Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 15:09

Arabella a écrit:
Nezumi a écrit:

Salammbô, au delà de sa valeur littéraire et de la beauté de la langue flaubertienne, c'est également du divertissement grandiose, du grand spectacle en technicolor pour les lecteurs de l'époque. Wink

C'est d'ailleurs étrange, je me trompe peut être, mais cela n'a jamais été tourné en film, et c'est vrai que cela aurait fait un peplum du tonnerre.

Ce serait gâché la beauté évocatrice du texte que de tenter une adaptation ciné (même au top comme maintenant côté technologie!) de Salammbô...le plus beau est toujours celui que l'on se fabrique dans sa tête
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 16:25

Chatperlipopette a écrit:

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 19:17

Le contraste est de plus en plus saisissant entre Carthaginois et Barbares.

Les Carthaginois sont riches, rafinés, mais aussi rusés et cruels, tandis que les mercenaires se révèlent brutes épaisses, et soudards manipulables à l'envi. Spendius a beau jeu de les mener par où bon lui semble.
De même, Salammbô est l'incarnation parfaite de la féminité, belle et mystérieuse jeune fille à la sensualité en éveil, quasi déifiée. Et par opposition, les femmes accompagnant les soldats, même parées, nous apparaissent rustres et soumises, et le moins que l'on puisse dire est que Flaubert n'en fait pas un portrait flatteur. Les enfants eux-aussi sont contaminés par la crasse et la sauvagerie ambiante dans cette versatile armée de bric et de broc.

"Au milieu des valets et des vendeurs ambulants circulaient des femmes de toutes les nations, brunes comme des dattes mûres, verdâtres comme des olives, jaunes comme des oranges, vendues par des matelots, choisies dans des bouges, volées à des caravanes, prises dans le sac des villes, que l'on fatiguait d'amour tant qu'elles étaient jeunes, qu'on accablait de coups lorsqu'elles étaient vieilles, et qui mouraient dans les déroutes au bord des chemins, parmi les bagages, avec les bêtes de somme abandonnées. Les épouses des Nomades balançaient sur leurs talons des robes en poil de dromadaire, carrées et de couleur fauve ; des musiciennes de la Cyrénaïque, enveloppées de gazes violettes et les sourcils peints, chantaient accroupies sur des nattes : de vieilles Négresses aux mamelles pendantes ramassaient, pour faire du feu, des fientes d'animal que l'on desséchait au soleil ; les Syracusaines avaient des plaques d'or dans la chevelure, les femmes des Lusitaniens des colliers de coquillages, les Gauloises des peaux de loup sur leur poitrine blanche ; et des enfants robustes, couverts de vermine, nus, incirconcis, donnaient aux passants des coups dans le ventre avec leur tête, ou venaient par-derrière, comme de jeunes tigres, les mordre aux mains."

Je ne sais pas ce que vous pensez de Mathô, mais pour l'instant il me fait l'effet d'un grand benêt. Certes un très bon guerrier possédant une certaines aura lui permettant de commander, mais peu apte à autre chose. Il réagit comme une adolescente amourachée, pleurnichant et se lamentant, et si Spendius n'était pas là pour le mener par le bout du nez il ne réaliserait probablement pas grand-chose.

Un coupe hétéroclite souvent vu dans la littérature, l'un possédant la force et la beauté, l'autre, petit et malingre, la faconde et la ruse. Et c'est bien le second qui, contrairement aux apparences, mène la danse en coulisses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 19:44

Armor-Argoat a écrit:

Je ne sais pas ce que vous pensez de Mathô, mais pour l'instant il me fait l'effet d'un grand benêt. Certes un très bon guerrier possédant une certaines aura lui permettant de commander, mais peu apte à autre chose. Il réagit comme une adolescente amourachée, pleurnichant et se lamentant, et si Spendius n'était pas là pour le mener par le bout du nez il ne réaliserait probablement pas grand-chose.

La puissance de Mathô réduite à l'état de loque (et cela ne va pas aller en s'arrangeant), cela montre la force dévastatrice de l'amour. (presque un titre à la BC jemetate )
En tout cas, quand j'étais ado, il m'émouvait beaucoup et j'en étais limite amoureuse.

Citation :

Un coupe hétéroclite souvent vu dans la littérature, l'un possédant la force et la beauté, l'autre, petit et malingre, la faconde et la ruse. Et c'est bien le second qui, contrairement aux apparences, mène la danse en coulisses.


Oui, l'un a le physique et l'autre le cerveau (Lennie et George dans Des Souris et des hommes, Obélix et Astérix...).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 20:13

Nezumi a écrit:

La puissance de Mathô réduite à l'état de loque (et cela ne va pas aller en s'arrangeant), cela montre la force dévastatrice de l'amour. (presque un titre à la BC jemetate )
En tout cas, quand j'étais ado, il m'émouvait beaucoup et j'en étais limite amoureuse.

Flaubert fait quand même sur ce coup là pour montrer la force dévastatrice de l'amour, surtout après un seul échange de regards ! laugh Mais bon ça aussi c'est toute une époque, aujourd'hui ça ne passerait plus. ( sauf avec BC)

Mais je ne vais pas critiquer le héros de ton adolescence, il faut respecter nos premiers émois. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 21:26

Citation :

Un coupe hétéroclite souvent vu dans la littérature, l'un possédant la force et la beauté, l'autre, petit et malingre, la faconde et la ruse. Et c'est bien le second qui, contrairement aux apparences, mène la danse en coulisses.


Oui, l'un a le physique et l'autre le cerveau (Lennie et George dans Des Souris et des hommes, Obélix et Astérix...).[/quote]

Bouvard et Pécuchet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Dim 12 Juil 2009 - 22:38

Armor-Argoat a écrit:

Flaubert fait quand même sur ce coup là pour montrer la force dévastatrice de l'amour, surtout après un seul échange de regards ! laugh Mais bon ça aussi c'est toute une époque, aujourd'hui ça ne passerait plus. ( sauf avec BC)

Mais je ne vais pas critiquer le héros de ton adolescence, il faut respecter nos premiers émois. Wink

Il n'en faut pas beaucoup plus au héros de l'Education sentimentale pour s'enflammer. Oui, on a du mal à imaginer tous ces élans romantiques dans une oeuvre actuelle, ou alors c'est ridicule ou kitsch (BC) . Wink

Et tu peux critiquer Mathô tant que tu veux Very Happy . Aujourd'hui moi aussi je le trouve un peu risible dans ses affres amoureuses. Mais Salammbô est vraiment un roman troublant quand on le découvre jeune (des scènes et allusions assez osées et surprenantes dans un "grand classique").
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Lun 13 Juil 2009 - 8:20

Nezumi a écrit:

Il n'en faut pas beaucoup plus au héros de l'Education sentimentale pour s'enflammer. Oui, on a du mal à imaginer tous ces élans romantiques dans une oeuvre actuelle, ou alors c'est ridicule ou kitsch (BC) . Wink

Et tu peux critiquer Mathô tant que tu veux Very Happy . Aujourd'hui moi aussi je le trouve un peu risible dans ses affres amoureuses. Mais Salammbô est vraiment un roman troublant quand on le découvre jeune (des scènes et allusions assez osées et surprenantes dans un "grand classique").

Je ne peux qu'être d'accord. J'ai lu sans pour la première fois vers 13 ans et Mathô m'a fait le même genre d'effets. laugh

Et oui notre sensibilité n'est plus la même qu'au XIXem siècle. Quand les gens trouvent ces histoires d'amour au premier coup d'oeil invraisemblables, j'ai envie de citer Berlioz, qui a épousé sa première femme sans presque la connaître, après l'avoir vu jouer Ophélie au théâtre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Lun 13 Juil 2009 - 14:29

Mathô est l'amoureux "romantique" typique: exaltation, violence larvée dans les mots, éternelle souffrance qu'il aime étaler et dont il aime parler. Moi, je l'aime bien et il m'émeut beaucoup. Certes, il peut avoir des aspects pénibles mais son amour est entier, tout feu tout flamme, unique et immense.
Quant à Salammbô, elle est l'incarnation de la beauté féminine et de la sensualité mystérieuse et fondamentale. Elle est magnifiée par le culte de la lune et l'adoration dont elle fait l'objet par Mathô.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 21:29

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais après l'admiration de départ, je suis un peu saoûlée par Salammbô. Saoûlée par tout ce bruit, cette fureur, toutes ces pierres précieuses qui ruissellent, ce sang, cette barbarie... J'en ai mal à la tête !
Un peu trop de descriptions également, pourtant très évocatrices, mais je me perds dans les dédales des temples et la fureur des combats ! Wink

J'avais déjà eu du mal avec Salammbô en cinquième ; je pensais que cela était dû à mon âge, mais je dois me rendre à l'évidence. J'aime infiniment plus le Flaubert des Trois Contes que celui de Salammbô.

Maintenant, restent le talent de Flaubert, la maîtrise de l'écriture, la beauté évocatrice des descriptions, nul doute que Salammbô est un grand livre, le problème vient bel et bien de moi.

Après plusieurs jours à tergiverser, à lire quelques pages, le reposer, puis reprendre, je crois que je vais commencer autre chose.
Je souhaite toutefois le finir, je vais donc le garder au pied du lit et en lire quelques pages de temps à autre.

Excusez-moi de vous abandonner ainsi, mais ce n'est vraiment pas le bon moment ; je n'arrive plus à éprouver du plaisir en le lisant ( hormis pour certains passages), ce serait dommage de passer à ce point à côté !
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 21:57

Il y a des livres qui nous font emprunter d'étranges cheminements Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 22:31

J'ai quand même un peu honte sur ce coup là. Embarassed ( Pour une première lecture en commun en plus, je vais me faire une belle réputation ! )
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 22:33

Armor-Argoat a écrit:
( Pour une première lecture en commun en plus, je vais me faire une belle réputation ! )
mais non.. cela peut arriver à tout le monde à tout les moments..

et surtout toi tu seras toujours excusée - tes desserts au bar sont trop bon diablotin

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 23:01

kenavo a écrit:

et surtout toi tu seras toujours excusée - tes desserts au bar sont trop bon diablotin

laugh
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   Mar 14 Juil 2009 - 23:02

Armor-Argoat a écrit:
J'ai quand même un peu honte sur ce coup là. Embarassed ( Pour une première lecture en commun en plus, je vais me faire une belle réputation ! )
N'importe quoi!!! Quand on ne peut pas lire avec plaisir un roman, il n'y a aucune honte à le laisser de côté le temps de trouver le bon moment pour le reprendre. J'ai bien lâché en cours de route la lecture de Döblin (trop de livres lus en même temps...ce fut une bonne leçon) pour l'achever tranquillement plus tard....et être plus que satisfaite de cette découverte!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lecture en commun - Flaubert (Salammbô)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» Flaubert.
» un peu de lecture
» initiation à la lecture
» Lecture libre et gratuite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: