Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Anonyme [Tristan et Iseut]

Aller en bas 
AuteurMessage
lyana79
Envolée postale
lyana79

Messages : 208
Inscription le : 04/04/2008
Age : 39
Localisation : Suisse

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyJeu 28 Mai 2009 - 23:22

Titre: Tristan et Iseut
Auteur: Anonyme, celle-ci est une version de Pierre Dalle Nogare
Edition: Librio
Nombre de pages: 87


Anonyme [Tristan et Iseut] Images34



4è de couverture
:

Pour reconstituer l'histoire des deux amants les plus célèbres de la littérature, il a fallu plonger aux origines de la légende, qui serait apparue autour du VIIe siècle, et rassembler les fragments de poèmes du XIIe, ceux de Béroul, de Thomas, puis de quelques autres.

Ainsi nous est parvenue, ici interprétée par le poète Pierre Dalle Nogare, l'incomparable "estoire" de Tristan et Iseut, victimes d'un philtre magique et unis par une passion fatale.

Amour, destruction et mort, le mystérieux breuvage scelle un destin tragique. Car Iseut la Blonde est mariée au roi de Cornouailles, le généreux Marc, et Tristan, pour tenter d'échapper au destin, épouse Iseut aux blanches mains.

Et la légende est magnifique. Car la geste de Tristan, émouvante et terriblement humaine, n'est rien d'autre que la première version de l'éternel roman de la passion illégitime et impossible.


Mon avis:

Un grand classique que j'ai voulu redécouvrir.
Il n'est pas toujours simple de comprendre le déroulement de certains événements et il m'a souvent fallu relire quelques passages pour mieux comprendre. Pourtant, il a été adapté en français moderne.
Beaucoup de descriptions, une histoire d'amour compliquée, teintée de fantastique et une fin pas du tout claire pour moi (elle varie semble-t-il selon les versions)
En somme, un moment de lecture agréable, qui nous replonge plusieurs siècles en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.partagelecture.forums-actifs.com
Mina M
Posteur en quête
Mina M

Messages : 91
Inscription le : 22/06/2009

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyLun 22 Juin 2009 - 21:14

Le livre le plus poétique que j'aie jamais lu... J'ai également lu cette version qui n'est pas la meilleure à ce qu'on m'a dit: c'est une reconstitution à partir des deux versions les plus importantes en langue française (mais toutes deux incomplètes, une partie ne nous est pas parvenue): celle de Thomas et celle de Béroul. Ils ont un point de vue assez différent et leur fin diffère effectivement. Si ça t'intéresse, je peux te donner plus d'informations sur cette légende, j'ai eu un cours sur l'histoire littéraire française du Moyen Age et cette oeuvre y a été abordée.

L'histoire en elle-même ne m'a pas vraiment plue, mais la façon dont c'est raconté m'a séduite... Comme je l'ai dit, c'est le livre le plus poétique que j'aie jamais lu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyLun 22 Juin 2009 - 22:09

Argh. Une des lectures les plus éprouvantes que j'aie jamais faites.

Etudié au collège avec un prof qui se souciait peu de rendre l'œuvre compréhensible et accessible à un jeune public encore bien inculte. Du coup elle nous est apparue atrocement.... rébarbative (pour employer un vocabulaire châtié) et interminable (ce n'était pas la version Librio mais un gros pavé).
Et pourtant ce n'est pas mon genre d'accabler les enseignants. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyMar 23 Juin 2009 - 0:06

Je trouve l'idée d'étudier ça au collège délirante, dieu sait que j'adore pourtant cette oeuvre, mais il y a un temps pour tout.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyMar 23 Juin 2009 - 0:08

Arabella a écrit:
Je trouve l'idée d'étudier ça au collège délirante, dieu sait que j'adore pourtant cette oeuvre, mais il y a un temps pour tout.

C'est vrai...Cette oeuvre me semble peu appropriée pour le collège...
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyMar 23 Juin 2009 - 0:18

C'est de cette façon qu'on dégoûte les enfants de la littérature, il paraît qu'en sixième à l'heure actuelle, ils ont au programme, la Bible, le Coran, l'Iliade, l'Odyssée et l'Epopée de Gilgamesh.
Quel adulte a lu tout cela ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyMer 20 Mar 2013 - 18:37

Tristan et Iseut (12e siècle) de Béroul


Anonyme [Tristan et Iseut] 33186_10

Catapultés au milieu du récit mythique de Tristan et Iseut, nous ne devrons pas nous attendre à ce que Béroul nous livre une histoire intégrale, depuis son début jusqu’à sa fin. C’est là l’une des premières déconvenues que peut découvrir le lecteur novice, non initié aux subtilités de la littérature médiévale ; les récits, oraux avant d’être manuscrits, font partie d’une tradition qui ne doit rien au copyright et dont chacun peut se faire l’auteur dans le sens médiéval du terme : c’est-à-dire « qui augmentent (en latin, le verbe augere, « augmenter », est apparenté au mot auctor), élaborent et enrichissent un canevas légendaire hérité » (préface de Philippe Walter).


Heureusement, la préface, justement, retrace les grandes lignes de la légende et, en nous rappelant les évènements qui précèdent ceux que nous rapporte Béroul, on peut se faire une idée de ce que nous loupons. On découvre donc Tristan et Iseut dans une mise en scène des plus rusées qui n’est pas sans rappeler les plus audacieuses marivauderies, à savoir : Tristan et Iseut, amoureux fous l’un de l’autre mais d’un amour impossible puisque Madame est épouse du Roi et Monsieur en est le neveu, ont été prévenu qu’un félon avait révélé leur liaison illicite au roi. Pour donner tort à cette mauvaise langue bien informée, Tristan et Iseut décident de mettre en scène une entrevue, faisant en sorte que le roi en soit informé. Ne se doutant pas que celui-ci viendra les espionner pour confirmer ses soupçons, ils simulent une scène de déconvenue qui rassurera le roi quant aux sentiments que lui voue son épouse. Et ainsi de suite, l’histoire se poursuit sur une trame qui ne déviera guère de celle-ci. Un félon prévient le roi de quelque entrevue amoureuse volée aux lèvres de Tristan ou d’Iseut, le roi décide d’avoir le cœur net, Tristan et Iseut se dépatouillent comme de possible, parfois avec succès, mais rencontrant aussi l’échec, brodant autour de cette liaison amoureuse un va-et-vient qui s’étend du soupçon à la confiance, de la satisfaction à la frustration, de la punition au pardon. La vie entière autour de ces trois personnages principaux semble consacrée exclusivement à suivre les dénouements d’une relation triangulaire plus alambiquée que n’aurait pu l’imaginer n’importe quel petit roman de la collection Harlequin…


Anonyme [Tristan et Iseut] 10036810

Là où Tristan et Iseut se distingue (heureusement !) de la collection de livres à l’eau-de-rose, c’est dans l’origine surprenante de cet amour indéfectible qui lie les deux amants. Avec une pointe d’accent britannique –l’histoire se passe après tout aux Cornouailles- on désignera comme coupable : a lovedrink, philtre d’amour dont les effets sont toutefois limités à trois ans pour Béroul, mais dont ceux-ci seront éternels pour d’autres contributeurs médiévaux de la légende comme Thomas d’Angleterre. Tristan et Iseut en sont bien conscients et se lamentent parfois des malheurs qu’ils subissent à cause de ce simple philtre d’amour, avalé à leur insu.


« Seigneur, par le Dieu tout-puissant, il ne m’aime et je ne l’aime qu’à cause d’un breuvage que j’ai bu et qu’il a bu. Voilà notre péché ! »


On découvre également d’autres éléments burlesques que jamais aucun roman de la collection Harlequin n’oserait faire paraître : des scènes de meurtre si cruelles qu’elles en deviennent tordantes, une violence qui se déchaîne subitement puis se calme aussitôt, une franchise qui dépasse toute hiérarchie et un érotisme grivois bien caché derrière tout cela.


« La flèche part si vite que Godoïne ne peut l’éviter. Elle se plante en plein dans son œil, traverse son crâne et sa cervelle. L’émerillon et l’hirondelle n’atteignent pas la moitié de cette vitesse. La flèche n’aurait pas traversé plus vite une pomme blette. L’homme tombe, heurte un pilier et ne remue plus ni les bras ni les jambes. »


Et puis le récit de Béroul s’interrompt aussi brusquement qu’il avait commencé. Petites notes en fin de texte pour nous évoquer rapidement les suites rapportées par d’autres auteurs, afin de nous mettre l’eau à la bouche et de nous donner envie d’en savoir plus…


Anonyme [Tristan et Iseut] Trista10

Que dire de Tristan et Iseut sinon que la lecture entière de cette légende nécessite de procéder à l’accumulation de plusieurs volumes d’auteurs différents, sous peine de n’en avoir qu’une connaissance lacunaire. Pour en apprécier la lecture, sans doute faut-il se mettre à la place d’un lettré médiéval qui dégusterait le texte moins pour son intrigue saugrenue que pour ce que ses différents auteurs et ce que sa symbolique peuvent révéler sur une époque et une région. Tout un public d’auditeurs qui se réunit autour de quelques auteurs dans le périmètre défini d’une région –n’est-ce pas l’image d’une cohésion au Moyen Âge aussi spectaculaire que celle qui permet aujourd’hui de réunir plus d’un million de spectateurs autour d’un prime-time de la Star Académie ? A bon entendeur…

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptySam 15 Mar 2014 - 13:36

Une peinture bien chic...


Rogelio de Egusquiza


Anonyme [Tristan et Iseut] Rogeli10
La mort de Tristan et Iseult

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptySam 15 Mar 2014 - 14:15

Comme tu dis il faut le replacer dans l'époque. Ce que je n'avais pas pu accepter dans Tristan et Iseut quand je l'avais lu, était que leur amour était tronqué. S'il n'avait pas bu le philtre d'amour, ils ne seraient pas tombés amoureux.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyLun 17 Mar 2014 - 20:27

pia a écrit:
Comme tu dis il faut le replacer dans l'époque. Ce que je n'avais pas pu accepter dans Tristan et Iseut quand je l'avais lu, était que leur amour était tronqué. S'il n'avait pas bu le philtre d'amour, ils ne seraient pas tombés amoureux.  

 jemetate je n'avais jamais pensé à ça...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyLun 17 Mar 2014 - 21:00

colimasson a écrit:
Pour en apprécier la lecture, sans doute faut-il se mettre à la place d’un lettré médiéval qui dégusterait le texte moins pour son intrigue saugrenue que pour ce que ses différents auteurs et ce que sa symbolique peuvent révéler sur une époque et une région.

Sans compter que tous ces romans sont les miroirs des réflexions que mobilise la question de la fine amor, par rapport à laquelle le mythe de Tristan est Iseut propose un contre-point négatif : l'amour en dehors du monde.
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyMar 18 Mar 2014 - 14:22

C'est un contre-point carrément négatif ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] EmptyLun 16 Mar 2015 - 21:17

Et une illustration...


Tristan de Léonois


Anonyme [Tristan et Iseut] Trista10
Tristan et Iseult

(comme vous l'aurez deviné...)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




Anonyme [Tristan et Iseut] Empty
MessageSujet: Re: Anonyme [Tristan et Iseut]   Anonyme [Tristan et Iseut] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonyme [Tristan et Iseut]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CAHIER DES DOUZE ETAPE DES OUTREMANGEUR ANONYME
» L'herbe bleue (Anonyme)
» Hilda (Anonyme)
» Tristan G Troy => Mutant sanglant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: