escalader, la mort sort de la bouche comme si elle tombait de son arbre... Plus qu'un gadget c'est une idée formidable de mettre en scène le corps pour cette farce qui interroge l'absurdité de la condition humaine.

Public enthousiaste. La monnaie (l'opéra de Bruxelles) n'en finit pas de m'impressionner par le niveau de ses productions. Pourvu qu'ils reprennent ce spectacle à Paris où qu'ils en fassent un DVD!

Quelques photos (un peu "macabres" forcément):


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Mer 5 Jan 2011 - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Mer 5 Jan 2011 - 15:00

Oh là là, j'ai raté quelque chose ! Merci pour ce commentaire et ces belles photos Marko (enfin belles... on se comprend) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   Mer 5 Jan 2011 - 15:23

sentinelle a écrit:
Oh là là, j'ai raté quelque chose !

Oh ça oui! encouragement s'ils reprennent ce spectacle il ne faut surtout pas le louper. Je guette toujours un DVD mais rien à l'horizon.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel de Ghelderode [Belgique]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel de Ghelderode [Belgique]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Atlier de michel odent (Belgique)
» Sièges RF en Belgique??
» St Michel Calvi 2009 2 REP LEGION ETRANGERE
» 04/09/2010 à Ghlin
» 5e. Peloton Bruges St.Croix (décembre 1961)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: