Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Robert Musil [Autriche]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeSam 9 Mai 2009 - 19:47

Robert Musil [Autriche] Books110

Citation :

Robert Musil , né le 6 novembre 1880 à Klagenfurt en Carinthie et mort le 15 avril 1942 à Genève, est un écrivain et dramaturge autrichien.

Son grand roman inachevé, L'Homme sans qualités, est considéré comme un des romans fondateurs du roman du XXe siècle, avec À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et Ulysse de James Joyce.

Robert Musil est le fils unique d'un père ingénieur, Albert von Musil, et de son épouse, Hermine Bergauer. La famille de son père qui compte des officiers et des ingénieurs est de noblesse récente.

Il suit de 1892 à 1897 une formation militaire dans les différentes villes où son père est muté, mais interrompt sa carrière d'officier pour faire des études d'ingénieur à Brünn. Il est diplômé en 1901.

À partir de 1903, Musil est de nouveau étudiant, à Berlin cette fois-ci, où il suit des cours de philosophie et de psychologie, sous la direction de Carl Stumpf. Pendant ses études, Musil fait par ailleurs la connaissance d'Alfred Kerr et de Franz Blei. En 1908, il obtient le titre de docteur ; sa thèse porte sur le savant et philosophe autrichien Ernst Mach.

Durant ses années berlinoises, il écrit Les Désarrois de l'élève Törless, son premier roman inspiré de ses années de lycée militaire : l'intrigue évoque les rapports ambigus et malsains qu'entretiennent entre eux les élèves d'une école militaire. Ce livre rencontre un grand succès critique et donne à Musil l'espoir de pouvoir vivre de sa plume.

Il retourne en Autriche en 1910 et occupe un poste de bibliothécaire à Vienne. C'est aussi dans cette ville qu'il épouse Martha Marcovaldi en 1911.

Mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, il est officier de réserve sur le front italo-serbe.

À partir de 1920, il réside à Berlin et travaille à son grand œuvre, L'Homme sans qualités. Le premier tome paraît chez l'éditeur Rowohlt en 1930 et lui attire notamment l'admiration de Thomas Mann, dont la défense de ce roman, perçu par le public comme trop intellectuel, permettra la publication de son second tome. Il reçoit le Prix Kleist en 1923 et le Prix Gerhart Hauptmann en 19283.

L'arrivée des nazis au pouvoir en 1933 l'incite à quitter Berlin pour l'Autriche. Après l'Anschluss, en 1938, il émigre pour la Suisse. Durant ces années, sa santé se dégrade et il vit dans un dénuement financier de plus en plus grand4 : les nazis ont interdit ses œuvres et il n'a plus de public en Allemagne. En 1942, il meurt au 1, Chemin des Clochettes dans le quartier de Champel à Genève.

Musil, l'un des écrivains autrichiens les plus marquants du XXe siècle, est aussi considéré comme l'un des principaux auteurs de la littérature moderne. Il est surtout connu comme l'auteur du roman inachevé L'Homme sans qualités. Pourtant, ce roman a suscité peu de réactions après sa publication au début des années 1930. Dans les années 1950, Adolf Frisé édita des extraits du roman et contribua ainsi de manière déterminante à sa redécouverte.
source : wikipedia


Les désarrois de l'élève Törless

Quatrième de couverture a écrit:

Ce roman, qui est d'abord une admirable analyse de l'adolescence, relate l'éveil d'une conscience à travers les désarrois intellectuels, moraux et charnels de Törless, élève dans un collège très huppé de la vieille Autriche à la fin du siècle dernier. La cruauté et la brutalité qui les suscitent, et dont les " amitiés particulières " ne sont que l'exutoire, prophétisent les aberrations de l'ère nazie. Musil n'avait que 25 ans lorsqu'il écrivit ce premier roman qui préfigure, par la lucidité et la description des " aspects nocturnes " de l'homme, toute l'oeuvre à venir.
pas celui de l'édition Points que j'ai en tout cas.

Deux éclairages avant lecture : le film et ce "prophétisent les aberrations de l'ère nazie".

C'est une lecture un peu particulière, pour éviter de m'emmêler les pinceaux, je coupe en deux : la forme et le contenu... c'est assez idiot dans ce cas parce que c'est très lié, enfin...

La forme :

Désarroi. Pensées hésitantes, pensées qui s'obscurcissent, doutes, égarements... la forme le rend très bien, ainsi que la percpetion pénétrante de Törless, sa manière de détacher les choses. Cependant dans les "pages de réflexion" on se perd facilement, plus exactement, il est facile de décrocher quand on suit une pensée qui ne se dévoile pas ... et qu'on s'interrompt avant de l'avoir approchée d'assez prêt. Atmosphère mentale contagieuse et réussie (très même, c'est une des grandes qualités du livre) mais teintée d'un peu de frustration, parce que plusieurs fois on court derrière une idée qui ne se dévoile vraiment pas beaucoup. c'est des épisodes dans le livre et c'est un peu... arbitraire ?

Le contenu :

Dans les grandes lignes c'est une approche psychologique et un peu philosophique de la construction de l'adolescent (réflexion généralisable sur les résultats donnés, nous, les autres... ) avec une grande attention portée aux mécanismes et à leur développement dans un rapport de force. Törless est entre Reiting (qui a un penchant pour l'intrigue "politique") et Beineberg (plus branché mystique, influencé en cela par un oncle officier qui a voyagé et lu quelques pensées orientales) d'un côté, les forts. Et de l'autre Basini, physiquement plus faible et qui se retrouve soumis, humilié, torturé par les deux Reiting et Beineberg... et Törless en spectateur ambigü. Törless est mélancolique et cherche en quelque sorte à réunifier ses pensées et ses sentiments, chose au combien compliqué. Il réfléchit à sa vie d'élève, à ses parents... Mais il n'est pas vraiment sympathique Törless, il est froid, rêveur mais lui aussi calculateur et, commes ses camarades, un peu méprisant... les amitiés de ses jeunes sont plus des obligations finalement. Dans l'analyse des réflexions et des comportements, il y a quelque chose de systématique (qu'on pourrait confirmer par les études menées par l'auteur et une lettre à un critique, donnée dans la préface). La lecture en souffre un peu malgré que ce soit souvent intéressant et toujours baigné dans le cadre rigide et pourrie de l'école et des règles qui unissent ces jeunes.

Maintenant il faut bien se pencher sur l'autre sens du problème (ou pas tant que ça ?) : la cruauté et la violence des élèves pour leur victime désignée.

Törless se cherche et doute de ses forces pour s'imposer face à ses encombrants (et un peu pénibles camarades), Basini le fascine parce qu'il est le reflet probable d'un Törless qui cèderait au rapport de force... divisé plus fortement encore entre ses pensées intimes et son existence apparente. Le fascine et lui fait peur. Si pour Reiting et Beineberg il est souffre douleur autant que cobaye (et l'objet de relations physiques aussi), ce sont le produit de ses réactions qui les intéressent. Törless lui veut comprendre les pensées de "l'objet Basini", objet de son analyse auquel il se lie par des sentiments incertains. Objet d'analyse donc, et si Törless est un peu mal à l'aise avec une forme d'esclavage, lui qui avait essayé de rejeter cette problématique par une prise de position plus radicale s'en accomode... jusqu'à ce que ça devienne trop gratuit et que les motivations de ses deux "amis" lui apparaissent comme dérisoires autant que malsaines.

De ce côté là, le rapprochement avec le nazisme futur ne saute pas aux yeux. Le cheminement de Törless est plus intellectuel que moral (bien que la forme rende bien compte de l'indécision et de la difficulté à nommer les choses) et ce qui me semble une lecture plus évidente du roman est de dire que c'est un système traditionnel reposant beaucoup sur les apparences et encourageant l'obéissance et le rapport de force qui crée la situation qui sert de noeud à l'intrigue.

J'ai un peu regretté que la tension morale et l'incertitude dans la recherche d'une méthode pour se réaliser se détourne, ou se diffuse dans la relation physique (et psychologique plus que sentimentale ?) entre Törless et Basini. Chose qu'on retrouve beaucoup moins dans le film qui me semble plus épûré et peut-être bien plus ambigu dans le "laisser faire".

La fin (30 dernières pages) qui sonne comme une libération de Törless qui essaye de s'expliquer complètement est très belle je trouve, la réalisation d'une certaine assurance d'être défini (et qui s'accepte d'une certaine manière) est en plus assez nuancée. Il y a de très beaux passages, d'autres plus simplement "intéressants". Un livre pas si simple à aborder et qui mérite un peu de réflexion, il y a des éléments à peser encore... la rédaction de ce très imparfait commentaire ne faisant que renforcer cette impression et relevant mon intérêt un peu au dessus de ce qu'il était pendant la lecture.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeSam 9 Mai 2009 - 20:01

Merci d'ouvri un fil sur Musil Animal, L'homme sans qualités est un des livres les plus marquants que j'ai lu. Musil est très déstabilisant pour ses lecteurs, mais c'est d'une telle richesse que cela vaut le coup de sentir de l'inconfort pendant un petit moment après la lecture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeSam 9 Mai 2009 - 20:04

Merci pour ce fil, Animal!
Et moi, qui ne peut toujours pas lire (temps) "L'homme sans qualités"... Quelle poisse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeDim 10 Mai 2009 - 0:43

Je me trouve impardonnable de ne pas encore l'avoir lu...Je saisdepuis longtemps qu'il faut le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kashima
Envolée postale
Kashima

Messages : 111
Inscription le : 13/04/2009

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: L'élève Törless   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeDim 10 Mai 2009 - 7:22

Je l'ai lu en juillet dernier, voici ce que j'en avais retenu :

"Les Désarrois de l'élève Törless
Robert Musil


J'ai lu ce livre sans grande passion, mais j'étais intéressée quand même et, une fois refermé, il m'a laissé des impressions agréables, comme lorsqu'on a lu quelque chose qui a de la valeur.

D'abord attirée par la peinture d'Egon Schiele en couverture et par la réputation de l'écrivain, j'ai décidé de lire Les Désarrois de l'élève Törless. Je n'avais pas envie de me livrer à des lectures parlant d'amour ou de passions, de sentiments qui auraient pu raviver ce dont je souhaitais guérir. Je n'étais pas non plus portée vers la littérature de guerre que j'ai pourtant affectionnée en avril avec Les Bienveillantes. Alors, une histoire de pensionnat pouvait me convenir.

Mais on ne peut pas résumer ce livre ainsi. Dès la première page, le lecteur est dans les pensées souvent confuses de Törless, un jeune garçon que ses parents ont placé dans une école. Il est d'abord très triste de cette séparation pour finalement y prendre goût. J'avoue n'avoir pas toujours compris certains de ses désarrois ou raisonnements, mais c'est tellement bien écrit qu'on se laisse porter par le style.

Törless se lie avec Reiting et Beineberg. Tout commence avec cette phrase que s'écrie Reiting au quatrième chapitre :
« Dis donc, je l'ai eu ! (…) Le voleur de casiers ! » Basini a dérobé de l'argent dans des casiers pour rembourser des dettes qu'il avait, mais il comptait le rendre. Cet événement va être le point de départ d'un chantage cruel auquel les trois camarades vont soumettre le jeune voleur. Il subira des humiliations, des sévices… et sera le révélateur de certains questionnements de Törless…

Musil s'est justifié sur les liens homosexuels qui se tissent dans ces pages :

« Je ne veux pas rendre la pédérastie compréhensible. Il n'est peut-être pas d'anomalie dont je me sente plus éloigné. Au moins sous sa forme actuelle.
On pourrait remplacer Basini par une femme, et l'homosexualité par le sadisme, le fétichisme, tout ce qui a quelque rapport avec des émotions aberrantes. »
....

Présenté comme un roman de formation, c'est en effet celle de Törless qui s'opère petit à petit sous nos yeux.

Dans le Lire de l'été, un article sur Robert Musil…"


Il faudra que je lise un jour L'Homme sans qualités...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edencash.forumactif.org
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeDim 10 Mai 2009 - 22:21

Kashima a écrit:

Il faudra que je lise un jour L'Homme sans qualités...

Oui, moi aussi, ce livre est depuis longtemps sur ma LAL !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeDim 10 Mai 2009 - 23:57

Cachemire a écrit:
Kashima a écrit:

Il faudra que je lise un jour L'Homme sans qualités...

Oui, moi aussi, ce livre est depuis longtemps sur ma LAL !

Moi aussi...2000 pages tout de même!... hs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 7:22

coline a écrit:


Moi aussi...2000 pages tout de même!... hs

Et l'auteur ne l'a même pas fini dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kashima
Envolée postale
Kashima

Messages : 111
Inscription le : 13/04/2009

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 9:24

Ouf! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://edencash.forumactif.org
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 11:15

Arabella a écrit:
coline a écrit:


Moi aussi...2000 pages tout de même!... hs

Et l'auteur ne l'a même pas fini dentsblanches

Kashima a écrit:
Ouf
Je me suis laissé dire que ça se lisait assez bien tout de même...(Ce n'est que l'équivalent de 8 livres de 250 pages au fond... content )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 18:47

Si on rentre dedans, cela se lit tout seul. sourire

C'est un livre passionnant, mais vu la taille il vaut mieux être disponible, en vacances, ou avec de longs week-end en perspective.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 19:20

avant la lecture vous pourriez apprendre l'allemand.. le livre ne compte que 1.040 pages dans cette langue Cool

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 19:34

Et puis il a écrit pas mal d' autres livres, Musil :

- Les Désarrois de l' élève Torless - Roman

- Trois femmes, suivi de Noces - Nouvelles

- Oeuvres pré-posthumes - Proses

- Journaux

- Essais

- Théatre

- Proses éparses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeLun 11 Mai 2009 - 19:39

bix229 a écrit:
- Journaux
à oui.. ils sont chez moi - un livre qui vient en deux volumes: un pour les journaux.. et un pour les commentaires (plus volumineux que celui des journaux) Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitimeMar 12 Mai 2009 - 11:24

kenavo a écrit:
avant la lecture vous pourriez apprendre l'allemand.. le livre ne compte que 1.040 pages dans cette langue Cool

Ok, c'est décidé, je le lis en allemand ! Wink

C'est bien écrit j'espère et pas trop...sophistiqué comme écriture (C'est à dire pas plus dur que Sebald ?)??? innocent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Robert Musil [Autriche] Empty
MessageSujet: Re: Robert Musil [Autriche]   Robert Musil [Autriche] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Musil [Autriche]
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Rue de la Comédie > Rue Robert de la Villehervé
» Groupe scolaire Robert Doisneau : informations, photos et vidéos
» origine du nom FEUILLOLEY
» Bennetot Anquetil Marais
» Bunkering (remplir la soute à charbon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: