Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Julie Wolkenstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophie
Sage de la littérature


Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Julie Wolkenstein   Dim 14 Juin 2009 - 0:04




Née en 1968 à Paris, Julie Wolkenstein est la fille de l'académicien Bertrand Poirot-Delpech. Spécialiste de Henry James, sur lequel elle a écrit une thèse, elle enseigne la littérature comparée à l'université de Caen.

Elle est l'auteur de cinq romans, tous parus aux éditions P.O.L. Le dernier d'entre eux, L'Excuse, paraît en 2008 dans le cadre de la rentrée littéraire.


Dernière édition par Sophie le Dim 14 Juin 2009 - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Sophie
Sage de la littérature


Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Dim 14 Juin 2009 - 0:32

Julie Wolkenstein avait fait, lors de la sortie de son premier roman, Juliette ou la Paresseuse un début remarqué et remarquable en littérature. On avait à l'époque loué, notamment, l'ingénieuse construction de son roman. Telle une éminente criminelle attendue par une brigade de lecteurs, la voilà qui récidive et frappe de nouveau là où ça fait plaisir : une intrigue savamment orchestrée, habitée de personnages drôles et misérables, qui chacun leur tour, semblent faire les yeux doux à leur créatrice pour empocher un brin d'intérêt et d'existence. Le tout entre passé et présent, récit narratif et révélation manuscrite, réflexions introspectives tendues d'une psychologie pointilleuse qui nous font penser que madame Wolkenstein connaît bien (trop ?) la nature humaine. À l'image de David Lodge, elle nous entraîne dans les remous d'un colloque de province consacré à Ann Hellbrown, auteur oubliée, qui aurait décidé de ne plus écrire à la mort de son mari. Son ancienne maison, dans une petite ville de l'ouest de la France, à l'atmosphère mystérieuse, sera le théâtre des opérations. Voilà un début plutôt curieux. Ça renifle l'ennui universitaire me direz-vous, la poussière ensommeillée et l'inattention dissimulée. Détrompez-vous. Le colloque, organisé par un jeune bellâtre à l'ambition certaine, et fréquenté entre autres, par un motard mystérieux, une spécialiste américaine complètement névrosée ou une novice qui ne s'en laissera pas conter nous promet la révélation de bien des mystères. Côté cœur, ce colloque tournera-t-il à la rencontre sentimentale que certaines âmes assoiffées de passion et étouffées de solitude attendent, réclament ? Côté intellectuel, allons-nous enfin apprendre pourquoi Ann Hellbrown a décidé de ne plus écrire une seule ligne après la noyade de son mari et pourquoi elle a décidé de quitter la France ?
Et du côté de Julie Wolkenstein ? Rien de nouveau, sinon que l'auteur nous fait encore une fois la brillante démonstration de son talent et d'une imagination qui doit beaucoup à nos voisins d'outre-Manche. Colloque sentimental confirme qu'elle est une des grandes figures littéraires françaises et que si les lecteurs venaient à l'oublier, la justice ne serait pas de ce monde. --Hector Chavez --

Quatrième de couverture:
Pourquoi Ann Hellbrown a-t-elle brusquement décidé d'arrêter d'écrire après la noyade de son mari ? Pourquoi s'est-elle exilée en Angleterre et n'a-t-elle jamais, jusqu'à sa mort en 1912, rompu son vœu de silence ? De quoi est-elle coupable ?
Une poignée d'universitaires, plus ou moins excentriques, plus ou moins convaincus du sérieux de leur mission, sont réunis par un colloque consacré à la romancière. Dans le manoir de l'ouest de la France où elle vécut jadis, ils échangent des points de vue, forment des hypothèses littéraires et des projets amoureux. De chercheurs, ils se transforment en détectives. Ils ont quatre jours pour mener l'enquête sur la disparue. Leurs témoignages croisés, ainsi que d'autres pièces mystérieusement versées au dossier à leur insu permettront au lecteur de juger. Au rythme des vagues qui menacent le manoir, dans ce va-et-vient qui mêle satire des mœurs universitaires et plongée dans une intimité d'un autre temps, entre aujourd'hui et hier, les secrets engloutis refont surface.



J'ai lâchement fait un copié-collé de ce que j'ai trouvé sur Amazon, dont la 4ème de couverture en 2nd article.

J'ai acheté ce roman par hasard, en solde et j'ai vraiment été conquise, très rapidement. Les personnages sont bien trempés, différents, angoissés, de plus en plus sympathiques, mais surtout d eplus en plus ouverts.
J'ai effectivement pensé à David Lodge, pas pour l'humour, bien qu'il soit présent, mais pour le décor: des universitaires entre eux, qui ne savent parler que d'un seul sujet, le leur, à savoir ici: Ann Hellbrown, écrivain français de la fin de 19ème siècle, partie vivre au fin fond de l'Angleterre après le décès accidentel de son mari. C'est à ce moment-là également qu'elle a décidé d'arrêter d'écrire. Ces universitaires s'interrogent sur la raison de cet arrêt et surtout, se demandent s'il existe un inédit comme le dit la rumeur.
C'est donc une sorte de roman policier littéraire, à tiroirs, alternant les chapitres concernant le colloque et leurs protagonistes et des annexes qui écrites par Ann Hellbrown, permettant au lecteur de connaître le fond de l'histoire.
En annexe également, le poème de Verlaine, Colloque sentimental:

Colloque sentimental

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne?
- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? - Non.

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C'est possible.

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.


Voilà, ce roman est beau: à la fois poétique, victorien, actuel, policier, drôle et impliquant directement le lecture, avec notamment quelques notes de fin de pages décalées.

A lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Jeu 4 Aoû 2011 - 15:49



L'Excuse

Il arrive que la littérature prenne le pas sur la vie et que certaines existence ressemblent à des romans; mais que dire d'un roman qui réécrit une oeuvre en la modifiant légèrement ? Julie Wolkenstein maîtrise parfaitement l'oeuvre d'Henry James et en particulier son roman : Portait de femme (elle a d'ailleurs écrit sa thèse sur cet auteur), et dans L'Excuse elle reprend la trame narrative du roman jamesien pour le relire, le réinventer, le transplantant à une époque plus tardive et cherchant à créer une intrigue là où James avait (semble-t-il) un peu péché. Portait d'une femme donc, qui une fois que la plupart des protagonistes de sa vie sont morts ou éloignés, revient goûter un peu de la fraîcheur de sa jeunesse en réintégrant une maison de plage où gisent ses souvenirs (et quelques secrets). Au fil de la lecture, nous découvrons un personnage vieillissant et plein d'humour, une femme qui a peut-être gâché sa vie à moins que son 'cousin' n'ait pu la sauver du renoncement. Le livre est agencé comme un jeu de piste, une partie de jeu de cartes (le tarot en l'occurence dont l'excuse est la carte maitresse).



Un livre bien écrit, bien construit mais qui manque peut-être un peu d'envergure, comme si Wolkenstein en réécrivant un texte renonçait à parler en son nom véritable, comme si elle faisait preuve d'une certaine pudeur, d'un respect pour la littérature qui l'éloigne un peu de la profondeur que j'attendais d'elle. L'intrigue est intéressante mais manque d'envolée, le style léger, parfois fulgurant manque de lest, de nourriture, d'un peu de gravité, comme si l'auteure avait elle-même renoncé d'emblée à écrire une oeuvre de poids pour ne faire que flirter avec le sentiment. Pourtant la lecture reste très agréable, les personnages sont finement analysés et certaines scènes sont très fortes.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume15
Posteur en quête


Messages : 70
Inscription le : 25/04/2015

MessageSujet: Colloque sentimental   Mar 19 Jan 2016 - 21:56

Bonjour,

J'ai moi aussi découvert ce livre par hasard... intéressant. J'ai bien aimé l'ambiance...

Je suis surprise que cet écrivain ne soit pas plus connue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Envolée postale


Messages : 226
Inscription le : 25/11/2015
Age : 28
Localisation : Londres

MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Mer 20 Jan 2016 - 1:42

Elle semble en effet prometteuse, habituellement je ne lis pas les " nouveaux" auteurs mais ta présentation me plait je vais donc me pencher sur ses romans et te remercie quel que soit le résultat, de cette découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire


Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Mer 20 Jan 2016 - 7:51

Il y a de très bons nouveaux auteurs. J'espère que tu les découvriras.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diogène
Envolée postale


Messages : 226
Inscription le : 25/11/2015
Age : 28
Localisation : Londres

MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Mer 20 Jan 2016 - 16:13

Je ne doute pas qu'il y en ait mais comme disait Montesquieu:  « Il me semble que jusqu’à ce qu’un homme ait lu tous les livres anciens, il n’a aucune raison de leur préférer les nouveaux». Bon c'est exagéré bien évidemment et par exemple j'ai lu dernièrement un livre d'Emmanuel Carrére que j'ai beaucoup aimé, seulement j'ai une PAL tellement pleine qu'en rajouter devient compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julie Wolkenstein   Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Julie Wolkenstein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julie
» Qui sin rappelle de Julie?
» Julie Levac - "J'attends une petite fille"
» JULIE REINS
» Bertrand, Julie Winnifred, 115 ans, Doyene de l'humanité en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: