Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Kate O'Riordan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Kate O'Riordan   Ven 17 Juil 2009 - 1:06



Citation :
Kate O'Riordan est irlandaise, mais elle vit actuellement à Londres.

Elle est l'auteur de cinq romans dont Intimes convictions et Une mystérieuse fiancée parus aux Éditions Joëlle Losfeld.

Son premier roman 'Intimes convictions' a été sélectionné sur la liste du prix Dillons First Fiction Prize puis adapté à la télévision.

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

2002 Intimes convictions,
2004 Une mystérieuse fiancée, Pages 3, 4, 6,
2008 Le garçon dans la lune, Pages 1, 2, 3, 5
2009 Pierres de mémoire, Pages 1, 3 ,5
2010 Un autre amour, Pages 2, 3, 4, 5

Citation :
mise à jour le 27/03/2014, page 6




Citation :
Nell, une Irlandaise dans la quarantaine, vit à Paris depuis plus de vingt ans. C’est une œnologue reconnue, l’une des rares femmes dans le monde à avoir le statut de Master of Wine. Elle profite du calme de la vie parisienne comme d’un bon verre de rouge, en compagnie de Lulu, un caniche qu’elle méprise, et de son amant Henri, un homme marié propriétaire d’un vignoble. Mais un coup de téléphone nocturne va venir briser le monde clos qu’elle a construit. Un voisin de sa fille unique Ali, qui vit en Irlande, lui donne à son sujet d’inquiétantes nouvelles. Celles-ci vont obliger Nell à retourner dans son pays d’origine, ce qu’elle n’avait pu se résigner à faire depuis son arrivée en France, et cela non sans raison. Pierres de mémoire est une poignante histoire d’amour maternel, dans laquelle l’auteur dissèque avec tendresse et précision les relations filiales, et interroge l’emprise d’un passé que l’on tente de garder à distance.

Rugueux comme les galets qui tapissent les rivières d'Irlande. Le roman de Kate O'Riordan, Pierre de mémoires, est saturé de souffrances insupportables et une lutte perpétuelle pour retrouver un équilibre instable à défaut de bonheur. Ecrit dans un style précis, quasi clinique du point de vue psychologique, le livre décrit un présent compliqué, marqué par une houleuse relation mère/fille, peu à peu contaminé par un passé prégnant, d'une indicible douleur dans un autre rapport de mère à fille, là encore, dans les comptes n'ont jamais été soldés. Kate O'Riordan joue au chat et à la souris avec le lecteur, fait monter la pression au gré de révélations successives alors que le climat irlandais impose sa loi. Elle construit son roman avec le même amour qu'il y a dans la préparation d'une pinte de Guinness. Le goût en est âcre, chargé d'amertume, et en fin de compte euphorisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Jeu 13 Aoû 2009 - 2:19

Le garçon dans la lune
traduit de l'anglais ( Irlande) par Florence Lévy-Paolini
Folio

Il semble, à lire ce que Traversay a écrit sur Pierres de mémoire,que Kate O'Riordan ait pour thème de prédilection les sombres histoires familiales. Il ne faut pas se fier à la quatrième de couverture qui, à la lire, laisse présager un mélo classique. Un couple qui ne va pas très bien, un enfant unique qui meurt accidentellement, le couple qui explose.
Ce qui est moins prévisible, c'est que la mère va aller s'engluer chez son beau-père, un tyran domestique ,y devenir une esclave, et apprendre là qui est son mari. Ou du moins ce que l'on en a fait.
C'est un roman à l'irlandaise, très dur, très caustique , très désespéré,et pourtant non dénué d'espoir. Sans une once d'apitoiement pour les personnages, et pourtant ils en auraient bien besoin. C'est un roman qui parle d'amour, du pourquoi de l'amour,du manque d'amour, du trop d'amour . Dans un couple, pour un enfant, pour ses parents, entre frères. Un roman qui parle de la protection que l'on voudrait offrir à ceux qu'on aime. Et de la répétition, sous une forme ou une autre ,des souffrances de l'enfance.
C'est un roman dont j'ai bien du mal à parler tant il me touche. Personnellement. Essentiellement dans l'amour que se portent ces frères maltraités, qui en sont à vouloir se tuer entre eux pour s'épargner à chacun un surplus de souffrance. Epi disait ailleurs qu'elle pleurait en lisant Nous étions les Mulvaney, comme je la comprends.. J'ai failli aussi en lisant ce récit d'un gâchis classique ..

Citation :
Brian ne pensait qu'à une chose, tuer son frère; Il voulait se débarrasser de la pitié continuelle, de la protection, de l'amour stupide et fou qui l'étouffait tous les soirs avant de s'endormir.

Et puis une histoire de chien maltraité lui-aussi, et pourtant revient toujours. Comme les enfants..

Citation :
Julia resta un moment effondrée contre le montant de la porte. Puis elle entra voir comment allait le colley. Il avait léché ses blessures et il dormait , roulé en boule près du fauteuil de Jeremiah. Elle l'observa avec curiosité. Apparemment, peu importait la cruauté de Jeremiah envers lui, il revenait toujours comme s'il en redemandait. Elle pensa de nouveau à Brian: avait-il éprouvé la même chose envers elle? Elle l'avait parfois traité comme un chien- non, ce n'était pas tout à fait vrai, plutôt comme un enfant constamment récalcitrant. Et, comme un enfant, il venait toujours en redemander. Un étrange instant, elle comprit combien Brian l'avait aimée. Car l'amour le plus fou est l'amour d'un enfant pour un parent abusif.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Jeu 13 Aoû 2009 - 11:33

J'ai eu ses romans en main il y a peu, j'ai longtemps hésité à les prendre mais je me suis découragée vu les thèmes abordés. Mais j'y reviendrais certainement un jour où le courage ne me manquera pas pour découvrir sa plume dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Jeu 13 Aoû 2009 - 12:21

Merci Marie, je compte bien continuer à lire cette irlandaise mais à intervalles réguliers car c'est une littérature assez éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Jeu 13 Aoû 2009 - 15:17

merci Traversay et Marie pour vos comentaires.

le garçon dans la lune me tente vu le sujet mais ................

à tantôt

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Pierres de mémoire   Mar 15 Sep 2009 - 21:39

Et bien finalement je m'y suis mise plus vite que prévu, tombant sur Pierres de mémoire à la bibliothèque cheers

Citation :
« Que pouvons-nous devenir, sinon ce dont nous avons le souvenir ? Et tout ce que nous tentons d'oublier. »

Je ne connaissais pas du tout Kate O'Riordan avant la lecture de ce roman mais je peux vous assurer qu’elle figure déjà dans mon panthéon de la littérature irlandaise. Comme vous pouvez vous en douter, on ne rit pas beaucoup en lisant les romans d’auteurs irlandais, celui-ci ne faisait pas exception à la règle.

Roman sur l’exil comme refuge, roman sur la filiation et la transmission, roman sur l’amour maternel avant toute chose, car comment ne pas culpabiliser et ne pas se sentir responsable de son enfant aujourd’hui adulte mais tellement désorientée lorsqu’on sait tout ce qu’on lui a donné mais également tout ce qu’on lui a transmis malgré soi, à travers nos silences, non-dits, malentendus et autres secrets les plus intimes.

Roman typiquement irlandais dans sa poésie d’un pays de pluie mais également dans la finesse psychologique de l’analyse des personnages, Kate O'Riordan nous plongeant dans l’intimité d’une femme qui se cherche après tellement d’années passées à fuir les siens et sa terre natale. Un retour au pays pour éviter toute répétition de la souffrance et du manque chez les siens mais aussi pour mieux affronter ses propres démons lorsque la nécessité de revenir sur les traces de son passé se fait sentir si l’on veut pouvoir avancer sur le chemin de la vie.

Un très beau roman porté par une très belle plume.

Extraits :

Citation :
Ca vous atteint par vagues, le manque de quelqu’un.
[…]
Comme un bruit de fond qui crépite sourdement les jours bien remplis où l’on n’a pas le temps de réfléchir, une pointe acérée lorsqu’on oublie un instant et que quelque chose vient raviver le souvenir. La culpabilité d’avoir oublié, ne serait-ce qu’une seconde.

Citation :
Si seulement les gens pouvaient se contenter de ça, se dit Nell.
Si seulement un geste tendre et un murmure apaisant pouvaient soulager la douleur de vivre ordinaire. Et pourtant, il y a des moments où l'on n'a rien d'autre à faire face au chagrin que caresser et murmurer - tout notre savoir, toutes nos certitudes réduits à des gestes primaires et instinctifs ? Des grognements de compassion quand les mots sont trop affectés, trop tout.
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Mar 15 Sep 2009 - 23:35

sentinelle a écrit:
Et bien finalement je m'y suis mise plus vite que prévu, tombant sur Pierres de mémoire à la bibliothèque cheers




YES !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Mar 15 Sep 2009 - 23:37

Merci Senti! Je l'avais commandé après avoir lu Traversay, à suivre!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Mer 16 Sep 2009 - 9:43

Nul doute qu'il te plaira Marie ! Quant à moi, je vais très certainement approfondir l'oeuvre de Kate O'Riordan oui

Marie a écrit:
C'est un roman qui parle d'amour, du pourquoi de l'amour,du manque d'amour, du trop d'amour .
A ce propos, je ne résiste pas à citer un autre extrait de Pierres de mémoire :
Citation :
Je ne veux pas que tu te sentes responsable de moi.

Comment ne pas se sentir responsable de ce qu’on a fait ? Et de ce que cet enfant fait de ce qu’on lui a donné ? Et, oui, de ce qu’on ne lui a pas donné aussi. Parfois, on dirait que ce qu’on n’a pas donné est la seule chose dont les enfants choisissent de se souvenir. Donnez moins – ne donnez rien du tout, à vrai dire – et leur subconscient interviendra peut-être pour compenser, si bien que le moindre bon souvenir suffira à éclipser les fêlures et qu’une enfance de misère finira par passer pour relativement heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Sam 12 Déc 2009 - 22:00

Lu à mon tour Le garçon dans la lune, qui confirme tout le bien que je pense de cette romancière irlandaise. Il y a dans ce livre des scènes inoubliables, sauvages, presque primitives dans l'exploration de l'intime. Une littérature en souffrance que l'excès de psychologie pourrait rendre indigeste, mais non, O'Riordan se bat avec les mots comme ses personnages avec leurs maux. Et c'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Dim 13 Déc 2009 - 12:50

Bien ! je sens que je vais encore faire une belle découverte avec Kate O'Riordan !!!

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Ven 30 Juil 2010 - 14:41

Pierres de mémoire

Il commence tout doucement ce roman, un peu ennuyeux au début, Nell n’apparaît pas d’emblée comme un personnage très intéressant. Et puis, changement de ton avec son retour en Irlande après plus de trente ans d’exil. Elle y retrouve son pays, changé et familier à la fois, elle va retrouver aussi sa fille Ali et sa famille, Nick son compagnon malade, Grace sa petite fille de 7 ans, pouilleuse et décharnée. Tous trois dans un état pitoyable, comme le pub d’Agnès, la mère de Nell, qu'a repris Ali, aidée par un drôle de personnage, Adam, beau et ténébreux, qui semble avoir une emprise certaine sur toute la maisonnée.

Le climat est plutôt étouffant, il y a un vrai suspense tout le long du livre, on se demande à chaque page que l’on tourne quelle horreur on va y trouver car sous le calme apparent, les nerfs sont à vif. La mère et la fille se retiennent, ne veulent pas fouiller ce passé si sensible qui les gardent à distance l’une de l’autre. Elles doivent faire face à leurs peurs, à leurs fantômes, à trop de pudeur qui empêche les véritables élans d’amour, trop de non dits, trop de crainte de se faire du mal. Elles se protègent en essayant de se persuader que tout va bien. Et malgré le plaisir qu'elle a à évoquer avec Ali ses souvenirs d'enfant, ils ne sont pas toujours conformes à la réalité mais Nell n’a pas la force de les affronter. La mort accidentelle de sa sœur Bridget, la souffrance de sa mère qui pleure cette fille tant aimée, laissant Nell seule avec ses doutes et le sentiment d’être rejetée et mal aimée, tout cela est encore trop présent et douloureux.

Un roman doux-amer, tout en retenue. Les silences sont aussi importants que les mots. Souvent, Nell est sur le point de parler mais ne le fait pas parce qu’elle sait que dire les choses peut être plus destructeur que les taire, elle sait que l’équilibre fragile qu’elle a atteint dans sa relation avec sa fille peut être anéanti à cause d’un mot de trop ou mal choisi. Elles auront un long chemin à parcourir avant de pouvoir se comprendre.

On garde tout ce qui concerne l’Irlande et on met un peu de côté l’histoire parisienne de Nell qui n’a aucun intérêt sauf peut-être pour faire le parallèle entre cette vie bien rangée, toute proprette et celle de sa fille Ali, où règne le chaos, où les esprits aussi bien que la maison sont encombrés jusqu’à la confusion.

Les caractères sont bien étudiés, les rapports mère-fille sont analysés avec finesse, on sent toute la réserve dont les personnages font preuve, pour se protéger, pour protéger l’autre; Ces femmes souffrent de trop de retenue mais ne savent pas faire autrement. Elles essaient de ne garder du passé que ce qui est supportable. Pourtant, petit à petit, la carapace se fissure, les vérités doivent être dites, surtout, elles doivent faire face à leur réalité et tenter de la comprendre, de l'appréhender sous un angle différent. Ce qui en ressortira sera douloureux mais permettra de vivre le présent un peu plus sereinement et d'envisager un futur moins noir.

Un roman d’une justesse qui fait mal, très réaliste, grave, qui contient beaucoup de colère et d’incompréhension mais qui fait la part belle aux sentiments les plus forts, ceux qui sont enfouis tout au fond et que l'on va chercher avec toute l'ardeur du désespoir. O'Riordan ne fait pas dans le pathos mais c’est bouleversant. En même temps, ce n'est pas si noir que cela, elle nous rappelle qu'il y a en chacun, un bon côté même chez les personnages les plus sombres.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Ven 30 Juil 2010 - 18:21

Citation :
Un roman d’une justesse qui fait mal, très réaliste, grave, qui contient beaucoup de colère et d’incompréhension mais qui fait la part belle aux sentiments les plus forts, ceux qui sont enfouis tout au fond et que l'on va chercher avec toute l'ardeur du désespoir. O'Riordan ne fait pas dans le pathos mais c’est bouleversant. En même temps, ce n'est pas si noir que cela, elle nous rappelle qu'il y a en chacun, un bon côté même chez les personnages les plus sombres.
Ton commentaire donne vraiment envie, merci Epi!
J'ai noté cette auteure dont vous parlez si bien, Senti toi et les autres depuis un petit moment déjà.

Pas trouvé Pierres de mémoire mais je suis revenue de la bibliothèque avant hier avec Le garçon dans la lune qui a tant touché Marie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Ven 30 Juil 2010 - 18:40

J'aime beaucoup ton commentaire Epi, je m'y retrouve totalement, preuve s'il en est de la qualité littéraire de ce roman dans la mesure où l'auteure arrive si bien à faire passer ces émotions contenues et parfois à fleur de peau. Un roman poignant mais jamais larmoyant.

Aériale, je pense vraiment que tu ne seras pas déçue sourire
Revenir en haut Aller en bas
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   Ven 30 Juil 2010 - 19:52

aériale a écrit:
Pas trouvé Pierres de mémoire mais je suis revenue de la bibliothèque avant hier avec Le garçon dans la lune qui a tant touché Marie...
Aériale, je pense que ce roman pourrait te plaire et si tu veux, je peux le cercler. J'ai noté aussi Le garçon dans la lune que je lirai après son dernier Loving him que j'ai dans ma PAL.

sentinelle a écrit:
J'aime beaucoup ton commentaire Epi, je m'y retrouve totalement, preuve s'il en est de la qualité littéraire de ce roman dans la mesure où l'auteure arrive si bien à faire passer ces émotions contenues et parfois à fleur de peau. Un roman poignant mais jamais larmoyant.
Oui, c'est exactement cela et vos commentaires m'avaient donné envie de la voir au portail des oubliés. Je suis bien contente d'avoir fait cette découverte Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kate O'Riordan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kate O'Riordan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kate lockwell [DC][terminé]
» Mary Kate Olsen serait en couple avec Samantha Ronson
» Les Latis à Wanito!! **Mary-Kate et Emy ... Simplement** Page 46
» RYANAIR
» la une question pour les Repman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: