Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Philippe Besson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mar 26 Aoû 2008 - 8:58

coline a écrit:
Je n'avais pas répondu à cela Ludo...mais si tu aimes le genre épistolaire, tu peux lire les lettres de Marcelle Sauvageot: Laissez-moi...Ou, dans un autre genre, Les Lettres de Westerbork de Etty Hillesum...ou encore Vivre dans le feu de Marina Tsvetaeva...
Mais excusez...j'oubliais que nous sommes sur le fil Besson... honte

Merci Coline de faire remonter le fil Besson, auteur que j'ADORE, le mot est faible. Very Happy Parmi les récits non "bessoniens" que tu cites, il me reste juste "Vivre dans le feu" à lire, le reste c'est fait. Je commenterai ce soir Etty Hillesum dont j'ai lu "Une vie bouleversée" qui comporte les lettres de Westerbork. Sublime !

Concernant Besson, pour éviter qu'on me démolisse mon petit Philippe Embarassed laugh , rappelez-vous qu'il décrit des atmosphères et qu'il écrit surtout à l'oreille, dans un style romanesque toujours. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mar 26 Aoû 2008 - 14:11

Eve Lyne a écrit:
Merci Coline de faire remonter le fil Besson, auteur que j'ADORE, le mot est faible. Very Happy Parmi les récits non "bessoniens" que tu cites, il me reste juste "Vivre dans le feu" à lire, le reste c'est fait. Je commenterai ce soir Etty Hillesum dont j'ai lu "Une vie bouleversée" qui comporte les lettres de Westerbork. Sublime !

Concernant Besson, pour éviter qu'on me démolisse mon petit Philippe Embarassed laugh , rappelez-vous qu'il décrit des atmosphères et qu'il écrit surtout à l'oreille, dans un style romanesque toujours. Wink

C'est que je ne te connaissais pas encore lorsque j'ai parlé de ton "petit Philippe" ... Very Happy J'irai plus doucement la prochaine fois, je te le promets...Mais y aura-t-il une prochaine fois?... jypeurien ...Peut-être...
Je te comprends...Cela nous fait un peu mal lorsque nos chouchous sont malmenés...Il faut se dire que nous avons tous au moins un chouchou malmené ici...ou mal-aimé...Alors nous faisons ce que nous pouvons, pauvres lecteurs(trices)-admirateurs(trices), à ramer parfois pour soutenir ceux en qui nous croyons...et c'est beau!
tousensemble

conciliabule Et merci de venir poster sur le fil Etty Hillesum... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mer 14 Jan 2009 - 23:53


La Trahison de Thomas Spencer

Citation :
Présentation de l'éditeur
Ils ne sont pas frères, mais se disent jumeaux. Paul et Thomas sont, en effet, nés le même jour. Ce hasard les a rendus inséparables. Leur enfance se déroule à Natchez, dans le Sud des États-Unis, au fil de baignades inoubliables dans le fleuve Mississippi. Les années 1950 sont, pour eux, un âge d or. La télévision, petite lucarne sur l’extérieur, délivre les images toutes faites d une Amérique triomphante. Les années 1960 ont le goût de la jeunesse. Paul et Thomas connaissent des heures inoubliables. Pendant longtemps, ils croient leur amitié inaltérable. Jusqu’à leur rencontre avec Claire, une jeune femme libre. Donc dangereuse...

Un parcours de trente ans dans une Amérique ambivalente, traversée par des conflits politiques qui révèlent ses contradictions. De la guerre de Corée à celle du Vietnam, de l’assassinat de Kennedy à celui de Martin Luther King, des soubresauts de la ségrégation à l’incendie des campus universitaires, l’Amérique n en finit pas de se tordre dans ses propres convulsions. Et de trahir ses valeurs. De son côté, Thomas est embarqué dans les mouvements de révolution des murs, tandis que Paul choisit, lui, l’engagement militaire contre les Viêt-Cong. Des divergences d’opinion qui les conduiront à commettre chacun l’irréparable.

Difficile de parler de ce livre.. pas à cause du livre, mais à cause de l’auteur
Depuis le moment que j’ai découvert Philippe Besson, je voulais le suivre, lire ce qu’il avait à dire. Cela m’a le plus souvent donné de très bons moments de lectures.
Ce dernier livre est une lecture.. agréable
Mais.. il y a un .. même deux mais
Surtout son choix de l’histoire. Rien contre cette amitié entre les deux garçons, rien contre le fait qu’il l’a transportée aux États-Unis et nous raconte l’histoire de ce pays (et un peu du monde dans lequel ils ont joué au juge) entre 1945 et 1975.. mais d’autres l’ont fait avant lui – l’amitié, l’histoire de ces années.. et pas qu’il y ait une loi qui interdit d’écrire aussi un roman sur l’amitié, sur l’Amérique.. mais si on le fait – faut le faire en mieux.. ou avec un aspect spécial.
Et c’est ce qui m’a manqué le plus. C’est une histoire anodin, bien écrit.. mais sans plus..
D’autant plus dommage parce que j’aime l’écriture de cet écrivain, j’aime bien ce qu’il a fait jusqu’à présent – même si ce n’était pas toujours ‘parfait’ – en principe j’étais une inconditionnelle..
Dans ce cas je vais me contenter de dire que j’ai lu.


D'autant plus je doute de la liste du Monde des Livres - concernant les meilleurs ouvrages, français ou étrangers, publiés lors de la rentrée littéraire de janvier - ce livre y est intense reflexion
ICI

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Ven 13 Mar 2009 - 19:16

La trahison de Thomas Spencer.

J'ai bien aimé ce livre, en particulier cet aperçu de l'histoire américaine des années 50 et 60.

Thomas est le narrateur. Il cherche l'empathie du lecteur. Il nous narre sa trahison petit à petit, alors qu'il pourrait nous l'énoncer d'entrer de jeu. Son seul but est de s'entendre dire "non, tu n'es pas coupable, tu as des circonstances atténuantes."

C'est l'histoire d'une amité qu'on croyait indéfectible et qui peu à peu s'effiloche, au début pour des détails, ensuite pour des valeurs.

C'est du pur style bessonnien. A lire si vous aimez l'auteur ou si vous voulez un aperçu de vingt années de l'histoire des Etats-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mer 3 Juin 2009 - 17:28

L' arrière saison



Je poste la couverture car pour moi c'est ce qu'il y a de mieux dans le livre. Pour le reste je suis exactement dans le même ressenti que Dom'
Domreader a écrit:
j'ai entamé l'Arrière Saison, et bien sûr, là, moi aussi j'ai abandonné. Il n'avait rien à dire. Vide, l'Arrière Saison, très ennuyeuse.
...
Besson veut toujours nous parler d'amour, nous raconter des histoires d'amour, mais j'ai vraiment l'impression qu'il ne sait pas en parler, donc, on ne marche pas, on s'ennuie un peu.

Alors désolée d'avance si j'en agace certains parmi vous car il a vraiment son fan club cet homme là, mais je dois vous avouer...le livre m'est tombé des mains. et ne me jugez pas sectaire siouplé nonnon


Pourtant le sujet était prometteur! Ce tableau de Hopper que tout le monde connait et qui nous transporte dans un univers à la fois intimiste et universel...Rentrer dans le tableau, suivre une histoire que nous raconterait l'auteur. L'idée est excitante et Philippe Besson écrit plutôt bien, on peut même le dire.

Mais au bout du compte, rien de neuf sous le soleil. Une femme qui attend son amant dans 'son' bar perdu de la côte est, son ancien amoureux qui vient de divorcer arrive à ce moment là, rancoeurs, trouble, hésitations, etc...tout ce qu'on est en droit d'attendre défile sous nos yeux, et bien sûr le premier ne viendra pas...c'est un pleutre, un lâche "comme le sont la plupart des hommes". Les amoureux repartiront avec la promesse d'un nouveau départ

Ce genre de platitudes l'auteur en use et en abuse. Je n'ai senti aucune émotions, je n'ai vu que des banalités, des réflexions toutes faites que j'aurais pu lire dans le dernier Marie Claire, en fait ça sonnait terriblement creux. Dommage, cette femme en rouge avait de quoi nous faire rêver mais l'auteur n'était pas dedans...

Citation :
Ce qu'il reprocherait à Rachel c'est bien celà: d'avoir fait de leur vie quelque chose d'ennuyeux de terne. Plus de surprise, plus de saveur juste une longue litanie, une déclinaison à l'infini des mêmes moments, une succession d'habitudes et de rendez-vous prévisibles avec les mêmes couples d'amis, une duplication des vacances dans les mêmes endroits, une répétition des mêmes phrases ordinaires. Il lui vient l'image d'une colonne vertébrale sans la chair. Un squelette. Une chose dure et molle et friable

C'est exactement l'image que j'ai eue de son roman...
sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mer 3 Juin 2009 - 17:43

aériale a écrit:
Alors désolée d'avance si j'en agace certains parmi vous car il a vraiment son fan club cet homme là, mais je dois vous avouer...le livre m'est tombé des mains. et ne me jugez pas sectaire siouplé nonnon
en ce qui me concerne, pas besoin d'être désolée.. pas pour Besson ni pour un autre auteur que j'aime bien.. je peux bien vivre avec le fait qu'il y a de tout pour tous les goûts.. et d'autant mieux si on a différents avis Very Happy
Sous un certain angle, je pourrais même dire que tu as tout à fait vu juste avec ce que tu dis - je vois la possibilité d'une telle lecture..

En ce qui me concerne, cette image me parlait depuis tellement longtemps que j'étais totalement sous le charme que quelqu'un a eu l'idée de mettre des mots dessus.. peut être une relecture changerait mon idée que j'ai de ce livre.. mais je ne veux même pas.. je veux me garder ce sentiment de cette première lecture Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mer 3 Juin 2009 - 18:15

aériale a écrit:

Alors désolée d'avance si j'en agace certains parmi vous car il a vraiment son fan club cet homme là, mais je dois vous avouer...le livre m'est tombé des mains. et ne me jugez pas sectaire siouplé nonnon

Je comprends, en te lisant, pourquoi tu n'as pas aimé ce roman. Vu sous cet angle, on ne peut que peiner à le terminer. Je l'ai abordé différemment, comme Kenavo, donc j'ai beaucoup aimé. Il semble se répéter quand il parle des sentiments, sauf que je suis béate d'admiration devant sa plume qui fouille, investit et est toujours différente dans le rendu.
On ne t'en tiendra pas rigueur... et c'est l'occasion de faire remonter le fil. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Mer 3 Juin 2009 - 18:26

aeriale a écrit:
Ce genre de platitudes l'auteur en use et en abuse. Je n'ai senti aucune émotions, je n'ai vu que des banalités, des réflexions toutes faites que j'aurais pu lire dans le dernier Marie Claire, en fait ça sonnait terriblement creux. Dommage, cette femme en rouge avait de quoi nous faire rêver mais l'auteur n'était pas dedans...

J'ai ressenti la même chose que toi en lisant ce roman. Je m'y suis ennuyée ferme. Et j'ai trouvé tout ça très convenu. mais on m'a dit qu'il ne s'agissait pas de son meilleur. donc je retenterai Besson à l'occasion. C'est à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale


Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 45
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Jeu 18 Mar 2010 - 20:23

Eve Lyne a écrit:
Fantaisie héroïque a écrit:
Bon, alors, les jours fragiles...
Assez décevant, ennuyeux, oui, je rejoins l'avis de Coline.
Pourtant, le fait l'idée du journal intime tenu par Isabelle Rimbaud à propos du retour de son frère, Arthur, atrocement blessé, était une belle idée, originale.Mais alors je n'ai absolument pas ressenti de compassion pour Isabelle...J'ai trouvé ça larmoyant au possible Rolling Eyes , le livre n'avance pas. Centrer l'histoire sur l'agonie d'Arthur Rimbaud est un peu...réducteur, peut-être, je ne sais pas...En fait, le livre ne couvre pas une large période de la vie du poète, et c'est ce qui m'a ennuyée.

Moi qui voulais lire Se résoudre aux adieux, je vais faire comme Emilie : attendre la sortie en poche!

J'ai appréhendé le livre d'une manière différente, donc contrairement à toi, je n'ai pas été déçue. Ce que j'ai retenu, c'est qu'à la fin de sa vie, Rimbaud n'était plus poète depuis longtemps. Il rentrait d'Afrique où personne n'avait eu écho de sa notoriété. Besson montre le lien qui se tisse au fil de cette agonie entre deux êtres solitaires, un frère et une soeur, qui n'ont jamais appris à se parler. On associe Rimbaud aux poèmes, sauf qu'il n'a pas que très peu écrit, d'où peut-être ta déception. Il apparaît comme un homme trop commun.
Ce roman est très sombre certes, toutefois la mort en elle-même est sombre. De plus, la fin d'Arthur est inélecutable et la vie de sa soeur Isabelle s'annonce sans espoir, une vie terne auprès d'une mère qui fait régner la terreur.


Tout comme Eve Lyne, je n'avais aucune attente en commençant cette lecture ... et j'ai apprécié. Je ne connaissais que le Rimbaud jeune et poète. J'ai découvert un Rimbaud, encore épris de voyages mais ayant délaissé l'écriture.
J'ai aimé le début :
Citation :
Dans notre famille, les hommes ne restent pas. Vrai, quand on y songe, ils n'ont jamais rien fait d'autre que s'éloigner, prendre le large, et s'affranchir de nous, les femmes, condamnées à demeurer au pays, reliées à la terre. Je n'ai cessé de me demander d'où ils tenaient cette attirance pour d'autres ciels, alors que le ciel est le même partout.
J'ai aimé la fin :
Citation :
Il aurait voulu le soleil, pour finir. mais ce sont des gouttes de pluie qui roulent sur le bois de son cercueil tandis que quatre hommes le descendent dans le trou qu'ils ont creusé. Tout à l'heure, une fois que nous serons parties, on l'ensevelira sous cette terre qu'il n'aimait pas. Je doute qu'il repose en paix.

Au fil de son journal Isabelle Rimbaud narre les derniers jours de son frère. Elle se sent proche de lui, prête à tous les sacrifices alors que l'on ne ressent que si peu de complicité. Les émotions sont tues au sein de cette famille. On ne montre que si peu de choses ...
Ce livre est sombre mais il n'est pas déprimant, ni triste ... Je pense que la fin est volontairement pesante. Je n'en pouvais plus de ce climat d'attente, de souffrances. Tout comme Isabelle, je n'avais qu'une hâte: que cela cesse.

Depuis, j'ai très envie de relire ses poèmes et d'en connaître un peu plus sur sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature


Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Sam 20 Mar 2010 - 21:52

menine a écrit:

Depuis, j'ai très envie de relire ses poèmes et d'en connaître un peu plus sur sa vie.

J'ai ressenti exactement la même chose à la fin de cette lecture : redécouvrir Rimbaud. Jean Teulé a écrit une biograpie Rainbow pour Rimbaud que je n'ai pas lue et la critique en général est assez mitigée. Avis aux parfumés qui l'auraient lue. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale


Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 45
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Sam 20 Mar 2010 - 22:23

Merci pour l'info ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire


Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Dim 21 Mar 2010 - 10:39

menine a écrit:
Au fil de son journal Isabelle Rimbaud narre les derniers jours de son frère. Elle se sent proche de lui, prête à tous les sacrifices alors que l'on ne ressent que si peu de complicité. Les émotions sont tues au sein de cette famille. On ne montre que si peu de choses ...
Ce livre est sombre mais il n'est pas déprimant, ni triste ... Je pense que la fin est volontairement pesante. Je n'en pouvais plus de ce climat d'attente, de souffrances. Tout comme Isabelle, je n'avais qu'une hâte: que cela cesse.

Depuis, j'ai très envie de relire ses poèmes et d'en connaître un peu plus sur sa vie.

Ménine, j'ai eu les mêmes impressions que toi, à vrai dire, c'est le roman de Besson que j'ai préféré parmi ceux que j'ai lus. (Je peux même dire que les autres, je les ai oubliés !) J'ai trouvé cette narration des derniers jours du poète très délicate, comme ressentie par l'auteur, avec cet homme l'esprit encore plein du soleil et du tumulte de l'Afrique dans un corps en train de se 'décomposer' lentement. Depuis je me suis bien promise d'enfin lire un peu de Rimbaud.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale


Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 45
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Dim 18 Avr 2010 - 20:06

domreader a écrit:
. Depuis je me suis bien promise d'enfin lire un peu de Rimbaud.

Comme je m'étais promis la même chose, j'ai emprunté un recueil de poèmes à la bibliothèque. Belles découvertes et redécouvertes de certains poèmes. J'avoue aussi ne pas les avoir tous compris.
Je pense aussi qu'il doit être nécessaire de les lire et relire pour les apprécier davantage mais malheureusement j'étais limitée dans le temps.

Petite émotion et retour en arrière avec Le dormeur du Val. C'est un poème appris en CM2, je m'en étais toujours souvenu !


Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orientale
Agilité postale


Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 63
Localisation : Syldavie

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Ven 24 Sep 2010 - 7:58

Ah! Tous anti-Besson?
J'ai lu "L'ariere saison" et "Un garcon d'Italie" il y a longtemps. C'est le deuxieme que j'ai bien apprecie.

Ce que je m'en souviens:

L'histoire se situe a Florence.
Luca Salieri est mort. Son cadavre a été repêché sur les bords de l'Arno, à Florence. Sa compagne, Anna, cherche à comprendre: Luca s'est-il suicidé? A t-il été assassiné? Ou s'agit-il d'un accident? Quel est le lien qui l'unissait à Léo, le jeune prostitué de la gare?
Si l'intrigue de ce roman est simple, nous n'avons pourtant pas affaire à un roman policier ordinaire. En effet, Philippe Besson utilise un mode de narration originale puisque chacun des personnages (y compris Luca) s'exprime tour à tour. C'est par cet étonnant choeur à trois voix que l'enquête progresse: au travers des émotions, des réflexions des acteurs livrées à la première personne, leur personnalité et les relations qui existent entre eux s'éclaircissent peu à peu, jusqu'au dénouement...
L'écriture est belle, souple, parfois crue, comme toujours chez Besson. Les phrases courtes, mais denses, l'intrigue bien menée et pour moi ce roman etait un vrai plaisir de lecture, facile certes, mais assez de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Philippe Besson   Ven 24 Sep 2010 - 8:46

Orientale a écrit:
Ah! Tous anti-Besson?
ah mais non.. Eve Lyne et Monilet apprécient beaucoup et je dois dire qu'à part son dernier, qui ne m'a pas trop plu, j'ai eu toujours un bon moment de lecture avec ses livres Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Besson   Aujourd'hui à 5:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Besson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hommages à Philippe Goujard
» Luc Besson tourne en Normandie... dans le Perche.
» OUF (Demande à Philippe BENARD)
» 1848 - Fuite Louis-Philippe
» voté pour Jean-Philippe & Karine! membre de belgian-navy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: