Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Michel David

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bulle
Zen littéraire
avatar

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 60
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Michel David   Ven 17 Juil 2009 - 1:40

Michel David




« (Je) Michel David n’avais jamais rêvé de devenir un auteur à succès. J’ai eu le souffle coupé en apprenant […] qu’on réimprimait sans cesse. Je croyais que mon lectorat serait âgé de 50 à 70 ans ; or, il rajeunit de plus en plus. »

Danielle Desbiens, Échos Vedettes, 31 mars 2007


Écrivain québécois né en 1944.
Bibliographie
2003 - Le petit monde de Saint-Anselme
2005 - La poussière du temps 1 rue de la glacière
2005 - La poussière du temps 2 rue Notre-Dame
2005 - Le temps des épreuves
2006 - À l'ombre du clocher 1 Les années folles
2006 - l'enracinement
2006 - Les héritiers
2006 - La poussière du temps 3 sur le boulevard
2006 - La poussière du temps 4 au bout de la route
2007 - À l'ombre du clocher 2 Les fils de Gabrielle
2007 - À l'ombre du clocher 3 Les amours interdites
2008 - À l'ombre du clocher 4 Au rythme des saisons
2008 - Chère Laurette 1 Des rêves plein la tête
2008 - Chère Laurette 2 À l'écoute du temps
2009 - Chère Laurette 3 Le retour


Dernière édition par bulle le Ven 17 Juil 2009 - 2:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire
avatar

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 60
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Michel David   Ven 17 Juil 2009 - 1:40

La poussière du temps; une saga urbaine ; le tableau d'une époque. En quatre volumes.

Citation :

Résumé
Premier tome d’une série de quatre romans populaires, La poussière du temps – 1 -
Jeanne nous introduit à l’univers de Maurice et de Jeanne Dionne, un jeune couple qui évolue au cœur de Montréal, de 1941 à 1951.
S’établissant en ville, ils sont rapidement confrontés aux difficultés économiques de l’époque. La vie réserve ses bonnes et mauvaises surprises, qui viennent tour à tour bouleverser leur quotidien… Mais pour Jeanne, l’argent et la quête d’un logement ne sont pas les seuls soucis que lui apporte la vie. En effet, l’homme doux et attentionné qui lui faisait la cour se révèle être, dès le lendemain de son mariage, un être égoïste, colérique et violent. Loin de sa famille et enceinte pratiquement chaque année, Jeanne débute alors une lutte incessante, à la fois contre la précarité de la vie dans un quartier pauvre de Montréal et l’avarice de son mari, pour assurer la survie de ses enfants et l’harmonie de sa famille.
Entre traditions rurales et modernité urbaine, espoirs et désillusions, émerge une histoire du Montréal des années 1940, de la dévotion, de la solidarité, de l’indifférence et de l’apitoiement de sa population, avec, en toile de fond, les événements qui marquent le Québec et le monde.

La poussière du temps 1 rue de la glacière
C'est mon premier livre de cet auteur .
Je ne suis pas déçue. Une histoire familiale rurale et urbaine.
Deux amoureux venant de milieu différents, qui unit leurs destinée
pour le meilleur et pour le pire. Mais c'est bien plus souvent le pire
qui est exposé. Des naissances à profusion , une religion omniprésente.
Le rêve américain avec peu de moyens.


Dernière édition par bulle le Ven 17 Juil 2009 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire
avatar

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 60
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Michel David   Ven 17 Juil 2009 - 13:37

La poussière du temps 1 - rue de la glacière

Citation :
La famille Dionne

Angèle Dionne, née therrien, replia la Presse et la déposa sur le rebord de la fenêtre. Puis elle alla éteindre le plafonnier de la cuisine avant de s'asseoir dans sa chaise berçante placée près de l'unique fenêtre de la pièce qui donnait sur le balcon arrière. Elle se mit à se bercer doucement dans le silence de l'appartement. Elle n'irait se coucher que lorsque Suzanne serait rentrée du cinéma dans quelques minutes.
Elle ne voyait vraiment pas ce que son fils pouvait trouver à cette Jeanne Sauvé. Elle n'était pas laide, mais à dix-huit ans, oz était le mérite? Une fille d'habitant qui ne connaissait rien de la vie en ville...
Sans s'en rendre compte, la quinquagénaire considérait avec un certain mépris toute personne vivant à la campagne. À ses yeux, c'étaient de pauvres gens ignorants et un peu arriérés. La veuve avait oublié depuis longtemps que ses parents et ceux de son second mari avaient quitté leur petite terre rocheuse de Sainte-Sophie dans les Laurentides moins d'une génération auparavant pour venir s'installer à Montréal. Aucune des deux familles n'y avait fait fortune. Elle n'avaient survécu dans la grande ville que grâce au maigre salaire rapporté chaque semaine à la maison par les hommes.

Citation :
La famille Sauvé
Blottie derrière des érables centenaires, la maison en bardeaux gris des Sauvé était prolongée par une cuisine d'été et une remise. Un large balcon courait le long de sa façade et d'une partie de son côté gauche. À faible distance derrière la maison , se trouvaient une étable et un poulailler. Devant, de larges parterres de fleurs faisaient la fierté des propriétaires et provoquaient l'envie des autres habitants du rang Saite-Marie de Saint-Joachim.
Lorsque le gros Chevrelet rouge vin 1939 de Norbert Lafrance s'arrêta près du balcon, la porte moustiquaire de la cuisine d'été s'ouvrit immédiatement. Elle livra passage è Léon et à Marie Sauvé, suivis par sept de leurs enfants. Et tout ce beau monde entoura le véhicule en parlant en même temps. De toute évidence, l'arrivée de la voiture
était guettée depuis un certain temps.
- Enfin! s'exclama la mère avec un large sourire. J'espère que tu nous ramènes notre fille d'aplomb, dit-elle à son frère aîné au moment où le gros homme rougeaud s'extirpait difficilement du Chevrelet.
La quadragénaire était une grande et grosse femme énergique dont la chevelure poivre et sel était tirée en un strict chignon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel David   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel David
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» St Michel Calvi 2009 2 REP LEGION ETRANGERE
» Olga et Michel Drucker
» Michel Mercier convoqué à l'Élysée
» Rando Baie du Mont-Saint-Michel
» Aujourd'hui écouter l'émission de Michel Desautel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: