Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Colombe Schneck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Colombe Schneck   Mer 8 Avr 2009 - 21:35



Biographie de l'auteur
Colombe Schneck est née à Paris le 9 juin 1966. Journaliste à i<TELE et à France Inter, elle présente des émissions
quotidiennes qui décryptent les médias. Elle a publié en 2006 un premier récit remarqué, L increvable Monsieur
Schneck, et en 2007 un roman, Sa petite chérie. (source amazon)



Je viens de lire Val de Grâce

La narratrice ( l'auteur ?) se penche sur la description d'un appartement où elle a vecu son enfance et sa jeunesse. le souvenirs reviennent, affluent, se modulent. La famille y passe de la grande aisance aux restrictions financièrement imposées et cela transparaît au travers des objets qui meublaient l'habitation.
Au début cala m'a intéressé puis j'ai trouvé que ça finissait par ronronner, se répéter , bref je m'ennuyais un peu et me demandais, peu avant la fin, si j'allais aller au bout.
Bien m'en a pris : il faut attendre les sept dernières pages pour avoir la clé, et ces pages sont bouleversantes.
Attendez d'avoir lu le reste pour y aller. :)


Dernière édition par monilet le Mer 8 Avr 2009 - 21:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Steven
Zen littéraire


Messages : 4502
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Mer 8 Avr 2009 - 21:45

Est-ce la même qui présente "J'ai mes sources sur France Inter ?
Si oui, je ne savais pas qu'elle était auteure.
Je note le titre Monilet. bonjour

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Mer 8 Avr 2009 - 21:48

C'est la même, je viens d'ajouter la bio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
IzaBzh
Agilité postale


Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 50
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Jeu 11 Aoû 2011 - 12:28

Une femme célèbre

« Denise était une vedette de télévision des années soixante, elle animait tous les dimanches l’émission Discorama, où elle a lancé, soutenu de nombreux chanteurs, comme Barbara, Maxime Le Forestier, Véronique Sanson. Elle ne vivait que pour cela, le talent des autres. En janvier 1975, elle a été licenciée pour des raisons politiques. Elle espérait revenir pour “un dernier tour de piste”, comme elle le disait. En 1981, on lui a fait de nombreuses promesses. Aucune ne sera tenue. Elle est morte, seule, oubliée de tous, deux ans plus tard.Qui était vraiment Denise ? Que devient-on après avoir été une femme célèbre ? Avoir sa photo dans le journal, être courtisée et vivre avec la crainte lancinante que tout s’arrête un jour. Jeanne Rosen est-elle si loin de ce précipice où on vous oublie ? Jeanne Rosen est journaliste, auteur d’un livre qui a connu un succès immérité, et se rend compte qu’elle se trompe sur sa vie, que ces questions ne sont pas les bonnes.Comme Denise, il lui aura fallu dix ans pour comprendre que la personne qui marchait sur le fil n’était pas elle. » Après Val de Grâce, Colombe Schneck dessine le portrait digne de Denise Glaser, femme de télévision, à la vie discrète et mystérieuse, toute en ombre et lumière, tandis qu’en parallèle elle met en miroir une jeune journaliste et écrivain de notre époque qui ressent les fragilités de la gloire. C’est une façon d’hommage, pudique et sincère, autant qu’une réflexion fine sur les revers de la célébrité. "

Ce roman a obtenu des critiques très dures, du genre : "comment ose-t-elle se comparer à Denise Glaser ?!". (D'autres, plus jeunes, se sont renseignés pour savoir qui diable était cette Denise Glaser !). Personnellement, ça ne m'a pas gênée, les histoires ont des points communs mais sont bien séparées. On le sait, que Colombe Schneck n'est pas aussi célèbre ! Mais elle aussi était sur la sellette à France Inter. Elle aussi a reçu des mots d'insultes qui m'ont fait tomber la mâchoire tellement je m'y attendais peu - les auditeurs peuvent être très durs, limite orduriers, que ce soit dans les années soixante ou maintenant (je crois d'ailleurs que le mail n'arrange rien). Ce livre m'a permis de découvrir Denise Glaser dont je ne me souvenais que comme une image en noir et blanc à la télé, dans mon enfance, et dont j'étais loin de connaître l'histoire. Et je trouve que l'autre histoire est touchante, celle de Jeanne, cette jolie petite fille riche à qui tout réussit mais qui est persuadée n'y être pour rien, ne rien valoir, suite probablement à la la vie de couple de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Noémie
Sage de la littérature


Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Dim 8 Jan 2012 - 9:23

Val de Grâce

Je l'ai lu,il y a une semaine et je suis,toujours, sous le charme.....D'ailleurs,je ne l'ai pas rangé, il est resté posé sur mon bureau et je le re-feuillette à l'occasion. Peut-être parce que la lecture de ce petit livre a remué en moi,beaucoup de souvenirs, surtout parce que c'est un très bel écrit qui ne dévoile véritablement sa raison d'être qu'à la fin du récit.

Une bien belle découverte qui me pousse à lire d'autres livres de cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11733
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Jeu 26 Jan 2012 - 13:52

Val de grâce

Je remercie Noémie d’avoir attiré mon attention sur ce petit roman (roman ?) de Colombe Scneck

Réchappés par miracle du génocide juif, Hélène et son mari, les parents de Colombe Schneck ont juré que leurs enfants connaîtraient un tel bonheur que leur enfance compenserait la leur.

À l'occasion du décès de la mère, remonte le souvenir de cette enfance, symbolisée par l'appartement où elle s'est déroulée, rue du Val-de-Grâce, à la fois stimulant et protecteur. C'est l'histoire de cet appartement, son achat, son épanouissement glorieux, sa déliquescence progressive, sa passation, que nous raconte Colombe Schnek, et à travers lui, des moments éblouissants de cette enfance adulée, protégée, à laquelle rien ne devait être refusé. Cela donne un mélange de joyeux souvenirs loufoques, de tendresse désarmante, que la mémoire a sans doute retouchés, mais ça, nul ne peut l’affirmer….

Ce qui est particulièrement original dans ce livre, ce n'est pas la mort de la mère, ce n'est pas le souvenir de l'enfance, c'est réellement l'empreinte marquante que le lieu où elle s'est déroulée à laissée dans la mémoire et l’ imaginaire de l’auteur. Et ce qui est particulièrement troublant, c'est cette enfance qui s'est épanouie en croyant réellement qu'aucun malheur ne pouvait la toucher, sans arrogance, simplement parce qu'elle faisait confiance au pari de ses parents.
Il faut passer par-dessus quelques caprices d'enfants gâtés, chercher la détresse entre les lignes dans cette description magique de l'enfance d’une petite fille à qui ses parents ont voulu tout donner. Et, comme cela a été dit plus haut, se souvenir que Val-de-Grâce fait parti de ces romans qui ne prennent tout leur sens quà la lecture des dernières pages.

J'avais 11 ans, j'hésitais sur le choix des huîtres, regardant les numéros, ne connaissant pas leur signification. Mon père d'autorité avait choisi pour moi les plus chers. J'en avais été flattée. Je n'avais pas de doute, je méritais le plus cher, le mieux, le plus beau. Tout m’était dû. Les visiteurs auraient certainement été choqués.
Je ne savais pas. Pensais normal que le monde entier tourne autour de nous. Il était fabriqué à notre mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Noémie
Sage de la littérature


Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Ven 27 Jan 2012 - 13:16

topocl a écrit:

Je remercie Noémie d’avoir attiré mon attention sur ce petit roman (roman ?) de Colombe Schneck



Avec plaisir !! Wink
Ce livre est un petit bijou ........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Ven 24 Aoû 2012 - 21:08



La réparation
Citation :
Ce livre pourrait s’appeler « Un secret ». C’est l’histoire (Paris, années 2000) d’une mère qui, un peu par hasard, appelle sa fille « Salomé ». Un prénom qui lui semble confusément familier. C’est l’histoire d’une petite fille qui fait toutes les nuits des cauchemars.
C’est l’histoire d’une autre fillette (Lituanie, 1943) qui n’a pas survécu à la guerre. C’est l’histoire du ghetto de Kovno, des juifs d’Europe de l’Est, c’est l’histoire d’une famille, celle de Colombe Schneck, entre drames et reconstruction.

Avec La réparation, Colombe Schneck dévoile un lourd secret familial dont la teneur n'est pas rappeler Le choix de Sophie. Puisqu'il s'agit des siens, la romancière a décidé de s'impliquer, de raconter son enquête par le menu et notamment comment elle a réussi à passer outre les tabous et l'oubli volontaire des témoins et rescapés de cette période tragique. Le contexte est celui d'un ghetto juif en Lituanie, liquidé en quasi totalité par les allemands. Colette Schneck, pour des raisons personnelles, s'attache en particulier au destin d'une petite fille prénommée Salomé, sacrifiée sur l'autel de la barbarie, comme tant d'autres. On sent bien la volonté d'être pudique, de dire les choses sans trémolos dans l'écriture, avec l'évidence des faits avérés. Cela donne un livre dont le style est celui d'un reportage, proche par le ton d'un documentaire de cinéma ou de télévision. Il ne s'agit pas de remettre en question la sincérité ou le courage de Colombe Schneck. Mais de s'interroger sur la façon dont un écrivain se "met en scène" dans cette reconstitution. Le sujet est difficile, triste euphémisme, et l'auteure ne trouve pas, du moins pas toujours, l'équilibre entre la retenue et l'émotion. D'autant plus que la multitude de personnages, avec leur descendance, contribue à égarer un lecteur qui a le sentiment étrange d'être parfois pris au piège de la compassion forcée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Sam 25 Aoû 2012 - 9:04

-La réparation-

Je trouve que Traversay a parfaitement exprimé mes ressentis propres. A l'heure des révélations en tout genre, on ne peut reprocher à Colombe Schneck de nous livrer ce lourd secret familial dont ils furent victimes comme beaucoup d'autres, à l'époque de la Shoah, et on ne peut que s'en trouver une nouvelle fois attéré devant cette horreur qui n'a pas de nom. Il en reste que l'on en retient, du fait de ce choix narratif entre constat et confession déguisée, un sentiment de malaise mal identifié, comme si on nous avait pris en otage, encore une fois.

Pour moi donc, osons le dire, La réparation n'est pas un bon roman, il y manque peut-être une juste distance, un supplément d'âme, et surtout une qualité narrative que ne semble pas vraiment posséder l'auteure. Désolée mais cela sent trop l'appel à la compassion forcée, ainsi que le résume si justement notre camarade!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire


Messages : 6068
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Dim 11 Nov 2012 - 10:41

La réparation

Livre facile à lire, dans lequel on entre aisément, à la fois prenant et barbant surtout sur la fin, La réparation me laisse très partagée entre le sérieux d’un contenu qui ne peut que toucher et émouvoir, et la maladresse d’un contenant qui par manque d’équilibre et du juste ton n’arrive pas à faire partir le lecteur.
Colombe Schneck se lance dans une forme d’archéologie familiale lorsque qu’elle se rend compte du poids qu’elle met sur les épaules d’une petite fille, la sienne, en lui donnant le prénom d’une autre petite fille dont il ne reste rien. A priori, rien de condamnable ; beaucoup se frotte au genre, avec plus ou moins de réussite d’ailleurs.
Ce livre est donné comme roman, mais n’en est pas un. Cela reste pour moi un reportage dans lequel l’auteur s’implique, mais de manière assez maladroite. La profusion de personnages peut vite devenir assez lourde si l’on n’a pas idée de faire rapidement un arbre généalogique pour s’y retrouver.
Qu’a voulu montrer Colombe Schneck, quel message a-t-elle voulu faire passer, en allant au-devant de ce secret familial ? En ce qui me concerne, j’avoue ne pas trop m’y retrouver. D’autres auteurs, dans le même domaine, m’ont davantage touchée …Philippe Grimbert avec un secret, pour ne citer que lui.

Traversay évoque le choix de Sophie....honte à moi, je ne l'ai toujours pas lu, alors qu'il me semble de bien meilleure qualité.....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11733
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Dim 3 Fév 2013 - 10:41

La réparation

C’est vrai qu’on commence à en avoir beaucoup lu des livres-romans-témoignages sur la Shoah. Après le silence, le devoir de mémoire. Et l’interrogation inquiète de savoir où s’arrête la complaisance, le voyeurisme, l’étalage…On en a tant lu qu’en plus , maintenant, on demande du talent. On fait la fine bouche parce que ce n’est pas super-bien écrit et pensé.

C’est là le problème avec Colombe Schneck, son livre n’est pas très bien écrit. Elle ne nous emporte pas dans une prose transcendante de réflexion et d'intelligence Le début est tout chaotique: elle nous parle de toutes ses conduites légères et pas forcément sympathiques pour se cacher le problème, elle nous rapporte des situations assez floues où on a fait tout ce qu'on pouvait pour qu'elle n’ait pas de repères et devienne « la ravissante idiote » qu’elle nous décrit. (L'idée de base étant que la seule façon de survivre dans ce monde absurde est d’être une ravissante idiote, toute personne qui réfléchit étant d'avance condamnée par l’horreur) . Sa façon de raconter en sachant, en annonçant clairement l'événement-clé du livre mais sans le décrire, donne l’ impression de vouloir entretenir le suspense, et c’est un peu douteux sur ce genre de sujet. Après, la révélation, les explications des conséquences sur les vies de chacun, je trouve que le livre se tient mieux, même si évidemment il n'est pas à la hauteur de plus nobles prédécesseurs, un peu superficiel et inabouti.

Ça m'a intéressée, quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
tom léo
Sage de la littérature


Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Ven 18 Mar 2016 - 10:00

Dix-sept ans

Originale : Français, 2015

CONTENU :
"On m'a élevée ainsi : les garçons et les filles sont à égalité. C'est faux. Je suis une fille, pas un garçon. J'ai 17 ans, mon corps me trahit, je vais avorter. J'y pense toujours, je n'en parlerai jamais à personne. Parfois, je ne suis pas loin de dire le mot, de le partager avec une amie proche. Et puis non, je renonce. Pourquoi ce silence ?"
Un récit pudique et poignant dans lequel l'auteur revient sur cet événement, jamais banal, jamais confortable, qui a marqué son adolescence et fait d'elle la personne qu'elle est.

(Source : Grasset)

REMARQUES :
Donc il s'agit ici pas d'un roman, mais plutôt d'un récit autobiographique, basé sur un quelque chose vécues en 1984 ; C'est à dire que l'auteure regarde en arrière avec une distance de trente ans. Elle racontee comment elle a goûté une éducation libérée et sans entrâves, grandissant en ce début des années 80, juste après la prise de pouvoir par les socialistes. Tout semblait possible, facile, faisable. Même les luttes féministes semblent pour elle déjà derrière : la Loi Veil vient d'avoir 10 ans. Dans ce contexte libertaire elle parle pas de son premier amoureux ou petit ami, mais de son premier amant : depuis le début semble claire qu'il s''agissait juste de découvrir son corps (et à la limite celui de l'autre) ensemble. Bien au contact avec son gynécologue, elle prend la pillule, mais dans son insouciance (dont elle parle librement), elle oublie de la prendre souvent. Et arrive ce qui doit arriver : elle tombe enceinte, à 17 ans, juste avent de passer le bac.

Qu'est-ce qui m'arrive, demande-t-elle ? Et pas question, toute de suite, d'autre solution qu'une IVG. S'il y a des regrets c'est celui la honte de sa propre « stupidité », mais tellement des sentiments de culpabilités. Elle insiste sur ce fait qu'il n'y avait de nulle part une reproche poraliste. Seule remarque de son père (un peu incompréhensible pour elle) qu'à partir de ce moment « ce sera plus difficile », et pas juste un acte oubliable, mais grave, laissant des blessures. Oui, elle vit partiellement des interrogations, mais « peut-êre suffirait-il de peindre la fissure en blanc pour qu'elle disparaisse » ? Non, pas de question de morale, mais d'où alors une malaise ? Presquee grandissant avec les années ? Reste une absence sans nom de quelqu'un (elle pense que ce aurait été un garçon) qui l'accompagne invisiblement...

Certains commentaires sont à lire quasimment entre les lignes, les conséqunces d'un choix fait dans l'âge d'insouciance. Mais pas de doigt accusateur, pas de moralisme. Un certain constat, plus fort que des reproches, atteignant des niveaux plus profondes ?

Peut-être ses questionnements n'atteignent pas toutes les dimensions de la question (à mon avis), mais ce livre m'a néanmoins touché. Cela va loin, et c'est une réponse à un livre d'Annie Ernaux («L'événement ») de raconter ce que des femmes ont vécu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17335
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Ven 18 Mar 2016 - 10:17

merci pour ton ressenti Tom Léo, difficile choix pour les jeunes filles et quelle qu'en soit la raison. Ce drame( car je pense que s'en est un pour la femme qui découvre une grossesse non souhaitée, non prévue)et ses traces dans la vie n'appellent que compréhension, pas de morale.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colombe Schneck   Aujourd'hui à 2:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Colombe Schneck
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour de colombe
» Jean Masson - Ma Colombe
» Coeurs, mariage, colombe...
» Benoît Leclerc, Colombe 1903-2015
» parents des "terres froides"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: