Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Stéphane Audeguy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Ven 12 Fév 2010 - 10:31

Steven a écrit:
J'hésitais sur le prochain livre de cet auteur que je lirai.
Kenavo et le titre m'ont convaincu ! Ce sera "L'Enfant du carnaval".
cheers je suis certaine que tu vas bien aimer cette lecture Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Mer 21 Sep 2011 - 18:13

LA THEORIE DES NUAGES

Le moins qu' on puisse dire à propos de ce livre, c' est que l' auteur n' a pas choisi la facilité. Tout ou
presque est original. Très loin des sentiers battus et des sujets répétitifs..
L' histoire, les personnages et bien entendu, le style.

L' histoire d' Akira Kumo et Virginei Latour sert de fil blanc à toutes les autres histoires imbriquées les
unes dans les autres.
Celles de tous ceux qui ont voué leur vie à l' observation des nuages.
Akira Kumo et Virginie Latour sont unis par ces histoires-là. Cette passion qui les a réunis, tisse entre eux un lien qu' on peut nommer amitié faute de trouver d' autres mots.

Ce livre est un livre savant, mais tout ce qu' Audéguy nous raconte est vraisemblable, meme s' il n' est pas scientifiquement exact.
Une fiction est une cration née de l' imagination, ce n' est pas une réalité, mais elle le devient pour nous, dans la mesure où l' auteur se montre convainquant et le lecteur créatif et complémentaire.

Je dirai meme que c' est la seule réalité qui nous interesse vraiment et nous console un peu de l' autre,
qui ne cesse de se transfomer et de se dégrader. Et nous avec.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Jeu 22 Sep 2011 - 20:01

LA THEORIE DES NUAGES - Citation

A l' étage unique de la petite maison du 6, West Walk, Virginie se repose parfois sous la verrière : un
grand plan incliné de trois mètres sur deux découpe dans le ciel un tableau constant et sans cesse changeant, au dessus de son lit.
Rien au monde de plus fascinant que les nuages, sinon l' océan ; mais là est le danger, car rien n' est
plus vain, plus trompeur, plus stupéfiant que cette matière toujours changeante, toujours renouvelée ; et que l' on peut si aisément s' épuiser à vouloir décrire, comprendre, dominer.
Ce que Virginie avait d' abord perçu comme le long et doux cortège des amoureux de nuages comporte,
elle s' en apeçoit maintenant, un peu trop de suicidés, de désespérés, d' amoureux éconduits et de solitaires tristes.

La Théorie des nuages, p. 280


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 21:31


photo de couverture (c) Isabelle Flamigni
- La Théorie des nuages. 2005. Folio. 320 pages.
Il s'agit du premier roman de l'auteur.
Il commence par une citation de Lucrèce : "Tout ce qu'on voit encore se développer dans les airs et naître au-dessus de nous, tout ce qui se forme dans les nuages, tout enfin, neige, vents, grêle, gelées, et le gel si puissant qui durcit le cours des eaux et ralentit ou arrête çà et là la marche des fleuves, tout cela peut aisément s'expliquer, ton esprit n'éprouvera aucune peine à en comprendre les causes et à en pénétrer le secret, du moment que tu connais bien les propriétés des atomes."

Puis vient la première partie, l'Etude des ciels, avec une citation de Constable : "What a glorious morning is this for clouds !"

Au début du roman, nous sommes à Paris.
Citation :
"[...] un couturier japonais, nommé Akira Kumo, parle à la bibliothécaire qu'il vient d'engager. Il est assis au troisième étage de son hôtel particulier, rue Lamarck, dans sa bibliothèque personnelle qui fait face au ciel : trente mètres carrés de baie doublement vitrée filtrent tous les bruits de la ville." (page 13)

La bibliothécaire, Virginie Latour, va être chargée de classer l'immense bibliothèque.
Citation :
"Ce n'était pas une collection de bibliophile ; presque aucune édition rare, sauf lorsque l'ouvrage n'était pas disponible dans une édition courante ; en revanche il ne maque à cette collection aucun ouvrage important consacré aux nuages, et d'une façon plus générale à la météorologie, dans les trois derniers siècles, et dans les langues que connaît ou déchiffre leur propriétaire : le japonais, l'allemand et l'anglais, le français." (page 79)

Citation :
"Il est question de nuages et Virginie Latour commence à comprendre. Elle comprend qu'au début du dix-neuvième siècle quelques hommes anonymes et muets, disséminés dans toute l'Europe, ont levé les yeux vers le ciel; ils ont regardé les nuages avec attention, avec respect même ; et, avec une sorte de piété tranquille, ils les ont aimés. L'Anglais Luke Howard était de ces hommes-là.

Luke Howard est un jeune sujet de l'Empire britannique. Et c'est au coeur de cet Empire, à Londres, qu'il réside, et qu'il exerce la profession d'apothicaire. Il appartient à la Société des Amis ; c'est ce qu'on appelle un Quaker. [...] Une fois la semaine au moins, Luke Howard, participe à l'une de ces réunions religieuses qui, chez les Quakers, font office de messe. [...] Les membres de l'assemblée s'assoient en rond, et gardent le silence ; chacun pourtant a le droit de s'exprimer, mais pour autant qu'il a quelque chose à dire : c'est pourquoi, très souvent, la plupart se taisent. C'est ainsi que se déroule une réunion quaker. Certes, il peut arriver à ces fidèles de converser ; mais jamais ils ne discutent." (page 14).

Dans le cadre d'une petite société savante quaker, Luke Howard a prévu une conférence sur les nuages.
Citation :
"Il est le premier à les contempler activement, et il croit pouvoir constater que les nuages sont formés d'une manière unique, qui ne cesse de se transformer, que tout nuage en somme est la métamorphose d'un autre. Aussi décide-t-il de recenser leurs règles de formation et de baptiser les formes-types qu'il découvre. Et, contrairement à son unique prédécesseur, un Français, Howard donne à ses catégories des noms latins afin que tous les savants d'Europe puissent les adopter.
Et maintenant c'est facile, pour nous, pour tout le monde. Tout semble facile après une invention. [...]
Trouver ce nom qui porte la compréhension de la chose, trouver le nom des nuages, c'est justement ce que réussit Luke Howard, le premier parmi les hommes. Et maintenant nous voyons les nuées avec lui, grâce à lui : les cumulus et les stratus, les cirrus et les nimbus, tout est là désormais, tout est tellement simple." (pages 16-17)


"Nuages blancs, ciel bleu" d'Eugène Boudin (vers 1854-1859)
Honfleur/ Musée Eugène Boudin/ Photo H.Brauner


Dernière édition par eXPie le Lun 22 Juil 2013 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 21:32

Virginie Latour va s'intéresser au mystérieux couturier, dont on va découvrir la vie passée.
Mais on apprendra aussi, par fragments, des épisodes de la vie de Luke Howard, sa rencontre possible avec Goethe.

Audeguy (la petite phrase de Constable prend alors tout son sens) parle de la représentation des nuages (représenter permet de classifier) ; il nous relate la vie d'un peintre (inventé) du début du XIX° siècle, un dénommé Carmichael, qui s'était spécialisé dans la représentation des nuages, avec le risque que cela comporte : la folie.
Citation :
"C'est là le moment périlleux, qui l'exalte et le mine tout ensemble : sait-on jamais quand un ciel est fini ?" (page 65).

Extrait d'une interview de Stéphane Audeguy (à lire en entier sur : http://www.arte.tv/fr/art-musique/selection-livres/Tous-les-livres/Selection-livres/1085570.html ) :
"Ce personnage s’inspire de Constable. Constable a eu deux crises nuagesques au cours de son existence. Deux fois à à Hamsptead, il a peint exactement comme le personnage de Carmichael. Mais sans frôler la folie, ou la mort comme le personnage du roman. D’abord, il est croyant. Il s’autorégule, il voit que c’est trop vertigineux et il ne se penche pas. Il ne meurt pas et après, quasiment, il régresse. Dans la période où il fait des nuages, il arrive presque à des tableaux abstraits comme « Les Nymphéas » de Monet. Mais il arrête et revient à des tableaux plus réalistes, avec un horizon, une cathédrale… Il est régulé par son dieu. Dans le roman, ceux qui ne meurent pas de l’infini, ce sont ceux qui sont en quelque sorte sauvés par leur croyance en un Dieu."

      
John Constable (1776-1837) : Etude de cirrus. 1822. ; Yarmouth Pier, 1822 ; Cloud Study, 1821.

Citation :
"Chaque année, à la même époque, vers la fin de septembre, le père enrôle ses fils comme guetteurs du temps : il place le meilleur sur le point le plus haut de sa ligne de moulins. [...] Le minotier doit veiller au grain. Car un vent trop puissant, une rafale trop brusque peuvent détruire la voilure, ou même les bras du moulin, et c'est alors une catastrophe économique [...]. la fonction du guetteur est redoutablement simple : au premier signe d'un vent suffisant pour faire tourner les meules, il doit lancer l'opération ; il doit l'arrêter dès que le vent, menaçant de faiblir, compromet le broyage du grain." (page 70)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 21:32

On apprend comment Napoléon III en est venu à s'intéresser à la météorologie, pour des raisons bien pratiques (la guerre) et comment il a octroyé de l'argent à Urbain Le Verrier (fameux pour sa découverte "mathématique" de Neptune), à l'époque Directeur de l'Observatoire, pour qu'il crée des stations météorologiques sur tout le territoire français.

Mais revenons au présent :
Citation :
"Il semble que toute collection gravite autour d'une pièce manquante, sorte de moyeu autour duquel peut tourner, indéfiniment, la folie collectionnante de son propriétaire. Soit que la pièce en question passe pour irrémédiablement perdue depuis des lustres ; soit que le propriétaire en garde farouchement la jouissance. Pour la collection d'Akira Kumo, ce document manquant porte lun nom célèbre dans les milieux spécialisés : le protocole Abercrombie." (page 128).

On va ainsi suivre l'étonnant périple de Richard Abercrombie.

Interview de Stéphane Audeguy (à lire en entier sur : http://www.arte.tv/fr/art-musique/selection-livres/Tous-les-livres/Selection-livres/1085570.html )
"Question : Le personnage de Richard Abercrombie a réellement existé. Quelle est la part de fiction ?
Réponse : Pour le personnage d’Abercrombie, je me suis inspiré d’un homme qui s’appelle Ralph Abercrombie qui a fait deux fois le tour du monde pour les nuages comme dans le roman mais qui en est revenu totalement inchangé. Il a shooté lui-même un orang-outang, exploit dont il était très fier. Il a posé avec le cadavre. Cette photographie m’a inspiré pour la scène avec l’orang-outan dans la jungle indonésienne. J’ai fait beaucoup de recherches à Londres sur ce personnage. La British Library est très fournie. Dans la section des manuscrits rares, un ouvrage d’Abercombie est conservé dans lequel, sont collées minutieusement les photographies de ses voyages. Cet ouvrage m’a inspiré pour le protocole d’Abercombie mais la comparaison s’arrête là. Contrairement au personnage de mon roman, le vrai Abercrombie ne s’intéresse pas aux personnes. Quand il va en Indonésie, il parle de la même manière des singes et des indigènes. Il ne comprend rien à une époque où il y a des gens qui commencent à entrevoir autre chose.
"


Le livre est composé de plusieurs histoires qui, bien que disjointes, semblent toutefois faire un tout.
C'est original, très bien documenté sans tomber dans le didactisme.

Alors, bien sûr, on ne fait plus très bien la différence entre les personnages ayant vraiment existé (le méconnu Luke Howard), et les personnages ayant pu exister. On se demande parfois quelle est la part du vrai et faux dans ces histoires incroyables... et on se tourne vers internet.
Et on réalise qu'il y a des questions qu'on a pu se poser à une époque, comme : les nuages dans l'hémisphère sud ont-ils la même forme que dans l'hémisphère nord ? Sans reporters équipés de caméras, comment savoir sans aller y voir ?


Vraiment très bien.

(Marie, merci pour le lien vers l'interview de Stéphane Audeguy !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive


Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 21:52

Très bon souvenir ce livre. Dommage que par la suite, l'auteur n'ait pas réussi à faire aussi bien.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 22:06

Arabella a écrit:
Très bon souvenir ce livre. Dommage que par la suite, l'auteur n'ait pas réussi à faire aussi bien.
Il est vraiment original : en le lisant, je me disais que l'auteur aurait du mal à trouver un autre sujet qui lui réussirait comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive


Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Lun 22 Juil 2013 - 22:14

Je crois que l'intérêt du livre tient en grande partie au sujet si particulier. Et en effet, il est très difficile de trouver l'équivalent.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive


Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Ven 28 Mar 2014 - 20:29

Petit éloge de la douceur

Un peu un fourre tout, des entrées sous forme alphabétique. La douceur n'est visiblement qu'un prétexte pour nous livrer un ensemble de réflexions sur le monde. Certaines auxquelles on a envie d'acquiescer, d'autres banales. Avec un certain humour et une jolie plume. Cela glisse tout seul, d'autant que c'est un tout petit livre, mais n'a rien d'essentiel. Je ne sais vraiment pas quoi en dire de plus....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Mar 19 Aoû 2014 - 13:04


Nous autres
Citation :
Lorsque le narrateur apprend que son père, qu’il n’avait jamais vu, vient de mourir au Kenya, il n’imagine pas dans quelles pérégrinations il va se trouver engagé.
D’abord, ce père inconnu avait choisi non seulement de s’expatrier dans ce pays improbable, fabriqué de toutes pièces à la fin du XIXe siècle, mais encore s’installer à Kibera, le plus grand bidonville d’Afrique de l’Est, à quelques kilomètres seulement du centre de la capitale. Ensuite, le fils découvre bien vite qu’il lui sera très difficile de respecter la dernière volonté du défunt, être inhumé en terre kenyane : les Kenyans refusent la sépulture à un Blanc.
source: Bibliosurf

Aériale était plutôt satisfaite de sa lecture et Arabella plutôt déçue. Et ben, je dois dire que je ressors bien contente de ce voyage au Kenya.

Je suis d'accord, en comparaison avec les autres livres de lui, celui-ci est probablement beaucoup plus faible… mais je ne compare pas en ce moment. Je voulais partir au Kenya et je peux dire que j’ai eu plus que prévu !

Rien à dire du côté de l’écriture et même si l’histoire semble parfois sans vrai trame, je l’ai considéré comme un « road trip » et dans ce cas, des anecdotes, des petites histoires, des alternances entre le passée et le présent, tout cela passe…

Je l’accorde, ce n’est pas la lecture de l’année, mais j’ai vraiment eu un très grand plaisir de faire ce voyage ensemble avec Stéphane Audeguy.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Sam 22 Oct 2016 - 10:10

Histoire du lion Personne



Un jeune garçon adopte un bébé lionceau orphelin trouvé , le baptise "Personne" en hommage à Homère. Il l'emmène  à Saint-Louis auprès du Directeur de la Compagnie royale du Sénégal, un "original" antiesclavagiste. Le lionceau y développe une amitié exclusive avec Hercule, jeune chien bâtard. Le rejet par les populations miséreuses de cet animal mieux traité qu'elles, a vite fait de contraindre son nouveau maitre de 'envoyer le couple chien-lion en métropole où il va croupir dans la Ménagere nationale.



J'ai toujours été fascinée par ces récits d'animaux sauvages capturés par les Européens aux XVIIIème et XIXème siècle, témoignages vivants tout à la fois de l'imaginaire et de la vanité des hommes. Ce court récit est plutôt séduisant, très poétique dans sa partie africaine, plus documentaire ensuite. C'est le reflet d'une époque, porté par un style très élégant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stéphane Audeguy   Aujourd'hui à 0:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Stéphane Audeguy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» adieux aux Armes de général Stéphane Abrial
» le lieutenant-colonel Stéphane Caffaro, du 21ème régiment d'infanterie de marine, était blessé en Afghanistan
» Stéphane HESSEL n'est plus.
» Stéphane Laporte "Ça me prenait Marie-Pier"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: