Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 [BD] Jacques Tardi

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeDim 22 Mar 2009 - 1:21

[BD] Jacques Tardi  A11

Citation :
Jacques Tardi (né le 30 août 1946 à Valence) est un auteur et dessinateur de bande dessinée français.

Il est surtout connu pour la série des Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec et pour son travail sur la Première Guerre mondiale. Il est lauréat en 1985 du Grand prix de la ville d'Angoulême et en 2011 de deux Eisner Awards.

Son œuvre, traduite en plusieurs langues, a gagné la reconnaissance, au-delà même du monde de la bande dessinée.

source et suite


Dans la série BD, je propose :
la série "Le cri du peuple" avec pour dessinateur Jacques Tardi et pour scénariste Jean Vautrin

L'histoire de la Commune comme on ne l'apprend pas à l'école. Le scénario est une histoire à La Vidocq et à la Jean Valjean et à la D'Artagnan (enfin là j'exagère un peu peut-être). Un ex bagnard et ex notaire veut venger sa fille adoptive assassinée sauvagement (je vous passe les détails) par l'ex fiancé de la belle, devenu officier, le capitaine Tarpagnan. On croise sur les barricades Jules Vallès, Gustave Courbet et Louise Michel et tout cela est bien sympathique.

C'est la première fois que je lis une BD de Tardi. Je n'ai pas été déçue. Il y a de la gouaille et ça sonne Parigot sur le pavé, j' vous le dis. Les surnoms des truants de bas étages et proxénètes, les jurons et expressions de l'époque sont à eux seuls une curiosité. Le dessin de Tardi, est suffisamment connu, à la fois flou et précis comme une esquisse ou un croquis.

Ce qui m'a étonnée en lisant cette BD, c'est l'Histoire avec un grand H.
Cette histoire très peu connue en fait, méconnue, et pourtant bien réelle de ces milliers de Parisiens et même quelques Italiens de Garibaldi qui se sont fait fusiller, hommes, femmes, enfants et bébé. Massacrés et oubliés. Histoire dont on fait l'impasse parce qu'elle est gênante sans doute et politiquement incorrecte. Pourtant si vous faites un tour sur ce cher Google option "images" vous les verrez ces cadavres de Parisiens exposés dans leurs cerceuils . Tardi et Vautrin, mine de rien, ne lâchent rien. Les exactions des uns mais surtout celles des autres.

Quand on lit Tardi on comprend mieux l'expression "Peuple parisien", le "Peuple de Paris". Cet élan, cette ténacité, cet enthousiasme fou, cet espoir désespéré. Cette guerre civile sans quartier et sans pitié parait incroyable et pourtant c'était il y a si peu de temps.

Bref, à lire d'urgence bien sûr ! content


Dernière édition par mimi le Dim 22 Mar 2009 - 9:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeDim 22 Mar 2009 - 1:25

[BD] Jacques Tardi  97822010

[BD] Jacques Tardi  97822011

[BD] Jacques Tardi  Cridup10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeDim 2 Juin 2013 - 9:49

[BD] Jacques Tardi  Couv_o10

Offert pour l'acquisition de deux folios policiers j'ai lu ce Ô Dingos, Ô Châteaux !

Ce n'est pas sans plaisir qu'on parcourt les cases France vintage, de petites rues et routes, de commerces et de cafés et de véhicules en tous genres. Pas non plus sans plaisir qu'on reconnait des airs de déjà vu dans des figures.

Par contre j'aurais aimé accroché un peu plus, la succession des péripéties est assez monotone et les traits d'humour noir à froid ne suffisent pas forcément à faire prendre toute la sauce. Il y a aussi le fait que ça tire volontairement du côté d'un grand guignol assumé alors peut-être le manque de familiarité avec cet entre-deux ?

Je ne sais pas à quoi ça ressemble à la lecture Manchette dont les adaptations ont l'air de tenir particulièrement à cœur au dessinateur ? 



[BD] Jacques Tardi  96761310

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 20:07

Sur une lecture suggérée par Bédoulène (merci) :


Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B (2012)


[BD] Jacques Tardi  Couv11

Le projet de cette bande dessinée découle d’un dialogue entre Jacques Tardi et son père René Tardi. René Tardi a été déporté au camp de concentration du Stalag II B pendant quatre ans alors qu’il traversait les années les plus vives de son existence, entre 20 et 25 ans, à un âge où l’on est en droit d’espérer de la vie des images plus gaies que celle d’une fosse à merde commune et d’appels interminables dans le froid, le ventre vide. Retrouvant une vie plus normale, René Tardi n’a pas cessé de se souvenir de ces années en les transcrivant dans des cahiers d’écolier. Jacques Tardi revient sur cette documentation massive, intarissable de détails, pour les mettre à la disposition de son lecteur dans un album de presque deux cent planches qui ne lésine pas, à son tour, sur la qualité informative.


On pourra évidemment saluer Jacques Tardi pour son travail documentaire salutaire, mais pas seulement car s’il fait œuvre pédagogique de façon explicite, son album délivre aussi en filigrane des vérités qui échappent à la démonstration.


La première vérité –évidente pour ceux qui ont vécu l’expérience et pour leurs proches les plus immédiats- est celle de l’illégitimité du discours sur le camp de concentration lors de la libération des détenus. Les personnes qui sont nées à une époque qui avait déjà accepté et reconnu l’horreur de la vie dans les camps de concentration ne pensent pas qu’il ait pu y avoir un moment au cours duquel le droit à la parole était pratiquement refusé aux déportés. C’est pourtant une réalité qui a certainement dû contribuer à former le sentiment de culpabilité qui s’exprime encore avec vigueur :


" A son retour, Jean n’a pas pu prendre la parole, exprimer, rendre compte, raconter en détails les quatre sinistres années de privation de liberté. Pire, lorsqu'il lui arrivait de les évoquer, mon grand-père maternel, qui avait fait la Première Guerre mondiale, lui clouait le bec, raillant cette armée de vaincus de mai-juin 1940… « Ah, disait-il, voilà le « grand militaire » qui va nous raconter ses exploits ! ». Je me souviens qu'alors, mon père, plutôt que d'entrer en conflit avec cet ancien combattant médaillé - de surcroît son beau-père!-, avalait sans mot dire cette nouvelle humiliation et replongeait dans le silence. Sans doute comme des centaines de milliers d'autres qui, comme lui, n'avaient en effet ni exploit ni victoire magnifique à revendiquer, contrairement aux héros des tranchées..."


La deuxième vérité découle de la précédente : les déportés ont d’autant plus de mal à exprimer la cruauté des années vécues dans les camps de concentration à cause de l’infamie anodine des procédés mis en place. Rien d’éclatant ni de tonitruant, aucune mort causée directement, pas de sévices adressés à même la chair. La torture découle de la négligence, du mépris de l’être humain, de la hiérarchie injustifiée. Si l’on écoute les témoignages des déportés au sens littéral, on prendra connaissance des humiliations verbales, de la négligence vestimentaire et alimentaire, de l’insalubrité des lieux de vie, des tâches dégradantes à effectuer, de la violation de l’intimité et des rituels arbitraires. Les soldats de la génération précédente, ceux qui avaient combattu dans les tranchées, devaient légitimement avoir envie de déprécier ce genre de témoignage pour donner à nouveau droit de cité à leurs propres souffrances. Il fallait trouver une façon différente de s’exprimer pour que les déportés puissent faire comprendre que derrière ces menus vices quotidiens se cachait une menace beaucoup plus sombre, sournoise et destructrice. La faim qui rend fou, la saleté qui aliène, la hiérarchie qui corrompt, sont au-delà des mots.


[BD] Jacques Tardi  Poux10

Jacques Tardi offre la parole à son père qui témoigne pour tous les gens de sa génération ayant connu les camps de concentration, et il se fait le porte-parole des générations suivantes pour instaurer le dialogue du doute, de l’incompréhension qui doit se résoudre par une plus grande proximité. Le ton du dialogue est juste, ne s’interdisant ni les constatations glaçantes, ni les piquées pleines d’humour et de légèreté. Comme Jacques Tardi intervient directement dans l’album, il ne tombe pas dans le piège d’imprimer sa subjectivité dans l’arrière-plan documentaire, ce qui laisse au témoignage du père toute son intégrité. L’extrémité de l’expérience vécue ne doit pas séparer, elle doit au contraire réunir les générations, et c’est l’impression chaleureuse et tendre qui reste au moment de tourner la dernière page de cet album.


[BD] Jacques Tardi  Intro10

Citation :
La France, trop sûre d’elle, n’est pas prête. Du 3 septembre au 10 mai 1940, il ne se passe rien. Nous ne profitons bien sûr pas de ce délai de neuf mois pour tout organiser. Les Allemands ne bougent pas, nous ne bougeons pas, nous attendons. C’est la « Drôle de guerre ». Et puis, à la date choisie par eux, le 10 mai, c’est l’offensive, le 13, les Fridolins rentrent chez nous comme dans un camembert bien fait, bien que, par endroits, une résistance acharnée tente de les repousser. Des soldats français se sont quand même battus et bien battus, mais rien ne peut arrêter l’élan de la Wehrmacht. Le 22 juin, c’est l’Armistice, Paris occupé, Adolf au Trocadéro. Les Anglais vont rester les seuls à continuer la guerre. Le gouvernement français, lui, va se lancer allègrement dans la collaboration avec les Allemands. Quelle honte !


[BD] Jacques Tardi  Dialog10

Citation :
- Où sont les tirailleurs sénégalais, je n’en vois pas un seul ? Je ne vois pas non plus de P.G. nord-africain.
- Ceux qui avaient été acheminés en Allemagne ont été rapatriés en France et bouclés dans des camps à la frontière : des frontstalags. Non seulement ils s’étaient fait trouer la peau pour les beaux yeux de la République française, mais en plus, le Grand Reich n’en voulait pas sur son territoire. Ces « indigènes » vont devoir bosser en France occupée, mais sous surveillance française. Prisonniers deux fois, en somme !


[BD] Jacques Tardi  Juifs10

Citation :
La « chasse aux juifs » avait débuté en Allemagne et en Europe centrale, bien avant la guerre… Nous le savions. Souviens-toi des gamins accueillis à l’école à Valence, dès 1933…

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 22:58

(Tu pourrais jeter un œil aux Armes de la nuit de Vercors à l'occasion).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeMer 25 Mar 2015 - 21:14

Ah oui pourquoi ? similitudes d'après toi ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeMer 25 Mar 2015 - 21:16

quelque chose dans le sujet si je me fie à la citation en rouge dans le début de ton message.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeSam 4 Juil 2015 - 1:43

C’était la guerre des tranchées
[BD] Jacques Tardi  C-etait-la-guerre-des-tranchees-234919
Dans cette BD, Tardi évoque avec force et images la grande guerre, mais celle du poilu qui a peur et veut rentrer chez lui. Le poilu est lâche, égoïste, prêt à tout pour s’échapper de cet enfer mais tellement humain que ces récits touchent en plein dans le mille : plus jamais cela …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitimeMar 21 Juil 2015 - 14:35

Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B - Tome 2 : Mon retour en France (2014)


[BD] Jacques Tardi  Couv10

Janvier 1945 : les prisonniers du Stalag II B se mettent en route sous la conduite de leurs garde-chiourmes et quittent Hammerstein pour se rendre jusqu’à Lilles, traversant un territoire profondément marqué par les événements de la Seconde Guerre Mondiale.



[BD] Jacques Tardi  Intro10


Jacques Tardi reprend la forme du dialogue avec son père pour retracer cette marche qui ne ressemble en rien à une libération ni à une victoire. Les conditions de vie sont éprouvantes et il s’agit encore d’obéir à des supérieurs qui n’ont pas plus de maîtrise ni d’ingéniosité que n’importe qui d’autre. Ce dialogue sera également l’occasion de revenir sur le Lebensborn (des couveuses aryennes), les Einsatzgruppen (de troupes qui ratissaient les ghettos et programmaient le suicide forcé des juifs) ou les corps francs (des anciens combattants qui avaient été proches de Hitler à ses débuts). On essaiera de comprendre avec les prisonniers ce que sont devenus Hitler et Eva, Goebbels, Magda et leurs six enfants, Göring, Himmler et Bormann, en même temps que se fera la traversée des villes bombardées de Lüneburg et de Rheine.


La libération devrait rendre les prisonniers heureux, ce serait tellement simple. Jacques Tardi veut rendre justice aux souffrances rapportées par son père et vécues par un grand nombre. Les dessins ont gris, ternes et monotones, sauf rares éclats de violence. L’arrivée à Lille, après quatre mois de marche forcenée dans des conditions parfois épouvantables, échappe bien sûr à la description.


En écho à la banalité du mal d’Hannah Arendt, Jacques Tardi interroge souvent son père, à l’occasion, par exemple, de l’assassinat de cinq des garde-chiourmes les plus salauds commis par lui-même et les autres prisonniers : « Vous vous conduisez comme eux ! Papa, qu’est-ce que tu en penses ? … Tu ne réponds pas ? ». Si, pour cette fois, l’ancien prisonnier ne répond pas, il n’hésite cependant pas à reconnaître, dans d’autres passages que : « Plus d’une fois, vers la fin, nous avons été salauds avec des civils ! ».  Jacques Tardi tendrait alors à expliquer ces dérives violentes des anciens prisonniers avec cette même empathie et ce même besoin de connaissance qui faisait écrire à Alain : « L’impatience d’un homme et son humeur viennent quelquefois de ce qu’il est resté trop longtemps debout ; ne raisonnez point contre son humeur, mais offrez-lui un siège ».


L’incompréhension n’est toutefois pas entièrement résolue. Après avoir effectué lui-même le trajet d’Hammerstein à Lille, Jacques Tardi sera prêt à aborder la conclusion dans son troisième volume.


[BD] Jacques Tardi  Sensib10

Citation :
Les Boches, lorsqu'on leur disait que le Grand Reich n'existait plus et qu'ils étaient foutus, qu'il serait temps de laisser tomber, d'arrêter les acharnements imbéciles, de se rendre à l'évidence, ils ne se vexaient pas. Ils attendaient les armes de représailles annoncées. La situation allait changer. Jusqu'au bout, ils restèrent confiants. S'avouer vaincu ? Jamais ! Ça dénotait d'une dose stupéfiante d'optimisme ou d'abrutissement total.


Citation :
Le 7 mars 1936, un samedi, Hitler était rentré en Rhénanie démilitarisée, se moquant bien de violer le Traité de Locarno. L’armée allemande de l’époque n’aurait rien pu faire contre l’armée française. Les Allemands eux-mêmes étaient conscients de leur faiblesse. Ils avaient même reçu l’ordre de reculer si nous étions intervenus. Mais nous n’avons pas réagi ! Nous avions l’occasion de provoquer la fin de Hitler et de l’Allemagne nazie, mais nous n’avons pas bougé.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




[BD] Jacques Tardi  Empty
MessageSujet: Re: [BD] Jacques Tardi    [BD] Jacques Tardi  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Jacques Tardi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bible du roi Jacques.
» Jacques MAILHOT DSK
» coquille st jacques mariniére de légumes
» Chaussons à la coquille St Jacques
» Le nectar de Saint-jacques. Dieppe.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: