Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mme de la Fayette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mina M
Posteur en quête
avatar

Messages : 91
Inscription le : 22/06/2009

MessageSujet: Mme de la Fayette   Sam 4 Juil 2009 - 21:51



Marie-Madeleine Pioche de La Vergne (1634-1693), plus connue sous le nom de Mme de la Fayette, était une aristocrate de l'élite lettrée de la seconde moitié du 17e siècle. Amie de Mme de Sévigné et de La Rochefoucauld, elle tenait un salon où se retrouvaient des auteurs qui s'intéressaient à la théorisation du roman comme Pierre-Daniel Huet (auteur d'un Traité de l'origine des romans) ou Gilles Ménage (célèbre grammairien). Son roman le plus célèbre est La princesse de Clèves paru en 1678. Auparavant, elle avait publié anonymement La princesse de Montpensier en 1662 et Zaïde en 1669. La comtesse de Tende est publié après sa mort en 1724. Elle a également pratiqué le genre historique avec des Mémoires de la cour de France et l'histoire d'Henriette d'Angleterre.

Citation :
Le jugement de ses pairs:

« Mme de La Fayette est la femme qui écrit le mieux et qui a le plus d'esprit. » Boileau

« Sa Princesse de Clèves et sa Zaïde furent les premiers romans où l’on vit les mœurs des honnêtes gens, et des aventures naturelles décrites avec grâce. Avant elle, on écrivait d’un style ampoulé des choses peu vraisemblables. » Voltaire, Le siècle de Louis XIV (1751).

« Sa simplicité réelle est dans sa conception de l’amour ; pour Mme de La Fayette, l’amour est un péril. C’est son postulat. Et ce qu’on sent dans tout son livre (la Princesse de Clèves) comme d’ailleurs dans la Princesse de Montpensier, ou la comtesse de Tende, c’est une constante méfiance envers l’amour (ce qui est le contraire de l’indifférence). » Albert Camus, Carnets (1964).

« Tout en elle nous attire, la rare distinction de son esprit, la ferme droiture de ses sentiments, et surtout, peut-être, ce que nous devinons au plus profond de son cœur : une souffrance cachée qui a été la source de son génie. » Morillot, Le roman du XVIIe siècle.

Source (consultée le 04/07/09): http://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_de_La_Fayette


Dernière édition par Mina M le Sam 4 Juil 2009 - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina M
Posteur en quête
avatar

Messages : 91
Inscription le : 22/06/2009

MessageSujet: La princesse de Montpensier (1662)   Sam 4 Juil 2009 - 22:04

La princesse de Montpensier


Citation :
M. de Guise ne se mêlait point dans la conversation, et sentant réveiller dans son coeur si vivement tout ce que Mme de Montpensier y avait autrefois fait naître, il pensait en lui-même qu'il pourrait demeurer aussi bien pris dans les liens de cette belle princesse que le saumon l'était dans les filets du pêcheur.
(extrait placé en quatrième de couverture de l'édition folio)

Comme dans la majorité de ses romans d'après ce que j'ai actuellement pu en juger, Mme de la Fayette dépeint les dangers de l'amour et des passions déraisonnables. Dans ce roman-ci, l'héroïne se laisse prendre au piège de l'amour et surtout succombe à ses passions et perd l'estime de son mari, de son ami, ainsi que son amant. Certains personnages m'ont paru un peu trop irréels pour un roman qui se veut ancré dans l'histoire et une peinture de moeurs: le comte de Chabannes surtout me semblait trop empressé et souffrait tous les caprices de la princesse qui semblait inconsciente de ce qu'elle lui infligeait.

Dans l'ensemble, j'ai trouvé ce roman plutôt bon et intéressant quant au statut de la femme au 17e siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Sam 4 Juil 2009 - 22:29

Je ne connais pas de près les details de la publication de La Princesse de Clèves, mais je crois que Mme de la Fayette dut aussi publier ce roman anonymement, et que plus d´un croyait à l´époque que c´etait de La Rochefoucauld, jusqu´à ce qu´elle confesse. Je ne sais pas après de combien de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Sam 4 Juil 2009 - 23:28

On lui doit le premier roman "moderne", avec une vraie épaisseur psycologique, un roman d'analyse. Une critique sur la condition des femmes au 17ème, mais aussi une très intéressante description des sentiments amoureux. Ce livre est aujourd'hui devenu un symbole d'une certaine culture littéraire française. Il me semble que dans des tests de cultures générales pour rentrer dans certaines fonctions on nous demande de connaître cette oeuvre, ou du moins d'en avoir entendu parler. Ce livre a d'ailleurs fait parler de lui, suite à un discours polémique de notre cher ( ou pas cher) nabotléon.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 5 Juil 2009 - 0:14

Ce roman a été attribué à plusieurs hommes, pratiquement tous ceux qui ont fréquenté Mme de Lafayette; à l'époque la pratique était d'écrire ce genre de choses à plusieurs, de se donner des idées, de faire corriger sa copie. Il est possible qu'il en ait été de même pour les oeuvres de Mme de Lafayette.

La princesse de Clèves est un roman que j'adore, que je relis de temps en temps; même si l'écriture peut paraître datée, même si certaines pratiques et façons de vivre nous semblent étrangères, ce livre évoque d'une façon tellement juste et qui restera toujours actuelle, la passion (par définition déraisonnable), la naissance et l'évolution du sentiment amoureux, la différence aussi, quelle que soit la société de vivre cela pour les hommes et les femmes. Et aussi comment les règles sociales, les représentations d'une époques interfèrent sur ces sentiments intimes. Je crois qu'on a rarement fait aussi bien pour décrire tout cela.


Je suis moins convaincue par les autres livres d'elle que j'ai lu, Zaïde, et La comtesse de Tende. C'est beaucoup plus convenu, très marqué par l'époque, avec des personnages qui m'ont paru artificiels et auxquels je ne suis pas arrivée à m'intéresser.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 5 Juil 2009 - 0:55

Complètement d´accord avec toi, Arabella. Je relis aussi constamment ce roman qui me parle souvent bien plus que la littérature contemporaine.
C´est la passion, la maîtrise devant l´adultère, et puis la loyauté ( aveu) punie. Ce n´est pas rien. Même vu dans une perspective contemporaine, il y a quelque chose de très fort, c´est que la sincerité, le courage vont punir la Princesse. Plus j´y pense, plus je trouve que Mme de Lafayette s´ecarte complètement de la morale traditionnelle.
Loyauté bafouée: vous voyez çà tous les jours?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 5 Juil 2009 - 9:04

Malgré tout ce côté vertueux, entrée au couvent et le reste, cela s'éloigne de la morale, et des tous les temps. Parce qu'il s'agit d'une femme qui aime deux hommes à la fois. D'une façon différente, l'amour passion et l'amour attachement, amitié. Et les deux peuvent avoir la même intensité. Et quand elle reconce à Monsieur de Nemours, c'est tout sauf de la convention bornée. D'une certaine façon, elle sait qu'elle sera forcement déçue par cet homme, et que ce qu'ils ont connu jusque là est ce qu'il y aura jamais de meilleur dans leur histoire. On a toutes connu ce genre de type, séduisant au possbile, qui fait chavirer les coeurs, mais au combien décevant et source de souffrance à l'usage. Donc oui loyauté, mais qui lui permet de garder sa dignité, le respect de soi, ce n'est pas un renoncement au bonheur, qui aurait été tout à fait illusoire. Je la trouve d'une lucidité incroyable, ce serait bien de pouvoir l'être à ce point.

Ce cela un très grand livre, malgré l'écart des siècles, les coutumes, les vêtements, les façons de parler qui ont changé, il nous parle toujours de choses qui nous concernent, qui nous touchent, nous révèle quelque chose sur nous même.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 5 Juil 2009 - 9:25

J´ai recueilli la même finesse de psychologie des personnages, Arabella.
Mr de Nemours est un séducteur, un volage. Et Mme de Lafayette tout en en etant follement éprise, ne tombe pas dans le panneau.
Une drôle de leçon, même pour une femme d´aujourd´hui, je crois!
Sa lucidité m´a toujours inspirée...
Arabella:
Citation :
Ce cela un très grand livre, malgré l'écart des siècles, les coutumes, les vêtements, les façons de parler qui ont changé, il nous parle toujours de choses qui nous concernent, qui nous touchent, nous révèle quelque chose sur nous même.

S´en tenir au style ( que je trouve par ailleurs sublime) et dire qu´il est precieux ou hautain, c´est rater le message.
Cette Princesse est un vrai manuel pour toute amoureuse ( de plus d´un homme à la fois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Sam 15 Aoû 2009 - 18:54

Je suis sur le site de Philippe Sollers, j´en profite pour vous indiquer ce lien: Le secret de Mme de La Fayette:
http://www.philippesollers.net/princesse.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Sam 15 Aoû 2009 - 21:29

Et bien les choses qu'il écrti sur Mme de Lafayette me confirme dans l'idée que ce n'est pas du tout un auteur pour moi, Sollers jypeurien

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 16 Aoû 2009 - 16:38

Sollers aimerait installer la Princesse dans le champ freudien. Trop tard, elle est au convent ange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Dim 16 Aoû 2009 - 18:17

Et surtout je le trouve d'une misogynie très déplaisante. Il aborde le livre et son auteur avec condescendance.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Machismo   Ven 21 Aoû 2009 - 9:49

Arabela, cela m´embête un peu de me mettre à parler de Sollers sur ce fil ( la Princesse ne le mérite pas!) mais voilà ce que répondait Julia Kristeva quand on lui posait des questions sur l´attitude un peu "macho" de Sollers envers les femmes.

"Il n’est pas dans une génuflexion devant la femme. C’est une sorte de Picasso qui peut à la fois être très pénétrant, très taureau, très destructeur, les agresser ... et pour finir ça donne une connaissance très gracieuse de la jouissance féminine. Les femmes en sortent concassées comme un tableau de Picasso et inondées de plaisir. " Julia Kristeva.

La Princesse n´est pas le genre de femme qui doive se voir triturée pour se savoir aimée. Sa jouissance et sa passion commencent bien avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Ven 28 Aoû 2009 - 17:11

La Princesse n´a pas fini de faire parler d´elle!
Le prochain livre de Marie Darrieussecq s´intitulera tout simplement "Clèves".
Pourquoi? :
http://bibliobs.nouvelobs.com/20090820/14239/la-princesse-de-cleves-est-une-heroine-du-non
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   Mar 8 Mar 2011 - 23:47

Je viens de terminer "La princesse de Clèves" et je vous réjoins ici. Je n'étais pas toujours d'accord avec ce que j'ai lu dans la LC..., mais ce n'est pas grave.

Bien sûr, il y a peut-être un langage à l'ancienne avec tous ces toitres et subjonctifs, mais j'étais aussi sous le charme de cette langue. Ainsi que sous le charme d'une description très détaillées des "détours et angles" de pensée humaine. On peut toujours à la suite se moquer un peu de "fausses pudeurs" etc, mais derrière certaines questions soulevées je vois bien plus que seulement une princesse rougissante. Par ailleurs on pourrait oublier que dans l'esprit de Mme de Clèves le duc de Nemours est bien, indirectement, responsable de la mort de son mari. Pur phantasme? Fausses argumentations? Eh bien, je trouve ici des fois un point de vue qu'on ne trouve pas toujours aujourd'hui, une autre forme de maturité...

Je m'étonne que beaucoup de lecteurs et lectrices font une erreur de lecture: ici aussi on parle qu'elle est entrée au couvent. J'ai lu ce passage de la dernière page plusieurs fois. Ce n'est PAS écrit là-bas. Elle s'est retiré une partie de l'année au couvent, puis sur son domaine. Avec toutes les clichés qui courent, il faudrait pas oublier que très souvent, et déjà à une époque réculée, un couvent était un lieu pas tellement pour fuir le monde si beau, mais pour y trouver une autre sorte de liberté. Mme de Clèves y trouve apparemment une contre-société, un contre-projet contre la vie d'apparence à la cour, dont vous avez déjà parlé ici ou dans le fil LC.

Au début, j'étais légèrement ennuyé, confondu par des nombreuses personnages historiques, titres etc. Puis on entre dans l'histoire et on suit ces courbes, ces virages...

Il est possible qu'un amour non-accordé reveille dans le duc de Nemours alors une recherche encore plus passionnée. Mais je vois aussi un espoir qu'il y avait en lui vraiment un changement intérieur:il ne sera plus le même, même après avoir été refoulé définitivement. Après tant de passions "extérieures", ici il y a un plus, non?
La princesse émet d'un coté des doutes sur la fidélité future d'un Nemours mari, mais quelques phrases après elle s'en répent pour dire qu'il en sera peut-être bien capable.

Ainsi, et en beaucoup d'enoncées du roman, on trouvera tantôt un coté de la médaille, tantôt l'autre.

Il me semble que ce roman fait réflèchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mme de la Fayette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mme de la Fayette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reconstruction du navire de La Fayette .
» LA FAYETTE (PA)
» Les frégates du type La Fayette
» LA FAYETTE F710 (FREGATE)
» le général André Fayette à Limoges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: