Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Peter Stamm [Suisse]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Invité
Invité



Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: Peter Stamm [Suisse]   Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Icon_minitimeVen 17 Avr 2015 - 10:28

Ah, ravie de lire ton avis, pia. Wink

J'ai l'impression que le mariage "de convenance" d'Alex et Sonia n'en était un que de son côté à lui. De petits détails, distillés tout au long du livre, m'ont laissé penser que Sonia était bien plus amoureuse qu'il ne voulait le reconnaître, et que c'est lui qui n'a pas laissé cet amour s'exprimer plus ouvertement.
Puis, en plus de tous ces détails, si l'on regarde bien : elle a épousé un homme bien moins brillant qu'elle, d'un milieu social modeste, alors qu'elle vient d'un milieu élitiste ou ce n'est pas forcément bien vu. De plus, elle a renoncé à de belles opportunités professionnelles pour lui. Je ne peux pas croire qu'elle ait faut tout ça sans être amoureuse. (on se demande bien ce qu'elles lui trouvent toutes, d'ailleurs)
Mais bon, pour pouvoir se comporter comme un mufle, mieux vaut penser que tout cela n'est qu'un mariage de convenance, sans passion…

Ca me pose question, cet homme qui n'est bien qu'auprès d'une femme qu'il peut traiter en objet. Dès qu'elle devient un sujet pensant, ça ne l'attire plus des masses…

Iwona est en effet très mystérieuse, une personnalité à la fois fermée et fanatique qui laisse songeur...
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: Peter Stamm [Suisse]   Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Icon_minitimeVen 17 Avr 2015 - 16:57

-Sept ans-

Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Peter_10

«Les ombres et les clairs révèlent les formes.» Le Corbusier

Pia a écrit:
Son écriture sobre et mesurée, flegmatique si je peux dire, semble convenir à l’ambiance, courtoise et sans expectorations émotionnelles

De la pudeur je dirais Pia,  bien plus que de la froideur, sous ce détachement apparent. J'avais trouvé ce livre très riche en interprétations, c'est ce qui m'avait plu.
A l'époque, nous en avions fait une lecture commune. Ici (Douze pages!) Mais je n'avais pas fait de résumé. Je tente d'en faire un ici, en piochant dans mes remarques sur ce fil de LC. (Excusez moi à l'avance s'il vous parait long)

...

J'avais beaucoup aimé l'analyse de chaque scène, du moindre ressenti chez le narrateur. Presque l'impression d'un regard externe qui accompagnait Alex tant il apparait un peu paumé. Au début, il nous livre des faits sans  trop comprendre ce qui lui arrive, nous non plus, et cela avait créé chez moi un effet doublement attractif. Voilà un homme flottant, un peu comme sur une photo où il serait au premier plan, mais flou, alors que tout l'environnement est net.
Spoiler:
 

D'emblée la situation semble scabreuse, et Alex assez odieux. Il se contente de prendre ce qu'il y a de bénéfique pour lui. Les femmes qui l'entourent ne valent guère mieux, et personne ne semble clair. Mais à mesure que l'on avance, la carapace si policée de Sonia se fissure et elle se révèle bien plus humaine. De même, Alex avance en tâtonnant et cherche un fil conducteur à sa vie. Sous des abords distants, voire indéterminés, ses contours sans aspérités qui le font paraître passif au départ, on perçoit que quelque chose de bestial l'anime. Il est aussi évident que Sonia et lui soient voués à se perdre.
Spoiler:
 

Plus j'avançais dans le livre et mieux je ressentais ce personnage, avec ses défauts, ses côtés peu reluisants, mais aussi ses prises de conscience et son besoin désespéré de chercher un sens à tout ça.
Spoiler:
 


Iowna, elle, est une enfant gâtée, insensible (vis à vis de ses parents mais aussi peu reconnaissante par rapport à sa cousine) parfois même hystérique et en tout cas complètement fermée, elle a trouvé son but en faisant cette fixation sur Alex et c'est finalement la plus heureuse dans le monde qu'elle s'est créé.
Spoiler:
 

Elle a une incapacité totale à communiquer, à établir un rapport avec les autres.Son besoin de se tourner vers Dieu est au départ sa seule sauvegarde, un besoin de magnifier les choses. Et son histoire avec Alex (alors qu'elle l'a déjà surement croisé, voire la photo de la fête lorsqu'ils sont étudiants) ne fait sans doute que lui confirmer que c'est un signe du ciel et que Dieu guide ses pas. Elle n'est pas sensible au monde qui l'entoure, juste à ce qui se rapporte au sien. Je crois que nous ne pouvons que ressentir de la tristesse pour Iowna, mais elle est heureuse à sa façon et Alex lui a apporté cette part de bonheur.

Il n'empêche qu' il est tombé dans un piège et a été manipulé
Spoiler:
 
L'histoire d'Iwona serait donc celle d'une très longue obsession
Spoiler:
 

Quant à Alex, ce besoin de s'avilir à l'extrême pour pouvoir se libérer et vraiment commencer à vivre (il l'avoue à Antje avec les peintures) me l'a rendu plus poignant. Ses côtés scabreux, l'attirance pour cette fille qu'il n'aime pas mais qui l'excite pour les raisons évoquées (Bestialité, médiocrité) sont des antidotes nécessaires à cette perfection de Sonia qui l'étouffe.


En résumé, ce que ce roman et son personnage central nous mettent en relief, de façon très subtile, ce sont toutes les faiblesses, les ratés humaines. Ce besoin d'idéalisation que toute personne peut avoir, les désillusions, pour enfin se retrouver, se redéfinir. Des thèmes bien ancrés dans la réalité lorsque l'on démarre sa vie sur un mirage, avec les ratages et la culpabilité qui en résultent. J'aime ces personnages constamment dans le doute et qui cherchent à se débattre face à l'absurde. Ce sont des personnages complexes, bourrés de failles, souvent incompréhensibles ou contradictoires, mais surtout terriblement et désespérément humains, donc difficiles à juger car nous le sommes aussi.  

C'est vraiment ce que j'aime chez Peter Stamm. Il va un peu plus loin que la simple moralité, ce qui est bien ou pas, et c'est ce qui me plait chez lui. Il n'analyse pas vraiment, il se contente d'exposer les faits avec cette sorte d'écriture "blanche" ou neutre et c'est au lecteur de fouiller, à partir d'indices, d'interpréter selon notre sensibilité, notre vécu et l'éclairage qu'on leur donne. C'est là son tour de force: Faire un roman intensément psychologique tout en gardant cette distance avec ses personnages. Pour moi, un grand et beau roman!

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: Peter Stamm [Suisse]   Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Icon_minitimeSam 18 Avr 2015 - 9:02

J'aime bien son nom. (Oui, ça peut aussi être un critère de choix de lecture).
Ça me plairait vous pensez ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: Peter Stamm [Suisse]   Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Icon_minitimeSam 18 Avr 2015 - 10:45

Pudeur ? Oui pourquoi pas. J’aime bien ce mot. J’avais trouvé flegmatique. J’aime bien ce mot aussi. Comme je disais justement cela peut parfois faire du  bien que les problèmes se résolvent sans hurlements ou fureur.

Il faut dire que Stamm ne prend le parti, que pour son personnage. Alex. Et pourquoi pas. Si on avait la version de Sonia, écrite par lui, on lui donnerait aussi raison. Mais en effet, sans parler du côté odieux qu’il peut avoir, en choisissant une femme qui convient dans la vie dont il rêve, c’est le phénomène d’enfermement dans une vie qu’il a voulu, mais qui ne le satisfait pas qui m’a plu. Je ne crois pas que le personnage d’Alex ait prémédité tout ce qu’il lui arrive. Je pense que sa souffrance est sincère. En effet Stamm ne fait pas dans le « je vais redresser la barre pour que, malgré la déroute passagère de mes personnages, ils aient une morale irréprochable à la fin, car tout est bien qui finira bien ». Tu fais bien de le souligner Aériale, ils sont humains comme nous. Sonia prend un peu de consistance petit à petit mais il semble que pour Stamm, ce soit important de montrer la souffrance d’Alex et que Sonia passe au deuxième plan. Le personnage d’Iwona est un peu effrayant je trouve. Pour peu, elle aurait pu déraper dans une obsession, vis-à-vis d’Alex, difficilement contrôlable. Mais ça n’arrive pas. Elle est enfant gâtée…Et pourtant elle n’est pas gâtée par la vie. Ce manque de réaction à ce qui lui arrive….Elle a une sorte d’inconscience qui l’empêche de souffrir ? difficile de la cerner.                                                  

C’est peut-être pour ça que je l’ai laissé un peu au deuxième plan dans mon commentaire Armor. C’est vrai qu’elle s’est mariée en « dessous de sa condition » et que cela ne plait pas dans ce genre de milieu surement. Stamm montre justement bien, que ce milieu peut-être très dur. Le père de Sonia dans le livre, fait bien sentir à Alex qu’il ne le considère pas assez bien pour sa fille. Alex sait qu’Iwona ne serait jamais accepté dans ce milieu, alors qu’il dit un moment, que ses propres parents auraient accepté Iwona mais qu’ils ne s’étaient jamais senti à l’aise avec Sonia. Stamm  traite dans ce livre donc aussi, de l’impossibilité, de part et d’autre de sortir de son milieu.

Est-ce que Sonia est plus intelligente ? Aériale en parlait justement. N’est-elle pas plus douée pour se comporter en société ? cela ouvre des portes. Son milieu le lui a appris. Est-ce qu’elle a raté des opportunités en vivant avec Alex ? un aspect qui ne m’avait pas sauté aux yeux. Peut-être que Stamm veut montrer que dans la vie, on peut être promis à un bel avenir soit, mais que ce n’est pas pour ça que l’on réussira. Est-ce que Sonia se sent paralysée dans cette vie avec Alex ? Peut-être. Mais ce n’est peut-être pas entièrement de la faute d’Alex. Elle aurait pu s’épanouir dans l’entreprise qu’ils avaient créée.

Je ne sais pas Queenie, je ne connais pas assez bien tes choix de lecture. Mais on peut dire que Peter Stamm « fait couler de l’encre », provoque le débat. Douze pages de LC et j’ai l’impression que cela continue. Cela lui ferait peut-être plaisir s’il le savait.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: Peter Stamm [Suisse]   Peter Stamm [Suisse] - Page 11 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Peter Stamm [Suisse]
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Peter Pan
» Le syndrome de Peter Pan
» Brioche suisse
» Les moyens et l'organisation du Génie Suisse
» Commande Sigma possible en SUISSE ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: