Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Kim Young-Ha [Corée]

Aller en bas 
AuteurMessage
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeSam 6 Juin 2009 - 18:00

Kim Young-Ha [Corée] Kimyou10
KIM Young-Ha, né en 1968, a passé une partie de son enfance dans la zone démilitarisée qui borde la frontière avec la Corée du Nord. Pour écrire L’Empire des lumières, il a rencontré plusieurs réfugiés nord-coréens qui lui ont fourni beaucoup d’informations sur le régime de Pyongyang. Mais il dit que son roman est né d’une phrase de Paul Valéry : "Tantôt je pense, tantôt je suis." Cette phrase trouve un écho dans celles que prononce l’agent secret : "Je croyais que tous les gens aimaient comme moi réfléchir à des choses abstraites. Mais en réalité, tout ce qu’ils veulent, c’est survivre."
Il a écrit également La mort à demi-mots et Fleur noire.

Complément de biographie :
Citation :
"Fils de militaire, il a connu une enfance itinérante. Enfant, suite à une intoxication au gaz de charbon, il perdit tout souvenir antérieur à l'âge de 10 ans. Il poursuivit ses études à l'université Yonsei.

C'est après son service militaire, en 1995, qu'il se consacre à sa carrière d'écrivain. Parallèlement il anime une émission littéraire sur la radio sud-coréenne.

Son œuvre est publiée en plusieurs langues et il s'est vu décerné le prix Dong-in pour son roman historique Fleur Noire."
(merci Wikipedia).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeSam 6 Juin 2009 - 18:01

L'empire des lumières
Kim Young-Ha [Corée] Empire10

Quatrième de couverture : Kim Kiyeong, importateur de films étrangers, père de famille sans histoire, voit sa vie basculer à la lecture d'un haïku de Bashô. Les vers du célèbre poète japonais contiennent un message codé qui le replonge dans un lointain passé. Vingt ans plus tôt, Kiyeong quittait clandestinement la Corée du Nord pour infiltrer Séoul ; l’absence de mission a finalement fait de lui un agent dormant. Son brusque réveil le place au moment du choix : va-t-il obéir à l'ordre de rentrer en Corée du Nord, ce qui peut-être signe aussi son arrêt de mort ?
Il a vingt-quatre heures pour se décider, vingt-quatre heures dont chacune forme un chapitre du livre, en un compte à rebours où le temps s'accélère, comme si c'était sa dernière journée à vivre. Tandis qu'il retrouve ses réflexes d'agent secret, filé, épié, surveillé, Kiyeong fait un retour sur son passé, les choix et les hasards qui l'ont amené jusque-là, la fidélité et la trahison à soi-même, à ses idéaux de jeunesse.
L'Empire des lumières est un roman où la nécessité de penser sa vie et la société où elle se déroule devient une urgence, une question de vie et de mort. Et c est un roman riche et fascinant car, à la fois, il nous propose une lecture critique et très éclairante des vingt dernières années de la Corée du Sud et du Nord, et il nous attache passionnément au destin d'un homme qui voulait changer le monde et découvre que c'est le contraire qui est arrivé.

Mon avis : Je suis enchantée d’avoir découvert la littérature coréenne avec ce livre qui m’a vraiment plu autant par son esthétique soignée que par son contenu passionnant. Cette chronique d’une vie quotidienne d’une famille de la classe moyenne urbaine, pourrait sembler fade, mais le suspense s’y introduit très vite et, étant donné que le roman se déroule sur 24 heures, l’aspect « course contre la montre » fonctionne à merveille. Le personnage principal, Kiyeong, reçoit tout d’abord un message mystérieux qui lui enjoint de retourner au Nord, lui qui vit en Corée du Sud depuis vingt ans. Estomaqué par cette nouvelle, il passe sa journée à s’interroger sur ce qu’il est devenu, sur le regard qu’il porte sur son nouveau pays, sur la meilleure façon d’agir pour lui, tout en se remettant en mémoire beaucoup d’aspects oubliés de sa première vie : les films qu’il n’avait jamais vus, les appartements-harmonicas, les parties de pêche avec son père, le « paradis socialiste »… Sa femme Mari, qui ne connaît rien de cette vie secrète de Kiyeong, passe de son côté et pour d’autres raisons, une journée bien inhabituelle, ainsi que la jeune Hyeon-Mi, leur fille à tous les deux. J’ai éprouvé beaucoup d’empathie pour ces personnages, avec leurs petits défauts, leurs compromissions, leurs tentatives pour réagir à un quotidien un peu morne. La jeune Hyeon-Mi, à la fois idéaliste et réfléchie, observatrice avisée de ses contemporains, est particulièrement attachante.
L’écriture est parfois assez neutre, transcrivant les dialogues et les actions, parfois plus poétique, pour les souvenirs des personnages, où quelques phrase sonnent comme des haïkus. J’ai beaucoup aimé celle-ci :
La nuit lorsque les branches se brisaient sous le poids de la neige, le vieux couple faisait l’amour en silence.
La réflexion sur l’identité, « Qui est-on, celui qu’on était à la naissance ou celui qu’on est devenu ? », est très riche et la psychologie des personnages très réussie.
Une belle découverte que je vous ferez aussi, je l’espère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeSam 6 Juin 2009 - 19:22

Ce livre paraît très intéressant ! Very Happy Merci d'avoir ouvert ce fil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 14 Juil 2010 - 14:33

Le centre culturel coréen (2 avenue d'Iena 75016 Paris) organise un concours pour gagner des livres coréens et des ordinateurs portables. Il faut envoyer un commentaire de maximum 10 pages (15000 signes) du livre de Kim Young-ha "Fleur noire" qui raconte l'arrivée au Mexique au début du xxe siècle de 1033 coréens ... Pour moi unprolongement du film "Japon" de Carlos Reygadas. Je suis tente par l'exercice et surtout par la lecture de ce livre. Il faut envoyer le texte avant le 25 septembre.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeVen 29 Avr 2011 - 12:07

Kim Young-Ha [Corée] Arton24241-b4fe7

Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ?
Citation :
Un type coincé dans un ascenseur, un homme que l’amour rend invisible, un écrivain qui n’a pas d’ombre, un vampire. quatre nouvelles drôles et savoureuses, au bord du fantastique, de l’auteur de La Mort à demi-mots, de Fleur Noire et de L’Empire des lumières.

En Corée, Kim Young-ha est considéré comme l'écrivain le plus branché sur la modernité, maniant parfaitement l'ironie et la dérision dans la description de ses contemporains aux prises avec les contradictions et les compromissions de la société actuelle, urbaine et technologique. Le recueil de quatre nouvelles intitulé "Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur" en est la confirmation : l'auteur possède un style alerte et narquois qui fait mouche, dans des histoires teintées de fantastique, relevées par humour absurde de bon aloi. C'est rapide, cinglant, brillant et, c'est le revers de la médaille, oubliable assez rapidement. On apprécie cependant sa façon de se réapproprier des thèmes éculés : chez Kim, les vampires sont mélancoliques et n'ont plus de mordant, les hommes amoureux perdent peu à peu leur enveloppe corporelle et les écrivains sont tellement inutiles qu'ils en perdent leur ombre. Kim Young-ha, dans ces quatre nouvelles d'une trentaine de pages chacune, fait penser à un Kafka light qui aurait regardé trop de films burlesques. Quant à savoir ce qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur, si vous y tenez, sachez que vous courez le risque d'y perdre un peu de votre santé mentale. Prenez plutôt les escaliers !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 21:25

Kim Young-Ha [Corée] Kim-ho10
(en couverture : (c) Suitman loves to ride-N°8/Suitman aka Young Kim)


Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? (Elevator e kin geunamjaneun otoke deotna ?, 1999). Nouvelles traduites du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel. Editions Philippe Picquier. 144 pages.

Ce recueil est composé de quatre nouvelles.

1/ Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? (34 pages).
Citation :
"La vie vous réserve parfois de drôles de journées. Ça commence dès le réveil, vous avez le pressentiment que tout ira de travers. Ensuite, ce n'est plus qu'une succession d'événements comme il n'en arrive qu'une fois dans la vie. A croire qu'ils n'attendaient que l'occasion de vous tomber dessus. C'est exactement ce genre de journée que j'ai eue aujourd'hui." (page 5).
Le narrateur se rase : la tête du rasoir se casse. Du coup, sa tête est un peu asymétrique. Mais il faut qu'il aille bosser, vite-vite, il risque d'être en retard. Alors qu'il dévale les escaliers, il remarque que "la porte palière de la cage d'ascenseur était ouverte et la cabine immobilisée entre le quatrième et le cinquième étage. Deux jambes pendaient dans le vide, un des pieds avait perdu sa chaussure." (page 6).
Notre héros veut prévenir les secours, il lui faut un téléphone. Alors qu'il arrive dans une cabine téléphonique, son bus ayant du retard, il se rend compte qu'il a oublié son portefeuille chez lui.

Plutôt que de remonter le chercher, il s'embarque dans des histoires à n'en plus finir, puisque sa carte de transport est aussi dans son portefeuille. Et il arrive aventures tirées par les cheveux sur aventures pas croyables.

Cela dure 34 pages, mais la nouvelle en paraît beaucoup plus. On a bien compris qu'il allait arriver problème sur problème, encore et encore, même les plus incroyables.
Et on s'en fiche, parce que finalement ça n'est pas si incroyable que ça, plutôt invraisemblable dans son accumulation. On attend poliment que ça se finisse.
Je n'ai peut-être pas compris où l'auteur voulait en venir. Est-ce censé être drôle ? Ou bien une critique de quelque chose ? De la vie contemporaine ? Ça ne va vraiment pas bien loin.

Note : on peut lire la nouvelle en entier sur le site de Philippe-Picquier : http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=749&cid=


2/ Vampires. 30 pages.
Citation :
"Depuis la sortie de mon roman La Mort à demi-mots, l'an dernier, je reçois parfois des lettres et des coups de téléphone pour le moins insolites. A croire que les lecteurs me confondent avec le narrateur de mon livre, un personnage singulier, consultant en suicides." (page 39).
L'auteur se met donc en scène pour ancrer l'histoire dans le réel. Au passage, son roman La Mort à demi-mots, bien que ne m'ayant pas laissé un souvenir impérissable (je l'ai lu il y a longtemps) n'était pas si mal que ça.
Bref. Kim reçoit une grosse enveloppe contenant l'histoire d'une femme, qui lui téléphone d'ailleurs pour lui demander conseil. Notre auteur lit le récit de sa vie, comment elle s'est mariée à un homme qu'elle soupçonne être un vampire. Ça n'est pas mal, finalement. Il n'y a rien de particulier dans l'histoire, mais elle se laisse lire sans déplaisir.


3/ L'Amour à haute tension. 33 pages.
Citation :
"Le devin qu'il était venu consulter avait prononcé des paroles bien curieuses :
- Ne tombez jamais amoureux. Ce serait très dangereux pour vous. [...] Si un jour il vous arrivait de tomber amoureux fou d'une femme...
Il s'était interrompu et avait secoué la tête avant de reprendre :
- ... vous disparaîtriez.
- Vous voulez dire que je mourrais ?
- Non, il est juste écrit que vous disparaîtrez. C'est pourquoi je vous conseille vivement de ne pas tomber amoureux." (page 69).
Notre héros est marié ; sa mère, assez pénible, loge chez son fils et sa belle-fille. Bien sûr, il va tomber vraiment amoureux, et il adviendra ce qui était prédit.
Une sorte de conte lisible.


4/ L'homme qui n'avait pas d'ombre. 42 pages.
Le narrateur est un romancier. Il parle un peu de lui, il résilie l'abonnement à un journal pour cesser de lire les mauvaises nouvelles du monde, il cuisine ("Puis je délayai le curry dans un peu d'eau froide et le versai dans le récipient. Enfin, je fis sauter les carottes et les oignons coupés en dés dans une poêle.", page 107). Après, il faut qu'il travaille un peu, il a un manuscrit à rendre !
Mais deux coups de fils surviennent, un ami rapplique, et on va en apprendre plus sur notre narrateur, sur sa vie, ses ami(e)s. Ajoutez une pincée de paranormal, saupoudrez de nostalgie, et servez !
Pas exceptionnel, mais très lisible.


Même si, généralement, la nouvelle titre d'un recueil est la meilleure, ce n'est vraiment pas le cas dans celui-ci. Toutefois, le niveau ne s'élève jamais très haut.
C'est très vite lu, et assez vite oublié : l'auteur arrive généralement à mettre en place une atmosphère, mais les histoires sont souvent trop faibles.
Je suspecte tout de même de plus en plus que mon affinité avec la Corée (ses livres, ses films) n'est pas très grande.
Un voyage, un jour, peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 21:44

Tiens, j'en ai parlé de ce livre quelque part (one shot ?). Tu as raison, je pense que la Corée te plairait moins que le Japon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 21:55

traversay a écrit:
Tiens, j'en ai parlé de ce livre quelque part (one shot ?). Tu as raison, je pense que la Corée te plairait moins que le Japon.
Argh, oui, le fil existait déjà, c'est très curieux, je ne l'avais pas trouvé.
J'ai fusionné le tout, ajouté la bio wikipedienne dans le premier post (le fait qu'il ait oublié dix ans de sa vie, ça doit marquer d'une certaine façon) et mis son nom de famille en majuscule, histoire qu'on s'y repère un peu

Alors, oui, tu as raison, Traversay, c'est assez oubliable. Je n'y ai pas tellement vu d'influence de Kafka, par contre. Il y a un peu d'absurde, mais pas kafkaien, en tout cas je ne l'ai pas vu/lu comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 22:05

eXPie a écrit:

Argh, oui, le fil existait déjà, c'est très curieux, je ne l'avais pas trouvé.

Tssss.....Il est pourtant dans l'index des auteurs. Faudrait pas oublier de le regarder. diablotin

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitimeMer 29 Aoû 2012 - 22:10

Arabella a écrit:
eXPie a écrit:

Argh, oui, le fil existait déjà, c'est très curieux, je ne l'avais pas trouvé.

Tssss.....Il est pourtant dans l'index des auteurs. Faudrait pas oublier de le regarder. diablotin
C'est vraiment bizarre, j'avais regardé, en plus. Je n'ai plus les yeux en face des trous, je crois. Il faut que je Sleep d'urgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Kim Young-Ha [Corée] Empty
MessageSujet: Re: Kim Young-Ha [Corée]   Kim Young-Ha [Corée] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Young-Ha [Corée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» My Little Young Box

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: