Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Boris Vian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Ginchiyo
Posteur en quête


Messages : 98
Inscription le : 15/10/2011
Localisation : anywhere but here

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 15 Jan 2012 - 19:10

selement car j'aime Boris Vain j'ai voulu qu'elle aussi l'aime mais elle n'arrive pas à supporter son style alors je dois respecter ca mais je ne renonce pas peut etre elle l'aime avec le temps et petit à petit comme ca 'dentsblanches'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16264
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 15 Jan 2012 - 21:52

Moi non plus je n'avais pas aimé ce J'irai cracher sur vos tombes non pas parce que je le trouvais cru (ça aurait pu être pire) mais parce qu'il imitait si bien le genre des polars à deux balles que j'avais fini par m'endormir en bavant dessus.
Il manque à ce livre un investissement qui faisait par exemple de L'écume des jours une œuvre qui tient en alerte et qui donne au lecteur l'impression de cheminer avec les personnages du livre.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
zazou
Posteur en quête


Messages : 60
Inscription le : 12/12/2011
Age : 51
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Boris Vian   Lun 16 Jan 2012 - 19:14

coline a écrit:
je te rejoins quant au malaise éprouvé à la lecture de J'irai cracher sur vos tombes...Je n'ai jamais pu le terminer et pourtant j'ai tenter plusieurs fois de le lire.
Quelle différence d'ailleurs dans les deux titres mêmes!

Merci Coline, ça me fait plaisir de savoir que quelqu'un partage mon avis sourire

Ginchio a écrit:
@Zazou: j'esperais de te faire change d'avis 'No' mais on ne peut aimer tous la meme chose,desole.

Ce n'est pas grave Ginchio, j'aurai au moins essayé ! Et qui sait ... car je suis d'accord avec Bix229 :

bix229 a écrit:
[Mais si, Ginchio, on peut changer d' avis, de temps en temps et toute sa vie. Simplement, on évolue, les yeux ouverts et tous les sens en alerte...

Mais je vais attendre un bon moment avant de lire du Boris Vian à nouveau !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Boris Vian   Lun 16 Jan 2012 - 22:44

Zazou, tous les Vian ne sont pas dans cette veine là. L'écume des jours est très différent (et beau).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16264
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Boris Vian   Mar 17 Jan 2012 - 21:39

J'approuve, ces deux livres n'ont strictement rien à voir. J'avais fait lire L'écume des jours à mon copain de l'époque qui n'aimait pas lire et il l'a dévoré en moins d'une semaine, ce qui constituait un exploit pour lui. Non, franchement, ce serait dommage de louper ce livre à cause de J'irai cracher sur vos tombes...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16264
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 12 Fév 2012 - 16:37

Les fourmis (1949)


« Les fourmis » est le terme élégant que Boris Vian a retenu pour nous parler de la guerre. Les fourmis, ce sont celles qui parcourent les jambes de ce soldat qui ne peut plus bouger parce qu’il a marché sur une mine. Il se sait condamné et ordonne à ses camarades de continuer leur route sans lui. A travers son regard, on plonge dans l’absurdité militaire la plus totale. Le ton détaché de Boris Vian n’y est pas pour rien : sa manière atroce de s’attarder sur les cruautés de la guerre en renforce l’horreur. Impossible de ne pas rire, bien sûr, à la lecture de cette nouvelle, mais le rire est malsain et n’est qu’un moyen de décompresser au milieu d’un univers qui a perdu tout son sens.

« On est arrivés ce matin et on n’a pas été bien reçus, car il n’y avait personne sur la plage que des tas de types morts ou des tas de morceaux de types, de tanks et de camions démolis. Il venait des balles d’un peu partout et je n’aime pas ce désordre pour le plaisir. »


On sent, dans cette nouvelle, que les idées qui animent alors Boris Vian sont celles que l’on retrouvera plus tard avec sa chanson du Déserteur.
Toutes les nouvelles de ce recueil ont en effet été écrites dans la jeunesse de l’écrivain, et laissent présager de ses futures œuvres. Tout est déjà là : les thématiques de la guerre, de la musique, de l’amour, donnent leur direction à chaque nouvelle ; l’humour pince-sans-rire qui pioche dans l’absurde pour égayer ses lecteurs se trouve à chaque détour de page ; les bons mots et la verve qui font reconnaître le style de Boris Vian parmi des centaines d’autres auteurs.

Évidemment, aucune de ces nouvelles n’est à la hauteur des chefs d’œuvre de Boris Vian que sont, par exemple L’écume des jours, L’herbe rouge ou L’arrache-cœur. Certaines pêchent un peu par la faiblesse de leur intérêt dramatique et des conversations pas toujours très mordantes, mais d’autres recèlent de vrais bijoux, que l’on déguste comme un apéritif aux œuvres majeures de Boris Vian.

« Le directeur de l’asile regarda André s’en aller. Il marchait les coudes collés au corps et la tête pliée à l’angle droit vers l’arrière.
- Il est complètement guéri, pensa le directeur.
Trois mois auparavant, quand on le lui avait amené, ce pensionnaire tranquille ne pouvait se déplacer que les bras écartés, en regardant son nombril et en faisant avec sa bouche un bruit de bourdon.
- Cas remarquable, ajouta pour lui-même le directeur. Il sortit un paquet de cigarettes, s’en fourra une dans l’oreille, se mit à chiquer l’allumette en sautillant d’un pied sur l’autre et regagna, à quatre pattes, son bureau. »


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
pascal brutal
Espoir postal


Messages : 34
Inscription le : 02/12/2011

MessageSujet: conte de fée à l'usage des moyennes personnes   Mer 15 Fév 2012 - 17:47


Conte de fée à l'usage des moyennes personnes, Boris Vian


Je garde un bon souvenir de cette lecture. Boris Vian nous plonge dans des situations plus absurdes les unes que les autres. Ce petit "conte" a été écrit pour sa femme, hospitalisée et convalescente. Un livre dans la lignée de "Vercoquin et le plancton".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastigaston.blogspot.com/
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16264
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 29 Juil 2012 - 21:58

Adaptation de L'écume des jours par Marion Mousse et David Morvan :



Un commentaire pas trop enthousiaste de Bodoï (où on apprend par la même occasion que Gondry va se pencher sur une adaptation ciné de la même oeuvre...)

Citation :
Mais le résultat n’est pas à la hauteur des espérances. Bien sûr, on retrouve, telle quelle, toute l’inventivité de Vian, dans sa manière de tordre les mots et le cou à la mort, de se moquer de ses contemporains, de crier son amour du jazz et de l’Amérique, d’alerter sur les dérives du monde moderne. De toute évidence, Morvan a mis beaucoup d’énergie à s’emparer de la prose de l’écrivain pour rythmer son album de 170 pages, et Marion Mousse (Frankenstein, Les Contrebandiers du Moonfleet…) offre son trait fin, détaillé et expressif au service d’un scénario dense. Pourtant, ça ne prend pas vraiment. L’univers écrit de Vian était sans doute trop touffu et suffisamment évocateur pour qu’il puisse se passer d’images voulant lui coller de trop près à la peau. L’accumulation des séquences, des détails, des lieux et des personnages étouffe l’émotion, et le déroulé de l’intrigue paraît bien laborieux. Les auteurs ne se détachent pas assez du roman originel, ne réussissent pas à bâtir un univers un tant soit peu personnel à partir de celui-ci. Ceux qui n’ont jamais lu L’Écume des jours trouveront sans doute là un récit original et bien réalisé. Les autres, et ils sont nombreux, risquent d’être fort déçus.

Envie de voir ce que ça donne malgré tout (ça a pas l'air si horrible que ça.. !)


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Queenie
...


Messages : 22906
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Boris Vian   Lun 30 Juil 2012 - 11:24

L'adaptation de Gondry, je l'attends depuis longtemps.
Le problème ce sont les acteurs qu'il a choisit... Audrey Tautou... Mouais... Gad Elmaleh... Beurk ! Omar Sy... Sérieusement ?!

J'ai peur.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16264
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Boris Vian   Lun 30 Juil 2012 - 21:45

:apeur: Tu viens de me transmettre ta peur instantanément ! Quand même... pas ces acteurs...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
san.romain
Envolée postale


Messages : 190
Inscription le : 08/11/2012
Age : 23
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Boris Vian   Sam 1 Déc 2012 - 17:07

Je suis un grand dévoreur de Boris Vian ! Very Happy

Il a une écriture formidable.. un style léger, drôle qui nous transmet de
si belles images, et nous plonge dans des mondes complètement loufoques !

Je viens de terminer l'Herbe Rouge.. après avoir lu et aimé l’Écume des Jours,
J'irai cracher sur vos tombes, l'Arrache-coeur, et les Bâtisseurs d'Empire.
Je ne sais pas ce qu'il a rédigé et publié en premier, mais j'étais surpris de
retrouver les divers éléments de mes lectures de Vian dans ce roman.

tousensemble

Dès les premières lignes, on retrouve la structure de l’Écume des Jours,
c'est à dire deux couples, liés par l'amitié des hommes. Mais cette relation amicale
et amoureuse est loin d'être identique.. à la beauté de l'amour remplace la difficulté
d'aimer, de désirer..

Le décor du roman est teinté de quelque chose de sanguinaire (dès l'herbe rouge jusqu'à
un silhouette obsédante pour Lazuli), qui n'est pas sans nous rappeler le monde totalement
poétique et inquiétant que peint Boris Vian dans l'Arrache-coeur..

Et la disparition totale du souvenir, de l'appartement de Lazuli ne sont pas sans nous
rappeler l'incessante disparition des étages, et des gens dans la pièce des bâtisseurs
d'empire ! Il y a quelque chose de symptomatique avec le passé, la mémoire dans l'oeuvre
de Vernon Sullivan (j'adore ce pseudonyme !)

On retrouve toujours la drôlerie de Vian, dès qu'il nomme le chien "le Sénateur Dupont"
et qu'il fait parler. C'est drôle et toujours fin, subtil ! La spécificité de ce roman, je trouve,
c'est sa portée philosophique, voire ontologique. On aurait presque l'impression d'un essai
sur la religion, l'enfance, et l'éducation.. La question de la Mémoire est ici très importante..

J'ai apprécié ce roman, sans en faire un de mes préférés.. parce que trop tiré vers une questionnement philosophique. sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-scelle.blogspot.fr
Aaliz
Main aguerrie


Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 36
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 2 Déc 2012 - 13:21

J'ai beaucoup aimé L'herbe rouge aussi et je te remercie san.romain pour les éléments d'explication que tu apportes sur certains points car même si j'ai apprécié ma lecture j'avoue ne pas avoir tout compris ! Je pense notamment à cette silhouette que Lazuli tente de combattre. J'ai cru lire dans un post ( je ne sais plus lequel ... pardon...) que c'était un combat contre ses Moi mais je ne comprends pas du tout le pourquoi ni le comment. Pourquoi cette silhouette apparaît-elle toujours au moment X et pourquoi Lazuli se retrouve ainsi dans cette lutte contre son Moi ? intense reflexion
Je me rends compte qu'il faudrait que je le relise car je suis certaine que d'autres choses m'ont échappées ...

Sinon, de Vian, j'ai aussi lu Et on tuera tous les affreux que j'ai trouvé très actuel finalement par cette tendance de notre société à prôner un certain type de beauté. En revanche, hormis la morale de l'histoire, j'ai trouvé le récit assez banal.
J'ai été plus sensible à J'irai cracher sur vos tombes qui est vraiment violent et qui dégage une force incroyable.

Et pour finir, j'adore la chanson "La java des bombes atomiques" dont je ne me lasse pas !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 2 Déc 2012 - 15:01

Très bien ! Il est bon de rappeler l' existence de Boris Vian. Je vais relire un de ces jours L' Arrache coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15828
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Boris Vian   Dim 2 Déc 2012 - 15:02

Aaliz a écrit:
Et pour finir, j'adore la chanson "La java des bombes atomiques" dont je ne me lasse pas !


Oh oui !


_________________
"Si vous mettez une personne dans l'obscurité,
vous la forcez à inventer les couleurs."
- Bo Carpelan, La Cour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
san.romain
Envolée postale


Messages : 190
Inscription le : 08/11/2012
Age : 23
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Boris Vian   Mer 5 Déc 2012 - 19:44

@Aaliz

Ce serait l'idée d'une frustration, d'une manifestation de son "inconscient" si on croit en la psychanalyse freudienne.
Et, on sait surtout que dans le monde psychanalytique, il est souvent en suspens la question de la sexualité..
C'est ce qui fait qu'il ne peut pas expliquer sa névrose quand il veut faire l'amour avec Folavril.. Un combat avec
son inconscient qui se manifesterait et qui passe, chez Vian, avec une poésie effrayante.. Very Happy

Pour j'irai cracher sur vos tombes, je lis partout qu'il s'inspire des romans noirs venus des Etats-Unis..
Quelqu'un peut m'expliquer ?

Et pour conclure :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-scelle.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boris Vian   Aujourd'hui à 2:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Boris Vian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Boris Vian, ou l'amour de ma vie.
» le Landemer
» Meilleurs livres ?
» Boris Cyrulnik a écrit ...
» Évian-les-Bains (74)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: