Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Willa Cather

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Willa Cather   Ven 15 Mai 2009 - 22:52

Willa Cather

(1873-1947)






Elle naît en Virginie dans une famille d’ascendance irlandaise, mais lorsqu’elle a neuf suite à des difficultés financières, sa famille part s’installer dans le Nebraska, parmi une population de pionniers de diverses origines, en particulier scandinaves. L’expérience de cette vie rude et simple, proche de la nature sera marquante, et elle va l’utiliser dans son œuvre par la suite, y puisant le meilleur de son inspiration.

Elle suit des études secondaires puis supérieures à Lincoln, avec l’espoir de devenir médecin. Non-conformiste, elle s’habille en garçon, porte les cheveux courts, et se fait appeler William. Elle commence à écrire, sa première nouvelle est publiée alors qu’elle a dix-huit ans. Mais elle met cela de côté pendant un temps, devient journaliste. Elle quitte le journalisme pour se consacrer complètement à l’écriture, en 1913 paraît son premier roman Pionniers, suivis de nombreux autres ainsi que de nouvelles. En 1922 elle obtient le prix Pulitzer pour Un des nôtres. Son œuvre fut très populaire de son temps, et dans son discours de réception au prix Nobel, Sinclair Lewis s’interroge même pourquoi il a reçu ce prix et non pas Willa.

Elle charge Edith Lewis, qui a pendant des nombreuses années partagé sa vie, de détruire après sa mort, tus ses papiers et toute sa correspondance.

Elle a été oubliée pendant quelques années, avant d’être redécouverte par les féministes dans les années 70.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Ven 15 Mai 2009 - 23:00

La mort et l’Archevêque


Le nouveau Mexique est devenu une partie des USA. Rome décide d’y créer un évêché indépendant du Mexique. Le père Latour, Auvergnat d’origine, et missionnaire au Canada est choisi pour cette difficile fonction, accompagné du fidèle Joseph Vaillant, il va s’installer dans une région pauvre et sauvage, peuplé d’Indiens, de population hispanophone, et de quelques anglo-saxons qui commencent à occuper le territoire. Il tente de convertir les Indiens, qui demeurent en grande partie fidèles à leurs croyances, et fortifier la foi des autres habitants, d’adoucir les mœurs et pratiques de la région, de construire des églises, et même une cathédrale. Son ministère l’oblige de beaucoup voyager à travers le pays, à rencontrer ses habitants, de découvrir les coutumes et les façons de vivre locales. Arrivé encore jeune, il finira ses jours dans un pays rude, mais qu’il apprend à aimer, et qu’il ne peut plus envisager de quitter.

J’ai été un peu surprise de découvrir un récit presque hagiographique de la vie d’un archevêque, je m’attendais compte tenu de la biographie de l’auteur à un récit plus anti-conformiste, et contestataire. Cette surprise passée, j’ai pris un incontestable plaisir à suivre le récit, par vraiment un roman, plutôt une suite de petits récits courts, présentant tel ou tel personnage, Indien, Mexicain, ou autre autochtone, récits vifs et colorés, et indéniablement prenants, emprunts d’une certaine naïveté, un peu comme une peinture naïve. C’est rafraîchissant et plaisant, et m’a un peu rappelé un peu les livres de Selma Lagerlöf.
J’aurais malgré tout préféré un tout petit peu plus d’esprit critique, parce que Willa Cather prend le parti d’observer les choses, sans vraiment à aucun moment prendre partie, alors qu’elle décrit parfois des situations d’une grande injustice et violence, sans paraître vouloir changer les choses, sans contestation apparente. Mais en tous les cas, ce livre me donne envie de découvrir d’avantage son œuvre, car elle a un réel talent.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Willa Cather   Sam 16 Mai 2009 - 1:10

Ouh lala, j'ai lu Willa Cather, Mon Antonia, mais c'était il y a 10 ans au moins.
Je m souviens d'un avis mitigé, notamment parce que l'époque de l'histoire (l'époque des cowboys et de la ruée vers l'or si je m souviens bien), ne m'avait pas accrochée.
Mais tant de temps encore, j'ai encore des souvenirs, plutôt attendris de cette lecture, signe pour moi, que finalement, j'ai beaucoup aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Sam 16 Mai 2009 - 8:09

Cela semble un auteur à epxlorer, j'ai tout de même l'impression que La mort et l'archevêque n'est sans doute pas le meilleur livre pour commencer, pas le plus représentatif en tous les cas.
Je note Mon Antonia, Sophie, et Bix pourra très certainement nous dire par lesquels de ces livres il serait judicieux de commencer l'exploration de l'auteur.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Willa Cather   Sam 16 Mai 2009 - 9:25

Merci pour ce fil Arabella,
nom d'auteur que je connais, mais jamais lu.. ce sera le moment de suivre ce fil de plus près et tenter l'expérience Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Willa Cather   Jeu 4 Juin 2009 - 18:26

Quand on demandait à Truman Capote quel était son écrivain préféré, il répondait invariablement: Willa Cather.


pour savoir plus, c'est par ici

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Jeu 4 Juin 2009 - 20:40

Très intéressant article, merci pour le lien Kenavo.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Willa Cather   Jeu 4 Juin 2009 - 20:51

Je l' aime beaucoup Willa Cather et comme les autres auteurs on peut commencer par les nouvelles.

Sinon - Des Ombres sur le rocher
- Le chant de l' alouette
- Mon Antonia
- Une dame perdue ...

Je crois que vous l' aimerez aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orientale
Agilité postale
avatar

Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 64
Localisation : Syldavie

MessageSujet: Re: Willa Cather   Mar 30 Mar 2010 - 10:26

Dans le recueil de Willa Cather que j'ai lu il y a "Mon ennemi mortel"et quelques recits dont les titres traduits en bulgare sont: "Attendez Aphrodite", "Le cas de Paul", "Matinee Wagner", "La mort du sculpteur" et "Le voisin 'Rissitski".
"Mon ennemi mortel" - dans un New York retro et dans un San Francisco retro se deroule le recit de la vie - une tragedie vitale d'une exceptionnelle femme. "Attendez Aphrodite" est ecrit dans le meme style retro - c'est le monde de l'art d'un peintre moderniste et d'une jeune cantatrice.
Une pianiste oubliee et "bannie" dans sa campagne eloignee retrouve le meme monde magique de l'art dans "Matinee de Wagner".
Une ecriture extremement sensible et nostalgique que j'ai beaucoup aimee. Le plus souvent il y a la mechancete, la mesquinerie, le mal qui emportent sur les aspirations au bonheur.
Les histoires de ces recits ne sont pas gaies - c'est soit la vie d'une famille theque aux USA qui paie son du au "reve americain", soit l'ambiance rustre et pleine d'ignorance dans une petite ville ou sera enterre un grand sculpteur dont tous les habitants s'en foutent.
La maitrise et finesse de Willa Cather dans sa narration eveille tres vite l'admiration du lecteur.
Je suis contente de l'avoir decoverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Willa Cather   Mar 30 Mar 2010 - 18:55

J'aime beaucoup Willa Cather moi aussi, c'est vraiment un écrivain merveilleux, il me reste à lire O 'Pioneer ! sur mes étagères, il me tarde.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Willa Cather   Mar 30 Mar 2010 - 19:26

Arabella a écrit:
Merci Orientale de me rappeler cet auteur dont je voulais lire d'autres livres. Toujours le temps qui manque....

Si tu n'as pas lu Le chant de l'alouette il pourrait bien faire ton bonheur. Un superbe livre sur une petite fille douée pour le chant qui deviendra une grande cantatrice. Un "Corps et âme" au féminin mais avec une écriture plus subtile. Très beau!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Mar 30 Mar 2010 - 19:43

Marko a écrit:
Arabella a écrit:
Merci Orientale de me rappeler cet auteur dont je voulais lire d'autres livres. Toujours le temps qui manque....

Si tu n'as pas lu Le chant de l'alouette il pourrait bien faire ton bonheur. Un superbe livre sur une petite fille douée pour le chant qui deviendra une grande cantatrice. Un "Corps et âme" au féminin mais avec une écriture plus subtile. Très beau!

Je note, je note, sans doute un jour je le lirai. C'est toujours une question de temps....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Lun 7 Juin 2010 - 21:50

Le chant de l'alouette


Nous suivons dans ce beau roman la vie de Thea Kronberg, fille de pasteur d'une petite bourgade du Colorado. La famille est nombreuse et guerre fortunée, et entre les tâches domestiques, les obligations religieuses, l'école il semble qu'il ne reste plus de temps de faire grand chose. Mais Thea a une passion pour la musique, et sa mère fait en sorte qu'elle puisse avoir des leçons et le temps de s'exercer, même si dans la petite ville les moyens sont forcement limités. Thea grandit avec un peu de musique et un peu de livres, et aussi avec l'amitié de quelques personnes, plus âgées qu'elle. Et un jour un part à Chicago pour suivre une véritable formation musicale.

Un très beau roman, à l'écriture splendide, avec de très émouvants portraits de personnages. Willa Cather possède un grand talent pour capter un instant, un bonheur, pour saisir les frémissements de l'âme. J'ai été particulièrement sensible à la description de l'enfance et adolescence de Thea, de toute la galerie d'amis, la vie de famille, la vie de province, douce par certains aspects et impitoyable par d'autres. Et en comparaison la vie d'artiste de Thea, dominée par l'incertitude, l'exigence, dans laquelle tout est perpétuellement remis en cause. Inconfortable et exaltante, tout à l'opposé de la vie qu'elle aurait eu si elle était restée dans sa petite vie natale. Willa Cather décrit avec subtilité les choix d'une vie, la façon dont chacun d'eux signifie aussi la perte de quelque chose.

Une douce mélancolie baigne tout le livre, et la magnifique écriture de Willa Cather fait de cette lecture un très grand plaisir.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Willa Cather   Lun 21 Fév 2011 - 20:36

Mon Antonia


Nous sommes dans l'Ouest, à une époque ou des émigrants arrivent d'Europe et peuplent petit à petit les terres laissées vacantes par l'élimination des populations indiennes. Ils arrivent un peu de tous les pays d'Europe et ont tendance à se regrouper entre eux. Et Jim Burden fait connaissance ainsi d'une famille venue de Tchécoslovaquie. Jim vient lui-même s'installer chez ses grands parents, il est devenu orphelin, et le pays encore sauvage va laisser une profonde empreinte sur son esprit. Comme laissera une profonde empreinte la rencontre avec Antonia, une petite fille venue de Bohème. Sa vie très rude, ses parents n'ont pas grand chose en arrivant et le père, qui n'arrive pas à s'adapter à cette nouvelle vie se suicide. Antonia doit survivre, aidée par une profonde joie de vivre et une grande bonté. Et c'est sa vie que nous découvrons petit à petit.

Un très joli roman, plein de petits instants, de souvenirs tendres, de rires et de tristesses. La vie de ces pionniers est rude, mais en même temps il y a tant de belles choses à vivre pour eux, s'ils ont le bon angle de vue. Un roman optimiste, sans doute plein de bons sentiments, mais sincère et pas mièvre. Touchant et rafraîchissant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Willa Cather   Dim 22 Mai 2011 - 16:35

MON ANTONIA

Je ne reviendrai pas sur le récit, Mais ce qui m' a interessé, c' est la narration qui, sur une trentaine
d' années s' écoule lentement, et au cours de laquelle le narrateur, Jim, change de vie et de lieux,
mais sans jamais oublier l'adolescence et les années de rudes découvertes, de chaleur humaine
et d' enchantement...

Les paysans du Nebraska, partagés entre la nostalgie du "vieux pays" qu' ils ont quitté et l' espoir d' une vie meilleure.
Les habitants d' une petite ville où règnent l' ennui, le conformisme et le puritanisme. Mais c' est dans cette ville-là que vont évoluer un instant, sous les yeux émerveillés de Jim une bande de jolies filles,qui n' ont en commun que leur jeunessse et leur grace... "Doux oiseaux de jeunesse."
Lena, Tiny, Anna et les trois Marie et surtout Antonia.
Antonia que Jim aime depuis qu' il a 11 ans et qui pourtant va lui échapper...Et qu' il n' oublira jamais.

Il y a des souvenirs qui sont si réels qu' ils sont bien mieux que tout ce qui peut arriver de nouveau." P. 293


Antonia avait toujours eu la spécialité de laisser dans l' esprit des gens des images qui ne s' effaçaient pas, qui prenaient du relief avec le temps....
C' était une femme éprouvée désormais, et non une jolie fille, mais elle possédait toujours ce je ne sais quoi qui enflamme l' imagination ; elle était toujours capable de vous couper le souffle d' un
simple regard, d' un d' un simple geste qui, d' une façon ou d' une autre, vous permet d' accéder à la signification des choses ordinaires.
P. 316

Le propos de Willa Cather est d' une grande justesse de ton, sans emphase, mais avec beaucoup de
sympathie pour ses personnages.
Antonia est un personnage féminin inoubliable. La flamme vive qui brule dans ses yeux ne s' éteindra jamais. J' imagine très bien Audrey Hepburn avec ces yeux-là !

Aggh ! Mais pourquoi Jim n' a t-il pas vécu avec Antonia... Le grand NIAIS !
Suspect



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Willa Cather   

Revenir en haut Aller en bas
 
Willa Cather
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (f/libre) Willa Holland
» (f) willa holland ? ma petite soeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Nos auteurs du mois-
Sauter vers: