Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Lun 1 Juin 2015 - 21:30

fusion avec le fil. cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Lun 1 Juin 2015 - 22:12

Grand merci eXPie, c'est bien celui-là. Plus joyeux que le premier cité. Dans mes souvenirs, il parlait de l'amour qu'il faut veiller à entretenir sans quoi il s'étiole, mais en fait, il s'agit plutôt de la liberté qu'il faut laisser à l'autre afin qu'il puisse s'épanouir je pense. Magnifique poème. J'ai fait une copie image de ton message afin de le conserver   sourire

Désolé pour le post dans la mauvaise section, je n'avais pas vu qu'il y avait un sujet dédié à Goethe.
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Lun 1 Juin 2015 - 22:28

il n'y a pas de mal ! et je t'invite à passer te présenter par ici (clic) et à ne pas hésiter à rester parmi nous et découvrir, et nourrir, tout ce qui traîne. bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Lun 31 Aoû 2015 - 21:31

Parce que ce poème m'accompagne depuis quelque temps ...

Le roi des Aulnes (Adaptation par Jacques Porchat (1861))

Qui chevauche si tard à travers la nuit et le vent ?
C'est le père avec son enfant.
Il porte l'enfant dans ses bras,
Il le tient ferme, il le réchauffe.

« Mon fils, pourquoi cette peur, pourquoi te cacher ainsi le visage ?
Père, ne vois-tu pas le roi des Aulnes,
Le roi des Aulnes, avec sa couronne et ses longs cheveux ?
— Mon fils, c'est un brouillard qui traîne.

— Viens, cher enfant, viens avec moi !
Nous jouerons ensemble à de si jolis jeux !
Maintes fleurs émaillées brillent sur la rive ;
Ma mère a maintes robes d'or.

— Mon père, mon père, et tu n'entends pas
Ce que le roi des Aulnes doucement me promet ?
— Sois tranquille, reste tranquille, mon enfant :
C'est le vent qui murmure dans les feuilles sèches.

— Gentil enfant, veux-tu me suivre ?
Mes filles auront grand soin de toi ;
Mes filles mènent la danse nocturne.
Elles te berceront, elles t'endormiront, à leur danse, à leur chant.

— Mon père, mon père, et ne vois-tu pas là-bas
Les filles du roi des aulnes à cette place sombre ?
— Mon fils, mon fils, je le vois bien :
Ce sont les vieux saules qui paraissent grisâtres.

— Je t'aime, ta beauté me charme,
Et, si tu ne veux pas céder, j'userai de violence.
— Mon père, mon père, voilà qu'il me saisit !
Le roi des aulnes m'a fait mal ! »

Le père frémit, il presse son cheval,
Il tient dans ses bras l'enfant qui gémit ;
Il arrive à sa maison avec peine, avec angoisse :
L'enfant dans ses bras était mort.

Plus d'info sur Wikipedia

Cette fuite du père avec son enfant mourant dans ses bras est bouleversant. Pour moi, cela représente la vacuité de la volonté des pères à vouloir protéger ses enfants des vicissitudes du monde. Un père, cela veut protéger ses êtres chers envers et contre tout et au final il se rend compte de sa propre faiblesse, de la puérilité de ses convictions.  
Petit commentaire au débotté, au coin de la table ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Lun 31 Aoû 2015 - 22:37

Et, bien sûr, la célèbre version de Schubert (Erlkönig, composé en 1815, il avait quelque chose comme 18 ans). Le piano chevauche au début...Dieskau change bien sa voix, elle se fait enjôleuse lorsque c'est le roi des Aulnes qui parle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Dim 15 Nov 2015 - 10:52

Les Souffrances du jeune Werther


Goethe par Andy Warhol - 1982

Dans ses entretiens (American philo) Avital Ronell parle longuement de Goethe, l'homme, l'écrivain, le monstre. Elle évoque la vie de l'auteur mais surtout elle associe Les Souffrances du jeune Werther à ce qu'elle appelle des textes-tueurs (killer texts). Tom léo le soulignait quand il parlait de la réception de ce livre en Allemagne, il a été à l'origine de suicides chez de jeunes hommes et Ronell confirme qu'en France également beaucoup de jeunes gens ont été repêchés dans la Seine avec le livre de Goethe dans la poche de leur redingote bleu ou de leur gilet jaune (la tenue fétiche de Werther). Ronell expliquait que le texte de Goethe avait libéré les envies suicidaires d'une génération de lecteurs en se démarquant du religieux et de la morale.

Mais parlons un peu du livre, de ce roman de l'affect, ultra romantique (j'ai retrouvé l'ambiance désespérée de certains poèmes de Lamartine), ultra sensible et ultra rebelle. Car il faut reconnaître d'emblée que si la langue maniée par Goethe est aujourd'hui franchement datée, certains sentiments du jeune Werther restent terriblement modernes et fort bien illustrés. Et si Werther souffre d'un amour contrarié, il est aussi en prise avec la réalité, avec cette campagne qu'il visite avec bonheur, avec ces paysannes qu'il croise et avec lesquelles il passe un peu de temps, avec ces valets dont il tente de défendre les errances, avec ces nobles qu'il déteste, avec cette fougue de la jeunesse, cette manière tellement fraîche d'attaquer chaque valeur au pied de biche et de tenter de renverser le monde cul par-dessus tête pour lui trouver enfin un sens.

C'est un roman d'amour mais surtout un roman de rébellion auquel nous invite Goethe, le roman d'une révolte, menée par un jeune lettré qui s'insurge contre le monde figé qui l'entoure. On sent des liens importants avec la figure de Rousseau, en particulier dans les relations tendres et joueuses de Werther avec les enfants. On sent un grand amour de la nature, des arbres, des fontaines, des falaises sur lesquelles on rêve désespérément... Et même l'impossible, le torturant, le mortel amour de Werther pour Lotte est raconté avec tant de finesse, d'analyse de soi, de majesté, que j'ai été conquise par ce roman endiablé et fiévreux, vif et malheureux.


Bref, j'ai été très agréablement surprise par ce texte accessible et encore contemporain, par la vivacité d'esprit d'un auteur qui s'interroge sans faillir sur l'âme humaine, sur les différentes classes, sur la fatalité de l'amour et qui pose une question essentielle à savoir : comment puis-je me réapproprier mon corps ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Dim 15 Nov 2015 - 11:33

J'avais trouvé ce livre étourdissant de modernité quand je l'ai lu, j'en avais été vraiment étonnée. J'ai la sensation qu'une partie de la façon dont on conçoit le roman encore aujourd'hui est né en Allemagne avec le Sturm und drang, et le roman d'apprentissage. Il n'y a qu'à comparer avec le roman picaresque espagnol, qui fait en comparaison complètement daté, et ce qui survit maintenant sous ce nom, n'a en fait rien à voir avec ce qui a été écrit dans cette catégorie à l'origine.

Un très grand souvenir de lecture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Mer 9 Mar 2016 - 19:49

Les souffrances du jeune Werther :


Je m'attendais à une écriture bien datée, très 18ème, un peu type Chateaubriand ou Rousseau, et j'ai été très surpris. Bon, c'est tout rempli d'imparfaits du subjonctif, - et tant mieux - mais ça coule incroyablement bien. Quel plaisir que cette lecture. Un talent brut.
Et puis l'histoire, le message, avait tout pour me séduire. Moi aussi j'ai connu l'obsession amoureuse, et cette extrême sensibilité. Et cette révolte face au monde.


shanidar a écrit:


C'est un roman d'amour mais surtout un roman de rébellion auquel nous invite Goethe, le roman d'une révolte, menée par un jeune lettré qui s'insurge contre le monde figé qui l'entoure. On sent des liens importants avec la figure de Rousseau, en particulier dans les relations tendres et joueuses de Werther avec les enfants. On sent un grand amour de la nature, des arbres, des fontaines, des falaises sur lesquelles on rêve désespérément... Et même l'impossible, le torturant, le mortel amour de Werther pour Lotte est raconté avec tant de finesse, d'analyse de soi, de majesté, que j'ai été conquise par ce roman endiablé et fiévreux, vif et malheureux.

Très bien dit. content
Le thème du roman aurait pu être pesant et tourner en rond, mais je ne me suis vraiment pas ennuyé tant la langue est merveilleuse, et le style épistolaire habile.

Le romantisme de Goethe :

Citation :
Quelquefois je ne puis comprendre comment un autre peut l'aimer, ose l'aimer, quand je l'aime si uniquement, si profondément, si pleinement, quand je ne connais rien, ne sais rien, n'ai rien qu'elle !

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Mer 9 Mar 2016 - 20:45

J'imagine que toute personne ayant dépassé le cap des vingt ans est passée par cette formidable exaltation de l'amour contrarié ?! mais il reste le texte totalement anachronique parce que incroyablement contemporain de Goethe pour raconter à chacun la souffrance de l'être perdu...

(et ça m'amuse de voir que j'ai choisi Warhol et toi une gravure d'époque (?) pour illustrer ce livre !)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Mer 9 Mar 2016 - 22:18

Peut-être beaucoup trop romantique, justement.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Mer 9 Mar 2016 - 22:31

C'est sûr que ça ne peut que mal finir.

Je ne sais pas d'où provient l'image, je l'ai récupérée dans les résultats de Google Images, elle était utilisée dans un blog sans référence à l'auteur.

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Mer 9 Mar 2016 - 23:25

ArturoBandini a écrit:
C'est sûr que ça ne peut que mal finir.

Disons que c'est le traitement d'une distance qui ne fonctionne pas très souvent avec moi. Et c'est étonnant parce que finalement mon amour pour la  littérature est quand même très romantique. Va-t-en savoir, peut-être que je n'aime pas trop me regarder dans une glace.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Jeu 10 Mar 2016 - 17:45

ArturoBandini a écrit:
[center]Les souffrances du jeune Werther :
Je m'attendais à une écriture bien datée, très 18ème, un peu type Chateaubriand ou Rousseau, et j'ai été très surpris. Bon, c'est tout rempli d'imparfaits du subjonctif, - et tant mieux - mais ça coule incroyablement bien. Quel plaisir que cette lecture. Un talent brut.
Et puis l'histoire, le message, avait tout pour me séduire. Moi aussi j'ai connu l'obsession amoureuse, et cette extrême sensibilité. Et cette révolte face au monde.
Le thème du roman aurait pu être pesant et tourner en rond, mais je ne me suis vraiment pas ennuyé tant la langue est merveilleuse, et le style épistolaire habile.

Le romantisme de Goethe :

Citation :
Quelquefois je ne puis comprendre comment un autre peut l'aimer, ose l'aimer, quand je l'aime si uniquement, si profondément, si pleinement, quand je ne connais rien, ne sais rien, n'ai rien qu'elle !

J'aime énormément les romans de Goethe, et je suis heureuse de voir que tu as aimé celui-ci, qui est particulier pour moi, puisque c'est celui que j'ai lu en premier. Et je te rejoins sur l'écriture, qui est un bonheur, quelque chose d'évident.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Dim 3 Avr 2016 - 23:59


Photographié le 26/10/2015 dans le jardin de la maison de Goethe à Francfort.

Les Nouvelles. Circé/poche. 273 pages. Traduites de l'allemand par Jacques Porchat (1800-1864).
Le livre est constitué de : Entretiens d'émigrés allemands ; Les Bonnes femmes ; Nouvelle. Puis vient un texte de Claude Mouchard intitulé "Bassompierre, Goethe, Chateaubriand, Hofmannstahl : une aventure et son histoire".

1/ Entretiens d'émigrés allemands (Unterhaltungen deutscher Ausgewanderten, 1795). 152 pages.
Ce texte est composé de nouvelles insérées dans un contexte particulier, un peu comme dans le Décaméron.
Citation :
"Dans ces jours malheureux qui eurent pour l'Allemagne, pour l'Europe, et même pour le monde entier, les plus tristes conséquences, quand l'armée des Français pénétra dans notre patrie par un passage mal gardé, une famille noble quitta les domaines qu'elle avait dans ces contrées, et s'enfuit au-delà du Rhin, pour échapper aux persécutions qui menaçaient toutes les personnes de qualité, auxquelles on faisait un crime de garder avec joie et respect le souvenir de leurs ancêtres, et de posséder divers avantages qu'un sage père de famille était heureux de procurer à ses enfants et à ses descendants." (page 9).
Parmi les gens rassemblés, voici un jeune homme, conseiller intime de S... :
Citation :
"Son prince, le pays et lui-même avaient beaucoup souffert de l'invasion française ; il avait appris à connaître la tyrannie de la nation qui ne parlait que de la loi, et l'esprit despotique de ceux qui avaient toujours à la bouche le mot de liberté ; il avait vu que, dans ce cas encore, la multitude était toujours la même, et qu'elle acceptait, avec une grande vivacité, le mot pour la chose, l'apparence pour la réalité." (page 15).
Louise, une baronne, fait remarquer qu'ils ont grand besoin de se distraire.
Citation :
"Convenons de nous interdire absolument, quand nous serons réunis, tout entretien sur les intérêts du jour." (page 27).
Cela tombe bien : un ecclésiastique, un vieillard, dit avoir fait un recueil :
Citation :
"[...] parmi le grand nombre de vies privées, vraies et fausses, que l'on colporte dans le public, que l'on se transmet secrètement de bouche en bouche, il en est plusieurs qui ont un attrait plus noble et plus pur que celui de la nouveauté ; qui, par un tour spirituel, peuvent prétendre à nous récréer ; qui nous révèlent, en un moment, la nature humaine et ses secrets mystères ; d'autres, dont les sottises bizarres nous divertissent: parmi cette multitude d'histoires, qui occupent dans la vie ordinaire notre attention et notre malignité, et qui sont aussi communes que les hommes à qui elles arrivent ou qui les racontent, j'ai recueilli celles qui me paraissaient avoir un caractère, qui touchaient, qui occupaient ma raison et mon coeur, et lorsque ma pensée se reportait sur elles, me donnaient un moment de paisible et pure gaieté." (page 32).
Nous aurons ainsi droit à plusieurs histoires, avec parfois un peu de fantastique, et à des discussions.
Citation :
"LOUISE
Il fallait vous expliquer plus précisément, nous n'aurions pas disputé.

LE VIEILLARD
Mais nous n'aurions pas discouru. Les confusions et les malentendus sont les sources de la vie active et des conversations." (page 88)
C'est bien vrai !
Parfois, la baronne fait des demandes.
Citation :
"Je vous ferai une seule prière. Je n'aime pas, je l'avoue, les histoires qui entraînent toujours notre imagination dans les pays étrangers. Faut-il donc que tout se passe en Italie, en Sicile, en Orient ? Naples, Palerme et Smyrne sont-elles les seules villes où il puisse arriver quelque chose d'intéressant ?" (page 89).

"Goethe procéda quasiment en feuilletoniste, rédigeant épisode après épisode au fil de la publication.", nous dit une note de l'éditeur (page 267). Goethe a parfois plus ou moins repris des histoires existantes (par exemple, un texte de François de Bassompierre), s'est parfois inspiré de faits réels (comme on dirait au début d'un film), et a parfois totalement inventé l'histoire.
La dernière de ces histoires est la plus célèbre : il s'agit du "conte" (ou Le Serpent Vert, voir Wikipedia).
Dans ce conte, on trouve un vieux passeur, des feux follets, un mystérieux serpent vert amateur d'or, un géant, des rois, une vieille qui peine sous le poids de légumes frais ("toute chose morte qu'elle portait, elle ne la sentait pas, et même la corbeille tendait alors à s'élever et flottait sur sa tête : mais des légumes frais ou un petit animal vivant étaient pour elle une charge extrêmement pesante", page 129)... La lecture peut engendrer une grande perplexité.
"En réaction à l'accueil mitigé qu'avaient obtenu les cinq précédentes livraisons de Die Horen - on lui reprochait sa légèreté, son manque de profondeur - Goethe écrivit Le Conte (Das Märchen), oeuvre difficile, exigeante et énigmatique. Le succès fut immédiat et le public se précipita sur les interprétations les plus diverses qui firent florès dès les premières années de sa parution. Goethe les collectionnait avec délectation et non sans une certaine férocité. Jamais il n'en livra la clé - si clé il y a. Dans les Xénies (1797, en collaboration avec Schiller), on trouve cette remarque ironique : « Plus de vingt personnages sont à l'oeuvre dans Le Conte. - Mais que font-ils donc ?! - Le Conte, mon ami. »" (page 271).

Ce conte a-t-il vraiment un sens caché, ou n'est-ce qu'une vaste supercherie ? (ce qui me plairait bien). Ce qu'on ne comprend pas paraît souvent profond...
On trouvera le texte sur : https://fr.wikisource.org/wiki/Entretiens_d’émigrés_allemands (la partie de Bassompierre est différente de l'édition Circé/poche, le texte ayant été retraduit de l'allemand - Goethe ayant fait quelques petites modifications - au lieu de prendre le texte de Bassompierre tel quel).


Dernière édition par eXPie le Lun 4 Avr 2016 - 0:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   Dim 3 Avr 2016 - 23:59


Le beau petit jardin de la Maison de Goethe à Francfort, 26 octobre 2015.

2/ Les Bonnes Femmes (paru en 1801). 34 pages.
Il s'agit d'une oeuvre de circonstance, écrite en quelques jours, qui prend la forme d'un dialogue qui "se fait l'écho d'une querelle plus sérieuse entre Schiller et Friedrich Schlegel concernant la « féminité ». Goethe y prend nettement partie pour la conception des romantiques qui prônait une femme cultivée et indépendante [...]" (page 272).
Il est question de gravures pour l'Almanach des Dames : des caricatures de femmes méchantes, pour lesquelles il faut écrire des petits textes.
"Mais l'imagination et l'esprit trouvent mieux leur compte à s'occuper du laid que du beau. Du laid, on peut faire beaucoup de choses ; du beau, l'on ne fait rien." (page 166), dit un ami de l'éditeur.
On a des gens intelligents qui parlent avec intelligence. C'est spirituel, mais ça tire parfois un peu à la ligne. C'est une petite chose dans l'oeuvre de Goethe.
On trouvera le texte sur : https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Bonnes_Femmes

3/ Nouvelle (Novelle, écrit en 1826, publié en 1828). 30 pages.
Citation :
"L'épais brouillard d'une matinée d'automne enveloppait encore la vaste cour du château du prince, mais déjà, l'on commençait à voir, à travers le voile moins sombre, toute la chasse à pied et à cheval s'agiter pêle-mêle. [...] Cependant tous attendaient le prince, qui, prenant congé de sa jeune épouse, tardait vraiment à paraître." (page 199).
La princesse na va pas participer à la chasse. Elle reste en compagnie d'un oncle et d'un écuyer ; ensemble, ils vont aller faire une promenade... La journée ne va pas être calme...
Contrairement au Conte (Le Serpent Vert), on a ici un peu de mystère, mais avec des interprétations possibles cohérentes (Goethe parle de ce texte dans ses Conversations avec Eckerman en janvier 1827, par exemple le 18 janvier : "Goethe poursuivit : « Montrer comment ce qui est rebelle, indomptable de la nature, le cède plus souvent à l'amour et à la piété qu'à la force, voilà ce que je m'étais proposé dans cette Nouvelle ; et la beauté de l'objet qui se résume dans l'enfant et le lion m'a incité à l'écrire. C'est là l'idéal, c'est la fleur. Et la verte frondaison d'un exposé tout réaliste a sa raison d'être, seulement par rapport à celle-ci. Que signifie le réel en soi ? Nous avons du plaisir à le voir fidèlement reproduit, il peut même nous donner une connaissance plus complète de certaines choses ; mais ce qu'il y a d'élevé dans notre âme ne se satisfait que dans l'idéal, dont la source est au coeur du poète. »", Conversations de Goethe avec Eckermann, nrf Gallimard, traduit par Jean Chuzeville, page 194) .
"Nouvelle est un récit à peu de personnages et d'événements, bien conçu et proportionné, vrai et naturel, avec des figures plus intéressantes qu'extraordinaires, plus plaisantes que parfaites... Elle doit laisser au lecteur le désir d'y penser, et ne rien révéler de subjectif de la part de l'auteur. Nouvelle est un chef-d'oeuvre du genre, particulièrement cher au vieux poète [...]" (Dictionnaire des Oeuvres, Robert Laffont).
On trouvera le texte sur : https://fr.wikisource.org/wiki/Nouvelle


L'ensemble est évidemment très bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Johann Wolfgang von Goethe [Allemagne]
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» vedette MBOOT (Allemagne)
» Etudes pour travailler dans les bibliothèques en Allemagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: