Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Emmanuelle Pagano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Sam 17 Aoû 2013 - 22:16

églantine a écrit:
shéhérazade a écrit:
Ce livre, je le veux !
Moi aussi !!!!bounce 
Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shéhérazade
Agilité postale


Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Sam 17 Aoû 2013 - 23:08

Je suis en train d'écouter une émission de France Culture avec Emmanuelle Pagano : qu'est-ce qu'elle me parait fragile cette femme ! C'est incroyable !

Citation :
Emmanuelle Pagano, L'Absence d'oiseaux d'eau, L'Absence d'oiseaux d'eau - entretien avec Alain Veinstein - Du jour au lendemain - France Culture 7 mai 2010

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 1:16

shéhérazade a écrit:
Je suis en train d'écouter une émission de France Culture avec Emmanuelle Pagano : qu'est-ce qu'elle me parait fragile cette femme ! C'est incroyable !

Citation :
Emmanuelle Pagano, L'Absence d'oiseaux d'eau, L'Absence d'oiseaux d'eau - entretien avec Alain Veinstein - Du jour au lendemain - France Culture 7 mai 2010
Ah...Je vais aller l'écouter...content 
Mon prochain livre d'elle pourrait bien être Un renard à mains nues (des nouvelles).
vidéo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 2:18

shéhérazade a écrit:
Je suis en train d'écouter une émission de France Culture avec Emmanuelle Pagano : qu'est-ce qu'elle me parait fragile cette femme ! C'est incroyable !

Citation :
Emmanuelle Pagano, L'Absence d'oiseaux d'eau, L'Absence d'oiseaux d'eau - entretien avec Alain Veinstein - Du jour au lendemain - France Culture 7 mai 2010
Emmanuelle Pagano chez Alain Veinstein: à écouter, excellent complément à la lecture de L'absence d'oiseaux d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shéhérazade
Agilité postale


Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 8:00

Ah merci Coline, je n'ai pas eu la patience de réfléchir à comment mettre le lien en ligne Very Happy 

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 10:37

Tout comme coline j'ai rencontré Emmanuelle Pagano avec Les adolescents troglodytes et surtout j'ai découvert un écrivain avec une langue et une atmosphère, une manière de dire particulière, une attention à l'autre et du style.
J'ai poursuivi cette rencontre avec Les mains gamines, que j'ai beaucoup moins aimé, la violence du thème (attouchement sur enfant) ou une narration qui m'a semblé faire du sur-place m'ont empêché de m'attacher à ce second roman.

L'Absence d'oiseaux d'eau, j'avoue que je n'ai pas eu le courage de le lire. La construction me paraissait alambiquée et j'ai eu peur de l'intrusion 'impudique' d'un lecteur dans une histoire de 'couple'.
Mais le commentaire de coline (celui-là je ne l'ai pas effacé...) me donne envie de tenter l'aventure.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 12:11

shanidar a écrit:
Tout comme coline j'ai rencontré Emmanuelle Pagano avec Les adolescents troglodytes et surtout j'ai découvert un écrivain avec une langue et une atmosphère, une manière de dire particulière, une attention à l'autre et du style.
Ils écrivent très différemment mais il me semble avoir eu le même choc littéraire en découvrant Emmanuelle Pagano que lorsque j'ai découvert Laurent Mauvignier. Dont j'ai tout lu maintenant, et que je suis avec attention. Dont j'attends les publications.

shanidar a écrit:
L'Absence d'oiseaux d'eau, j'avoue que je n'ai pas eu le courage de le lire. La construction me paraissait alambiquée et j'ai eu peur de l'intrusion 'impudique' d'un lecteur dans une histoire de 'couple'.
Mais le commentaire de coline (celui-là je ne l'ai pas effacé...) me donne envie de tenter l'aventure.
Pour contourner l'obstacle, ce que je n'ai pas assez fait (et j'ai vu après, sur le Net, que je ne suis pas la seule), il faut le lire en se disant qu'il est bien spécifié sur la quatrième de couverture "roman"! content
Les bons écrivains sont des ensorceleurs, ils nous embarquent dans leurs histoires et nous laissent avec nos impressions, nos ressentis, nos questions...Et surtout avec l'admiration qu'on leur voue pour ces "voyages" qu'ils nous font faire dans les méandres de l'âme humaine, ceux des paysages et de la langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 18 Aoû 2013 - 19:39

Ce que tu dis me convainc complètement coline.
Quant à Mauvignier, j'ai lu de lui Loin d'eux qui m'a tellement déprimée que je n'ai pas poursuivi.

Petite citation tirée d'une interview parue dans Le Matricule des Anges :

"Dans Les Adolescents troglodytes, je voulais qu'il y ait des fleurs bleues, des gentianes ou des ancolies. Parce qu'il me fallait une meurtrissure et de l'ombre".

J'ai l'impression que cette phrase pourrait correspondre à tous les écrits de Pagano.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Lun 19 Aoû 2013 - 7:59

shanidar a écrit:
Quant à Mauvignier, j'ai lu de lui Loin d'eux qui m'a tellement déprimée que je n'ai pas poursuivi.
faudrait lui donner encore une chance avec Des hommes drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Lun 19 Aoû 2013 - 10:22

kenavo a écrit:
shanidar a écrit:
Quant à Mauvignier, j'ai lu de lui Loin d'eux qui m'a tellement déprimée que je n'ai pas poursuivi.
faudrait lui donner encore une chance avec Des hommes drunken
Ou avec Dans la foule...ou aussi Ce que j'appelle l'oubli...Ceux d'à côté...
Mais c'est tellement difficile à conseiller Laurent Mauvignier! Si ses textes nous parlent ils restent à jamais dans nos mémoires, et leur musique aussi. C'est rare!
Je comprends également qu'on puisse y être réfractaire. Ils sont très noirs.
Je suis aussi très marquée par Apprendre à finir.

J'ai l'impression que les textes d'Emmanuelle Pagano ont cette même force, cette même efficacité à parler de l'esprit humain. Et la poésie aussi des images et de la langue. Plus présente que chez Mauvignier.
Cette citation est en effet superbe et évocatrice:
"je voulais qu'il y ait des fleurs bleues, des gentianes ou des ancolies. Parce qu'il me fallait une meurtrissure et de l'ombre".
J'en ai souligné plein d'autres.
La métaphore de l'homme-fleuve filée dans L'absence d'oiseaux d'eau est absolument inouïe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Ven 27 Sep 2013 - 15:09

L'Absence d'oiseaux d'eau.

Il est incontestable que le projet d'Emmanuelle Pagano : raconter à travers des lettres écrites à un homme une passion dont on ne sait si elle relève de l'autofiction ou de la pure fiction est une manière dangereuse de parler d'écriture et des corps.

La langue comme toujours dans l'œuvre de Pagano est sublime, riche, poétique, répétitive, sans fard, puissante, au bord de l'ivresse ou du typhon.
Le regard porté sur l'acte d'écriture et en particulier sur l'acte d'écrire une lettre, donc de s'adresser directement à quelqu'un, sachant que le projet a pour vocation à être publié et donc que le lecteur est là, attentif, comme regardant par dessus l'épaule de l'écrivaine est dérangeant.
Les passionnantes réflexions sur l'écrit rappelle Duras, pour ce qu'elles disent de la douleur du dire, de la solitude, des silences nécessaires, des retraits imposés par les personnages qui prennent vie.

Mais ici pas de personnages ou trop, à moins qu'il ne s'agisse que d'un seul. Cet autre... cet écrivain à qui la narratrice s'adresse et dont nous n'avons pas les réponses.

Ce livre est un livre très fort, pour ce qu'il dit du désir, de la passion et de la chair, pour ce qu'il exprime des eaux masculines féminines qui se mélangent, s'étouffent, se mêlent et s'évaporent.

Et je suis malgré tout obligée de dire que ce livre a été très étouffant à lire, très désagréable à contenir, parce qu'il est sans doute impossible au lecteur (en tout cas pour moi) d'éprouver du plaisir à lire tant de confessions féminines. J'ajoute que le talent de Pagano n'a absolument rien à voir avec mon sentiment, mais qu'il s'agit seulement d'une défense toute personnelle. J'éprouve un malaise profond à toute forme de dévoilement intime et j'ai bien du mal, ici, à trouver les mots pour parler de ce 'roman' sans lui faire mal, sans l'abimer ou le tordre, car il s'agit vraiment d'un livre rare mais impossible pour moi à apprécier...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Sam 16 Nov 2013 - 16:10

shanidar a écrit:
L'Absence d'oiseaux d'eau.

Ce livre est un livre très fort, pour ce qu'il dit du désir, de la passion et de la chair, pour ce qu'il exprime des eaux masculines féminines qui se mélangent, s'étouffent, se mêlent et s'évaporent.

Et je suis malgré tout obligée de dire que ce livre a été très étouffant à lire, très désagréable à contenir, parce qu'il est sans doute impossible au lecteur (en tout cas pour moi) d'éprouver du plaisir à lire tant de confessions féminines. J'ajoute que le talent de Pagano n'a absolument rien à voir avec mon sentiment, mais qu'il s'agit seulement d'une défense toute personnelle. J'éprouve un malaise profond à toute forme de dévoilement intime et j'ai bien du mal, ici, à trouver les mots pour parler de ce 'roman' sans lui faire mal, sans l'abimer ou le tordre, car il s'agit vraiment d'un livre rare mais impossible pour moi à apprécier]
coline a écrit:
Personnellement, penser qu’il ne s’agissait pas d’une fiction m’a placée en position gênée de lecteur voyeur.
coline a écrit:
Pour contourner l'obstacle, ce que je n'ai pas assez fait (et j'ai vu après, sur le Net, que je ne suis pas la seule), il faut le lire en se disant qu'il est bien spécifié sur la quatrième de couverture "roman"! content
Les écrivains sont des ensorceleurs, ils nous embarquent dans leurs histoires et nous laissent avec nos impressions, nos ressentis, nos questions...Et surtout avec l'admiration qu'on leur voue pour ces "voyages" qu'ils nous font faire dans les méandres de l'âme humaine, ceux des paysages et de la langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Sam 16 Nov 2013 - 16:19

Nouons-nous.


J’adore ce titre !
Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un recueil de très nombreux fragments où Emmanuelle Pagano donne la parole, plus ou moins longuement, à des narrateurs divers.
Hommes, femmes, homos ou hétéros, de tous âges et de toutes conditions, évoquent ce qui les lie, ce qui ne les lie plus, ce qui les a déliés ou liés à un autre être.
Ce lien est parfois d’amour, mais pas toujours.
D’une histoire à l’autre, il est sentimental ou charnel. Tendre ou cruel. Réel ou rêvé. Drôle ou émouvant. Banal ou sublimé. Jusqu'à la poésie.

Emmanuelle Pagano nous promène, souvent en pays de connaissance, sur toute la palette des émotions vécues dans ce lien qui nous attache à l’autre, ce lien que nous appelons de tous nos vœux : l’amour. Un rêve de toujours, un espoir, le désir, un bonheur plus ou moins éphémère, une paix. Et puis l’habitude, la désillusion, et voilà alors son contraire, le désamour, suivi de la séparation, de tant de blessures et de nostalgie.

L’ensemble de ces fragments compose une très belle lecture, sensible.

Extraits :

« Avant de la connaître, je parlais seul chez moi. J’étais un célibataire endurci et maniaque. Je me faisais la conversation tout seul tout haut tout le temps. Elle m’a enlevé cette manie. Depuis qu’elle n’est plus là, c’est le silence, qui est fait de l’absence de sa voix, de la mienne y répondant. ».

«Il avait une manière apaisante de vivre les silences. Je n’avais jamais peur de me taire avec lui.»

« Tout ce que je ne lui ai pas donné, je ne l’ai pas gardé, tout ce que je ne lui ai pas donné je l’ai perdu. »

« Nous n’avons jamais pleuré en même temps. »

«Il y a longtemps sans elle maintenant. Je commence à m’habituer à la solitude, à la petite tristesse de sept heures du soir.»

« Il est si loin de moi, il n’est plus qu’une idée dans mes rêves, il est ce qu’il y a de plus loin »

« Nous vieillissons. J’aime les changements de l’âge sur lui, les rides et les plis, l’apparition de grains de beauté et de taches de vieillesse. Je me demande si ces motifs naissent tout d’un coup, ou petit à petit. Je guette les traces de ces éclosions sur lui. Le temps pollinise sa peau de fleurs, d’ocelles, d’étoiles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature


Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 17 Nov 2013 - 14:37

Merci Coline pour cette critique de Nouons- nous (moi aussi j'adore le titre!). Je vais me laisser tenter car comme nos goûts sont proches, je suis sûre de ne pas être déçue Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Dim 17 Nov 2013 - 15:18

Cachemire a écrit:
Merci Coline pour cette critique de Nouons- nous (moi aussi j'adore le titre!). Je vais me laisser tenter car comme nos goûts sont proches, je suis sûre de ne pas être déçue Very Happy 
Wink
Je l'espère car la forme (fragments) est un peu surprenante.

Et je suis très heureuse de te retrouver par ici Cachemire!:content:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emmanuelle Pagano   Aujourd'hui à 21:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Emmanuelle Pagano
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Soeur Emmanuelle
» Les meurtriers présumés d'Emmanuelle Letru devant le tribunal
» Bonne Fête Emmanuelle...Bonne Fête Musica...
» Emmanuelle Beart
» Capital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: