Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anna Maria Ortese [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Anna Maria Ortese [Italie]   Lun 23 Mar 2009 - 19:23



Anna Maria Ortese, 1914-1998

Pour parler d' Anna Maria Ortese, une fois n' est pas coutume, je vais m' attarder sur sa vie, qui permet de mieux comprendre son oeuvre, une oeuvre belle et originale mais très surprenante parfois.

Je me suis servi d' une étude De Bernard Simeone, écrivain lui-meme et
grand traducteur et introducteur de la littérature italienne en France.

Anna Maria Ortese a mené en Lybie et dans toute l' Italie une vie errante
pratiquement toute sa vie.
Une vie qui ressemble à un mélo : disparition à Fort de France d' un frère très aimé, conditions matérielles de plus en plus précaires, exils...
Après la Deuxième Guerre Mondiale, la maison de Naples où elle vivait alors, est détruite par les bombes.
Meme si elle a quelques amis, aucun ne lui pardonnera d' avoir mis à nu avec la cruauté de sa candeur, les mensonges de l' écriture, l' oubli des utopies et la quete désespérée du succès.

Anna Maria Ortese connaissait depuis longtemps Edgar Poe et Katherine
Mansfield, et plus tard, Lewis Carroll, Coleridge, Blake, Defoe, Stevenson
les soeurs Bronte, Emily Dickinson, Hawthorne, Melville, James.
Et ces écrivains, dont on sent parfois l'influence dans son oeuvre,
l' aidèrent à supporter une solitude terrible et souvent hallucinée.

De maisons d' amis en chambres meublées, de ports en villes du continent, de la jeunesse sauvage et muette jusqu' à la vieillesse très malheureuse,
on peut dire que sa vie ne fut jamais réelle.
La pauvreté, l' hypersensibilité, le sentiment d' une Italie morte avec la guerre lui a fait écrire, comme Sivio d'Arzo, que nous vivons dans la maison des autres.

Toute sa vie, elle connut des problèmes de survie. Et ceci permet d' expliquer d' où naissent les tensions dans ses écrits... Et puis la solitude,
la fuite et cette sensation permanente de désastre.

La plupart des histoires d' amour, écrit A.M. Ortese, ne sont qu' histoires de haine, de vol et de farce, accompagnées de chants célestes...
Naturellement, il existe aussi des exceptions, et ce sont les histoires de l' affection, des grandes affections qui concernent les humbles vies
purement animales, où l' amour n' existe pas.

Les oeuvres de Anna Maria Ortese sont hantés, en permanence, visionnaires...

La norme et la règle semblent semblent brisées. Cela ne signifie pas
que la raison nous soit plus lointaine qu' hier. C'est la normalité qui s'est éloignée.

L' étrangeté est dans les choses, dans la vie réelle. La peur aussi.

Seul l' homme fait souffrir, car il le fait aussi quand ce n' est pas nécessaire... Il choisit ceux qui n' ont aucun droit.
Je me sens plus que jamais du coté des bètes, je me sens comme leur parente, à tout le moins leur amie, leur fidèle.

Si écrire lui était nécéssaire, indispensable meme, plus nécéssaire encore
était la compassion, le secours porté à toute vie.

Je voudrais parler encore longtemps de cette femme, mais je le ferai quand elle sera lue.
Je crois que son oeuvre est parfois difficile à lire et à comprendre.
Je n' ai pas tout lu ni tout compris.
Mais elle m' a beaucoup apporté.

Bibliographie sélective :
- L' Iguane, Gallimard, 1988
- Le murmure de Paris, Terrain vague, 1989
- De veille et de sommeil, Gallimard, 199O
- Les beaux jours, Terrain vague, 1991
- La lune sur le mur, Terrain vague, 1991
- La Douleur du chardonneret, Gallimard, 1998




INDEX des livres chroniqués - Bédoulène - Cliquez sur les chiffres

De veille et de sommeil : pages 1
L'Iguane : pages 1, 2
Les beaux jours : 1
La lune sur le mur : pages 1
Femmes de Russie : pages 1
Le murmure de Paris : pages 1, 2
Alonso et les visionnaires : pages 2
Mistero Doloroso : pages 2

Arrêté à la page 2 le 18/02/2012



Dernière édition par bix229 le Lun 23 Mar 2009 - 23:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Lun 23 Mar 2009 - 20:38

DE VEILLE ET DE SOMMEIL

Ce recueil est un bon exemple des récits qu' écrivit Anna Maria Ortese, et qui relèvent de l' état de sommeil et des réflexions propres à l' état de veille.

Et comment elle savait avec bonheur meler le réel et le songe.

De temps à autre, la nuit, ou aux approches de l' aube, je me réveille sous
le coup d' une douleur qui est la plus désespérée, la plus intolérable que je
connaisse.
Je ne sais pas où je suis.
Certes, à y réfléchir un instant, je connais le lieu immédiat, le nom de la ville et meme la rue, qu' éclaire encore, à cette heure-là, le réverbère du coin ; de meme je connais le nom du pays, du continent, du globe , où
cette ville et cette rue se trouvent : Italie, Europe, Terre.
Mais où l' univers est-il lui-meme situé, voià ce que j' ignore...

Salut nocturne. Dans le recueil De veille et de sommeil. P. 147
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Lun 23 Mar 2009 - 21:04

J'ai lu L'Iguane il y a quelques années et c'est un roman qui m'a beaucoup marqué. Je l'avais trouvé très complexe mais envoûtant. Un récit presque hallucinatoire, visionnaire, où les personnages de cette île mystérieuse coexistaient avec leurs propres projections mentales. Elle a écrit plusieurs récits dans ce registre fantastique et proche du rêve. En tout cas c'est un grand livre. Tu me donnes envie d'y retourner.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Lun 23 Mar 2009 - 22:46

Les beaux jours“

(Italien: Poveri e simplici, Firenze, 1967)

La narratrice, Bettina, se souvient des « beaux jours » quand au début des années 50 elle vivait comme jeune femme dans une « commune », marqué par la gauche. Cette période est sous le signe de la pauvreté et la recherche constante de travail, mais aussi un moment de partage des mêmes idéaux. Elle essaie de travailler l’écriture et reçoit, un moment décisif pour elle et ses amis, un prix important. Puis une histoire d’amour prendra le dessus : d’abord dans la distance, avec un journaliste et qui au cours de deux ans deviendra une relation d’amour qui « date jusqu’à aujourd’hui ».

J’ai lu avec joie ce livre, certes un peu trop romantique un moment donné. En cela il pourrait être de la plume d’une jeune fille. Mais le livre fut publié en 1967 et Ortese avait déjà ses 50 ans! J’ai fait une grande gaffe en regardant pendant la lecture dans une biographie de l’auteur. Là, elle disait que « Poveri e simplici » était son plus mauvais livre. Comment contredire un auteur ? Ou est-ce que cela parle alors pour la qualité des autres œuvres ? Surtout dans le premier aspect d’une vie communautaire, à la recherche permanente de travail, elle arrive à donner une image à cette époque, peut-être aussi à un part autobiographique. Et la critique de son pays fut pas d’accord avec son avis, car elle obtenait le Prix Strega.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Lun 23 Mar 2009 - 23:22

Oui, L' Iguane est un livre étonnant, peut etre le meilleur d' Anna Maria Ortese.
Mais peut etre est il préférable de ne pas commencer par ce livre-là...

Depuis que je suis sur ce forum et que j' ai commencé à parler d'auteurs
italiens, j' ai toujours pensé à Svevo et Ortese tout en réfléchissant aux difficultés qu' il y aurait à les présenter.

Je suis persuadé qu' on peut entrer dans l' univers d' Ortese, et qu'on peut
l' aimer, en connaissant sa vie déjà, et à condition de ne pas etre trop dérouté d' emblée.
Or les derniers livres d' Ortese sont vraiment dérangeants et meme parfois
incompréhensibles, soit parce que son univers mental se dégradait, soit parce que la logique de sa propre évolution la rendait moins facilement compréhensible.
Je ne sais pas.

Mais je pense que pour éviter tout malentendu avec elle, il faudrait peut
etre commencer par des livres comme Le Murmure de Paris, La Lune sur le
mur ou Le Silence de Milan, où l' on est saisi plus directement par l' angoisse de cette femme, mais aussi par sa grande sensibilité, son imagination extraordinaire, sa compassion pour la souffrance...
Et par cette beauté poétique, propre à ceux qui ont beaucoup souffert et dont la felure est durable.

Il y a aussi le texte d' un entretien qu' elle eut avec Bernard Simeone dans
le recueil De veille et de sommeil qui est lumineux pour la compréhension
de l' oeuvre...
Mais bon je savais que ce serait difficile de parler d' Anna Maria Ortese !jypeurien

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mar 24 Mar 2009 - 20:07

Une partie des hommes -nous ne savons jamais laquelle- aime la destruction pour la destruction, aime l' effet du détruire : la douleur de l' autre est son but.
Le monde est un enfer à cause de ces hommes-là. et ce ne sont pas toujours les exlus de la société.

Il est des hommes intègres qui jouissent de la souffrance d' une bète,
et qui mentent lorsqu' ils affirment (science, labos) que cette souffrance est nécéssaire.
Il en va de meme pour les chasseurs et les marchands d' animaux.
Non moins atroce (et mystéreux) nous apparait le comportement de nombreux pères et mères, en Europe comme ailleurs.

Ces gens-là, que rien ne distingue apparemment des gens normaux, sont laissés libres de faire ce qu'ils veulent, de décider, de torturer...
En vérité ce sont des fantomes, des morts vivants...
La littérature tout entière, abonde en objets du mal de cette espèce, mais ils ne viennent pas de la littérature - elle ne fait que les identifier, les isoler -, ils proviennent du monde.

Anna Maria ORTESE - Le Petit dragon, entretiens avec Bernard Simeone. Dans le recueil De veille
et de sommeil, p. 183.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Jeu 27 Aoû 2009 - 20:11

LA LUNE SUR LE MUR - Ed. Verdier

Anna Maria Ortese nous décrit sovent des créatures touchantes qui
n' ont rien d' exceptionnel sinon la volonté d' aimer et le désespoir de ne jamais y parvenir.
Ce sont des perdants, des marginaux, des invisibles, des oubliés vivants.
Ils sont enfermés dans le silence et la solitude et les mots ne parviennent
pas à sortir d' eux.
Et pourtant Anna Maria Ortese nous fait ressentir la terrible
beauté d' un amour qui ne sert à rien ni à personne.
Seulement à se consumer dans le silence et l' attente.
Anna Maria Ortese parvient aussi souvent à l' éclairer d' une lumière
étrange qu' elle est seule à capter et qu' elle nous transmet un instant.

... Je me retrouvai Piazza di Spagna (à Rome), magique avec ses lumières
tamisées, ses fleurs, son crépuscule, son escalier plein de jeunes gens reveurs : tout à coup je me souvins d' un autre soir d' été, huit ou neuf
ans plus tot, et d' une jeune fille des Abruzzes, mmon amie, avec qui j' allais me promener.
Cette jeune fille n' avait pas de travail (de toute façon, elle n' aurait pas pu travailler, car elle manquait presque totalement de souffle), elle n' avait qu' un filet de voix, rauque et doux, et ses merveilleux yeux noirs brillaient comme ceux d' un petit chat noir blotti derrière le charbon.


Terreurs d' été, p. 99

Ce livre est un recueil de 5 nouvelles et la première : Masa est un vrai joyau :

Soudain, agenouillée ainsi sur le carrelage de briques de sa chambre,
près de cette valise et regardant ces vitres nues et ces marguerites qui balançaient la tete, Masa sentait que c' était vraiment le dernier jour
où elle habitait cette maison, et ce n' était pas seulement la sienne
mais celle de Dino Piermattei, qui pendant presque trois ans était venu ici chaque soir et s' y était reposé.
En quittant cette maison, elle perdait Dino une seconde fois, mais d' une

façon plus désespérée, définitive...
...Elle n' avait plus les idéees en place, voilà tout, peut etre ne les avait elle jamais eues, et c' était pour cela que Dino était parti.
Non seulement elle était muette et gauche, mais folle aussi.
A la vérité, elle ne savait pas dire le moindre mot de ce qu' elle avait à l' intérieur, elle ne savait pas parler, elle ne savait pas : ce qui lui venait

aux lèvres était toujours terne, sans vie, voire dur ...

Masa p. 23

J' ai pensé souvent à Carson McCullers en lisant ces nouvelles et j' ose
dire qu' elle soutient la comparaison, meme si elle est plus inégale.
Elles étaient presques exactement contemporaines et avaient en commun
d' habiter des terres de douleur, de chagrin et d' incompréhension.
Et d' en parler avec la force du désespoir et la grace de la compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Sam 17 Oct 2009 - 9:38

J'ai aussi lu le recueil de nouvelles portant titre "la lune ur le mur"



C'est aussi la nouvelle intitulée Masa qui m'a le plus retournée.
Un tel enfermement de ces personnages qui survivent dans l'amour, l'amitié, enfuis. Aucune perspective sociale ne leur permet l'espérance d'une vie meilleure ; disparue elle aussi avec l'amour et l'amitié.
La maison déménagée s'est aussi vidée des souvenirs.


Terreurs d'été :
"Conny et moi nous vous attendons" cette courte phrase révèle dans cette nouvelle l'espoir d'une reconnaissance, d'un moment d'amitié pour la narratrice.
Toutefois le sentiment de solitude, de pauvreté s'étend à la vision de l'auteure sur l'Italie entière.

Je pense lire un autre livre de cette auteure mais je choisirai le moment pour le faire car les mots d'Anna maria Ortese sont lourds à entendre.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 49

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mar 20 Oct 2009 - 6:59

Femmes de Russie

En 1954, Anna Maria Ortese, alors inscrite au parti communiste, est invitée par la délégation à venir découvrir la Russie. Abhorrant les voyages en avion, A.M.Ortese utilise le train (18 heures de voyage) et en profite pour observer, lier connaissance avec des russes et aborder tranquillement l’étranger. Enfin à Moscou, sa phobie de l’avion l’empêche de suivre les visites programmées et la délégation a tendance à l’ignorer. Elle doit se contenter de ses seules observations.
« Femmes de Russie » regroupe les six articles qu’elle a écrits lors de son périple.
Anna Maria Ortese exprime son ressenti et derrière ses remarques, on sent poindre de temps à autre, son inquiétude d’être seule loin de son Italie.

Extraits :

P44 : « Sergio vous demande si ces corbeaux vous surprennent beaucoup.
-Oui. Ils me semblent incompréhensibles. La nature paraît paisible et maternelle, mais eux lui font comme des griffures au front. On dirait que quelque chose la tourmente. »


P56 : « Je crois que néoréalisme veut dire ceci. » Je m’efforce de sourire. « Un metteur en scène italien monte dans ce train, il sait que c’est un train d’ Union soviétique, ce qui est très important, parce qu’il y a derrière toute l’histoire de ce pays, mais pour donner la sensation du train, c’est-à-dire de la vie, il lui faut regarder tous les détails qui se trouvent dans ce train, qui font le train entier (avec sa signification), et qui peuvent être parfois décevants, et en contraste avec la belle idée que nous avons du train, avec ce que nous voudrions que fût un train. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Dim 9 Oct 2011 - 20:02

LE MURMURE DE PARIS

Je viens de relire avec grand plaisir ces quelques récits de voyage.
AM Ortese semble percevoir des choses qui nous échappent. Peut etre parcequ' elle est hypersensible
et artiste. Elle donne l' impression quand on la lit que son écriture est un effort pour cristalliser des impressions brutes, donner consistance à ses reves, ses haluciantions.

Reves, hallucinations, visions sont des mots qu' elle utilise souvent . Et come Nerval, celui des Illuminés, elle les mele très naturellement. Tel est le cas du Murmure de Paris, qui est une merveille de style et de suggestion...

Il lui arrive aussi des d' éprouver des sentiments melés et contradictoires : frayeur et réconfort, épouvante et émerveillement... Parfois ses créations ou ses créatures la dominent et lui échappent. Elle est en fait toujours partagée entre la noirceur du monde où elle vit et le merveilleux qu' elle imagine.

Si son ouvre est un peu inégale, elle fait preuve le plus souvent de qualités de conteuse hors pair et d' une inventivité qui lui permet d' iventer des créatures étranges ou sublimes, de passer du réel à un temps ou à un espace différents du notre.

J' aurais voulu citer quelques phrases superbes, mais je n' ai plus le livre sous les yeux. Tant pis ! ceux qui m' aiment -un peu liont ce livre... Les autres prendotn le train !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mer 12 Oct 2011 - 15:45

L'iguane

Rares sont les écrivains qui vous donnent la sensation d'assister à une déflagration, à un bouleversement radical, puissant, incantatoire du monde, un monde qui s'ouvre alors sur la découverte, un peu folle, d'une nouvelle planète. La planète ortese ne ressemble à aucune autre, ni par le style, ni par la forme, ni par le propos tenu. On dit souvent qu'on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments et bien L'iguane est la preuve palpitante et écrite que les idées reçues ne valent rien.

En mettant en scène un jeune comte milanais, ingénu, riche, légèrement inconséquent mais profondément humain, altruiste, ouvert, Ortese prend le contre-pied d'une littérature du mal qui a tant fait recette. En racontant une histoire d'amour, tragique, intense, unique, Ortese invente un au-delà de la littérature de genre, une romance bien plus extravagante que toute celle que nous connaissons, une sorte de mélange entre La Belle et la Bête, L'île au trésor et les contes philosophiques du XVIIIème siècle. Mais qu'on ne se meprenne pas en parlant à sa manière onirique, irréelle, poétique, Ortese parle de nous. N'attendez pas de cette lecture une historiette ou une bleuette, pas plus qu'un conte pour adulescents ; il n'en est rien, car Ortese va confronter son personnage aux problèmes récurrents de nos sociétés : l'argent, la folie, la méchanceté, l'esclavage. Rien de moins. Et dans une langue déconcertante, mélangeant avec un art consommé de vieille sorcière de l'humour, de la poésie (la mer est ici racontée avec une telle intensité, une telle beauté, une telle véracité qu'on l'entend, on la voit, on la sent comme si elle vous portait), un grand style et des dérapages oniriques totalement incontrôlés, totalement farfelus, angoissant, déroutant, magique. Une langue incroyable pour raconter une histoire inouïe, terrible, charmante et triste.

Un livre inclassable. Troublant. D'une beauté triste et féconde.

Peut-être y avait-il du bon, et qui sait si après tout il ne s'agissait pas de symbolisme, d'un masque sibyllin autant que verbeux pour dénoncer le fameux problème de l'oppression.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mer 12 Oct 2011 - 18:24

Merci Shanidar pour ton commentaire qui exprime l' essentiel de ce qu' on peut attendre d' AM Ortese et d' un tel livre. Sans essayer d' expliciter un récit qui défie les commentaires et les explications rationnelles, tout entier qu' il est sous le signe d' une ambiguité essentielle.

A chacun son interprétation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mer 12 Oct 2011 - 18:41

il me parait impossible, illusoire et même inutile de tenter un résumé de l'action qui est des plus étrange. En revanche je crois ne pas avoir assez dit qu'Ortese propose une folie dure, elle exprime d'une manière poétique mais forte des idées bouleversantes sur notre rapport à l'animal, à la bête, à l'inférieur, au différent. Elle pose sans biaiser des questions essentielles sur la bonté, la justice humaine, sur la mort de Dieu (et qu'est-ce que ça veut dire d'abord pour les hommes de vouloir tuer Dieu), il y a d'ailleurs dans le personnage du comte un aspect christique qui loin d'être gênant lui apporte une ambiguité supplémentaire. D'ailleurs l'ambiguité est la sensation qui vibre tout le long du roman : est-on dans un rêve ou dans une forme de réalité sublimée, voire dans un cauchemar ? cette île surgit de nulle part est-elle déserte, habitée par une famille ou bien tout un village ? Les personnages sont-ils profondément méchants ou bons mais obligés d'agir selon des règles, des réactions qui les conduisent à la souffrance et (peut-être) à la rédemption mais aussi à faire le mal ? Bref, un livre exceptionnellement riche et déroutant ! (merci bix d'avoir ouvert ce fil !)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mer 12 Oct 2011 - 20:10

Ambiguité aussi sur le genre et sur la sexualité meme.

L' iguane d' Ortese, est un etre hybride, mi animal mi humain, sans age, et qui présente parfois la grace d' une fillette et parfois, la répusion d' un reptile.
Cet etre n' est pas une allégorie, mais un vrai personnage, essentiel à la conduite du récit, marqué par ses apparitions et ses disparitions. Mais un monstrre quand meme.

Bernard Siméone qui connait bien AM Ortese écrit que "les figures de l'innocence abondent dans son oeuvre (iguane, oiseaux), n' autorisent guère la mièvrerie car elles sont aussi inquiètantes qu' idéales."

Et AM Ortese écrit que "le monstre est un vrai monstre, il exprime meme l' esprit profond et pur de l' Univers."

Si vous voulez en savoir plus sur AMO, lisez De veille et de sommeil, un excellent recueil de nouvelles et aussi un très étonnant entretien de l' auteur avec elle-meme.
Elle y explique pourquoi elle choisit le reve contre l' état éveilé, l' hallucination contre l' ennui quotidien. Si ce n' est pas vraiment la folie, c' est sans doute un état limite mais choisi.


Choisi peut etre parce qu' elle n' est pas à l' aise dans un monde où les humains dominateurs tourmentent les faibles et les animaux.


Dernière édition par bix229 le Jeu 13 Oct 2011 - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   Mer 12 Oct 2011 - 20:19

J'ai pour ma part vu dans le personnage de l'iguane l'image métaphorique de l'écrivain, Ortese recluse, incomprise, mal aimée dans son pays, en proie à des problèmes graves d'argent (tout comme l'animal qui compte des pierres en croyant qu'il s'agit d'objets précieux). Je pense qu'un créateur de la trempe d'Ortese devait se sentir animal, différente, monstrueuse, verte et recouverte d'écailles en comparaison des êtres humains. D'ailleurs elle ne décrit pas la bête comme totalement innocente, elle lui reconnait des mensonges, des affabulations, des vilenies, de celles qui doivent peupler la vie d'une romancière recluse et pauvre, qui cherche à se faire aimer, à se faire haïr au gré des caprices d'un esprit supérieur.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anna Maria Ortese [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anna Maria Ortese [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Centenaire de la première école Maria Montessori
» Halloween en Italie
» maria callas
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» Les belles créations d'Anna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: